PDA

Voir la version complète : manger des fruits et des legumes en algerie est tres nocif pour la santé



brundalger
18/07/2012, 16h51
manger sain en Algérie n'est pas évident, en effet pour votre information presque tt les produits agricole consommé sont bourrés de produits chimiques ,situation qui résulte du fait que la plus grande majorité de nos fellah ignorent tout du dosage ainsi que des délais à respecter avant la cueillette, et il ya ces fellah qui applique des pesticides et font la cueillette le lendemain ,alors que le délais est pour pas moins de deux semaine selon le produit appliqué , un conseil, faut consommer les fruits et légumes de saison et éviter les beaux fruit ou légumes car pour les avoir en hors saison ou avec ces belles formes et couleur, sachez qu’on a du recourir a beaucoup de pesticides, d’engrais chimiques et…

ahmeddamien
18/07/2012, 17h00
manger sain en Algérie n'est pas évident, en effet pour votre information presque tt les produits agricole consommé sont bourrés de produits chimiques ,situation qui résulte du fait que la plus grande majorité de nos fellah ignorent tout du dosage ainsi que des délais à respecter avant la cueillette, et il ya ces fellah qui applique des pesticides et font la cueillette le lendemain ,alors que le délais est pour pas moins de deux semaine selon le produit appliqué , un conseil, faut consommer les fruits et légumes de saison et éviter les beaux fruit ou légumes car pour les avoir en hors saison ou avec ces belles formes et couleur, sachez qu’on a du recourir a beaucoup de pesticides, d’engrais chimiques et…

salut
les fruits et légumes c est vrai ne sont pas exempt de pesticides et engrais divres
mais c est peu par rapport aux pays modernes
l'algérie est ecologiste par manque de moyens....
peux tu citer tes sources quand tu dis tous les produits agricoles .........
c est legerement excessif

ahmeddamien
18/07/2012, 17h06
un bon article de karim tedjani qui montre qu il y a encore un peu des 2 modes de production

Dans la théorie, la certification Bio correspond à un code d'éthique de production, pour la santé des sols et des animaux, et donc* pour celle de l’espèce humaine. En France, par exemple, elle est défendue par l'Union paysanne, qui se définit comme un syndicat citoyen. Dans une réalité plus consumériste, le «*bio*» est un label très vendeur au point que parfois, *il s’affiche sur des produits qui ne répondent pas toujours totalement à cette norme.
Le bio touche des secteurs de productions et de consommations *tels que l’agro-alimentaire, le textile, la papèterie, la cuisine, l’architecture, l'énergie, *les modes de transport et la liste pourrait s’étaler ainsi sur toute*cette *page….
Le terme ainsi* brièvement défini, tentons de faire* succinct *état des lieux du "Bio" en Algérie.
Dans un premier temps, il faut se poser la question de savoir de quelle manière les producteurs de denrées agricoles *procèdent en Algérie. On parle souvent, en Algérie, *d'un secteur* agricole encore traditionnel, faiblement* équipé*et d'une productivité qui n’est pas aux normes de l’agriculture moderne. Cela pourrait laisser à penser que la production est biologique puisque peu industrialisée. Ce n’est pas si évident* de nos jours, *puisqu’il faut préciser, qu'au fil du temps,*beaucoup d'*agriculteurs algériens se sont laissé séduire par la biochimie. Nombres d'entre eux ne jurent que par les engrais et les pesticides chimiques. Pour les exploitants de cette génération, il parait même inconcevable d'obtenir des résultats satisfaisants sans investir largement dans ce domaine.
*Les semences locales ont été, lors de ces deux dernières décennies, abandonnées pour des spécimens «*hybrides*» importés d’Europe. Ces variétés, certes très productives sur le sol européen, ont du mal à s’adapter au climat très particulier de cet immense pays où la verdoyante du printemps contraste avec l’extrême aridité de la saison estivale. Elles nécessitent beaucoup d’apports biochimiques pour pouvoir s’acclimater à l’environnement algérien. De plus, la provenance de* ces apports* est parfois douteuse et ne répond pas toujours aux normes d’une Europe qui* n’hésite pas à les vendre sur le marché algérien. Enfin,* en Algérie, peu* d’agriculteurs ont reçu *une vraie formation quant à la posologie de ces traitements. Cette agriculture scientifique*est pratiquée ici de façon empirique, ce qui ne peut être que de mauvais augure pour la santé des sols et du consommateur algériens. Les produits du terroir tendent à disparaître. La monoculture s’installe un peu partout, ce qui est fort néfaste à la biodiversité ainsi qu’à la qualité des produits.
Aussi, pour ces raisons, et sûrement d’autres, il est difficile d’accepter le fait que les fruits et légumes cultivés actuellement*en Algérie sont dignes d’être* labélisés «*Bio*». *
Certes, il y a certaines exceptions.* Le plus souvent, ces produits sont destinés à l’exportation. Nous citerons la datte et le vin qui disposent* même d’un label de contrôle. Certaines huiles d’olives, bien que rares, répondent *aux exigences du bio et sont elles aussi largement *destinées aux marchés étrangers.
Il existe en Algérie, un savoir faire et une matrice de variétés locales qui, s’ils semblent appartenir au passé pour nombres d’algériens, pourraient assurer un fructueux avenir à l’agriculture bio en Algérie. J’ai eu l’occasion de rencontrer, lors de mes déplacements, des agriculteurs qui continuent, à titre personnel, de cultiver selon les modes ancestraux et continuent *à travailler les semences locales et des engrais biologiques. De plus, la faible superficie des exploitations, le caractère encore saisonnier du marché des fruits et légumes dans ce pays *laissent penser qu’il ne serait pas difficile de travailler sur le concept d’une agriculture bio algérienne.
Il faudrait pour cela se réapproprier les savoirs ancestraux de nos paysans. Une banque de donnée nationale doit être mise en place afin de récolter un maximum d’informations auprès des «*anciens*»* et un travail devra alors s’effectuer afin de moderniser ces savoirs.
Il serait possible de consacrer tout un ouvrage au sujet de l’agriculture en Algérie, cependant ce n’est pas la finalité de cet exposé aussi je m’excuse d’avance pour les impasses qui auront été faites à ce sujet et je conclurais pour ce volet d’affirmer que l’agriculture algérienne traditionnelle tend à être supplantée par celle des apports massifs de produits issus de la biochimie et qu’en l’occurrence il n’est pas possible de parler de «*biologique*» pour les fruits et légumes produits en Algérie si ce n’est exception faite de certains destinés avant tout aux marchés étrangers.
Abordons, à présent une catégorie de produits «*Bio*»* où «*El Djazair*» *a de bonne chance d’être compétitive*: la médecine ainsi que les produits de beauté naturels.*
Toute maison qui se respecte en Algérie, se doit d’avoir en réserve de l’huile d’olive et de myrte de même* que*du miel pur. Ce sont les ingrédients phares de la médecine traditionnelle Algérienne. Surtout dans sa zone Tellienne (c’est*à dire aux bordures des côtes) la biodiversité méditerranéenne est riche en plantes médicinales. Pour exemple, on a répertorié plus de 170 espèces dans le seul secteur du massif forestier de l’Akfadou (Kabylie).* Au fil des* siècles,* une vraie science des plantes s’est véhiculée de façon orale parmi les gens du Douar (campagne). Cette médecine,* est surtout efficace à mon sens de manière préventive. Elle évite de tomber malade, peut apaiser les douleurs et parfois même guéri. Nombre de chercheurs algériens acceptent le fait que cette médecine fait appel de façon intuitive et naturelle au mêmes molécules qui sont synthétisées dans les laboratoires pharmaceutique.*
Il faut voir la santé de fer de beaucoup de nos anciens qui ont connu une époque où le régime alimentaire, ainsi que les modes* de production étaient en harmonie avec la nature de ce pays…
*

romance
18/07/2012, 19h43
bah de toute facon vu le prix ils ne risquent pas de s intoxiquer

yasmi
18/07/2012, 20h02
Comme Ahmed le demande, j'aimerai bien des sources ou une étude pour cela.
Quelles sont les régions les plus touchées selon toi ?
Quels produits ?
Si c'est vrai, c'est surtout la faute des autorités qui devraient contrôlées les produits
et appliquer un quota de toxicité à ne pas dépasser.

ahmeddamien
19/07/2012, 00h35
ya des cas isolés
style des fermiers qui prennent une botte de paille l imbibent de mazout
et la balance dans le puit ou la bache d'eau...

et miracle

les pasteques grossissent vite et prennent un beau rouge..........
ca pue un peu le mazout quand on le coupe...

des salauds de gens

yasmi
19/07/2012, 15h08
ya des cas isolés
style des fermiers qui prennent une botte de paille l imbibent de mazout
et la balance dans le puit ou la bache d'eau...

et miracle

les pasteques grossissent vite et prennent un beau rouge..........
ca pue un peu le mazout quand on le coupe...

des salauds de gens

Je savais pas que le mazout provoquait çà :anim_verysurprised:

brundalger
19/07/2012, 15h27
je dirai que c'est plus par ignorance ,sinon comment expliquer que ces gens eux mme en consomme ce genre de produits contaminés , mais surtout par manque de Control des normes et de qualité par les services concernés les produits plus touchés sont en l’occurrence la fraise ,la tomate

romance
19/07/2012, 19h51
en tout les cas y a pire que les fruits chimiques

que pensez vous des boissons donc l aspect me parait bizarre

nassim73
22/07/2012, 09h06
heuresment moi je ne mange pas de boissons je ne pourai te repondre

brundalger
22/07/2012, 13h55
il est vrai qu'on consomme tout le temps et dans tout; des produits chimiques, mais il faut savoir comment éviter certains produit alimentaire qui en contiennent plus que d'autres et en excès par exemple l'eau minérale, mise en bouteille a des kilomètre de chez soit, donc transportée dans des camions exposé aux rayons du soleil pendant des heures et des heures, puis acheminées vers les dépositaires, ou elle est stockée a même le sol toujours face au soleil, et en dernier lieu chez le detaillant ou elle est exposée généralement a l’extérieur du magasin donc toujours exposée au soleil, des études ont montré qu'il y a rection entre le plastique et l'eau quand c'est exposé au soleil ça tout le monde le sait mais presque personne ne prête attention,

yasmi
22/07/2012, 14h55
en tout les cas y a pire que les fruits chimiques

que pensez vous des boissons donc l aspect me parait bizarre

Salut,

Par aspect bizarre, tu veux dire quoi Romance

ahmeddamien
22/07/2012, 18h31
les commercants vendent des jus périmés........
l autre jour plein le souq d un jus qui fait 200 les 2l
vendu 50 d
la couleur etait devenu tres foncé et des morceaux se baladaient
di vitaminat en plus........

lol

nassim73
23/07/2012, 08h44
moi ce que je n est jamais compris pourquoi les gents achetent cela
tu les voient entreint d acheter d une maniere de RADJLA je vous jure
meme quand ils veulent acher ces jus de merde ils ont une facon de
commender et je me suis toujours dis , ils savnet bienque cest des maladies
mais pourquoi ils boivent cela ...........

select
30/10/2012, 14h38
et oui, ça m'étonnerais pas aussi, qu'on utilise des OGM en Algérie...