PDA

Voir la version complète : fermeture de commerces de hassiba a zighoud afin soit disant proteger le porte!!!!!!!



Sabrina
17/11/2008, 15h57
Sur décision du wali d’Alger, tous les magasins situés le long de la rue Hassiba-Ben-Bouali jusqu’au au boulevard Zighoud-Youcef sont menacés de fermeture. La mesure prise il y a quelques jours a été notifiée aux différentes structures administratives et policières pour sa mise en application.
Abder Bettache - Alger (Le Soir) - Les propriétaires des commerces se trouvant au niveau de la rue Hassiba-Ben-Bouali, notamment ceux activant au quartier des Halles, des ateliers et de la place du 1er-Mai, ont été convoqués avant-hier au niveau du commissariat de cet arrondissement où ils furent invités «à cesser leurs activités à compter de ce jour, et ce, dans un délai ne dépassant pas un mois». La raison invoqué : «Une décision prise par le wali et qui entre dans le cadre des mesures sécuritaires pour le port d’Alger.» L’arrêté de trois feuillets ne donne pas tous les détails sur cette décision. Le flou s’installe et les commerçants s’organisent et engagent les premières actions. Une association voit le jour et on se prépare d’ores et déjà à la riposte. Vingt-quatre heures après, ces mêmes commerçants apprennent que ladite décision est gelée. «Ils vont certainement attendre la tenue de l’élection présidentielle pour relancer l’opération», explique un commerçant, qui se demande «s’il n’y a pas eu d’équivoque dans l’interprétation par les structures en charge de la mise en application de la décision du wali d’Alger. Rien dans cet arrêté n’indique la nature des commerces concernés, ni la distance devant les séparer du périmètre de sécurité du port d’Alger, encore moins sur les indemnités qui seraient affectées aux commerçants touchés par cette décision». Ces commerçants s’interrogent également sur «les véritables raisons de cette décision et le choix porté notamment sur les magasins se trouvant au commencement de la rue Hassiba-Ben-Bouali jusqu’au boulevard Zighoud-Youcef». On se demande même si cette mesure ne s’apparente pas à celle concernant l’aéroport international d’Alger initiée également par le wali d’Alger. Pour rappel, l’arrêté du wali d’Alger portant interdiction d’exercice des activités artisanales et commerciales, légales et informelles, autour du périmètre de l’aéroport international Houari-Boumediene continue à faire des remous parmi les riverains. Ces ont saisi le premier magistrat du pays lui demandant de surseoir à cette mesure. La wilaya d’Alger avait accordé un délai d’un mois aux commerçants installés sur le périmètre de l’aéroport international d’Alger pour quitter les lieux, en application de l’arrêté n°2786 du 23 août 2008. Toutefois, dans des recours administratifs adressés à la wilaya et à la Direction du commerce, les commerçants touchés par cette mesure ont demandé la suspension de l’application de la décision, jusqu’à ce que toute la lumière soit faite sur cette nouvelle disposition. Face à cette situation, l’administration a engagé un forcing par le biais de la Direction du commerce qui a menacé les commerçants d’un retrait de leur registre du commerce, «s’ils n’appliquaient pas les décisions de la wilaya». Aujourd’hui, les mêmes appréhensions sont soulevées par les commerçants de la capitale. A l’adresse du premier magistrat de la capitale, ils comptent transmettre une lettre «demandant des explications sur la portée de cette mesure».
A. B.

"source le soir d`Algerie"

mghobrini
29/11/2009, 12h49
Bonjour,


Voici plusieurs années qu'on nous bloque l'obtention d'un permis de construire en raison soit disant du périmétre de sécurité.

Nous souhaitons ralier les associations et comités en cours d'organisation pour faire revendiquer nos droits de citoyen car pour moir cet arrêté est une injustice complète où de nombreuses familles sont impactées. Il n'y a aucune raison à ce que cet arrêté soit plus contraignant ques les directives et réglements internationaux en vigueur.

Avez vous des informations sur ces associations qui se mettent en place svp?


En vous remerciant par avance, bien cordialement.

M. BAKALEM