PDA

Voir la version complète : Bosnie : point de départ du plan « Europe 3000 »



Анис
01/08/2013, 03h33
http://m.ruvr.ru/2013/07/31/1146720875/43bosniya.jpg

À la mi-aout 2003, des leaders islamiques radicaux sont arrivés à la conclusion que la création d’une infrastructure terroriste dans les Balkans était un facteur déterminant afin de transposer l’opposition et la guerre des terroristes en Europe, en Russie, en Israël et un peu plus tard aux USA. Sahid Émir Musa Ajzi, vétéran de l’Afghanistan et étroitement lié aux talibans et à Al-Qaïda, a été désigné pour créer cette base et cette structure. Il n’a aucun grade officiel. Ce militaire chevronné est responsable des recrues de type « blanc européen ».

La Bosnie, l’Albanie, le Kosovo, la Macédoine, le sud de la Serbie, le Monténégro devraient à terme devenir un unique pays islamique. C’est la première phase de la conquête de l’Europe selon le plan « Europe 3000 ». Selon ce dernier, l’Europe doit devenir un pays musulman (de l’Oural à la Grande-Bretagne). Ce plan se déroule par étape et est basé sur la tactique « violence et haine ». D’immenses enclaves musulmanes vont être créées dans les banlieues de la majorité des grandes villes européennes, y compris les russes. L’objectif est de réunir prochainement ces enclaves pour créer des centres musulmans unifiés.
La deuxième phase de ce plan s’appelle « Caucase 2000 ». L’OTAN va s’élargir vers l’Est et aura sous son contrôle la mer Caspienne, qui sera placée sous l’égide militaire et politique de la Turquie. Washington et Istanbul auront sous leur tutelle tout le monde islamique et vont le contrôler avec vigilance. Ils vont donc contrôler la plus grande partie des réserves mondiales de pétrole et ses voies de transport vers l’Europe et vers l’autre côté de l’océan. La « ceinture verte » sera créée aux environs de la Russie et de la Chine, et ses relations avec l’Europe passeront par Istanbul, que les Américains transformeront en principale force militaire de la région.
Parallèlement, il a été décidé de recruter et de former des terroristes de type slave de Bosnie et d’Albanie. Ces combattants, ressemblant extérieurement à n’importe quel Européen, pourront se déplacer dans le monde entier sans problème, sans éveiller de soupçons chez les policiers et les services de renseignement. Ils pourront aussi librement entrer en Ciscaucasie. On les appelle les « diables blancs ». Ils sont parfaitement préparés au Djihad en Europe et en Russie.
Cependant, ces « combattants de type slave » restent pour le moment en réserve. Ils attendent leur heure, afin d’accomplir la volonté d’Allah. Ils sont tous kamikazes et sont prêts à mourir en martyrs pour la liberté et le Coran. Le noyau dur de ces nouveaux cadres est constitué de musulmans bosniens et de recrues de Tchétchénie et du Caucase.
La préparation de ces terroristes à lieu dans un « lieu sûr » : en « terre albanaise » (Albanie, Kosovo et une partie de la Macédoine). Ils agissent sous couvert de l’Armée nationale albanaise (l’ex-Armée de libération du Kosovo).
Encore aujourd’hui en Bosnie, des organisations humanitaires formellement interdites et se trouvant dans la liste noire américaine des groupes terroristes sont en activité. Il s’agit de Idealna buducnost Bosne, des fonds Al-Haramain et Al Nashab Al-Aksa, de Jemiat Al- Furkan et de Taibah Al- Furkan. Les services de renseignement locaux ferment les yeux sur cela et les organisations « humanitaires » financées par les musulmans se multiplient. Des centaines de millions de dollars circulent sur leurs comptes chaque année. Cela suffit amplement à payer les salaires, à recruter des partisans et à créer des centres religieux ou militaires. Ces moyens financiers sont également utilisés dans le trafic de narcotique et pour l’achat d’armes pour les points chauds. Il reste jusqu’à deux mille combattants islamiques en Bosnie centrale. Un réseau de camps est clandestinement en activité. À l’intérieur, les jeunes musulmans suivent une préparation religieuse et une formation au tir et au sabotage de trois mois.
Les terroristes ainsi préparés sont acheminés via des agences de tourisme et des organisations « humanitaires ». Les extrémistes islamiques formés en Bosnie-Herzégovine s’installent dans le Caucase, en Afghanistan, ou en Europe et aux USA, où ils vivent légalement.
ruvr.ru