PDA

Voir la version complète : Situation de nos entreprises publiques



halcan
06/04/2011, 12h36
Le P.D.G de la Société des Ciments de l'Algérois (S.C.AL) a coulé cette entreprise, pourtant légendaire, impunément aux yeux de tout le monde .

Monsieur le P.D.G, permettez-moi de dresser en face de vous ce miroir que vous risquerez de maudire le restant de votre vie, puisqu’il vous reflétera la réalité connue pour son amertume au goût des gents comme vous. Tout ce qu’un bon dirigeant ne doit pas l’être vous l’êtes et tout ce qu’il ne doit pas faire vous le faites. Vous êtes réellement l’homme qu’il ne faut pas dans la place qu’il faut. Vos obscénités ont fini par avoir raison de toute création de valeur dans cette entreprise, pourtant légendaire. Il est vrai également que la conjugaison de vos incompétences managériales, vos pratiques de gestion archaïques et vos iniquités sociales ont fait de vous non seulement la personne la plus contestée et la plus indésirable de la société mais également la cause directe de son agonie aujourd’hui. S’il y avait justice, c’est vous qui devriez être à la rue aujourd’hui et non pas les compétences que vous aviez fait fuir par votre médiocrité, mais ne vous inquiétez guère Monsieur le P.D.G et continuez à sévir bien tranquillement puisque chez nous c'est ainsi et l’échelle de valeur dans nos entreprises publique aujourd’hui se lie de bas en haut.

halcan
07/04/2011, 22h45
Beaucoup de personnes n’arrêtent pas de me traiter de fou du fait d’avoir démissionné d’un poste que j’occupais au sein de la Société des Ciments de l’Algérois (SCAL Rais Hamidou). OK, d’un point de vue ils ont raison du moment que je suis père de 6 enfants et que je n’ai pas le droit de mettre l’avenir de ma famille en péril. Seulement voilà, de mon côté je vois les choses autrement et en voici les raisons :

- je n’ai rien perdu, puisque j’occupais un poste très en deçà de mes qualifications,
- je n’ai rien perdu, puisque je percevais un salaire très en deçà de mes charges mensuelles,
- je n’ai rien perdu, puisque je me sentais humilié au quotidien pas des responsables non qualifiés,
- je n’ai rien perdu, puisque le fait de rester dans cette entreprise est une perte de temps pour moi.

Et donc j’ai tout à gagner avec cette démission ; ma dignité, ma santé et mon temps pour tenter autre choses et être plus utile ailleurs.

Mes amis, ma décision de démissionner est une manière de dire à ces dirigeants qu’ils ne détiennent ni le ciel sur ma tête, ni le sol sous mes pieds pour supporter leur obscénités sans leur claquer la porte au visage. Croyez-moi, c’est comme cela qu’il faudrait agir et pas autrement, avec l’archaïsme de ces dirigeants que l’économie dirigée des années 70/80 a laissé dépourvus de qualifications et de compétences tant en matière de management des hommes qu’on matière de pratique de gestion moderne.

Et par conséquences, cette démission est une manière de protester et de contester l’incompétence de ces dirigeants et leurs pratiques malsaines qui ont mené aujourd’hui notre entreprise à une situation synonyme de dépôt de bilan.