PDA

Voir la version complète : Laïcité : Hollande tout voile dehors



13NRV
31/03/2013, 14h56
Le chef de l’Etat s’est prononcé jeudi pour une loi sur le port du foulard islamique au travail tout en prônant le «consensus». Osé.
Par ALICE GÉRAUD

Un arrêt de la Cour de cassation annule le licenciement d’une employée de crèche voilée, estimant qu’il s’agit d’une discrimination. Deux heures plus tard, le ministre de l’Intérieur (et des Cultes), n’hésitant pas à commenter une décision de justice, dénonce «une mise en cause de la laïcité». Trois jours plus tard, des intellectuels emmenés par Elisabeth Badinter lancent une pétition dans Marianne pour demander une loi sur la laïcité. Et moins d’une semaine après, le président de la République, François Hollande, annonce que cette loi est une «nécessité».


«Règles». Pansement tenace sur le débat politique français, le voile islamique revient ainsi régulièrement s’inscrire à l’agenda à la faveur de faits plus ou moins isolés. Les affaires de voile ayant cette particularité de s’enflammer immédiatement au contact du débat public, elles mobilisent, à chaque fois, jusqu’au sommet de l’Etat. Le premier cas remonte à 1989, c’était l’affaire des collégiennes de Creil.

Près de vingt-cinq ans plus tard, c’est celle de la crèche Baby-Loup de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) qui a conduit François Hollande, jeudi soir sur France 2, à annoncer qu’une loi était nécessaire pour poser «des règles», au moins dans le secteur de la petite enfance. «Dès lors qu’il y a contact avec les enfants, dans ce qu’on appelle le service public de la petite enfance, une crèche associative avec des financements publics, il doit y avoir une certaine similitude par rapport à ce qui existe dans l’école», a expliqué le Président, faisant référence à la loi de 2004 qui avait conduit à l’interdiction des «signes religieux ostensibles» (voile, kippa, croix) à l’école. Il n’a pas exclu d’élargir le champ de la loi aux entreprises ayant «un contact avec le public ou remplissant une mission d’intérêt général ou de service public».

Avant la loi de 2004, puis celle de 2011 interdisant notamment le port de la burqa en public, la laïcité française, définie en 1905, prévoyait que seuls les fonctionnaires et les agents de services publics étaient soumis à une obligation de neutralité. Ce qu’est venu rappeler la Cour de cassation le 19 mars. En même temps que l’annulation du licenciement de la salariée de Baby-Loup, elle confirmait celui d’une employée de la caisse primaire d’assurance maladie de Seine-Saint-Denis, traçant cette limite entre entreprises privées - Baby-Loup est une crèche associative - et publiques ou exerçant une mission de service public.

Pour François Hollande, comme pour les défenseurs d’une nouvelle loi, cette délimitation privé-public n’est plus suffisante. Le président de la République ne veut pas aller aussi loin qu’une partie de la droite qui souhaiterait élargir l’interdiction de voile au monde du travail (lire ci-dessous). Soucieux que «personne ne se sente discriminé, ou lésé, ou atteint», il a souhaité «un texte de consensus».

«Clivages». Le consensus est pourtant loin d’exister, même au sein du gouvernement. Si, Manuel Valls en tête, une partie des ministres salue l’annonce d’une nouvelle clarification sur le port du voile, certains comme le ministre de la Ville, François Lamy, proche de Martine Aubry, ne cachent pas leur profonde inquiétude de voir la gauche se lancer dans un débat avec lequel l’UMP avait réussi à blesser une partie de la population. «Depuis quelques années, nous ne construisons plus la laïcité que sur des lois d’interdits, avec des conséquences qui vont parfois à l’encontre des objectifs recherchés, en créant des clivages, des replis», regrette-t-il. Le ministre craint par ailleurs qu’une loi «ne pousse à la création d’écoles et de crèches confessionnelles», ou ne «rompe le travail de terrain efficace mené par les professionnels de l’éducation et les élus sur le terrain»

13NRV
31/03/2013, 15h02
quand on sait............que l'état français finance des crèches juives...........on se rends compte du 2 poids 2 mesures

ahmeddamien
31/03/2013, 15h02
salam 13
débile
quand on se rappelle que les ecoles etaient tenus par des soeurs chrétiennes voilees
qu est ce que ca peut leur foutre........

13NRV
31/03/2013, 15h11
salam 13
débile
quand on se rappelle que les ecoles etaient tenus par des soeurs chrétiennes voilees
qu est ce que ca peut leur foutre........

ce qui m'énerve le plus.........c'est que la cours de cassation (plus haut degré de justice)........se prononce.......mais la décision ne convenant pas.........il faut faire une loi de ségrégation
ce 2 poids 2 mesures commence vraiment à me gonfler.....je perd patience

combien d'école juive et chrétienne sont financé par l'état?
pourquoi dans les cantines des écoles publiques ils servent du poisson le vendredi?
pourquoi la restauration d'églises sont financés par l'état à coup de million sous couvert de "patrimoine historique"

quelles hypocrites

ils sont choqué de voir des femmes voilés mais des homo qui s'embrassent en plein centre ville c'est de la liberté

RiIsk
31/03/2013, 18h35
Salutations!

je partage avec vous un article très révélateur paru sur le site de Rue 89, il date un peu mais je ne pense pas que les choses aient tellement évolué depuis:

Concours de nuit pour étudiants juifs : stupeur et embarras
Aurélie Darbouret | Journaliste



La laïcité serait-elle un principe à géométrie variable ? En matière de
religions, l’Etat, serait-il un peu plus « neutre » avec certaines plutôt
qu’avec d’autres ? Ce sont les questions que l’on peut se poser si, comme
l’écrit Mediapart, l’Elysée est intervenu auprès des directions de
plusieurs grandes écoles d’ingénieurs pour qu’elles aménagent leurs concours d’entrée.




Objectif : permettre à quelques étudiants juifs pratiquants de passer les concours, qui tombent pendant la période de la pâque juive, grâce à « des sessions secrètes de nuit [...], avec un confinement préalable des candidats concernés plusieurs heures avant. »
Treize jours de fêtes par an

Pour les juifs très pratiquants (assez minoritaires en France), un certain nombre d’interdits doivent être respectés lors des fêtes religieuses : on ne se déplace pas autrement qu’à pied, on n’écrit pas, on ne signe pas, on n’allume pas la lumière et, a fortiori... on ne passe pas d’examen.

Pour ne pas placer les étudiants pratiquants devant des dilemmes existentiels, et pour favoriser le bon « vivre ensemble » cher au gouvernement, la France fixe chaque année, par circulaire, les dates des fêtes religieuses : il est alors demandé aux établissements scolaires d’en tenir compte dans le choix des sessions d’examens et de concours.

Haïm Nisenbaum, porte-parole des loubavitchs de Paris, communauté juive ultra-orthodoxe, explique qu’il y a treize journées de fête chaque année pour lesquelles s’appliquent les interdictions. Or, seules cinq ont été retenues par la circulaire gouvernementale, parmi lesquelles ne figurent par les jours théoriquement chômés de la pâque juive.

Manque de bol pour les étudiants, cela tombe en plein concours des Ponts, Mines, Supélec et Centrale. Alors, selon le Point.fr, le rabbin Haïm Korsia, proche de Nicolas Sarkozy a demandé au président de la République d’intercéder en faveur des étudiants.

La mise en place d’un dispositif spécial a été démentie par les organisateurs des concours, mais Médiapart confirme ses informations sur l’intervention de l’Elysée.
Au Crif : « C’est du délire complet »

Mais la faveur pourrait en crisper quelques-uns. L’entorse au principe de la neutralité étatique tombe au plus mal. Débat sur la laïcité, régulièrement rebaptisé « débat sur l’islam », publications de 26 propositions de l’UMP, entrée en vigueur de l’interdiction de porter le voile intégral, etc. Depuis plusieurs semaines, la laïcité n’est pas un sujet facile.

Au Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), réaction à chaud, mardi, d’un permanent, qui n’engage pas la structure :

« C’est du délire complet. Il n’y aucune demande qui a été faite dans ce sens. Mais un aménagement de la sorte, c’est impossible. Dans cette période de débat sur la laïcité, on ne peut imaginer une bêtise pareille. »

« Il n’y a certes pas de solution parfaite »

Le Crif, a
finalement réagi jeudi, par la plume de son président Richard Prasquier :

« Non, le Crif n’est pas intervenu, mais d’un autre côté, le Crif
considère que cette affaire ne met pas en cause les principes de
laïcité républicaine ».

L’organisation, qui dément
être courant, refuse que les étudiants qui seraient concernés soient
stigmatisés ou considérés comme privilégiés :

« Il n’y a
certes pas de solution parfaite et celle qui a été trouvée ne l’est pas
non plus. Mais personne n’est lésé, personne n’est privilégié, personne
n’est gêné. La recherche d’équité et de justice doivent être à la base
d’une laïcité responsable »

« Non, la
situation de la dizaine d’étudiants qui resteront confinés dans la
journée du 20 avril et la journée du 26 avril pour passer l’examen écrit
dans la nuit suivante, qui devront ensuite, après un sommeil réduit à
presque rien, embrayer sur les épreuves du lendemain matin comme les
autres étudiants, n’est pas particulièrement privilégiée et on doute
qu’elle soit préférée par qui que ce soit en dehors de motifs
particulièrement importants. »

Au Conseil du culte musulman : « Deux poids, deux mesures »

Du côté du Conseil français du culte musulman, tiraillé durant le débat sur la laïcité, on a aussi du mal à l’imaginer et on préfère attendre une réaction officielle avant de s’exprimer. Mohammed Moussaoui, le président du CFCM, préfère rester prudent :

« Les aménagements prévus par la circulaire ont été plus ou moins respectés jusqu’à présent. Le fait qu’il y ait une recommandation des pouvoirs publics pour tenir compte des dates de fêtes religieuses me paraît suffisante.

Ensuite, si les écoles n’ont pas le choix, je ne crois pas que ce soit judicieux de faire des démarches supplémentaires. Cela peut être considéré comme deux poids, deux mesures. Mais je crois qu’il est judicieux d’attendre la réaction des pouvoirs publics, ils ne peuvent pas laisser une telle information sans réagir. »

Al-Kanz : « C’est une bombe »

Pour d’autres, l’implication de l’Elysée risque de faire l’effet d’une provocation.

« C’est une bombe », écrit le responsable d’Al-Kanz, un portail internet dédié aux consommateurs musulmans. Le blogueur, qui revendique « l’accommodement raisonnable », considère que cela tombe très mal pour le gouvernement :

« C’est grave, c’est insultant, on ne peut pas défoncer les musulmans sous prétexte qu’ils videraient la laïcité et faire cela par ailleurs.

C’est catastrophique... pour les juifs eux-mêmes. Cela va venir alimenter l’idée de complot, le fait qu’on dise qu’ils ont le bras long.

Et en même temps, pour les musulmans, c’est un soulagement. Depuis le début, on dit qu’on ne veut pas de passe-droit, qu’on n’est pas en train de tester la République et la laïcité.

Là, on voit très bien le deux poids, deux mesures. On laisse parler les faits. Qui aujourd’hui peut dire que ce n’était pas un débat sur l’islam ? »

« Se méfier des crispations laïcardes »

L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) invite, dans un communiqué diffusé mercredi, à « se méfier des crispations laïcardes ». Pour Arielle Schwab, présidente de l’UEJF :

« La souplesse des institutions vis-à-vis d’une minorité d’étudiants pratiquants n’est pas un aménagement de la laïcité, mais un aménagement au nom de la laïcité. Il serait dangereux d’en profiter pour stigmatiser les communautés et les minorités. »

Le Grand Rabbin de France,, Gilles Bernheim et le Président du Consistoire Central, Joël Mergui, « s’étonnent » dans un texte commun « du procès en laïcité » qui a fait suite « à la demande d’aménagement des épreuves de concours ». Sans confirmer pour autant qu’elles aient abouties.
« Oubli » du Ministère ?

Le CRIF rappelle que l’aménagement d’épreuves décalées existent depuis longtemps : pour des raisons de fuseaux horaires mais également, « ponctuellement », pour résoudre « des situations difficiles résultant du respect des interdits religieux ».

Plusieurs riverains rapportent avoir connu des aménagements similaires durant leurs études, à Paris, à Strasbourg.

Le Grand Rabbinat confirme :

« Les dates religieuses protégées et la pratique de la composition en horaires décalés permettent, depuis longtemps, à tous les enfants de la République, quel que soit leur lieu de résidence et quelle que soit leur religion, de prétendre accéder aux grandes écoles. »

Dans la pratique, lorsque des étudiants alertent les autorités religieuses, il arrive que celles-ci discutent avec les professeurs et l’administration. « Cela se règle généralement au niveau local » affirme le Rabbin Moché Lewin, porte-parole du Grand Rabbinat de France. Généralement, les enseignants sont informés qu’il s’agit d’une personne très pratiquante. Libres à eux, ensuite, de décider si un compromis peut être trouvé.

« On a eu énormément de signalement cette année, plus que d’habitude par des étudiants qui sont dans le désarroi » souligne encore le rabbin. « Il y a peut-être un raidissement, notamment dans les universités. On veut pousser la laïcité dans un non-sens »

Un nombre croissant de demandes, qui, selon les organisations juives, serait dû à un « oubli » du Ministère de la Fonction Publique. Elles reprochent à ce dernier d’avoir omis d’inclure la Pâque Juive dans la liste des jours fériés « protégés » par une circulaire gouvernementale.

Mis à jour le 14/04/2011 à 18h. Ajout de précisions suite aux publications de démentis et aux réactions du Grand Rabbinat de France et du CRIF.

13NRV
31/03/2013, 18h57
le gouvernement a changé............ma pas ses idées

ahmeddamien
31/03/2013, 19h06
le gouvernement a changé............ma pas ses idées


les socialos ont toujours étaient la pire .......

je dis pas le mot.....lol
8letttres

la droite mise a part l autre nain parachuté d outre atlantique,a quand meme une certaine reserve et conserve les valeurs chrétiennes un tant soit peu....
la gauche c'est la boite de pandore qui sort ses démons libertaires

13NRV
31/03/2013, 19h14
les socialos ont toujours étaient la pire .......

je dis pas le mot.....lol
8letttres

la droite mise a part l autre nain parachuté d outre atlantique,a quand meme une certaine reserve et conserve les valeurs chrétiennes un tant soit peu....
la gauche c'est la boite de pandore qui sort ses démons libertaires

ils ont les mêmes façon de penser..........d'ailleurs la loi contre le voile a été voté favorablement par les socialistes...

yasmi
31/03/2013, 19h35
C'est la crise il faut bien trouver un bouc émissaire ...
Et là, on en revient à la femme voilée.
Je me suis rendue plusieurs fois en Angleterre et là bas les femmes
travaillent avec leur voile sans problème.
Il sera de plus en plus dur de pratiquer sa religion.
C'est soit disant au nom de la laîcité, moi je dirai que c'est au nom d'un athéisme déguisé.
J'ai une de mes amies qui justement est obligée de travailler à domicile car aucun employeur
n'oserait la recruter à cause de son voile;
Je trouve honteux qu'on puisse isoler une frange de la société à cause de ses croyances.

13NRV
31/03/2013, 21h12
c'est bizarre comme mes propos sur le fil "salam bonjour........se rapproche de ceux de pascal boniface.....

à lire





Congrès de l'UOIF : invité, j'y suis allé sans être l'idiot utile de l'islamisme
Modifié le 31-03-2013 à 18h41


Par Pascal Boniface
Directeur de l'IRIS
LE PLUS. Ce week-end, se tenait le 30e rassemblement annuel des musulmans de France, congrès organisé par l'Union des organisations islamiques de France. Pascal Boniface, directeur de l'Iris, y était invité. Il raconte l'ambiance qui régnait au Bourget quelques jours après la déclaration de François Hollande sur la laïcité à la suite de l'arrêt de la Cour de cassation dans l'affaire Baby-Loup.

Édité par Daphnée Leportois Auteur parrainé par Maxime Bellec
inShare0Réagir

30e rencontre annuelle des musulmans de France organisée par l'Union des organisations islamiques de France, au Bourget, le 30 mars 2013 (R.CHAMPALAUNE/SIPA).

30e rencontre annuelle des musulmans de France organisée par l'UOIF, au Bourget, le 30 mars 2013 (R.CHAMPALAUNE/SIPA).



J'ai de nouveau été invité au rassemblement annuel des musulmans de France (RAMF) organisée par l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) au Bourget ce week-end. Je m'y suis rendu comme depuis quatre ans avec plaisir et curiosité.



Plaisir parce que je suis reçu avec chaleur, que j'ai toujours été entièrement libre de mes interventions et que je n'y ai jamais entendu aucun propos excessif, antisémite, raciste ou anti-républicain, contrairement à ce que l'on entend trop souvent. Avec curiosité parce que c’est le plus important rassemblement européen des musulmans et qu'il me semble intéressant d'en sentir la température.



Se revendiquer comme musulman et prôner la tolérance



J'y ai débattu avec le rappeur Medine, avec lequel j'ai fait un livre d'entretien intitulé "Dont panik", paru l'an dernier chez Desclée de Brouwer. Medine est un rappeur de 30 ans engagé, fier d'appartenir à sa communauté mais qui n'est en rien communautariste et plaide au contraire contre l'enfermement communautaire. Il est ouvert sur le monde et sur les autres.



Je suggère à tous ceux qui ne le connaissent pas d'écouter sa musique et plus encore de lire ses textes. Il montre qu'on peut se revendiquer comme musulman en prônant la tolérance et la recherche du dialogue avec les autres. Bref, d’être soi-même sans animosité mais sans se courber.



Medine est très populaire dans la communauté musulmane française et francophone, bien plus que d'autres représentants que les médias voudraient imposer de l'extérieur et qui n'ont aucune légitimité interne. Le débat avec Medine était consacré au "vouloir vivre ensemble" et à la paix.



Medine tient un discours à la fois mobilisateur et apaisant. Il conseille aux musulmans qui se sentent agressés de ne pas réagir de façon excessive mais de rester droits et ne pas se courber. Son slogan "Don't panik" est un message de tolérance, d'ouverture sur les autres mais aussi de dignité revendiquée.



À un moment où certains responsables politiques et la plupart des médias recherchent désespérément un "islam modéré" qui est en fait un islam courbé, ils feraient bien de chercher vers Medine plutôt que dans la vision inventée et falsifiée de l'imam Chalgoumi, star des médias mais rejeté par les siens.



Inquiets de la stigmatisation des musulmans



Les participants au 30e rassemblement annuel des musulmans de France sont toujours inquiets de la stigmatisation dont les musulmans sont l'objet en France. Ils vivent résignés le fait que, bien que la gauche ait très longtemps dénoncé les lois de circonstances de Nicolas Sarkozy, une nouvelle loi sur la laïcité se profile à la demande de la gauche, à la suite d'un arrêt de la Cour de cassation qui a donné raison à une employée de la crèche Baby-Loup qui voulait porter le voile.



De nouveau, les politiques parlent de laïcité en termes généraux. De nouveau, ils visent précisément et uniquement les musulmans. Cette future loi est vécue comme une stigmatisation mais aussi comme une diversion face aux problèmes sociaux, peut-être plus urgents mais plus difficiles à résoudre.

Cela est vécu douloureusement comme une hypocrisie, qui prend de surcroît les musulmans pour des imbéciles.



L'organisation de la RAMF n’est pas tout à fait professionnelle. Ce sont des bénévoles qui ne comptent pas leur temps qui s'en occupent. Ces bénévoles sont insérés dans la vie professionnelle. Ils sont ingénieurs, docteurs, avocats, chauffeurs de taxis, etc. Et sont parfaitement au courant de l’actualité. On ne peut leur faire prendre des vessies pour des lanternes et une vision falsifiée de la laïcité pour une défense des libertés.



individuellement, ils sont reconnus et insérés dans la société. Collectivement, ils sont rejetés. Ils sont assez éduqués pour percevoir le deux poids deux mesures dont ils sont victimes. Ils se demandent amèrement pourquoi aucun responsable politique ne répond à leur invitation et font une comparaison avec le dîner du Crif.



Évitons l'enfermement communautaire



Je suis pas d'accord avec toutes les positions de l’UOIF. On m'y invite, je suis libre de mes propos, je réponds à l'invitation. Lorsque le sujet est évoqué, je plaide pour le droit à l'existence d'Israël aux côtés d'un État palestinien à créer et pour le fait de ne pas importer le conflit israélo-palestinien en France et je souligne la diversité d’opinion des juifs français sur cette question.



Je sens leur besoin de reconnaissance et d'acceptation. L'accueil hyper enthousiaste qui a été fait aux élèves du lycée d'Averroès, le premier lycée d'enseignement privé musulman en France qui a été récemment mis au premier rang de tous les lycées de France, est un indice fort de la volonté de ces musulmans d'être reconnus et acceptés dans la société française. Loin de la rejeter, ils souhaitent en être acceptés en cessant de servir de punching-ball aux démagogues de tous poils.



Les responsables politiques qui boycottent ce rassemblement annuel confortent le communautarisme qu'ils dénoncent par ailleurs. Comment éviter l'enfermement communautaire si aucun responsable non musulman n'accepte de venir dialoguer ? Ne faudrait-il pas prendre en compte ce sentiment de rejet qu'une partie de nos compatriotes ressent aussi fortement et qui s'enracine au fil des ans ? Peut-on parler d'intégration (le terme est déjà curieux pour une partie des gens qui sont en France depuis plusieurs générations) tout en refusant le dialogue et le contact ?



Pour ma part, je continuerai de participer à ce rassemblement à l’avenir en rejetant les accusations débiles (et orientées) d’être l'idiot utile de l’islamisme et en pensant faire œuvre utile pour le "vouloir vivre ensemble".

yasmi
31/03/2013, 21h34
Ce sommet est devenu un souk, le commerce a pris place sur l'essentiel
à savoir les débats,le côté spirituel ...
En plus çà devient cher ...
J'y suis allée l'année dernière pour y acheter des livres.

13NRV
31/03/2013, 21h45
Ce sommet est devenu un souk, le commerce a pris place sur l'essentiel
à savoir les débats,le côté spirituel ...
En plus çà devient cher ...
J'y suis allée l'année dernière pour y acheter des livres.

l'important étant dans les propos qu'il tient

bel1000
31/03/2013, 23h46
«Dès lors qu’il y a contact avec les enfants, dans ce qu’on appelle le service public de la petite enfance, une crèche associative avec des financements publics, il doit y avoir une certaine similitude par rapport à ce qui existe dans l’école»,

la télévision est aussi un service public financée par des fonds publics alors pourquoi le dimanche le jour du seigneur mais pas de vendredi le jour d'Allah?

la france n'a jamais été laique ce n'est que du blabla on prete bien serment sur la bible? donc la religion chretienne est associée là ou veut qu'elle soit

les musulmans de france doivent risposter sur ces deux points surtout le premier car avec votre argent on vulgarise le christianisme mais pas l'islam ou le judaisme ou meme le boudhisme pourtant à la fin de l'année tous doivent casquer les redevances télés et france 2 est bien une chaine publique.

yasmi
31/03/2013, 23h53
En France on ne jure pas sur la bible c'est aux USA, autre pays laic.
Le jour du seigneur c'est une émissions qui regroupe le christianisme,judaisme islam et hindouisme je crois.

dahmane1
31/03/2013, 23h59
la télévision est aussi un service public financée par des fonds publics alors pourquoi le dimanche le jour du seigneur mais pas de vendredi le jour d'Allah?

la france n'a jamais été laique ce n'est que du blabla on prete bien serment sur la bible? donc la religion chretienne est associée là ou veut qu'elle soit

les musulmans de france doivent risposter sur ces deux points surtout le premier car avec votre argent on vulgarise le christianisme mais pas l'islam ou le judaisme ou meme le boudhisme pourtant à la fin de l'année tous doivent casquer les redevances télés et france 2 est bien une chaine publique.

La laïcité est le complément temporel du Catéchisme spirituel.

ahmeddamien
01/04/2013, 00h09
la télévision est aussi un service public financée par des fonds publics alors pourquoi le dimanche le jour du seigneur mais pas de vendredi le jour d'Allah?

la france n'a jamais été laique ce n'est que du blabla on prete bien serment sur la bible? donc la religion chretienne est associée là ou veut qu'elle soit

les musulmans de france doivent risposter sur ces deux points surtout le premier car avec votre argent on vulgarise le christianisme mais pas l'islam ou le judaisme ou meme le boudhisme pourtant à la fin de l'année tous doivent casquer les redevances télés et france 2 est bien une chaine publique.
salut bel
parce que tout le monde travaille le vendredi, bel
le dimanche jour de congé:


Dimanche
07/04

06h10 La guerre des Stevens
06h30 La guerre des Stevens
07h00 Thé ou café
08h05 Rencontres à XV
08h30 Sagesses bouddhistes
08h45 Islam
09h15 A Bible ouverte
09h30 La source de vie
10h00 Présence protestante

Programme France 2 : programme tv France 2 matin (http://www.programme.tv/chaine/4-france2/1.php)

bel1000
01/04/2013, 13h25
salut bel
parce que tout le monde travaille le vendredi, bel
le dimanche jour de congé:


Dimanche
07/04

06h10 La guerre des Stevens
06h30 La guerre des Stevens
07h00 Thé ou café
08h05 Rencontres à XV
08h30 Sagesses bouddhistes
08h45 Islam
09h15 A Bible ouverte
09h30 La source de vie
10h00 Présence protestante

Programme France 2 : programme tv France 2 matin (http://www.programme.tv/chaine/4-france2/1.php)

ce n'est pas une raison valable car en suivant ton raisonnement la télé doit emettre à partir de 17 h ( sortie des bureaux) jusqu'à 7 h du matin
alors comment expliquer que pas une fois la priere de l'aid ne fut retransmise à la télé ( c'est moins de 30 mn 02 fois pas an)?.
et comment expliquer les cloches mais pas le muezzin?

pourtant tous contribuent à l'économie du pays , payent les memes impots etc....
mais non pas les mêmes droits ( je ne parle pas de ceux qui ont un statut d'étranger mais bien de FRANÇAIS et peu importe leurs origines car ceux de souches ne sont qu'une minorité ( charlemagne n'a pas fait beaucoup d'enfants)

13NRV
01/04/2013, 14h53
ce n'est pas une raison valable car en suivant ton raisonnement la télé doit emettre à partir de 17 h ( sortie des bureaux) jusqu'à 7 h du matin
alors comment expliquer que pas une fois la priere de l'aid ne fut retransmise à la télé ( c'est moins de 30 mn 02 fois pas an)?.
et comment expliquer les cloches mais pas le muezzin?

pourtant tous contribuent à l'économie du pays , payent les memes impots etc....
mais non pas les mêmes droits ( je ne parle pas de ceux qui ont un statut d'étranger mais bien de FRANÇAIS et peu importe leurs origines car ceux de souches ne sont qu'une minorité ( charlemagne n'a pas fait beaucoup d'enfants)

c'est clair que les quelques 36000 églises.........peuvent faire résonner leurs cloches chaques heures.........mais le muezzin 5 fois par jour n'a pas le droit
par contre en angleterre ils ont le droit


http://www.dailymotion.com/video/x5p0fb_mosque-whitechapel-en-angleterre_lifestyle#.UVmDF1cR2F4

ahmeddamien
01/04/2013, 15h11
SALAM

la cloche sonne en algérie?

13NRV
01/04/2013, 15h13
SALAM

la cloche sonne en algérie?

l'algerie ne se revendique pas laique.......ou droit de l'hommiste
arretons de nous comparer aux derniers de la classe

dahmane1
01/04/2013, 17h24
SALAM

la cloche sonne en algérie?

Salam Ahmed
Tu parles du pays ou de l’autre rive ? lol
Officiellement le Catéchisme n'est pas reconnu en Algérie, et l'Islam n'est pas sa propriété lol