PDA

Voir la version complète : S.o.s casbah



la terre
24/05/2011, 17h52
bonjour à tous.
j'ai reçu ce message voilà quelques jrs et j'aimerai que chacun de vous passe l'info autour de lui .merci

[url=http://www.founounes.com/online/index.php?mact=news.cntnt01.detail.0&cntnt01articleid=772&cntnt01returnid=15

ahmeddamien
24/05/2011, 19h04
salam terre
probleme avec ton lien

fullana
24/05/2011, 19h24
salam terre
probleme avec ton lien

salam terre prpbleme avec ton lien....moi aussi..

j'aimerai bien si tu venais plus souvent....à bientôt

miange-midemon
24/05/2011, 19h30
salam terre prpbleme avec ton lien....moi aussi..

j'aimerai bien si tu venais plus souvent....à bientôt

fullana essayes celui la Founoune - Forum de l'art - Bienvenue sur le site de Founoune (http://www.founounes.com/online/index.php?mact=news.cntnt01.detail.0&cntnt01articl) eid=772&cntnt01returnid=15

au_gré_du_vent
24/05/2011, 20h22
tu veux dire ce lein Malak
Founoune - Forum de l'art - Bienvenue sur le site de Founoune (http://www.founounes.com/online/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=772&cntnt01returnid=15)

au fait, Malak, je te propose un truc pour le jour où on se reverra: une virée à la casbah, c'est un truc que je voulais faire depuis lurette et avec toi je sais que ça sera SUPER!

S'il nous faut un guide, on en prend

ça te dit?

au_gré_du_vent
24/05/2011, 20h24
je copie des images du dit article



http://www.founounes.com/online/uploads/images/casbahdalger1.jpg

http://www.founounes.com/online/uploads/images/casbahdalger2.jpg

http://www.founounes.com/online/uploads/images/casbahdalger2.jpg

je trouve ça IMPARDONNABLE!

au_gré_du_vent
24/05/2011, 20h41
y a des promesses de dons à faire ici les gars

suivez le lien suivant

Association DARNA (http://darnadz.org/)

djazaire62
24/05/2011, 21h11
écouter toute l'Algérie et comme la CASBAH ? allez voir belcourt, el biar ,el harrach et compagnie ont vis dans un pays de merde en ruine .si on se bouge pas le cul personne le ne fera a notre place .pire que ca même les dessin au hoggar ont était tagué par des militaires débile avec la mention (la quille dans 60 jours).
la casbah nous représente nous tous une société en plein descente en enfer .
une société perdu dans le néon .
une société en ruine aucune colle forte au monde ne pourras recoller les morceaux .
FAUT ADMETTRE QUE ONT A RIEN ET LE PEUT CE QUE ONT POSSÉDAIT ET PARTI EN FUMER .
MOI PERSO JE SUIS CHOQUER PAR LA VITESSE DU CHANGEMENT DANS LE MONDE REGARDER AUTOUR DE VOUS PLEIN DE GENS ICI VIVE A L'ÉTRANGER POUR QUOI????
VOUS NE VOULEZ PAS DE LA FRANCE EN ALGÉRIE ?? BAH RESTEZ CHEZ VOUS EN ALGÉRIE


LALA ADOUWA ET HADJETHA EHLOUWA JE TRADUIT PAS

au_gré_du_vent
24/05/2011, 21h31
OK!
on plie tous nos bagages, on quitte tous

c'est une solution?

miange-midemon
24/05/2011, 21h32
tu veux dire ce lein Malak
Founoune - Forum de l'art - Bienvenue sur le site de Founoune (http://www.founounes.com/online/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=772&cntnt01returnid=15)

au fait, Malak, je te propose un truc pour le jour où on se reverra: une virée à la casbah, c'est un truc que je voulais faire depuis lurette et avec toi je sais que ça sera SUPER!

S'il nous faut un guide, on en prend

ça te dit?

oui et merci d'avoir posté ces photos désolantes de ce qui reste de notre patrimoine!

pour la virée je suis ok next destination est la casbah, je suis partante comme tu dis ca va être SUPER ensemble:icon_wink:

pour le guide je crois que c'est une bonne idée y a même des agences pour ça. donc en attendant la destination far qu'on s'est fixée toutes les deux allons a la découverte de ce qui est tout proche :icon_wink:

la terre
24/05/2011, 21h40
salam.
un grand merci à toi Au-Gré-Du-Vent. je ne suis pas trés forte en informatique.
l'archi.qui s'en occupe a vraiment besoin d'être soutenu.
cet algerien est parti pour une bataille du "pot de terre contre le pot de fer",les premiers combattants parceque c'est des combattants! sont morts,maintenant ya risque de voir tout ça rasé ! .
vous ne pouvez pas le soutenir financierement qu'a cela ne tienne,faire circuler les images et surtout l'info.
merci,merci.....

au_gré_du_vent
24/05/2011, 21h43
c'est la moindre des choses

allez les gars, promettez des dons ne serait ce que symboliques, et surtout tenez vos promesses.

Je les ai personnellement contacté et je n'ai pas encore reçu de mail de confirmation

au_gré_du_vent
24/05/2011, 21h44
oui et merci d'avoir posté ces photos désolantes de ce qui reste de notre patrimoine!

pour la virée je suis ok next destination est la casbah, je suis partante comme tu dis ca va être SUPER ensemble:icon_wink:

pour le guide je crois que c'est une bonne idée y a même des agences pour ça. donc en attendant la destination far qu'on s'est fixée toutes les deux allons a la découverte de ce qui est tout proche :icon_wink:

comme tu dis, commençons par ce qui nous proche:)

J'ai déjà hâte:)

miange-midemon
24/05/2011, 21h46
salam.
un grand merci à toi Au-Gré-Du-Vent. je ne suis pas trés forte en informatique.
l'archi.qui s'en occupe a vraiment besoin d'être soutenu.
cet algerien est parti pour une bataille du "pot de terre contre le pot de fer",les premiers combattants parceque c'est des combattants! sont morts,maintenant ya risque de voir tout ça rasé ! .
vous ne pouvez pas le soutenir financierement qu'a cela ne tienne,faire circuler les images et surtout l'info.
merci,merci.....

salam la terre et ravie de te relire
on essayera de faire notre mieux pour faire circuler l'info et les aider à recevoir des dons inshallah

merci à toi de t'en soucier, et de nous informer.

miange-midemon
24/05/2011, 21h49
comme tu dis, commençons par ce qui nous proche:)

J'ai déjà hâte:)

moi aussi, :)
bientot ma belle, juste je passe ces petites turbulences et hop, we go:icon_wink:

la terre
24/05/2011, 22h46
Bravo les filles !il faut prendre des photos et les faire circuler. à montpellier vers la fin juin dans une assemblée generale il sera question de la casbah d'Alger.

au_gré_du_vent
24/05/2011, 23h27
ok alors, on fera de sorte Malak et moi à nous balader avec appareils numériques avant fin juin

mais au fait, pourquoi Montpellier? c'est un truc à nous la Casbah, wella lala?:mogo:

Sabrina
24/05/2011, 23h40
tout cela est voulu!! et vous savez par qui je n' ai pas besoin de vous faire un dessin!
les filles avant de vous embarquer dans la casbah..faut être vigilantes! les habitants de la Casbah la majorité ne sont pas ses vrais habitants et parfois ils squattent les lieux! et il y a beaucoup de voyous et darabine el mouss!
La Casbah est morte avec ses braves! ce qui sont morts sont morts et ceux qui sont partis sans retour.
La Casbah est laissé a elle même et les autorités ne feront rien pour...ils s' en foutent et ça les arrange qu' elle disparaisse..un journaliste que je connais m' as dit la Casbah fait penser a nos vautours la guerre d’Algérie et la bataille d' Alger surtout qui leur fait penser qu' ils sont des faux moudjahidine.

la terre
24/05/2011, 23h53
salut Gré
c'est une association qui m'invite à leur assemblée generale et ils ont un programme de soutien pour transmettre l'apiculture à des fellahs en KABILIE et ailleurs ..donc il faut faire circuler l'info "casbah" et faire pression pour que les engins ne rasent pas ce coin de notre histoire.
tu sais gré,je suis dans une autre façon de voir les choses et mes amis aussi.je m'explique:
la casbah sera aussi défendu par des femmes et des hommes qui ont la nationalité française parcequ'ils sont nés ici,ils sont pour preserver la memoire des femmes et des hommes qui ont la nationalité algerienne,ils seront aussi auprés d'autres femmes et hommes à l'extreme orient..etc
tu vois comme nous sommes formatés,"...c'est un truc à nous.."
si tu sors un peu de ce cet enfermement,tu sera concernée par ce qui se passe dans le monde et tout les petits ( par les moyens) qui souffrent faute d'union pour lutter contre ce cancer mondial: l'argent.
MOSANTO,un semencier qui à 90% du marché mondial,qui seme la misere dans le monde. les paysans du monde s'unissent pour essayer de le faire tomber,si chacun disait ..."oui ,c'est mon truc.." la famine serai plus importante.
la casbah est une oeuvre qu'il faut proteger et des membres de cette assoc.sont algeriens et souhaitent ENTERRER A JAMAIS LA RUMEUR DE LA DESTRUCTION DE LA CASBAH POUR FAIRE DES IMMMEUBLES EN BETON.
j'ai envie de te dire que je suis citoyenne du monde et enfant de l'Algerie.
bonne nuit

Sabrina
25/05/2011, 00h47
salut Gré
c'est une association qui m'invite à leur assemblée generale et ils ont un programme de soutien pour transmettre l'apiculture à des fellahs en KABILIE et ailleurs ..donc il faut faire circuler l'info "casbah" et faire pression pour que les engins ne rasent pas ce coin de notre histoire.
tu sais gré,je suis dans une autre façon de voir les choses et mes amis aussi.je m'explique:
la casbah sera aussi défendu par des femmes et des hommes qui ont la nationalité française parcequ'ils sont nés ici,ils sont pour preserver la memoire des femmes et des hommes qui ont la nationalité algerienne,ils seront aussi auprés d'autres femmes et hommes à l'extreme orient..etc
tu vois comme nous sommes formatés,"...c'est un truc à nous.."
si tu sors un peu de ce cet enfermement,tu sera concernée par ce qui se passe dans le monde et tout les petits ( par les moyens) qui souffrent faute d'union pour lutter contre ce cancer mondial: l'argent.
MOSANTO,un semencier qui à 90% du marché mondial,qui seme la misere dans le monde. les paysans du monde s'unissent pour essayer de le faire tomber,si chacun disait ..."oui ,c'est mon truc.." la famine serai plus importante.
la casbah est une oeuvre qu'il faut proteger et des membres de cette assoc.sont algeriens et souhaitent ENTERRER A JAMAIS LA RUMEUR DE LA DESTRUCTION DE LA CASBAH POUR FAIRE DES IMMMEUBLES EN BETON.
j'ai envie de te dire que je suis citoyenne du monde et enfant de l'Algerie.
bonne nuit

Donc tu as déjà entendu tout comme moi la rumeur que même les pieds noirs d' Algérie sont horrifié et se préparent a défendre la Casbah!
j' ai entendu et lu sur beaucoup de forum pieds noirs et Algérien que l' état Algérien laisse la Casbah a elle même sans rénovation! justement parce qu' ils ont projet! est de construire un nouveau quartier d' affaire ultra moderne et cela sur notre mémoire! notre histoire, notre vieille cité millénaire!
je suis dégoûtée a un tel point que j' ai envie de crier.
il est temps de bouger! Algériens de l' intérieur de l' extérieur, et tous ceux qui aiment l' Algérie et son patrimoine historique.

Sabrina
25/05/2011, 00h53
Urbanisme : Quand une ville se défait
in Le Monde Diplômatique décembre 2010

Comment comprendre une ville lorsqu’on y déambule ? Entre la Casbah abandonnée et les cités-dortoirs de la périphérie, l’histoire algérienne s’est inscrite dans la géographie de la capitale, avec ses omissions, ses compromissions. Le destin d’Alger la Blanche traduit ainsi le délitement du « pacte » national noué au moment de l’indépendance.

Par Allan Popelard et Paul Vannier

Passé 20 heures, Alger se meurt. Les garçons de café rangent les terrasses ; les commerçants baissent le store de leur boutique. Dans le désert du centre-ville ne s’observent plus que les barrages de police qui contrôlent les automobilistes. La mémoire de la terreur des années noires, des voitures piégées dans la rue, des bombes aux entrées de cinéma est encore vive . Quant à la volonté de contenir l’islamisme, elle a conduit l’Etat à satisfaire certaines de ses exigences. En Algérie, mille deux cents débits de boissons ont fermé par décision administrative entre 2006 et 2008. Les lieux publics se raréfient chaque année. L’espace de loisir se confond peu à peu avec l’espace domestique. Aux balcons, les paraboles ont fleuri.

Certes, les gargotes continuent d’animer les quartiers du centre, de Bab el-Oued, de Belcourt. Mais à mesure que la nuit tombe, ne restent ouverts que les grands hôtels et les clubs sélects des quartiers chics. Seule la bourgeoisie peut alors se réunir ; elle a su aménager ses propres espaces, censitaires, de récréation. A Sidi Yahia, en contrebas du quartier riche d’Hydra, s’égrènent le long d’une rue les magasins de grandes enseignes et les auvents de cafés en vogue où garçons et filles peuvent se retrouver — les terrasses du centre-ville et des quartiers pauvres sont, elles, presque exclusivement masculines. L’initiative privée a métamorphosé ce fond d’oued qui, il y a peu, n’accueillait que quelques maisons. Sidi Yahia est ainsi devenu l’un des lieux de rendez-vous favoris de la jeunesse dorée. Les quartiers populaires, eux, sont laissés à l’abandon. Symbole et symptôme de cette incurie, la Casbah.

Inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1992, le cœur historique d’Alger tombe en ruine. Les immeubles disparaissent, remplacés par des tas de gravats. Des échafaudages, des poutres métalliques, des armatures en bois soutiennent les murs fissurés. Alors que tout avait été pensé pour soustraire au regard des voisins et passants le cheminement intime des journées en famille, le ventre ouvert de certaines maisons constitue une percée obscène. Faïences brisées, boiseries arrachées : le délabrement des patios laisse entrevoir l’ampleur du désastre.

Nul ne s’aventure dans ce labyrinthe d’escaliers et de ruelles. Pour beaucoup d’Algérois, la Casbah est une terra incognita. Au moment de l’indépendance, la plupart des familles qui la peuplaient sont parties, préférant les logements des Européens, plus modernes, plus confortables. D’autres, ruraux en exil, ont pris possession du quartier. Ils ont enfoncé les portes des maisons laissées vacantes et les ont squattées. La Casbah est devenue un sas où l’on vit quelque temps avant de trouver autre chose ailleurs.

Avec le départ des vieilles familles, l’endroit s’est dégradé. Une partie des nouveaux habitants saccagent leurs domiciles pour bénéficier de procédures de relogement. Le dégât des eaux est une technique couramment utilisée. D’après M. Lahsen, membre de la Fondation Casbah, une association qui tente de restaurer le patrimoine de ce quartier, trois cent cinquante maisons auraient ainsi été détruites. Hormis la réhabilitation de quelques bâtiments comme le palais de Mustapha Pacha, les autorités laissent faire.

Pour les habitants comme pour les gens de passage, Alger, pourtant, c’est ici, place des Martyrs, dans la basse Casbah. Dans cette cité façonnée par le colonisateur, qui, au crépuscule, quand grisonne la blancheur des façades, ressemble tant à Paris, la Casbah, c’est le peu qui reste de la ville arabe et ottomane. Comment expliquer que l’Etat ne lui accorde aucune valeur ?

Le fait qu’elle a toujours été considérée comme un lieu de dépravation joue sans doute un rôle. Espace de trafics, de bordels, elle résiste aux discours moralisateurs des gouvernements comme des islamistes, toujours prompts à exalter l’authenticité des masses paysannes contre la dissolution des mœurs urbaines. Mais cette anomalie s’explique plus sûrement par la façon dont les dirigeants du Front de libération nationale (FLN) ont, dès la guerre d’Algérie, conçu et construit le cadre de leur légitimité politique.

Celle-ci n’est pas démocratique, fondée sur des élections pluralistes. Elle est historique et s’enracine dans la guerre d’indépendance. Les résistants de la Casbah sont certes partie prenante de ce moment fondateur, mais, lors de la bataille d’Alger de 1957, le démantèlement de la résistance intérieure par les parachutistes du général Massu leur imposa deux ans d’efforts de réorganisation. La Casbah est le lieu d’une défaite militaire.

Si la guerre d’Algérie fut gagnée politiquement par les Algériens, il n’en alla pas de même sur le plan militaire. Cette réalité, les officiers arrivés au pouvoir grâce au coup d’Etat du colonel Houari Boumediene en 1965 l’ont occultée. Aucune célébration officielle de la bataille d’Alger n’existe, tandis que les manifestations algéroises de décembre 1960 sont commémorées. La Casbah peine à trouver sa place dans le champ de l’histoire nationale. Ce refoulement, cette amnésie découlent d’un processus de légitimation du pouvoir politique en place.

« Prendre Alger, c’était prendre l’Algérie. Tous les groupes en compétition se sont affrontés pour contrôler la capitale », souligne l’historien Benjamin Stora. Quand les Algérois virent pénétrer dans leur ville les chars de Boumediene, ils crurent d’abord que c’était, comme chaque jour, Gillo Pontecorvo, le réalisateur de La Bataille d’Alger, qui dirigeait son film. Ils pensèrent que des chars français avaient été amenés sur les lieux du tournage pour les besoins d’une reconstitution. Puis ils comprirent qu’ils étaient bien algériens et transportaient de véritables soldats. Une autre bataille d’Alger se préparait. Moins violente, mais tout aussi décisive pour l’avenir du pays. Dans les mois qui suivront l’indépendance, ceux de l’extérieur soumettront ceux de l’intérieur. Et, après les avoir écartés du pouvoir, les effaceront des livres d’histoire.
Haut lieu de l’émancipation
pour les peuples du tiers-monde

« Pourquoi laisse-t-on la Casbah se détruire ? », s’interroge un ancien résistant qui souhaite rester anonyme. « Depuis l’indépendance, explique-t-il, la plupart de ceux qui sont au pouvoir n’ont pas fait la révolution. Quel intérêt auraient-ils à honorer, à travers elle, ceux qui l’ont réellement menée ? » Symbole géographique d’une imposture historique, la Casbah constitue en soi un affront, car elle « rappelle en creux le coup d’Etat de 1965 et les origines illégitimes de l’Etat algérien ». Détruite, refoulée aux marges de la ville et de la mémoire, elle illustre la distance qui sépare l’Alger des années 1950-1960, haut lieu de l’émancipation pour les peuples du tiers-monde, de l’Alger d’aujourd’hui, capitale confisquée par l’oligarchie au pouvoir.

Les paysages et les formes de la métropole sont autant d’expressions spatiales d’une politique bureaucratique. La ville s’étale. Entre les immenses cités-dortoirs qui apparaissent aux marges de l’agglomération, les lotissements mordent sur les terres fertiles de la Mitidja. Dans un vaste mouvement de desserrement, la population du centre-ville s’est déversée dans les banlieues. Les plus aisés quittent les abords de la Grande Poste et de la rue Didouche-Mourad (anciennement rue Michelet) pour les quartiers chics des hauteurs de la ville. Quant aux classes populaires, elles habitent désormais dans les tours ou dans les bidonvilles des périphéries.

Comme avec la rente pétrolière, l’Etat a, dès l’indépendance, cherché dans la redistribution de la « rente urbaine » une source de légitimation. Madani Safar-Zitoun, sociologue à l’université d’Alger, rappelle ainsi qu’en 1962, les logements laissés vacants par le départ des pieds-noirs ont constitué un « butin de guerre coloniale » distribué par le pouvoir au peuple. Autour de ce partage s’est noué entre eux un « pacte tacite ».

« Nous sommes dans un Etat autoritaire, certes, mais qui fonctionne sur un autre modèle que la Tunisie ou le Maroc. Ici, tout repose sur le clientélisme, poursuit-il. L’Etat achète la paix sociale en cédant certains de ses biens avec des systèmes d’aides pouvant atteindre jusqu’à 50 % de la valeur d’un appartement. De la même façon, il ne réclame pas ses loyers, alors que 70 % des locataires du parc social ne les paient pas ! Le secret de la pérennité du pouvoir, c’est cette gestion populiste du logement. Et cela arrange tout le monde. »

Mohamed, la cinquantaine, nous accueille sur le seuil de son « deux-pièces cuisine ». Fièrement, il raconte comment il a construit de ses propres mains la maison dans laquelle il vit avec sa femme et ses cinq enfants. Sol cimenté, toit de tôle, murs de brique. Electricité et climatisation : « Tout le confort moderne », insiste-t-il. Rien ne semble contredire son contentement affiché, si ce n’est le bidonville qui s’étend tout autour de sa maison en un dédale de ruelles.

Construit dans les années 1990, au cœur de Bab Ezzouar, une banlieue de l’est d’Alger, ce quartier informel accueille trois cent cinquante personnes. Près de l’exutoire d’un égout de fortune, des ordures s’amoncellent. A l’arrière-plan, les cabanes branlantes d’hier se sont avec le temps transformées en solides baraques. Certaines d’entre elles, hautes de deux étages, ont des airs de petites maisons. Des familles nombreuses s’y entassent dans des pièces minuscules. Anciens paysans fuyant la misère rurale, mais aussi membres de la classe moyenne algéroise : commerçants, enseignants, policiers — comme Mohamed. Dans ces bidonvilles de fonctionnaires, « on ne vient pas s’installer parce qu’on est pauvre. Regardez le parking, il y a plein de belles bagnoles ! »

Il y a quelques années, Mohamed vivait encore chez ses parents. Avec sept frères, leurs femmes et leurs enfants : « Impossible de tous y rester. » Faute de pouvoir acheter un appartement ou d’en louer un — le loyer d’un deux-pièces dans une banlieue populaire équivaut au salaire minimum —, nombreuses sont les personnes désargentées, les jeunes couples surtout, qui se résignent à choisir la « voie royale » du bidonville. Royale car, à la faveur des opérations de relogement, il ne faut que cinq ans aux résidents des quartiers illégaux pour accéder au logement social, au lieu de vingt ans en moyenne. A l’échelle de l’agglomération, les surfaces occupées par l’habitat informel sont marginales. Mais ce circuit, connu de tous les Algérois, a contribué à étendre leur emprise.
De l’exode rural à
l’exode sécuritaire

Le pouvoir algérien n’a pas mis un terme à la crise du logement héritée de la colonisation. A la veille de la guerre d’indépendance, cent vingt-cinq mille « Français musulmans » vivaient déjà dans des bidonvilles. Depuis, la situation a empiré, l’urbanisation rapide créant de fortes tensions sur le marché du logement. En quarante ans, la population d’Alger a triplé, par accroissement naturel mais aussi du fait de l’exode rural, auquel s’est ensuite ajouté un « exode sécuritaire ». Une décennie de violences (1991-2001) a en effet poussé nombre d’Algériens à chercher refuge dans la capitale.

Les années noires — et leur urbanisme de guerre civile — ont généralisé l’usage territorialisé du clientélisme. Le Front islamique du salut (FIS) et le FLN se sont livré un combat brutal pour le contrôle de la ville et de ses habitants, tentant de tirer un profit politique de l’augmentation soudaine de la demande de logements.

Elus triomphalement aux municipales de juin 1990, les représentants du FIS ont laissé sortir de terre des lotissements autoconstruits, sans acte de propriété et sans permis de construire. Ceux de Bab Ezzouar ont des allures de Far West : venelles balayées par des vents de sable ; rien, personne. Sinon une boulangerie et une mosquée en construction. Et de petits immeubles d’inspiration postmoderne mêlant couleurs ocres et pilastres grecs.

En 1992, après le coup d’arrêt porté au processus électoral, les délégués exécutifs communaux, des commis de l’Etat, reconduisent le système. Dans cette période marquée par la violence, ils continuent d’attribuer de nouveaux terrains à des habitants dont ils veulent s’assurer le soutien. Une condition de leur survie politique. Voire de leur survie tout court.
La manne urbaine attire
toutes les convoitises

Depuis la fin de la guerre civile, la question du logement se pose avec plus d’insistance. Certes, M. Abdelaziz Bouteflika a entonné à son tour la ritournelle politique de tous ses prédécesseurs. Lors de sa campagne électorale de 2009, il s’est engagé à construire un million de logements en cinq ans, présentant « l’éradication de l’habitat précaire » comme l’une de ses priorités. Le bidonville de Bab Ezzouar a bien été détruit en juillet 2010, après relogement de ses habitants dans des immeubles neufs en périphérie de la ville. Mais à l’ouest de la capitale, sur les hauteurs de Bologhine, un quartier aux allures de favela abrite toujours des milliers de personnes à flanc de colline. Pour elles, rien n’est prévu ; et le flot des nouveaux arrivants ne tarit pas.

Les révoltes qui éclatent régulièrement dans les quartiers pauvres sont l’indice d’un délitement du « pacte » national qui a longtemps lié la classe politique à la population. Pour Nordine Grim, journaliste à El Watan, la crise du logement résulterait moins d’une distorsion entre l’offre et la demande que de l’inconséquence du pouvoir. « En Algérie, explique-t-il, il y a sept millions deux cent mille logements pour trente-quatre millions d’habitants. La taille moyenne des ménages étant de cinq personnes, on devrait pouvoir loger tous les Algériens avec un taux d’occupation très convenable. La crise du logement n’est pas seulement un problème de disponibilité. C’est surtout un problème de répartition. La vraie question, ici, c’est le clientélisme et la corruption. »

Au sein de l’administration, des réseaux proches du pouvoir s’affrontent pour le contrôle de la rente urbaine. M. Mohamed Larbi Merhoum en a fait l’expérience. Prix national d’architecture, il concourt en 2007 pour la construction d’un pôle universitaire à Alger. Classé premier à l’examen technique, son projet est écarté lors d’un second tour portant sur les conditions financières. Or, il est trois fois moins cher que celui du lauréat, un cabinet tunisien. « La différence entre eux et moi, c’est qu’ils exigeaient d’être payés à 90 % en devises et à l’étranger, alors que je demandais des dinars, en Algérie. » Il est en effet beaucoup plus difficile de vérifier où va l’argent une fois qu’il est sorti du pays. Une partie des paiements serait ainsi détournée et transformée en rétrocommissions.

Ayant relevé l’absence d’agrément du cabinet gagnant en Tunisie, M. Merhoum put porter un recours devant la Commission nationale des marchés. Le concours fut relancé, mais il en fut exclu de facto. Et le projet fut finalement attribué en 2009 à un bureau d’études sud-coréen… pour un montant deux fois supérieur à celui de l’architecte algérien.

La manne urbaine attise toutes les convoitises. Elle donne lieu à une géopolitique interne d’autant plus difficile à démêler que les responsabilités en matière d’aménagement sont mal définies. « Il y a une triple tutelle en la matière, nous explique M. Merhoum : celle du ministère de l’aménagement du territoire, celle du ministère de l’urbanisme et celle de la wilaya, la préfecture. Les trajectoires des uns et des autres, leurs ambitions personnelles, leur capacité à mobiliser les réseaux dans lesquels ils s’intègrent ont une grande influence dans la conduite des projets engagés à Alger. » Les rivalités pour le contrôle d’un territoire qui assure pouvoir et profits sont telles qu’elles se traduisent par la paralysie de certains chantiers. Quant aux élus locaux, « exclus ou compromis dans des logiques occultes, ils ne constituent jamais un contre-pouvoir ».

Rue Larbi-Ben-M’hidi (anciennement rue d’Isly), entre la cinémathèque et le théâtre national, le bâtiment inachevé du Musée d’art moderne d’Alger (MAMA) offre une bonne illustration de la façon dont la classe dirigeante instrumentalise la politique urbaine au service de ses intérêts particuliers. Au début de l’année 2006, le gouvernement décide d’ouvrir un musée d’art moderne — le premier du genre en Algérie, le second en Afrique — dans les anciennes Galeries de France, immeuble néomauresque du début du XXe siècle. Un concours national est organisé pour en désigner l’architecte. L’Algérois Halim Faïdi, médaillé de l’Académie française d’architecture, le remporte. Quand Alger devient capitale de la culture arabe en 2007, le ministère de la culture commande à M. Faïdi, dans l’urgence, une structure provisoire. Le reste, promet-on, viendra plus tard. L’architecte s’attelle à la tâche et conserve dans ses cartons le projet portant sur l’ensemble du site.

Mais, passé l’inauguration, les travaux ne reprennent pas. « Actuellement, il n’y a même pas de bureau sur site pour le directeur ni de réserve pour stocker les œuvres. Les normes de sécurité ne sont pas respectées, que se passerait-il en cas d’incendie ? Dans de telles conditions, comment espérer accueillir des collections venant de musées étrangers ? Au ministère, on fait croire aux Algériens que le MAMA est un musée, alors qu’au mieux ça n’est qu’une galerie ! Tout ça n’est que de l’affichage, du trompe-l’œil ! »

Alger la Blanche est devenue la scène d’un théâtre d’ombres. Derrière le paravent immaculé de la révolution, l’oligarchie au pouvoir a tiré les fils d’un tissu urbain dont ne subsistent que des lambeaux décousus.

Allan Popelard et Paul Vannier.

au_gré_du_vent
25/05/2011, 17h15
salut Terre

Chapeau bas à ta sagesse et matuirité d'esprit.

Je ne trouve rien à renchérir!


salut Gré
c'est une association qui m'invite à leur assemblée generale et ils ont un programme de soutien pour transmettre l'apiculture à des fellahs en KABILIE et ailleurs ..donc il faut faire circuler l'info "casbah" et faire pression pour que les engins ne rasent pas ce coin de notre histoire.
tu sais gré,je suis dans une autre façon de voir les choses et mes amis aussi.je m'explique:
la casbah sera aussi défendu par des femmes et des hommes qui ont la nationalité française parcequ'ils sont nés ici,ils sont pour preserver la memoire des femmes et des hommes qui ont la nationalité algerienne,ils seront aussi auprés d'autres femmes et hommes à l'extreme orient..etc
tu vois comme nous sommes formatés,"...c'est un truc à nous.."
si tu sors un peu de ce cet enfermement,tu sera concernée par ce qui se passe dans le monde et tout les petits ( par les moyens) qui souffrent faute d'union pour lutter contre ce cancer mondial: l'argent.
MOSANTO,un semencier qui à 90% du marché mondial,qui seme la misere dans le monde. les paysans du monde s'unissent pour essayer de le faire tomber,si chacun disait ..."oui ,c'est mon truc.." la famine serai plus importante.
la casbah est une oeuvre qu'il faut proteger et des membres de cette assoc.sont algeriens et souhaitent ENTERRER A JAMAIS LA RUMEUR DE LA DESTRUCTION DE LA CASBAH POUR FAIRE DES IMMMEUBLES EN BETON.
j'ai envie de te dire que je suis citoyenne du monde et enfant de l'Algerie.
bonne nuit

au_gré_du_vent
25/05/2011, 17h15
Ma chere Sab,
si c'est aussi dangereux, alors file nous l'adresse de garde corps ness mle7 là bas:)

ahmeddamien
25/05/2011, 17h26
salam gre.......................

au_gré_du_vent
25/05/2011, 17h31
les salamakes c'est au café grand frere:)

tu veux te joindre à Malk et moi pour la balade à la casbah? mais je ne sais pas si t'es assez fort pour jouer aux garde_corps lol

djazaire62
25/05/2011, 18h07
je peux venir moi aussi? je serai début juin a Alger la casbah et pour moi un passage obligatoire vue que je suis née la bas et toute ma famille se trouve la bas en fin ce qui reste de ma famille ,
je ferai le guide

au_gré_du_vent
25/05/2011, 18h19
euuuh... qu'ne pense tu Malak? on prend un guide qui voudra d'une algerie française?:shok:

djazaire62
25/05/2011, 18h52
si la France ôte le visa pour les algériens 99%de la population algérienne débarque en France le soir même alors pas d'hypocrisie svp

au_gré_du_vent
25/05/2011, 18h55
J'en connais qui partent en France sans la porter dans leurs coeurs pour autant... pour eux c'est supposé être une étape...

la terre
26/05/2011, 14h28
salam à tous.
visiter la casbah mais prudence ! sil y souci ne faites rien.
les photos servent juste pour réveiller les consciences. faites surtout passer l'info.
il faut que tous,à saida,tam.,annaba,oran,alger...soient au courant.pour le moment c'est arreter la destruction !
il y a eu assez de destruction : destruction humaine ! atroce!
destruction de richesse,destruction de culture,..l'Algerie est face au mur

la terre
26/05/2011, 14h37
merci sabrina. (je n'ai pas le temps de chercher ) tu me confirme qu'en 1992 le centre d'Alger donc la casbah est patrimoine de l'humanité.
donc ce n'est plus une affaire interne mais bien internationale.

djazaire je te confie les filles !
ne les laisse courrir aucun risque.

au_gré_du_vent
26/05/2011, 14h46
Terre, je crois que tu confies la bergerie au loup :icon_mrgreen:

ceci dit, ni Malk ni moi ne sommes des brebis :up:

et Dj peut prendrre les photos comme un grand pour deux raisons: c'est d'abord son metier,, ses photos seront donc plu convaincantes et meiux réussies, et secundo c'est sa houma apparemment...

l'affaire est donc réglée:)


au fait Miss Terre, je m'étais inscrtie sur le site de l'assocaition 'DARNA" en donnant mon mail, ils devaient envoyer un mail pour confirmer mais je n'a rien reçu or moment...si tu les connais, informe-les car je risque de ne pas êtres eule dans ce cas

djazaire62
26/05/2011, 14h49
ahh moi je suis comme Rouiched je suis responsable de personne je doit d'abord surveiller mon matos et je m'en fou si gré ce fait enlever

au_gré_du_vent
26/05/2011, 14h52
ahh moi je suis comme Rouiched je suis responsable de personne je doit d'abord surveiller mon matos et je m'en fou si gré ce fait enlever

et c'est ppour ça que je serais plus rassurée si Ahed le gentleman se joint à la raondonnée :lol

djazaire62
26/05/2011, 15h00
TU CROIS qu'il sera en mesure de proteger deux ewliyet comme toi et moi?mdrrr

la terre
26/05/2011, 15h11
je ris jusqu'aux larmes..hahaha...
pas de probleme gré, c'est du serieux. l'archi qui s'en occupe va tout mettre en oeuvre pour réussir pour deux raisons:
1,son collegue et ami qui s'est battu pour sauver la casbah est mort,il veut lui rendre hommage
2,c'est un homme qui ne veut plus fermer les yeux et participer à la destruction de SON PATRIMOINE ET CELUI DE CES ENFANTS.
je te confirme que j'ai bien eu une réponse avec un mot de cet archi.

au_gré_du_vent
26/05/2011, 15h13
TU CROIS qu'il sera en mesure de proteger deux ewliyet comme toi et moi?mdrrr

:lol:
là tu m’inquiètes serieusment Dj!!!!

au_gré_du_vent
26/05/2011, 15h13
il faut bien sé défouler un peu:)

merci terre

je ris jusqu'aux larmes..hahaha...
pas de probleme gré, c'est du serieux. l'archi qui s'en occupe va tout mettre en oeuvre pour réussir pour deux raisons:
1,son collegue et ami qui s'est battu pour sauver la casbah est mort,il veut lui rendre hommage
2,c'est un homme qui ne veut plus fermer les yeux et participer à la destruction de SON PATRIMOINE ET CELUI DE CES ENFANTS.
je te confirme que j'ai bien eu une réponse avec un mot de cet archi.

djazaire62
26/05/2011, 15h14
lolt'a rien vue encore

au_gré_du_vent
26/05/2011, 15h15
lolt'a rien vue encore

yak tu n'es pas du genre à se barder de bijoux et à parler avec des manieres de femme ? :lol:

dans ce cas mana3erfk ma ta3refni surtout das un quartier populaire! :)

djazaire62
26/05/2011, 15h24
comment tu la su? je suis comme je suis mon coté féminin et plus fort j'ai hâte de te voir comme ca ont se raconterai des trucs de filles

la terre
26/05/2011, 21h58
bonsoir. il n'y a pas foule sur S.O.S casbah !
je pensais que tous vous êtes prets a defendre cette patrie corps et ame ! vous etes où tous ????
c'est en se donnant tous la main que l'on est fort.
j'attends de lire que vous etes tous concernés par la casbah
merci

djazaire62
27/05/2011, 11h14
la ou je suis né et grandi


http://www.algerie-news.com/wp-content/uploads/2011/04/Casbah-dAlger.jpg

ahmeddamien
27/05/2011, 11h42
salam
la fondation agha khan participe bcp a la restauration du patrimoine
terre tu peux si tu es en contact leur passer le tuyau

djazaire62
27/05/2011, 12h01
ont a un pouvoir en place qui est borner il comprend rien et surtout il veux rien comprendre , même si toute les association de la planète se mette en place pour sauver la casbah rien ne va changer , primo car ca couterait des millions pour ne pas dire des milliards d'euros, second car ils ont pas la volonté de changer , juste un exemple de difficulté les ordures sont ramasser sur le dos des ânes car l'accès en voitures ou en camion et quasi impossible .la solution est : rererererefaire reloger tout les habitants de la casbah et dieux sais que c'est des milliers de familles.
faire appelle a des sociétés spécialiser dans la reconstitution du patrimoine (étrangère ) comme ils l'ont fait a dar essaltane (a bab el oued) je me trompe de nom je crois sachant que rien que pour ce petit château la société italienne a mis plus de 8 ans .
imaginons que la casbah sera sauver ect ect après ont doit sauver qui bab azzoune ? bab el oud , soustara? cadix? jemaa lihoud? renvali? ect ect.....
sans etre un oiseau de malheur je crois que sans un miracle du ciel rien ne sera fait pour sauver la casbah de la part de notre régime illettré
comme dis le proverbe chez nous ( quand ont donne une belle fleur a un âne il l'a mange )
je rajoute juste un truc c'est que la casbah est classer patrimoine mondiale de l'unseco , pour y toucher faut passer par eux, ce que le pouvoir algérien en place met en avant en se lavant les mains .
et dieu sais combien d'enveloppe en était offert au gouvernement algérien pour restaurai ce lieu . la je m'ennerve j'arrête

ahmeddamien
27/05/2011, 15h42
Aleppo, Syria, to Undergo Historical Restoration - 2010-04-19 | Ismaili.NET - Heritage F.I.E.L.D. (http://ismaili.net/heritage/node/29481)

la terre
27/05/2011, 15h47
Hola !! DZ ne casse pas la baraque.
j'y crois dur comme ferme que si tous comme un seul homme on s'oppose à sa destruction ,elle sera restaurée.

LE MONDE NE SERA PAS DETRUIT PAR CEUX QUI FONT LE MAL MAIS PAR CEUX QUI LES REGARDENT SANS RIEN FAIRE. Albert EINSTEIN.

djazaire62
27/05/2011, 15h53
J'ai bien peur que c'est trop tard ma très chère terre
mais tant que ya de la vie ya de l'espoire

Andro
27/05/2011, 21h11
ça me rappel quand j'étais jeune est pleine d'espoir.
En seconde avec mon option histoire des arts, j'ai du choisir un monument classé j'ai choisit pour l'occasion la casbah.
J'étais persuadée en écrivant mon texte que celle-ci survivrait aujourd'hui 4 années sont passée et l'espoir aussi.
Je ne voit pas de changement sauf d'autres dégradations et quelques bricolages d'associations qui font avec les moyens du bord.
A l'époque il me semble dans mes lointain souvenir était en construction ou bien étais ce un projet d'un mosquée, la 3eme plus grande mosquée du monde et 2.2 milliards de dollars ( prévue!!) Et donc la question qui m'étais venu pourquoi construire encore une mosquée et pourquoi la 3eme plus grande du monde alors qu'il 'y a certainement pas de danger que la religion disparaisse et les musulmans n'en seront pas moins musulman si il ne prie pas dans la 3eme plus grande mosquée du monde. Pourquoi donc rien n'est fait pris en charge je parle ici de l'état pour sauver la Casbah témoin de l'histoire témoin de l'art and co Je veux dire qu'en plus ce serais un super attrape touriste et qu'en plus de faire une bonne action ça rapporte de l'argent. Peut être pas autant que les magouilles des ceux qui ce cache derrière la religion et c'est dommage. C'est catastrophique :eusa_whistle:

Quand est il de cette moquée est ce que j'affabules ?

la terre
04/06/2011, 13h40
bonjour à tous
j'ai vu que vous etes nombreux à avoir visiter " s.os. casbah " .
avez vous fait une promesse de quelques dinars ? c'est plus important que de donner pour de vrai.
un grand nombres de gens qui defendent la meme chose peut etre une vrai forçe et faire reculer les responsables qui aspirent a detruire ce patrimoine
merci

zapp
04/06/2011, 19h33
salam a tous que vous soyez d'ici ou d'ailleurs 20 ans que la casbah est classer patrimoine mondial et ou en est t'elle maintenant ,elle se consumme de l'interieur tout cela parce que nous avons des dirigeant qui ne sont pas dignes de representer la nation ou est donc passer l'argent pour la casbah, c vrai que restaurer la casbah n'est pas facile il faut avoir la maitrise de restaurer pareil structures architecturals avec si besoin les pierres d'origines les mosaiques les fontaines etc... le lien de l'unesco

Casbah d'Alger - UNESCO World Heritage Centre (http://whc.unesco.org/fr/list/565/)

Sabrina
05/06/2011, 01h12
La Casbah d' Alger est unique au monde! c' est vrai qu' il n' est pas facile de maîtriser les techniques pour la restaurer y a tant de finesse et de grace! j' ai lu un jour que cette cité rivalisait avec les palais de Bagdad!
je bne sais pas pourquoi UNESCO ne se grouille pas pour la restaurer comme ils font avec d' autres sites moins riches. n' a t' elle pas été déclarée patrimoine mondial!??
il faut d' abord commencer par déloger les habitants qui ne sont pas propriétaires des maisons! mettre une loi sur place qui interdit les habitant transitaires! qui font que se loger et saccage les lieux! la Casbah est un endroit historique pas un bidon ville!
les fontaines, les mosaïques d' origine je vous parie qu' ils ont été volés par les transitaires! et ils sont quelque part dans la nature! et les demeures pour servir de décoration.
si l' état faisait une annonce et offrait une somme alléchante ! a qui conque détient une céramique,une pierre, une fontaine appartenant a la casbah vous allez voir que les pièces vont être retrouvées.
La casbah n' a pas juste subit les affres du temps...de la guerre mais aussi le non civisme de nos compatriotes qui s' en foutent de l histoire, de la richesse de leur patrimoine.

Sabrina
05/06/2011, 01h27
À propos de nous (http://www.akfc.ca/fr/aboutus.html)
pour les contacter
Aga Khan Foundation Canada - Contact Us (http://www.akfc.ca/aboutus/contact-us.html)

Sabrina
05/06/2011, 01h30
Les pieds-noirs lancent une pétition internationale
“Sauvons La Casbah d’Alger” 2006



Les amis pieds-noirs d’Algérie comptent lancer incessamment une pétition internationale sur leur site web, intitulé : piedsnoirs.viabloga.com/news pour sauver La Casbah d’Alger.
Dans un message paru sur leur site, les pieds-noirs lancent un appel aux amis de l’Algérie pour sauver La Casbah d’Alger, “un chef-d’œuvre en péril s’écroule chaque jour davantage. Il serait temps d’alerter l’opinion publique algérienne et internationale afin que des mesures draconiennes soient prises”, pour préserver un pan de l’histoire algérienne. Nombreux sont les pieds-noirs qui ont habité la Vieille cité d’Alger, tel l’acteur français, Roger Hanin, à la rue Maringo, ou encore Robert Castel. La Fondation de La Casbah, présidée par Ali Mebtouche, adhère à cette initiative.

pétition des pieds-noirs (http://www.bahdja.com/forum/Discussions-Gen%C3%A9rales/114022-p%C3%A9tition-des-pieds-noirs.html)

Sabrina
05/06/2011, 01h40
Algérianie » La Casbah d’Alger (http://lesamisdalgerianie.unblog.fr/?p=181&preview=true)

il faut un plan et surtout sensibiliser les Algériens de l' intérieur et de l’extérieur et les amis de l' Algérie et toute personne qui avide d' histoire et patrimoine.

dahmane1
05/06/2011, 10h17
El قsba est un passé à sauvegarder et une histoire à transmettre…sa restauration ne nécessite qu’un article dans le budget de l’Etat…

la terre
05/06/2011, 21h46
salam dahmane,
c'est si facile que ça ?
explique un peu plus, merci

dahmane1
05/06/2011, 22h12
salam dahmane,
c'est si facile que ça ?
explique un peu plus, merci

وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته
C’est une question, beaucoup plus de volonté politique que de moyens financiers (comptes spéciaux). L’Algérie est beaucoup plus riches pour ne pas être en mesure de réaliser une opération relativement dérisoire par rapport à nos disponibilités publiques.

la terre
05/06/2011, 22h38
completement d'accord avec toi,sauf que là c'est un combat contre ces responsables IRESPONSABLES.
le pot de terre contre le pot de fer.à plusieurs nous serons forts meme plus forts pour ne pas voir ce haut lieu d'histoire disparaitre dans le beton

dahmane1
06/06/2011, 03h15
completement d'accord avec toi,sauf que là c'est un combat contre ces responsables IRESPONSABLES.
le pot de terre contre le pot de fer.à plusieurs nous serons forts meme plus forts pour ne pas voir ce haut lieu d'histoire disparaitre dans le beton

Certains ne veulent pas de cette histoire qui leur crée des histoires !

la terre
06/06/2011, 21h20
certains ????????
c'est une histoire humaine,des lieux patrimoine de l'humanité..je ne comprends pas

dahmane1
06/06/2011, 21h49
certains ????????
c'est une histoire humaine,des lieux patrimoine de l'humanité..je ne comprends pas

Salam terre
L’histoire ne ment pas, ce sont les historiens qui mentent…
La restauration de la casbah, les ksour de Ain Sefra et la protection des dessins rupestres qui datent de 8 ans avant JC, est certes rentable pour le trésor public et bénéfique pour l’épanouissement et le développement du tourisme en Algérie

لا حياة لمن تنادى

la terre
07/06/2011, 22h11
salam dahmane.
j'ai peur que l'on soit un peuple damné !

dahmane1
08/06/2011, 11h18
salam dahmane.
j'ai peur que l'on soit un peuple damné !

Salam terre
L’histoire (le passé) fait la différence entre l’Homme et l’animal…L’Homme ne vit pas qu’avec son présent et l’animal n’a pas de passé !

la terre
12/06/2011, 11h00
salam dahmane.
j'aime cette réponse.