PDA

Voir la version complète : Il parait que l'amour



baudelaire87
05/08/2011, 19h39
Il parait que l'amour mène à la mort
Il parait qu'il tue, mais j'y crois encore
Il parait qu'il est comme les nuages
Perdu, malheureux et sans âge
Il parait que sa loi n'est jamais juste
Arrivant telle une tempête, à l'improviste
Il parait qu'il est comme l'hiver
Elégant, mais son gout est amer
Il parait qu'il sait donner un sens
A nos gémissements et nos souffrances
Et qu'il n'est jamais là pour ravir
Notre liberté, mais pour l'embellir
Il parait qu'il n'a jamais de pistes
Il disparait et brusquement existe
Quand il décide un jour de naitre
Il sauve l'espoir qui vient de disparaitre
Il parait aussi qu'il est un vague sort
Mais je m'y accroche, j'y crois encore
Il parait qu'il joue de nos cœurs
Nous enchante et puis nous écœure
Bien qu'on crie, qu'on maugrée
Il nous offre un paquet de regrets
On le suit aveuglément sans cesse
Sans se fier à ses jolies promesses
Quoique beau, radieux et immense
Il n'obéit jamais à nos espérances
Il parait qu'il mène à la mort
Mais moi, j'y crois encore et encore.

baudelaire87

05/08/2011

Jalal
20/08/2011, 06h25
Salut Mohamed, Bon Ramadhan, Allah yataqabal à toi et à tous les forumeurs!
Tes poèmes sont beaux, tristes et pleins de vérités amères; Les commenter si je puis dire, n'est pas facile. A bientôt in challah!

yasmi
20/08/2011, 14h43
Il parait que l'amour mène à la mort
Il parait qu'il tue, mais j'y crois encore
Il parait qu'il est comme les nuages
Perdu, malheureux et sans âge
Il parait que sa loi n'est jamais juste
Arrivant telle une tempête, à l'improviste
Il parait qu'il est comme l'hiver
Elégant, mais son gout est amer
Il parait qu'il sait donner un sens
A nos gémissements et nos souffrances
Et qu'il n'est jamais là pour ravir
Notre liberté, mais pour l'embellir
Il parait qu'il n'a jamais de pistes
Il disparait et brusquement existe
Quand il décide un jour de naitre
Il sauve l'espoir qui vient de disparaitre
Il parait aussi qu'il est un vague sort
Mais je m'y accroche, j'y crois encore
Il parait qu'il joue de nos cœurs
Nous enchante et puis nous écœure
Bien qu'on crie, qu'on maugrée
Il nous offre un paquet de regrets
On le suit aveuglément sans cesse
Sans se fier à ses jolies promesses
Quoique beau, radieux et immense
Il n'obéit jamais à nos espérances
Il parait qu'il mène à la mort
Mais moi, j'y crois encore et encore.

baudelaire87

05/08/2011

Très beau poème qui explique bien ce que j'ai pu parfois ressentir.
Tu as beaucoup de talent. Allah ibarek.

baudelaire87
23/08/2011, 20h02
Merci les amis pour vos commentaires, bon ramadan à vous tous.