PDA

Voir la version complète : Attentats terroristes : le silence méprisant de Bouteflika



Toufik
20/08/2008, 23h17
Au moment où les messages de condoléances et de compassion affluent de tous les coins du monde après les attentats suicides des Issers et de Bouira, le président Abdelaziz Bouteflika, adresse, lui, des messages…de félicitations et de «soulagement» à ses homologues étrangers, répercutés sans pudeur par la télévision et les médias officiels. Hier, à l’adresse du roi du Maroc, Mohamed VI, à l’occasion du double anniversaire de sa naissance et de la « Révolution du Roi et du Peuple ». Ce matin, il a écrit au président du Cameroun, Paul Biya, à la suite du règlement du contentieux sur la péninsule de Bakassi.

Si le fait est anodin pour n’être pas rare, il n’en est pas moins lourd de sens et de portée. Depuis son élection en 1999, Bouteflika nous a, en effet, habitué, à chaque attentat terroriste ou catastrophe naturelle, à un mépris qui n’a d’égal que la douleur des familles affligées par le deuil. Le « président de tous les Algériens » n’a jamais daigné exprimer sa compassion à la douleur de son peuple. Il n’a jamais daigné se départir d’un usage protocolaire qu’il semble avoir érigé en règle immuable pour imposer une certaine distance avec ses « sujets ».

Au plus fort des violences islamistes, lorsque les Algériens se faisaient tuer par centaines dans des carnages barbares, Bouteflika n’a jamais sacrifié à cet « usage » en adressant un mot de mansuétude et d’encouragement. Au lieu de cela, il a toujours affiché une indifférence - qu’elle soit de façade ou pas là n’est pas le propos- qui tranche avec les marques de soutien émanant de l’étranger.

Mais surtout, et c’est là ou le bât blesse, un détachement qui n’a rien à voir avec les gestes chaleureux de réconfort qu’il destine aux autres peuples. Qu’ils soient frappés par une catastrophe naturelle, victimes d’un crash ou d’une quelconque endémie, Bouteflika est toujours là pour afficher ses « profondes et sincères » condoléances. Usages diplomatiques obligent, personne n’en disconviendra, mais les victimes algériennes n’ont-elles pas droit au respect de leur mémoire ?

Par Yasmine Djaber - Tout sur l'Algérie

AL-OUALI
21/08/2008, 02h17
Qu'il soit maudit eternellement ce nain imposteur!!!:pancartedz:

Elisa
25/09/2008, 08h06
c'est quoi ce truc ? c'est quoi ce délire ?

djelloul
25/09/2008, 08h12
de la folie:anim_verysurprised: