PDA

Voir la version complète : Les Russes ont effectué « une frappe nucléaire » sur le cancer



Анис
01/05/2013, 23h14
http://m.ruvr.ru/data/2013/04/30/1327902324/4Macs_killing_cancer_cell.jpg

Les biologistes russes ont trouvé un moyen rapide et précis de vectoriser les médicaments antitumoraux dans la cellule cancéreuse – pour cela il faut en frapper le noyau. Ils ont aussi trouvé comment les transporter en minimisant les effets secondaires. Le procédé est efficace pour de nombreuses formes du cancer.

Les chercheurs de l’Institut de la biologie du gène à Moscou dirigés par le professeur Alexandre Sobolev ont inventé un nanotransporteur modulaire. C’est en fait une grande molécule composée de divers modules qu’il est facile de remplacer en fonction de la tâche posée. Donc, il est opérant sur plusieurs types de cellules-cibles atteintes et vectorise diverses substances. Le laboratoire de Sobolev a à sa disposition toute une panoplie de nanotransporteurs pour traiter les cancers de la tête et du cou, les leucémies, les tumeurs du système nerveux et de la vessie.

Un des modules du nanotransporteur identifie le type de cellules-cibles en trouvant la zone où l’accumulation du médicament sera la plus efficace. Il est important que dans ce cas une dose minime suffira pour détruire la cellule maligne, ce qui réduira sensiblement les effets secondaires généralement propres aux médicaments anticancéreux.

Grâce aux systèmes de transport existant dans chaque cellule, y compris une cellule cancéreuse, « l’identification » de la cellule peut être couplée à l’intégration. Il s’agit d’albumines spécifiques, les récepteurs, capables de « reconnaître » la molécule nécessaire, la capter et l’envoyer dans la cellule. Le comportement de ces récepteurs est suffisamment étudié et on peut y compter avec certitude, estiment les biologistes.

D’autres albumines à l’intérieur de la cellule cancéreuse seront responsables de la vectorisation du nanotransporteur vers la cible – le noyau. Une telle frappe « nucléaire » sur la cellule malade la détruira rapidement.

Les études non-cliniques ont démontré l’efficacité de l’invention des chercheurs russes. Si les essais cliniques l’approuvent, elle trouvera son application dans plusieurs domaines de la médecine, et, certainement, elle servira à améliorer le diagnostic en apportant les éléments détectables nécessaires pour étudier la cellule.

ruvr.ru