PDA

Voir la version complète : Guantanamo : libération de cinq Algériens



Guimi
20/11/2008, 22h28
Guantanamo : la justice américaine ordonne
la libération de cinq Algériens
lefigaro.fr (avec AFP et AP)



Un juge fédéral de Washington a estimé jeudi qu'ils étaient détenus de manière illégale, depuis janvier 2002.

Alors que le président élu Barack Obama prépare la fermeture de Guantanamo, un juge fédéral de Washington a affirmé que cinq Algériens étaient détenus illégalement et a ordonné leur libération. Richard Leon a en revanche considéré que la détention d'un sixième était légale.

Selon lui, «le gouvernement avait échoué» à prouver que les cinq hommes prévoyaient de se rendre en Afghanistan pour combattre les forces américaines, comme le leur reprochait l'accusation à l'ouverture de leur procès le 6 novembre, et que par conséquent le tribunal devait «ordonner leur libération».

Les six hommes, qui avaient été transféré dans la base cubaine en janvier 2002, contestaient leur détention dans le cadre de la procédure dite d'«Habeas Corpus», autorisée le 12 juin par la Cour suprême qui a reconnu que les quelque 250 détenus actuellement emprisonnés à Guantanamo disposaient de droits constitutionnels.

Charges abandonnées

Arrêtés en Bosnie où ils résidaient fin 2001, les cinq hommes sont Lakhdar Boumediene, 42 ans, Mustafa Ait Idir, 38 ans, Mohamed Nechla, 40 ans, Hadji Boudella, 43 ans et Saber Lahmar, 39 ans.

Le sixième, Belkacem Bensayah, 46 ans, s'est vu refuser la libération car «le gouvernement a établi (...) qu'il est probable que M. Bensayah ait prévu de se rendre en Afghanistan» pour y combattre les Etats-Unis «et de faciliter le voyage à d'autres dans le même but», a expliqué le juge.

Les charges de complot pour un attentat à la bombe contre l'ambassade américaine de Sarajevo qui pesaient contre les six hommes lors de leur arrestation ont été abandonnées depuis par le gouvernement Bush.

Proche du Parti républicain, Richard Leon est le premier juge américain à mener à terme une procédure en «Habeas corpus». Près de 150 autres doivent suivre.