PDA

Voir la version complète : La pomme de terre organique algérienne pourrait conquérir les marchés européens



Toufik
14/01/2012, 17h22
Des importateurs européens sont en quête de la pomme de terre algérienne organique. De petites quantités ont été exportées en 2011 vers l’Europe, a observé le ministre de l’Agriculture Rachid Benaissa, promettant de mieux soutenir les producteurs. La production de la pomme de terre a connu un essor remarquable ces dernières années. En 2011, elle a atteint 3,8 millions de tonnes, contre 3,2 millions en 2010 et 2,67 millions en 2009.

Selon le ministre algérien de l’Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaissa, plusieurs agriculteurs ont été contactés par des organismes français, italiens et espagnols qui voulaient acheter de la pomme de terre algérienne produite avec des engrais organiques. Il a indiqué que l’année dernière, des « petites quantités » avaient été exportées en Europe. « Ce sont des indicateurs intéressants. Il faudrait accompagner ces agriculteurs », a-t-il ajouté en marge de la réunion, tenue aujourd’hui, du Comité national interprofessionnel de la pomme de terre.

Des agriculteurs venus d’El Oued pour assister à cette réunion nous ont informés que la pomme de terre produite dans leur wilaya accédait depuis des années déjà aux marchés européens mais sous des labels tunisiens. Selon eux, les importateurs européens s’adressent directement aux producteurs d’El Oued. Les agriculteurs de cette région saharienne, à la frontière avec la Tunisie, sont connus notamment pour l’usage à grande échelle des engrais organiques dans l’agriculture.


Objetcif : 5 millions de tonnes en 2014


Selon des chiffres fournis par le ministère de l’Agriculture, la production de la pomme de terre a connu un essor remarquable ces dernières années. En 2011, elle a atteint 3,8 millions de tonnes, contre 3,2 millions en 2010 et 2,67 millions en 2009. Pour l’année dernière, 53% de la production a été assurée par quatre wilayas, à savoir El Oued, Aïn Defla, Mostaganem et Mascara.

Rachid Benaissa a indiqué que l’objectif de son département était d’atteindre le seuil de 5 millions de tonnes en 2014. Un niveau de production, a-t-il dit, qui permettra de dégager des quantités à l’exportation. Il a exprimé, devant les membres du Conseil interprofessionnel de la pomme de terre, sa disposition à les aider dans l’acquisition des machines agricoles (des arracheuses et des planteuses dont le prix oscille entre 500.000 et 700.000 dinars). Il a précisé que le soutien de l’Etat sera destiné uniquement aux agriculteurs qui fourniront des informations détaillées sur les surfaces cultivés. Une manière, a-t-il expliqué, de « couper la route aux spéculateurs ».

Farouk Djouadi - Maghreb Emergent

romance
14/01/2012, 21h01
l amerique aussi veut des produits algeriens traditionnels

yasmi
14/01/2012, 21h38
C'est une bonne nouvelle qui peut inciter d'autres agriculteurs à faire de même, j'espère juste que
la demande intérieure sera avant tout satisfaite.
J'espère aussi que d'autres fruits et légumes suivront.