PDA

Voir la version complète : Grand-père



baudelaire87
17/04/2013, 22h05
Qui reconnait son père ou son grand-père dans ce passage, je trouve ça marrant

Je ne suis pas à l’aise à la maison. Mon centenaire de père ne veut pas s’assagir. Il a perdu la vue et l’usage de ses jambes, mais il a gardé intacte sa grogne. Il est tout le temps en train de râler. Avant, pour le faire taire, on lui donnait à manger. Maintenant, on n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent, et comme il a perdu les siennes, plus rien ne retient sa langue. Des fois, il commence par demander le silence, et c’est lui qui ne s’arrête plus. Il y a deux jours, il n’a pas voulu se réveiller. Mes filles l’ont secoué, aspergé d’eau ; il n’a pas bougé. J’ai pris son poignet, pas de pouls. J’ai mis mon oreille contre sa poitrine, pas de souffle. J’ai dit bon, il est mort, on va alerter la famille et lui préparer de belles funérailles. J’étais sorti annoncer la nouvelle aux voisins, puis je suis allé faire part du décès du doyen de la tribu aux cousins, neveux, proches et amis. J’ai passé la matinée à recevoir les condoléances et les preuves de sympathie. A midi, je retourne chez moi. Et qui je trouve dans la cour en train de râler après tout le monde ? Mon père, en chair et en os, aussi vif que ses invectives, la bouche ouverte sur ses gencives blanchâtres. Je crois qu’il n’a plus toute sa tête. On ne peut ni s’attabler si s’aliter avec lui. Dès qu’il voit passer quelqu’un, il lui saute dessus et lui trouves des reproches à lui faire. Des fois, je perds la tête moi aussi, et je me mets à crier après lui. Les voisins interviennent, et tous trouvent que je fais du tort au Seigneur en manquant de patience vis-à-vis de mon géniteur. Pour ne plus contrarier Dieu, je passe le plus clair de mon temps dehors. Même mes repas, je les prends dans la rue………Yasmina Khadra (les hirondelles de Kaboul)

dahmane1
18/04/2013, 09h43
Qui reconnait son père ou son grand-père dans ce passage, je trouve ça marrant

Je ne suis pas à l’aise à la maison. Mon centenaire de père ne veut pas s’assagir. Il a perdu la vue et l’usage de ses jambes, mais il a gardé intacte sa grogne. Il est tout le temps en train de râler. Avant, pour le faire taire, on lui donnait à manger. Maintenant, on n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent, et comme il a perdu les siennes, plus rien ne retient sa langue. Des fois, il commence par demander le silence, et c’est lui qui ne s’arrête plus. Il y a deux jours, il n’a pas voulu se réveiller. Mes filles l’ont secoué, aspergé d’eau ; il n’a pas bougé. J’ai pris son poignet, pas de pouls. J’ai mis mon oreille contre sa poitrine, pas de souffle. J’ai dit bon, il est mort, on va alerter la famille et lui préparer de belles funérailles. J’étais sorti annoncer la nouvelle aux voisins, puis je suis allé faire part du décès du doyen de la tribu aux cousins, neveux, proches et amis. J’ai passé la matinée à recevoir les condoléances et les preuves de sympathie. A midi, je retourne chez moi. Et qui je trouve dans la cour en train de râler après tout le monde ? Mon père, en chair et en os, aussi vif que ses invectives, la bouche ouverte sur ses gencives blanchâtres. Je crois qu’il n’a plus toute sa tête. On ne peut ni s’attabler si s’aliter avec lui. Dès qu’il voit passer quelqu’un, il lui saute dessus et lui trouves des reproches à lui faire. Des fois, je perds la tête moi aussi, et je me mets à crier après lui. Les voisins interviennent, et tous trouvent que je fais du tort au Seigneur en manquant de patience vis-à-vis de mon géniteur. Pour ne plus contrarier Dieu, je passe le plus clair de mon temps dehors. Même mes repas, je les prends dans la rue………Yasmina Khadra (les hirondelles de Kaboul)

Bonjour beaudelaire87

Mais que dit-il de Qnadsa la ville des poètes restée calme et qui l’a quitté sans retour et sans regret… ??? C’est ingrat et c’est horrible de parler de cette façon de son père, s’il est vraiment son père !!!

baudelaire87
18/04/2013, 18h53
Bonjour beaudelaire87

Mais que dit-il de Qnadsa la ville des poètes restée calme et qui l’a quitté sans retour et sans regret… ??? C’est ingrat et c’est horrible de parler de cette façon de son père, s’il est vraiment son père !!!

Salut mon ami, je ne sais pas s'il parle de son père ou pas, mais c'est un roman, on juge le talent et la façon de décrire que je trouve personnellement bien, on devrait pas penser à l'écrivain en lisant une oeuvre, ça influence notre jugement, j'ai l'impression que tu en veux à l'auteur.

yasmi
18/04/2013, 21h40
Mon grand père Allah irahmou était plutôt calme et pas grincheux.
Mon père est quelqu'un qui se plaint souvent, il nous arrive d'avoir des prises de bec...
Mais lorsqu'il aura vieillit, je ne souhaite pas ressembler au fils.
Il faut savoir prendre sur soi, même si ce n'est pas toujours facile.
En tout cas, c'est marrant la partie ou il croit son père mort lol.

yasmi
18/04/2013, 21h41
Salut Beaud, l'action se passe en Afghanistan ?

dahmane1
18/04/2013, 22h23
Salut mon ami, je ne sais pas s'il parle de son père ou pas, mais c'est un roman, on juge le talent et la façon de décrire que je trouve personnellement bien, on devrait pas penser à l'écrivain en lisant une oeuvre, ça influence notre jugement, j'ai l'impression que tu en veux à l'auteur.

@ beaudelaire87
Mais qu’est ce qui fait d’un texte une œuvre littéraire ?
non je ne connais cette personne que de nom, et à travers ses passages sur les plateaux de télévisions françaises lol

M'siquine
19/04/2013, 00h03
'' L'écrivain '' un livre autobiographique de Y K pourrait donner une idée sur le bien fondé de ce texte !

M'siquine
19/04/2013, 00h09
Bonjour beaudelaire87

Mais que dit-il de Qnadsa la ville des poètes restée calme et qui l’a quitté sans retour et sans regret… ??? C’est ingrat et c’est horrible de parler de cette façon de son père, s’il est vraiment son père !!!

Je crois que Y K n'a pas connu Kénadsa ! Son père a été toujours militaire ! Il fut d'abord du temps de la France infirmier à Kénadsa avant de prendre le maquis ! Au début des années 60 il était directeur du génie militaire de la 3° RM ! Ensuite c'est à Oran qu'il s'était installé !

dahmane1
19/04/2013, 00h14
'' L'écrivain '' un livre autobiographique de Y K pourrait donner une idée sur le bien fondé de ce texte !

salam m'siquine

Je sais aussi qu’il est bien apprécié, encouragé et soutenu par une certaine tendance littéraire et politique francophile

dahmane1
19/04/2013, 00h18
Je crois que Y K n'a pas connu Kénadsa ! Son père a été toujours militaire ! Il fut d'abord du temps de la France infirmier à Kénadsa avant de prendre le maquis ! Au début des années 60 il était directeur du génie militaire de la 3° RM ! Ensuite c'est à Oran qu'il s'était installé !

sans commentaire

M'siquine
19/04/2013, 00h30
salam m'siquine

Je sais aussi qu’il est bien apprécié, encouragé et soutenu par une certaine tendance littéraire et politique francophile

Je ne dis pas le contraire ! Les sirène de Bagdad, les hirondelles de Kaboul, les agneaux du seigneur et l'attentat ! ont une deuxième lecture autre que littéraire !

dahmane1
19/04/2013, 11h01
Je ne dis pas le contraire ! Les sirène de Bagdad, les hirondelles de Kaboul, les agneaux du seigneur et l'attentat ! ont une deuxième lecture autre que littéraire !

Salam M'siquine

C’est justement cette autre lecture qui est retenue dans ce type d’écriture haineuse qui n’a rien de la belle littérature Française.

Jazairi
01/07/2013, 02h38
Ce texte serait plus Beau, si l'auteur a parlé de son oncle, de son voisin ou autre personnage.Le vocabulaire et la façon d'ecrire sont formidables, mais parler d'un pére, rend la chose ingrate, bien que c'est un roman. Parcequ'un roman peut étre realité. Yasmina Khadra qui fait des belles oeuvres, a mal choisi le personnage.Et à cause du personnage, le livre ne réussi pas trop. On est en Algerie, où les parents sont trop respecté.
Personnellement,méme marié, mon père me "grondait" et je n'ai jamais rouspété.Aujourd'hui, mes enfants sont fiers de mes conduites envers le feu père, et reviennent jamais sur mes ordres. -Kima dir yender lek -
Je termine Beau texte avec autre acteur.