PDA

Voir la version complète : Malheureusement, nous n'avons pas eu un Mandela en 62



la terre
07/12/2013, 21h00
par Kamel Daoud

Mandela Nelson est mort. Le monde va saluer sa vie, son œuvre, son sourire, sa mort et sa philosophie. Et nous Algériens ? Faire de même dans la longue procession de l'hommage. Mais au-delà ? Un regret secret, une amertume. Le chroniqueur l'avait écrit un jour : Et si on avait eu Mandela en 62 et pas Benbella ? Et on avait eu la Vérité avant la Réconciliation et pas la Réconciliation sans la vérité, comme avec Bouteflika ? Et si.

On ose alors le tabou parce que c'est un grand rêve éveillé : une Algérie qui n'aurait pas chassé les Français algériens mais qui en aurait fait la pointe de son développement, de son économie et la pépinière de sa ressource humaine. Une Algérie de la couleur de l'arc en ciel. L'Afrique du Sud de Mandela a eu son OAS, ses Pieds noirs, ses colons, ses fermiers blancs, ses radicaux noirs, ses traîtres, ses torturés et ses Aussarresses et ses Larbi Ben M'hidi. Sauf qu'avec Mandela le choix avait été de faire passer le pays avant les procès et les vengeances et de construire, en ouvrant les bras. La valise ou la mort n'était pas le slogan de Mandela malgré l'histoire douloureuse de cet homme touché dans sa chair, et l'histoire des siens tués, torturés, assassinés. L'homme avait une vision que nous n'avons pas eue et a sauvé son pays de la guerre civile et des tueries et des grandes vanités chauvines. Le «62» de l'Afrique du Sud, par cet homme, n'a pas connu sa crise de l'été, les guerres fratricides entre clans, les massacrés de Oued Sly, ni les coups d'Etat cycliques ni la main mise des casernes et des polices politiques sur le pays. Parce que Mandela voyait loin, les Blancs n'ont pas été chassés et massacrés ou exclus au nom d'Allah ou de l'identité. Les chars n'ont pas roulé vers la capitale de ce pays pour y violer la légitimité et on n'aurait pas cédé à l'illusion du socialisme, nous n'aurions pas été malades du butin et du bien-vacant et nous aurions évité les révolutions agraires et futiles qui ont détruit la propriété et la valeur du travail et notre patriotisme n'aurait pas été dégradé en propagandes et persécutions. Un Mandela algérien nous aurait évité la seconde guerre des années 90, sa fausse conclusion par référendum risible et un président à vie, unique dans le monde, parce que un Mandela algérien aurait imposé la dignité des deux mandats et pas plus.

Nous aurions fait les bons choix, nous aurions jeté les armes, les machettes dans l'océan, nous aurions choisi de sourire à l'adversaire et pas de l'assassiner et nous aurions fait coïncidé, chaque jour venant, le mot liberté et le mot libération. Un Mandela algérien nous aurait appris que la violence subie n'est pas nécessaire à rendre, justement pour casser le cycle.

Un Mandela algérien nous aurait évité le pays actuel, ses mauvaises convictions, nos mauvais jours et des molles dictatures et ses gabegies. Nous aurions perdu moins de vies et moins de temps et nous aurions été un grand pays. Car cet homme est l'un des très rares à avoir donné sens à la décolonisation. Toutes les autres épopées ont mal fini : la décolonisation glorieuse y a été menée à la dictature hideuse ou sournoise. Au massacre, aux caricatures sanguinaires et au sous-développement. C'est dire que l'on ne décolonise pas avec les armes, mais avec l'âme. Décoloniser n'est pas vaincre le colon mais le démon en soi. Adieu l'homme au sourire qui dénoue.

le quotidien d'Oran
le 07/12/2013

dahmane1
07/12/2013, 21h40
Nous avions avant et après 62, Amirouche, Benboulaid, Didouche, l'Emir Abdelkader, Cheikh El Bachir, Malek Bennabi...seulement ceux qui nous ont "gouvernés", inconnus pendant notre glorieuse révolution, se sont réservés les medias, pour nous faire oublier qu'un jour l'Algérie était la Mecque de tous les révolutionnaires et hommes libres du monde...

Salam terre

yasmi
07/12/2013, 21h42
C'est clair que pour lui il a mis les intérêts de son pays, de son peuple avant les siens.
C'est rare de nos jours même dans les grandes "démocraties".
Il a su mettre de côté ses 27 années d'incarcération pour favoriser l'unité de son peuple.
Il a quand même réussi le pari en si peu de temps, même s'il reste encore des disparités.

la terre
07/12/2013, 21h43
Nous avions avant et après 62, Amirouche, Benboulaid, Didouche, l'Emir Abdelkader, Cheikh El Bachir, Malek Bennabi...seulement ceux qui nous ont "gouvernés", inconnus pendant notre glorieuse révolution, se sont réservés les medias, pour nous faire oublier qu'un jour l'Algérie était la Mecque de tous les révolutionnaires et hommes libres du monde...

Salam terre

merci dahmane pour ce rappel
oui ,il y a eu ,et il y a encore des hommes ,l'avenir nous le démontrera !

cimode
07/12/2013, 21h44
Nous n'avons pas de Mandela, dis-tu ?

Les années de privation de liberté

1921 à 1923 : Messali Hadj fait l'objet, à Tlemcen, de fréquentes gardes à vue au commissariat et d'emprisonnements de courte durée.
1er novembre 1934 : Six mois d'incarcération à la prison de la Santé à Paris, assortie du paiement d'une forte amende. Libéré le 1er mai 1935.
1936 : Placé plusieurs fois en garde à vue à Tlemcen.
27 août 1937 : Deux années de prison à la prison de Serkadji (Barberousse) puis d'El-Harrach (Alger). Relaxé le 27 août 1939.
4 octobre 1939 : Nouvelle arrestation et incarcération à El-Harrach.
10 mars 1941 : Transfert à la prison militaire d'Alger.
28 mars 1941 : Condamné à 16 ans de travaux forcés avec confiscation de ses biens. Enfermé au bagne de Lambèse jusqu'au 23 avril 1943.
23 avril 1943 : Résidence surveillée à Ksar el Boukhari.
10 décembre 1943 : Déportation à In Salah sous surveillance militaire.
4 janvier 1944 : Transfert à Ksar Chellala en résidence surveillée.
18 avril 1945 : Transfert à El-Goléa en résidence militaire à la suite de troubles à Ksar Chellala.
23 avril 1945 : Déporté à Bakouma au bagne au Congo-Brazzaville. Il y séjourne jusqu'au 10 août 1946.
11 août 1946 : Messali Hadj, libre s'installe à Paris.
13 octobre 1946 : Interdit de séjour à Paris, Messali rentre à Alger. Il vit à Bouzaréah.
Décembre 1948 : Retour en France, à Melun puis à Brie-Comte-Robert.
Décembre 1951 : Internement à Belle-Île-en-Mer.
14 mai 1952 : Déportation à Niort.
1er novembre 1954 : Transfert en résidence surveillée aux Sables-d'Olonne jusqu'en mars 1955.
Mars 1955 : Résidence surveillée à Angoulême.
15 janvier 1959 : Messali Hadj est relâché, mais surveillé de près. Il s'installe à Gouvieux près de Chantilly78.
Mort en 1976 après avoir été exilé du pays pour lequel il a donné toute sa vie en prison.

Nous avons eu notre Mandela mais n'avons pas su le voir.

la terre
07/12/2013, 21h47
C'est clair que pour lui il a mis les intérêts de son pays, de son peuple avant les siens.
C'est rare de nos jours même dans les grandes "démocraties".
Il a su mettre de côté ses 27 années d'incarcération pour favoriser l'unité de son peuple.
Il a quand même réussi le pari en si peu de temps, même s'il reste encore des disparités.

il avait refusé de troquer sa liberté contre " laisser tomber le TERRORISME" mais il a bien fait expliquer qu'il veut être LIBRE !!!!!!!
jamais personne m'avait fait ce qu'il a fait , ne pas mettre dehors le colonisateur !!!!!!!!!

il a VU LOIN , TRES LOIN !!!!!!!!
le colon est devenu un citoyen ,le noir a retrouvé ses droits !

yasmi
07/12/2013, 21h49
elle veut dire qu'on n'en a pas eut un qui ait dirigé le pays comme se fut le cas de Mandela.
Tous nos gouvernants ne pensent qu'au pouvoir et à s'enrichir et pour çà ils sont prêts à désunir leur peuple.

dahmane1
07/12/2013, 21h49
merci dahmane pour ce rappel
oui ,il y a eu ,et il y a encore des hommes ,l'avenir nous le démontrera !

Je rajoute seulement que Mandela avait été lui aussi "isolé" en 1962 après avoir quitté l'Algérie !!! hasard ou coïncidence ! Dieu seul le sait

yasmi
07/12/2013, 21h50
il avait refusé de troquer sa liberté contre " laisser tomber le TERRORISME" mais il a bien fait expliquer qu'il veut être LIBRE !!!!!!!
jamais personne m'avait fait ce qu'il a fait , ne pas mettre dehors le colonisateur !!!!!!!!!

il a VU LOIN , TRES LOIN !!!!!!!!
le colon est devenu un citoyen ,le noir a retrouvé ses droits !

c'est la meilleure des solutions. Bâtir une nation sans les prémices de la rancoeur.

la terre
07/12/2013, 21h56
Nous n'avons pas de Mandela, dis-tu ?

Les années de privation de liberté

1921 à 1923 : Messali Hadj fait l'objet, à Tlemcen, de fréquentes gardes à vue au commissariat et d'emprisonnements de courte durée.
1er novembre 1934 : Six mois d'incarcération à la prison de la Santé à Paris, assortie du paiement d'une forte amende. Libéré le 1er mai 1935.
1936 : Placé plusieurs fois en garde à vue à Tlemcen.
27 août 1937 : Deux années de prison à la prison de Serkadji (Barberousse) puis d'El-Harrach (Alger). Relaxé le 27 août 1939.
4 octobre 1939 : Nouvelle arrestation et incarcération à El-Harrach.
10 mars 1941 : Transfert à la prison militaire d'Alger.
28 mars 1941 : Condamné à 16 ans de travaux forcés avec confiscation de ses biens. Enfermé au bagne de Lambèse jusqu'au 23 avril 1943.
23 avril 1943 : Résidence surveillée à Ksar el Boukhari.
10 décembre 1943 : Déportation à In Salah sous surveillance militaire.
4 janvier 1944 : Transfert à Ksar Chellala en résidence surveillée.
18 avril 1945 : Transfert à El-Goléa en résidence militaire à la suite de troubles à Ksar Chellala.
23 avril 1945 : Déporté à Bakouma au bagne au Congo-Brazzaville. Il y séjourne jusqu'au 10 août 1946.
11 août 1946 : Messali Hadj, libre s'installe à Paris.
13 octobre 1946 : Interdit de séjour à Paris, Messali rentre à Alger. Il vit à Bouzaréah.
Décembre 1948 : Retour en France, à Melun puis à Brie-Comte-Robert.
Décembre 1951 : Internement à Belle-Île-en-Mer.
14 mai 1952 : Déportation à Niort.
1er novembre 1954 : Transfert en résidence surveillée aux Sables-d'Olonne jusqu'en mars 1955.
Mars 1955 : Résidence surveillée à Angoulême.
15 janvier 1959 : Messali Hadj est relâché, mais surveillé de près. Il s'installe à Gouvieux près de Chantilly78.
Mort en 1976 après avoir été exilé du pays pour lequel il a donné toute sa vie en prison.

Nous avons eu notre Mandela mais n'avons pas su le voir.
salam cimode ,c'est un plaisir de te lire

notre pays est comme un bateau sans gouvernail !
les jeunes laissent leurs vies en pleines mer
les autres sont au chômage
c'est la galère dés que tu as affaires avec l'administration
HOGRA à l'état PURE !

M'siquine
07/12/2013, 22h00
Malheureusement, nous n'avons pas eu un Mandela en 62

Ne savez-vous pas pourquoi nous n'avons pas connu notre propre Mandela ? C'est parce que nous n'avons pas encore acquis notre indépendance !

la terre
07/12/2013, 22h02
Malheureusement, nous n'avons pas eu un Mandela en 62

Ne savez-vous pas pourquoi nous n'avons pas connu notre propre Mandela ? C'est parce que nous n'avons pas encore acquis notre indépendance !

bien dit !

dahmane1
07/12/2013, 22h12
Malheureusement, nous n'avons pas eu un Mandela en 62

Ne savez-vous pas pourquoi nous n'avons pas connu notre propre Mandela ? C'est parce que nous n'avons pas encore acquis nololtre indépendance !

indépendance ou autonomie !!! des synonymes avec pour seul différence la nature de la liberté qu'ils comportent, appelée aussi "souveraineté", totale ou partielle !

M'siquine
07/12/2013, 22h15
indépendance ou autonomie !!! des synonymes avec pour seul différence la nature de la liberté qu'ils comportent, appelée aussi "souveraineté", totale ou partielle !

J'ai toujours préféré Istiklal quand je parle de notre indépendance !

dahmane1
07/12/2013, 22h36
J'ai toujours préféré Istiklal quand je parle de notre indépendance !

Istiqlal ou itighlal ? lol le ع et le ق ne sont très distant l'un de l'autre dans l'alphabet arabe lll cette proximité a induit en erreur bien des gens depuis notre istiqlal ou istighlal...

bel1000
08/12/2013, 18h21
Nous n'avons pas de Mandela, dis-tu ?

Les années de privation de liberté

1921 à 1923 : Messali Hadj fait l'objet, à Tlemcen, de fréquentes gardes à vue au commissariat et d'emprisonnements de courte durée.
1er novembre 1934 : Six mois d'incarcération à la prison de la Santé à Paris, assortie du paiement d'une forte amende. Libéré le 1er mai 1935.
1936 : Placé plusieurs fois en garde à vue à Tlemcen.
27 août 1937 : Deux années de prison à la prison de Serkadji (Barberousse) puis d'El-Harrach (Alger). Relaxé le 27 août 1939.
4 octobre 1939 : Nouvelle arrestation et incarcération à El-Harrach.
10 mars 1941 : Transfert à la prison militaire d'Alger.
28 mars 1941 : Condamné à 16 ans de travaux forcés avec confiscation de ses biens. Enfermé au bagne de Lambèse jusqu'au 23 avril 1943.
23 avril 1943 : Résidence surveillée à Ksar el Boukhari.
10 décembre 1943 : Déportation à In Salah sous surveillance militaire.
4 janvier 1944 : Transfert à Ksar Chellala en résidence surveillée.
18 avril 1945 : Transfert à El-Goléa en résidence militaire à la suite de troubles à Ksar Chellala.
23 avril 1945 : Déporté à Bakouma au bagne au Congo-Brazzaville. Il y séjourne jusqu'au 10 août 1946.
11 août 1946 : Messali Hadj, libre s'installe à Paris.
13 octobre 1946 : Interdit de séjour à Paris, Messali rentre à Alger. Il vit à Bouzaréah.
Décembre 1948 : Retour en France, à Melun puis à Brie-Comte-Robert.
Décembre 1951 : Internement à Belle-Île-en-Mer.
14 mai 1952 : Déportation à Niort.
1er novembre 1954 : Transfert en résidence surveillée aux Sables-d'Olonne jusqu'en mars 1955.
Mars 1955 : Résidence surveillée à Angoulême.
15 janvier 1959 : Messali Hadj est relâché, mais surveillé de près. Il s'installe à Gouvieux près de Chantilly78.
Mort en 1976 après avoir été exilé du pays pour lequel il a donné toute sa vie en prison.

Nous avons eu notre Mandela mais n'avons pas su le voir.

totalement d'accord avec toi et c'est pourquoi les pourris ( tous les pourris je ne fais aucune différence ) parlent de 1954-62 c'est pour mieux occulter l'histoire.
pour moi la guerre de libération commença en 1830 car les colons mirent quelques jours pour arriver à Alger en venant de sidi fredj à cause de la resistance citoyenne.

il y eu aussi l'émir khaled qui reprit le flambeau de l'émir Abdelkader durant la même période ( Messali)

donc nous avons eu nos mandela mais pas de botha ou desmond tutu à la place nous avons eu nezzar et ghlamellah

dahmane1
08/12/2013, 19h21
Toutes les révolutions se sont inspirées de notre grande et glorieuse guerre de libération nationale...Messali El Hadj trahi par des vendus, et mort dans l'anonymat en 1975 :icon_sad:, est pour le Grand peuple algérien libre, le père de la révolution.

Heureusement que son drapeau :minilogo_algeria: est là pour l'immortaliser, et pour éterniser sa présence parmi nous...

rabbi yara7mou et gloire à tous nos glorieux martyres

cimode
08/12/2013, 19h57
totalement d'accord avec toi et c'est pourquoi les pourris ( tous les pourris je ne fais aucune différence ) parlent de 1954-62 c'est pour mieux occulter l'histoire.
pour moi la guerre de libération commença en 1830 car les colons mirent quelques jours pour arriver à Alger en venant de sidi fredj à cause de la resistance citoyenne.

il y eu aussi l'émir khaled qui reprit le flambeau de l'émir Abdelkader durant la même période ( Messali)

donc nous avons eu nos mandela mais pas de botha ou desmond tutu à la place nous avons eu nezzar et ghlamellah
Oui.

Le thème étant Mandela, les Algériens doivent savoir que Messali a payé par une vie entière d'exil et de prison son intransigeance totale avec les autorités coloniales qui ont tout fait pour le faire plier. Voyant qu'il ne plierait jamais et qu'il souhaitait un modèle démocratique, De Gaulle a pactisé avec le FLN pour l'évincer et laisser leurs agents derrière ainsi qu'une Algérie soumise au Diktat de Paris.

Ayant été trahi par ses lieutenants qui ont vendu la Révolution Algérienne à Nasser (Boudiaf, Ben Bella, Abane Ramdane) prévue en mars 1955. Le FLN a livré des bataillons entier de l'ALN aux autorités coloniales pendant que ses chefs étaient cachés au Maroc, en Tunisie et en Egypte. Ce parti n'avait aucune réalité sur le terrain du martyr. Les témoignages de maquisards se battant au nom de Messali qui ont été trahi par le FLN au profit de la France sont légion (embuscades tendues par le FLN en impliquant le concours des autorités coloniales: le FLN servait de rabatteur de certains maquis de l'ALN).

Ces dernières phrases avant sa mort furent: Je suis né pauvre et je meurs pauvre. Il est enterré à Tlemcen ou ses premiers compagnons de lutte que j'ai eu la chance de connaitre témoignent encore de son combat occulté. Pour plus d'informations:

Messali Hadj raconté par sa fille (http://blogs.mediapart.fr/blog/benjamin-stora/210513/messali-hadj-raconte-par-sa-fille)

Gloire aux Chouhadas, Gloire à ceux que l'Islam et la Justice a révolté contre l'Oppression et l'Injustice. Dieu ne les lèsera point.

bel1000
08/12/2013, 20h30
Oui.

Le thème étant Mandela, les Algériens doivent savoir que Messali a payé par une vie entière d'exil et de prison son intransigeance totale avec les autorités coloniales qui ont tout fait pour le faire plier. Voyant qu'il ne plierait jamais et qu'il souhaitait un modèle démocratique, De Gaulle a pactisé avec le FLN pour l'évincer et laisser leurs agents derrière ainsi qu'une Algérie soumise au Diktat de Paris.

Ayant été trahi par ses lieutenants qui ont vendu la Révolution Algérienne à Nasser (Boudiaf, Ben Bella, Abane Ramdane) prévue en mars 1955. Le FLN a livré des bataillons entier de l'ALN aux autorités coloniales pendant que ses chefs étaient cachés au Maroc, en Tunisie et en Egypte. Ce parti n'avait aucune réalité sur le terrain du martyr. Les témoignages de maquisards se battant au nom de Messali qui ont été trahi par le FLN au profit de la France sont légion (embuscades tendues par le FLN en impliquant le concours des autorités coloniales: le FLN servait de rabatteur de certains maquis de l'ALN).

Ces dernières phrases avant sa mort furent: Je suis né pauvre et je meurs pauvre. Il est enterré à Tlemcen ou ses premiers compagnons de lutte que j'ai eu la chance de connaitre témoignent encore de son combat occulté. Pour plus d'informations:

Messali Hadj raconté par sa fille (http://blogs.mediapart.fr/blog/benjamin-stora/210513/messali-hadj-raconte-par-sa-fille)

Gloire aux Chouhadas, Gloire à ceux que l'Islam et la Justice a révolté contre l'Oppression et l'Injustice. Dieu ne les lèsera point.

le déclenchement de la lutte était prévu pour janvier 1955 et non pas mars et malgré cela il n'a jamais été contre et a même insisté pour le soutien ( par ses gars).

ce qu'on reproche vraiment à Messali ( l'histoire confirme aujourd'hui) c'est aussi son attachement à la religion et était proche des oulamas et c'est pour cela que tous les pourris d'algérie ( ceux qui prétendent etre des moudjahids encore plus) ne parlent que de 1954-1962 pour exclure Messali et les Oulemas ou minimiser leur rôle et se mettre au premier plan et c'est aussi pour ces mêmes motifs qu'on exécuta Chaabani car il était pieux et contre les '' retournés'' de la dernière minute.

dahmane1
08/12/2013, 20h50
Alors âgé de 26 ans, le jeune Messali El Hadj annonce sa création de l'Etoile Nord-africaine (ENA) à Paris en 1926, le premier mouvement nationaliste à revendiquer l’indépendance de l’Algérie.

Jazairi
08/12/2013, 21h02
Mandella, chef qui a payé de sa vie, pour éradiquer le racisme existant fortement dans son pays..C'était sa vision principale, et sa philosophie a aboutit:il a mis fin à ce racisme et cette injustice flagrantes.C'est reussi non seulement chez lui, mais dans divers pays,qui lui doivent beaucoup.Il a peut ètre fait mieux que Lutter King, lui mème de racine africaine.
N'oublions pas que l'Algerie, a beaucoup aidé le Parti de Mandella, de sorte que Mandella a emis le voeu de visiter l'Algerie tout juste à sa sortie de prison.Il aimait tant la politiq DZ,à l'epoq dirigée par Benbella, puis Boumediene.
l'Afriq du Sud, ne manquait pas de grande chose, hormis cette politiq raciale.C'est des gens qui non seulement travaillent, mais savent le faire. Elle est à un pas pour ètre nation développée....où Mandella,le souriant, tient un grand role.

dahmane1
08/12/2013, 21h21
Mandella, chef qui a payé de sa vie, pour éradiquer le racisme existant fortement dans son pays..C'était sa vision principale, et sa philosophie a aboutit:il a mis fin à ce racisme et cette injustice flagrantes.C'est reussi non seulement chez lui, mais dans divers pays,qui lui doivent beaucoup.Il a peut ètre fait mieux que Lutter King, lui mème de racine africaine.
N'oublions pas que l'Algerie, a beaucoup aidé le Parti de Mandella, de sorte que Mandella a emis le voeu de visiter l'Algerie tout juste à sa sortie de prison.Il aimait tant la politiq DZ,à l'epoq dirigée par Benbella, puis Boumediene.
l'Afriq du Sud, ne manquait pas de grande chose, hormis cette politiq raciale.C'est des gens qui non seulement travaillent, mais savent le faire. Elle est à un pas pour ètre nation développée....où Mandella,le souriant, tient un grand role.

Je ne pense pas que Mandela avait connu ou rencontré Boumediene, qui n'était même pas connu par le peuple algérien qu'après 1962 et sa désignation par les putschistes, en poste de ministre de la défense !


http://www.youtube.com/watch?v=biY5KHOGvh0

dahmane1
08/12/2013, 21h31
http://www.youtube.com/watch?v=fbS2r9bW2XE

dahmane1
08/12/2013, 21h34
..............................

cimode
08/12/2013, 22h55
le déclenchement de la lutte était prévu pour janvier 1955 et non pas mars et malgré cela il n'a jamais été contre et a même insisté pour le soutien ( par ses gars).

ce qu'on reproche vraiment à Messali ( l'histoire confirme aujourd'hui) c'est aussi son attachement à la religion et était proche des oulamas et c'est pour cela que tous les pourris d'algérie ( ceux qui prétendent etre des moudjahids encore plus) ne parlent que de 1954-1962 pour exclure Messali et les Oulemas ou minimiser leur rôle et se mettre au premier plan et c'est aussi pour ces mêmes motifs qu'on exécuta Chaabani car il était pieux et contre les '' retournés'' de la dernière minute.
La date de déclenchement de la lutte armée que Messali préparait depuis 1947 (PPA puis MTLD-OS) a été fixée au congrès d'Onu en mars 1954 pour mars 1955. Ben Bella, Boudiaf se sont alors rendus au Caire ou ils ont fait leur rapport à Nasser qui leur a donné l'ordre de déclencher la lutte armée en Novembre 1954 pour attribuer au FLN le crédit du déclenchement de la Révolution Armée. Cette information est confirmée par le témoignage du fils de Messali Hadj (16mn27) ainsi que 2 militants de l'OS qui préparaient la lutte armée depuis 1947.

Une autre guerre d'Algerie - Messali Al Haj (http://www.youtube.com/watch?v=AW6rxHgiBc4)


Quand à Messali Hadj, l'inspiration religieuse de son combat politique fut liée à son origine et son éducation initiale. Petit-fils de cadi, celui ci fut éduqué par des gens pieux dont beaucoup, descendants de janissaires, perdirent la vie lors de la prise de Tlemcen par les autorités coloniales Françaises dans le palais du Mechouar.

Devant l'interdiction de l'enseignement de la grammaire arabe par les autorités coloniales, comme beaucoup à Tlemcen (Dar El Hadith - Ben Badis, Cheikh ElIbrahimi), il entra dans une résistance active spirituelle auprès des merdersa enseignant secrètement les bases grammaticales de l'Arabe puis concrétisa cette résistance par un combat politique visant à concrétiser l'éveil spirituel sous la forme moderne de nation et donc d'indépendance. Ne pouvant compter sur les oulémas dont beaucoup étaient réformistes-assimilationnistes (pas tous), il commença la bataille politique en adoptant une ligne politique indépendantiste pendant que Ferhat Abbas prônait l'assimilation (il changea ensuite d'avis après 1945).

cimode
08/12/2013, 23h01
Ben Khedda n'a aucune légitimité à parler ou venir parler au nom de la Révolution Algérienne, lui qui était assidu de l'hôtel Alleti ou il passait en 1953-1954 le clair de son temps en compagnie des autorités coloniales (grand ami de Jacques Chevalier) et des service secrets coloniaux qui avaient pour but de casser Messali.

Ils font partie de ceux qui ont trahi la Révolution Algérienne dès le début (et ont été trahis à leur tour). A mettre dans le même camps que Ben Bella et Boudiaf qui ont choisi Nasser à Messali Hadj.

Jazairi
08/12/2013, 23h11
" que Mandela avait connu ou rencontré Boumediene" a dit Dahmane.
Se connaitre ou non, Allah ya3lem, mais soutenir l'ANC de Mandella, au temps de Benbella et Boumediene, Oui.

dahmane1
08/12/2013, 23h49
" que Mandela avait connu ou rencontré Boumediene" a dit Dahmane.
Se connaitre ou non, Allah ya3lem, mais soutenir l'ANC de Mandella, au temps de Benbella et Boumediene, Oui.

Boumediene, pour ne citer que lui, n'étais qu'un petit pantin des soviets

Jazairi
09/12/2013, 02h21
Donc, aucune personnalité algerienne n'est épargné....de Emir Aek à l'apres,l'apres Bouteflika.
Ceci dit,qui est épargné? Personne. Mème pas le petit agent du bureau, à part ..peut ètre le mendiant des rues.Peut ètre.

bel1000
09/12/2013, 03h36
Ben Khedda n'a aucune légitimité à parler ou venir parler au nom de la Révolution Algérienne, lui qui était assidu de l'hôtel Alleti ou il passait en 1953-1954 le clair de son temps en compagnie des autorités coloniales (grand ami de Jacques Chevalier) et des service secrets coloniaux qui avaient pour but de casser Messali.

Ils font partie de ceux qui ont trahi la Révolution Algérienne dès le début (et ont été trahis à leur tour). A mettre dans le même camps que Ben Bella et Boudiaf qui ont choisi Nasser à Messali Hadj.

Benkhedda a fauté mais contrairement à tous les autres il s'est repenti et a demander publiquement le pardon.

cette semaine les obsèques de Mandela et plus de 70 chefs d'états et plusieurs anciens chef d'états y participeront mais combien viendront à la mort de bouteflika?

réponse : PAS UN

tout le monde sait aujourd'hui que benbella , boumedienne , chadli, boudiaf étaient les serfs de la France et du monde occidental et pourtant pas un ne s'est déplacé à leur mort.

bel1000
09/12/2013, 03h42
" que Mandela avait connu ou rencontré Boumediene" a dit Dahmane.
Se connaitre ou non, Allah ya3lem, mais soutenir l'ANC de Mandella, au temps de Benbella et Boumediene, Oui.

on nourrit pas son voisin de poulet alors que ses enfants crèvent de faim.

le benbella et le boumedienne ont fait que les femmes de chahids deviennent des femmes de ménage et que les enfants de chouhadas soient parqués dans des centres ( j'en connais j'ai même visité l'un deux ) ils ont fait que leur nom soit sali sur les poubelles alors que les harkis occupaient des postes d'où la mort de chaabani qui était contre.

dahmane1
09/12/2013, 12h58
Boumediene n'était que comme tous nos despotes arabes, Kedhaffi qui avait fini comme un rat, Nacer et autres, qui ne faisaient qu'exécuter les instructions et la politique des Russes, en contre partie de la protection et de leur maintien à la tête de nos Etats.

Il avait suffit au Grand Che Guevara, le médecin de formation assassiné à 39 ans qu'il ne faut pas le comparer à nos despotes issus des zouis, en visite en Algérie, de critiquer en quelques mots, la politique des Russes dans le monde, pour qu'il soit traqué par toutes les armées du monde, et pour finir que comme un banal hors la loi !!!


http://www.youtube.com/watch?v=c_EW9V9D4z4

Jazairi
09/12/2013, 22h36
Bel1000,j'en connais des fils de chahid qui avaient le privilège d'entrer dans ces Ecoles de cadets, et qui ont terminé commandants,peut ètre plus. Et qui sont aisés aujourd'ui. Ne me dites pas qu'ils ont volé,trafiqué,ont fait de l'interdit,etc.....pour sont ce qu'ils sont.Sinon,c'est l'interminable et j'ajoute"qui ne finit jamais"
Maintenant pour qu'n enfant entre à cette Ecole(qui a réouvert), il faut vraiment courir..et encore.
Le sujet est Mandella ,mais certains ont divagué.Alors pour eux,Khider,Boudiaf, Ben M'hidi, Boumediene,Bouteflika,Chadli,Zeroal,Didouch M,Youcef Benkheda,Tahar Zbiri,Lakhdar Ibrahimi,Amar Ghoul,Amar Tou,Ali La pointe,Messali Hadj,Fatima N'soumer,Emir Aek,Bouamama,etc,etc....sont tous voleurs,ne travaillant pas pour le pays.
Je dis bien que mème Mandella, Che Guevara,Natanyahou,et Tarek Ibnou Ziad,seront traités par ces "mots"'voleurs,ne travaillant...........)s'ils étaient algeriens.Pour dire n'importe quoi, je peux dire( et c'est faux,ce que je dis)que Natanyahou aime les palestiniens,que Mandella ceci cela, que Che G aimait les voyages.
S'exprimer Oui, n'importe comment ?? Enfin, je m'adresse pas à vous, mais Mandella comme sujet a été mis hors jeu
Moi mème,je suis hors et je ne peux parler de ce que j'ignore, sur des gens que je ne suis qu'à travers une presse.

dahmane1
10/12/2013, 04h12
Bel1000,j'en connais des fils de chahid qui avaient le privilège d'entrer dans ces Ecoles de cadets, et qui ont terminé commandants,peut ètre plus. Et qui sont aisés aujourd'ui. Ne me dites pas qu'ils ont volé,trafiqué,ont fait de l'interdit,etc.....pour sont ce qu'ils sont.Sinon,c'est l'interminable et j'ajoute"qui ne finit jamais"
Maintenant pour qu'n enfant entre à cette Ecole(qui a réouvert), il faut vraiment courir..et encore.
Le sujet est Mandella ,mais certains ont divagué.Alors pour eux,Khider,Boudiaf, Ben M'hidi, Boumediene,Bouteflika,Chadli,Zeroal,Didouch M,Youcef Benkheda,Tahar Zbiri,Lakhdar Ibrahimi,Amar Ghoul,Amar Tou,Ali La pointe,Messali Hadj,Fatima N'soumer,Emir Aek,Bouamama,etc,etc....sont tous voleurs,ne travaillant pas pour le pays.
Je dis bien que mème Mandella, Che Guevara,Natanyahou,et Tarek Ibnou Ziad,seront traités par ces "mots"'voleurs,ne travaillant...........)s'ils étaient algeriens.Pour dire n'importe quoi, je peux dire( et c'est faux,ce que je dis)que Natanyahou aime les palestiniens,que Mandella ceci cela, que Che G aimait les voyages.
S'exprimer Oui, n'importe comment ?? Enfin, je m'adresse pas à vous, mais Mandella comme sujet a été mis hors jeu
Moi mème,je suis hors et je ne peux parler de ce que j'ignore, sur des gens que je ne suis qu'à travers une presse.

salam jazairi

Je ne sais pas de quoi tu parles, mais je pense que ta liste n'est pas complète, puisqu'il manque Bush, Hitler, De Gaule...et la liste est encore longue. Chose est sûre, que cette liste est tout simplement constituée de Héros qui avaient fait et construit l'Histoire, mais aussi de coyotes jugés et condamnés par cette même Histoire humaine...l'Histoire ne ment pas, ce sont les historiens qui mentent !

M'siquine
10/12/2013, 08h48
le déclenchement de la lutte était prévu pour janvier 1955 et non pas mars et malgré cela il n'a jamais été contre et a même insisté pour le soutien ( par ses gars).

ce qu'on reproche vraiment à Messali ( l'histoire confirme aujourd'hui) c'est aussi son attachement à la religion et était proche des oulamas et c'est pour cela que tous les pourris d'algérie ( ceux qui prétendent etre des moudjahids encore plus) ne parlent que de 1954-1962 pour exclure Messali et les Oulemas ou minimiser leur rôle et se mettre au premier plan et c'est aussi pour ces mêmes motifs qu'on exécuta Chaabani car il était pieux et contre les '' retournés'' de la dernière minute.

Salam !

Pire ya si Bel !
El Ibrahimi, un pilier de la renaissance arabo-musulmane a connu la prison sous le règne de Ben-Bella et Moufdi Zakaria le poète de la révolution a terminé ses jours en exil !
{إذا أوكل الامر لغيرأهله فأنتظر الساعة}

dahmane1
10/12/2013, 13h25
Salam !

Pire ya si Bel !
El Ibrahimi, un pilier de la renaissance arabo-musulmane a connu la prison sous le règne de Ben-Bella et Moufdi Zakaria le poète de la révolution a terminé ses jours en exil !
{إذا أوكل الامر لغيرأهله فأنتظر الساعة}

أنزلوا الناس منازلهم

Quelle est la différence entre Gandhi et son assassin, tous les deux cités par l'Histoire ? même question pour Cheikh El Bachir El Ibrahimi et Boumediene...

M'siquine
10/12/2013, 14h18
أنزلوا الناس منازلهم

Quelle est la différence entre Gandhi et son assassin, tous les deux cités par l'Histoire ? même question pour Cheikh El Bachir El Ibrahimi et Boumediene...

(تلك الدار الاخرة نجعلها للذين لا يريدون علوا في الأرض ولا فسادا، والعاقبة للمتقين) [القصص/83]

dahmane1
10/12/2013, 15h38
(تلك الدار الاخرة نجعلها للذين لا يريدون علوا في الأرض ولا فسادا، والعاقبة للمتقين) [القصص/83]

Salam m'siquine

Bonne réponse lol

Le premier est l'Histoire, le second est l'un des évènements de cette Histoire.

dahmane1
10/12/2013, 20h21
Mandela avait mené une lutte armée contre l'apartheid, et l'Histoire lui retiendra, non pas ses années passées en prison, mais sa sagesse et sa volonté de pardonner ses ennemis lorsqu'il est arrivé au pouvoir, pour n'accepter qu'un seul mandat qui lui a suffit d'unir son peuple arc en ciel, sans se référer à la légitimité historique !

cimode
10/12/2013, 23h56
Le sujet est Mandella ,mais certains ont divagué.Alors pour eux,Khider,Boudiaf, Ben M'hidi, Boumediene,Bouteflika,Chadli,Zeroal,Didouch M,Youcef Benkheda,Tahar Zbiri,Lakhdar Ibrahimi,Amar Ghoul,Amar Tou,Ali La pointe,Messali Hadj,Fatima N'soumer,Emir Aek,Bouamama,etc,etc....sont tous voleurs,ne travaillant pas pour le pays.
Qui a dit cela ?

Il ne s'agit pas de renier le rôle ou de traiter de voleur quoique ce soit mais de dire la VERITE concernant le rôle de chacun. On ne peut pas mettre quelqu'un qui a passé 37 ans de sa vie en prison ou en exil pour que son pays soit libre à quelqu'un qui s'est présenté en 1960 et qui a pactisé avec les autorités coloniales pour faire supprimer ses frères par calcul politique opportuniste.

Indépendamment des hommes, la Révolution est une oeuvre collective, notre pays doit savoir regarder son Histoire en face, comme un Homme Serein, rentre crédit aux oubliés et identifier les imposteurs. C'est à ce prix que Inchallah que la Révolution perdurera.

Les meilleurs chouhada sont connus: il sont morts pendant la Révolution au nom de l'Islam et de notre pays. Rendons leur hommage en premier.

Le sujet est Mandela est la question était de savoir si nous avions un Mandela. La réponse est qu'en terme de sacrifice de liberté et de continuité, un seul homme peut prétendre à endurer ce que Mandela a enduré, aussi bien des autorités coloniales que de ses propres frères.

C'est comme si Jacob Zuma avait mis en exil Mandela !

Jazairi
12/12/2013, 21h24
Salem tous les membres. Je ne veux pas ouvrir une discussion(d'ailleurs j'en n'ai aucune),mais seulement poster ce petit msg,dans cette discussion relative à Mandella.
Qui a fait dire a Mandella que:" l'Algerie est mon 2eme pays "
Et a dit aussi :" l'Algerie a fait de moi, ce que je suis"
Je ne connais rien en politiq, mais je trouve que Mandella ne dit pas n'importe quoi.

dahmane1
12/12/2013, 21h55
Salem tous les membres. Je ne veux pas ouvrir une discussion(d'ailleurs j'en n'ai aucune),mais seulement poster ce petit msg,dans cette discussion relative à Mandella.
Qui a fait dire a Mandella que:" l'Algerie est mon 2eme pays "
Et a dit aussi :" l'Algerie a fait de moi, ce que je suis"
Je ne connais rien en politiq, mais je trouve que Mandella ne dit pas n'importe quoi.

Il n'est pas le seul qui ait dit cela, beaucoup d'autres hommes libres l'avaient dit avant et après lui, mais ils parlaient bien sûr de l'Algérie de L'Emir Abdelkader, Amirouche, Ben Badis....qui se sont sacrifiés pour que vive l'Algérie libre et indépendante

salam jazair

cimode
13/12/2013, 10h21
Salem tous les membres. Je ne veux pas ouvrir une discussion(d'ailleurs j'en n'ai aucune),mais seulement poster ce petit msg,dans cette discussion relative à Mandella.
Qui a fait dire a Mandella que:" l'Algerie est mon 2eme pays "
Et a dit aussi :" l'Algerie a fait de moi, ce que je suis"
Je ne connais rien en politiq, mais je trouve que Mandella ne dit pas n'importe quoi.
Je comprends le sens de ton message et remercie pour ton rappel.

Je reconnais que Boumediene a su porter le message de la Révolution Algérienne bien au delà de ses frontières et que certaines des causes qu'il a défendu internationalement sont des causes justes. Personnellement, je préfère mille fois un Boumedienne, un utopiste égalitariste visionnaire à un Ben Bella, opportuniste, arriviste et assoiffé de pouvoir.

Que Dieu préserve notre pays et sa Révolution.

“Cette terre bénie qui est la nôtre, cette terre de baraka, n’est pas à vendre, ni à marchander, ni à rattacher à personne. Cette terre a ses enfants, ses héritiers, ils sont là vivants et ne veulent la donner à personne. (…)”

02 août 1936, Messali Hadj

S'en est suivi 37 ans de prison d'exil.

dahmane1
13/12/2013, 11h04
Je comprends le sens de ton message et remercie pour ton rappel.

Je reconnais que Boumediene a su porter le message de la Révolution Algérienne bien au delà de ses frontières et que certaines des causes qu'il a défendu internationalement sont des causes justes. Personnellement, je préfère mille fois un Boumedienne, un utopiste égalitariste visionnaire à un Ben Bella, opportuniste, arriviste et assoiffé de pouvoir.

Que Dieu préserve notre pays et sa Révolution.

“Cette terre bénie qui est la nôtre, cette terre de baraka, n’est pas à vendre, ni à marchander, ni à rattacher à personne. Cette terre a ses enfants, ses héritiers, ils sont là vivants et ne veulent la donner à personne. (…)”

02 août 1936, Messali Hadj

S'en est suivi 37 ans de prison d'exil.

Arriviste !!! sans défendre personne, je dirai ce que l'Histoire a retenu, que Ben Bella est arrivé des prisons coloniales, et Boumediene de nul part pour le remettre en prison !

Le message de la révolution était le manifeste du 1 novembre 1954, pas les instructions des Soviets, exécutées par Boumediene...

cimode
13/12/2013, 15h09
Arriviste !!! sans défendre personne, je dirai ce que l'Histoire a retenu, que Ben Bella est arrivé des prisons coloniales, et Boumediene de nul part pour le remettre en prison !

Le message de la révolution était le manifeste du 1 novembre 1954, pas les instructions des Soviets, exécutées par Boumediene...
A vrai dire qui trahit est trahi à son tour.

Ben Bella et Boudiaf ont trahi Messali Hadj en vendant la Révolution à Nasser et a été trahis à son tour par des jeunes loups aux dents encore plus longues que les leurs: le Clan d'Oudjda. Il ne s'agit pas d'apporter de légitimité à Boumedienne mais de reconnaitre la totalité de son oeuvre positive et négative.

En termes de légitimité, seul ceux qui ne se sont jamais compromis avec les autorités coloniales et les puissance étrangères (Egypte, Russie, France) méritent notre respect: les Martyrs qui ont donné leur vie et ceux qui n'ont jamais plié à la tentation. Leur nombre est très réduit: Messali Hadj en fait partie.

bel1000
13/12/2013, 15h53
Salem tous les membres. Je ne veux pas ouvrir une discussion(d'ailleurs j'en n'ai aucune),mais seulement poster ce petit msg,dans cette discussion relative à Mandella.
Qui a fait dire a Mandella que:" l'Algerie est mon 2eme pays "
Et a dit aussi :" l'Algerie a fait de moi, ce que je suis"
Je ne connais rien en politiq, mais je trouve que Mandella ne dit pas n'importe quoi.

Mandela parle de la période boumedienne où tous les groupes avaient demeures ici dont l'ANC qui était sa formation.
les diplomates sont les gens les plus fourbes et hypocrites car ils ne disent jamais la vérité et ne font jamais des critiques ouvertes même a un dictateur surtout si ils sont redevables a ce dictateur: pendant que boumedienne était aux petits soins avec tous les groupes " révolutionnaires'' ( demeures somptueuses, soirées animées ( devinez ),gardes rapprochées, argent à volonté ) le peuple, surtout les femmes de chahids, souffrait.

ce qui différencie Mandela des autres c'est un seul mandat ( bien que toute la population aurait voulu plus), la réconciliation RÉELLE et une gouvernance saine ( pas de régionalisme, de clientélisme et surtout pas de répression) alors les benbella, boumedienne,chadli, boudiaf, kafi, zeroual, bouteflika ne sont que des MERDES.

cimode
13/12/2013, 17h00
ce qui différencie Mandela des autres c'est un seul mandat ( bien que toute la population aurait voulu plus), la réconciliation RÉELLE et une gouvernance saine ( pas de régionalisme, de clientélisme et surtout pas de répression) alors les benbella, boumedienne,chadli, boudiaf, kafi, zeroual, bouteflika ne sont que des MERDES.
Mon cher bel,

Il ne faut pas non plus oublier le Pardon. Mandela a trouvé la force de pardonner à ceux-là même qui l'ont tourmenté et torturé toute une vie. Le Prophète en a fait de même à l'entrée de La Mecque. Ce qui rend ces gens rares c'est leur capacité à aller vers la Voie de Dieu et ne jamais céder à l'appel de Iblis, même quand celui ci parait justifié. Tous les gens que tu as cité sont désormais jugés justement par leur Créateur.

dahmane1
13/12/2013, 17h03
A vrai dire qui trahit est trahi à son tour.

Ben Bella et Boudiaf ont trahi Messali Hadj en vendant la Révolution à Nasser et a été trahis à son tour par des jeunes loups aux dents encore plus longues que les leurs: le Clan d'Oudjda. Il ne s'agit pas d'apporter de légitimité à Boumedienne mais de reconnaitre la totalité de son oeuvre positive et négative.

En termes de légitimité, seul ceux qui ne se sont jamais compromis avec les autorités coloniales et les puissance étrangères (Egypte, Russie, France) méritent notre respect: les Martyrs qui ont donné leur vie et ceux qui n'ont jamais plié à la tentation. Leur nombre est très réduit: Messali Hadj en fait partie.

De tous ceux que tu as cités, il y a Boumediene qui était comme tout gestionnaire, seulement avec plus de défauts que de qualités, donc sans aucun mérite puisqu'il ne faisait que son travail de président. Les autres qui avaient fait l'Histoire, certains avaient la chance de se repentir avant de quitter ce bas monde, comme Ben Khedda pour avoir participer à l'élaboration de la charte de Tripoli contraire à l'esprit du manifeste du 1 Novembre 1954, et Ben Bella qui a regretté de n'avoir pas opté en 1962 pour un Etat Islamique

bel1000
13/12/2013, 19h58
Mon cher bel,

Il ne faut pas non plus oublier le Pardon. Mandela a trouvé la force de pardonner à ceux-là même qui l'ont tourmenté et torturé toute une vie. Le Prophète en a fait de même à l'entrée de La Mecque. Ce qui rend ces gens rares c'est leur capacité à aller vers la Voie de Dieu et ne jamais céder à l'appel de Iblis, même quand celui ci parait justifié. Tous les gens que tu as cité sont désormais jugés justement par leur Créateur.

c'est pour cela que j'ai dit réconciliation réelle.

moi je juge leurs actes, leurs intentions seul Dieu peut le faire mais comme certains actes trahissent les intentions je ne risque pas de me tromper.

quand un boumedienne dit à l'inauguration du barrage de djorf torba ( région de béchar) '' comme cela nous n'attendrons pas la miséricorde de Dieu '' en parlant de la pluie QUE FAUT-IL CONCLURE? et pour rappel boumedienne maitrisait l'arabe et à fait l'école coranique dans sa jeunesse et puis un discours n'est pas une improvisation : ça s'élabore donc il l'a dit sciemment.

on a tué Chaabani car il s'opposa à l'intégration dans des postes de responsabilités des DAF ( déserteurs de l'armée française ou promotion lacoste et bizarrement aucun billet de recherche ne fut promulgué par la France donc une infiltration) puis ce même boumedienne traita en secret directement avec DE Gaulle pour reconduction de l'accord sur les essais nucléaires français au Sahara après 1966 et ce jusqu'à 1977 QUE FAUT-IL CONCLURE AUSSI?

en apparence ces trois faits ( désertion, opposition, reconduction) n'ont aucun rapport entre eux et pourtant SI et c'était la fameuse prédiction de De Gaulle '' nous reviendrons dans 30 ans'' et en 1992 les DAF étaient des généraux et ont mis à la touche un peuple et une partie (17000 ) dans ces mêmes camps d'essais nucléaires QUE FAUT-IL CONCLURE AUSSI?

et si certains n'aiment pas mes propos je leur dirai d'aller enquêter c'est des vérités historiques c'est du concret pas les tbahlil de sellal.

bel1000
13/12/2013, 20h28
De tous ceux que tu as cités, il y a Boumediene qui était comme tout gestionnaire, seulement avec plus de défauts que de qualités, donc sans aucun mérite puisqu'il ne faisait que son travail de président. Les autres qui avaient fait l'Histoire, certains avaient la chance de se repentir avant de quitter ce bas monde, comme Ben Khedda pour avoir participer à l'élaboration de la charte de Tripoli contraire à l'esprit du manifeste du 1 Novembre 1954, et Ben Bella qui a regretté de n'avoir pas opté en 1962 pour un Etat Islamique

@Dahmane1
te connaissant j'écarte d'office l'option idiotie ou naïveté donc tu es mal renseigné.

boumedienne n'était que le vassal de la france ( je viens de parler plus haut de reconduction de l'autorisation d'effectuer des essais nucléaires au sahara jusqu'à 1977 tout en sachant qu'une partie de la population sera irradiée, elle qui croyait qu'elle était indépendante) et pour preuve il nomma dans des postes clés les DAF , renforça la coopération avec la France, que les soins à l'étranger n'étaient valables qu'en france etc...
( si toi tu nourris ton ennemi de poulet moi je suis incapable de le faire)
Benkhedda ( rahimaho lah) s'est repenti en public mais pour benbella ce n'est que balivernes et récupération.
ce fut le premier à combattre l'islam ( Ibrahimi sous surveillance, l'association des oulémas dissoute, la femme sans le voile ( il reste encore des témoins) et même ceux qui refusèrent de voir leur femme ôter le voile furent roués de coups et en prison)

récupération encore :
à son retour en 1990 il dit aux médias qu'il avait rencontré le président du FIS ( Abassi Madani) à paris en 1988 pour faire croire qu'il était proche du FIS mais heureusement Abassi remit les pendules à l'heure et rétorqua qu'il avait rencontré Abassi Madani pas le président du FIS ( qui n'existait pas alors) , qu'il promit à certains membres du FIS des postes et ils désertèrent pour rejoindre le MDA et le plus grave quand on lui conseilla qu'il était âgé qu'il fallait laisser la politique aux autres il dit '' je veux être président même un jour seulement'' je te laisse deviner ses intentions alors pour ce qui est de repentance il peut repasser mais l'islam m'interdit de parler des morts ( sinon j'aurai dit des monstruosités)

cimode
13/12/2013, 20h38
De tous ceux que tu as cités, il y a Boumediene qui était comme tout gestionnaire, seulement avec plus de défauts que de qualités, donc sans aucun mérite puisqu'il ne faisait que son travail de président. Les autres qui avaient fait l'Histoire, certains avaient la chance de se repentir avant de quitter ce bas monde, comme Ben Khedda pour avoir participer à l'élaboration de la charte de Tripoli contraire à l'esprit du manifeste du 1 Novembre 1954, et Ben Bella qui a regretté de n'avoir pas opté en 1962 pour un Etat Islamique
Merci de compléter ton histoire en lisant la chronologie suivante qui relate le contexte du déclenchement de la lutte armée. Le rôle de Ben Khedda y est clarifié.

MESSALI HADJ (1898-1974): Chronologie commentée - Jacques Simon - Google Livres (http://books.google.dz/books?id=Ng0zFoMJyZ8C&pg=PA146&lpg=PA146&dq=messali+hadj+ben+khedda&source=bl&ots=ml-TMZCtw5&sig=K9nO3I6JeBrIo5YblHIJrM7K9fQ&hl=fr&sa=X&ei=KV2rUqjDJIbNygP8w4CACg&redir_esc=y#v=onepage&q=messali%20hadj%20ben%20khedda&f=false)

cimode
13/12/2013, 20h40
Arriviste !!! sans défendre personne, je dirai ce que l'Histoire a retenu, que Ben Bella est arrivé des prisons coloniales, et Boumediene de nul part pour le remettre en prison !

Le message de la révolution était le manifeste du 1 novembre 1954, pas les instructions des Soviets, exécutées par Boumediene...
Que l'on soit fidèle à la France ou aux Egyptiens, le fait est que Ben Bella comme beaucoup d'autre ont préféré prêté leur allégeance à un mouvement étranger qu'à un mouvement national légitime.

bel1000
13/12/2013, 21h26
Merci de compléter ton histoire en lisant la chronologie suivante qui relate le contexte du déclenchement de la lutte armée. Le rôle de Ben Khedda y est clarifié.

MESSALI HADJ (1898-1974): Chronologie commentée - Jacques Simon - Google Livres (http://books.google.dz/books?id=Ng0zFoMJyZ8C&pg=PA146&lpg=PA146&dq=messali+hadj+ben+khedda&source=bl&ots=ml-TMZCtw5&sig=K9nO3I6JeBrIo5YblHIJrM7K9fQ&hl=fr&sa=X&ei=KV2rUqjDJIbNygP8w4CACg&redir_esc=y#v=onepage&q=messali%20hadj%20ben%20khedda&f=false)

@Cimode
Benkheda a fait des bourdes mais il s'est repenti et je ne crois pas qu'il faille le comparer à Messali car ce dernier était un chef, un visionnaire, une élite à lui tout seul ( pour moi ceux qui se sont mis sur sa route ne sont que des envieux car Brassens dit dans sa chanson ( il explique un peu la situation) '' mais les gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux'' et d’ailleurs cela se vérifie depuis 1962 '' enta tefham bezef''

dahmane1
13/12/2013, 22h15
Que l'on soit fidèle à la France ou aux Egyptiens, le fait est que Ben Bella comme beaucoup d'autre ont préféré prêté leur allégeance à un mouvement étranger qu'à un mouvement national légitime.

Cheikh El Bachir El Ibrahimi avait dit beaucoup de bien de l'Egypte Oum Edounya, de ses Oulamas et de son peuple...son défaut et I agree with you est dans son système de gouvernance, comme chez nous d'ailleurs, et ses despotes et pantins désignés à la tête de nos Etats arabes,

cimode
13/12/2013, 23h08
Cheikh El Bachir El Ibrahimi avait dit beaucoup de bien de l'Egypte Oum Edounya, de ses Oulamas et de son peuple...son défaut et I agree with you est dans son système de gouvernance, comme chez nous d'ailleurs, et ses despotes et pantins désignés à la tête de nos Etats arabes,
Sans vouloir diminuer le rôle des ouléma dans l'éveil spirituel de notre Nation au nom de l'Islam, on ne peut nier que leur rôle ne pouvait se limiter qu'au domaine spirituel: ces hommes ne pouvaient porter qu'une partie du combat vers la liberté. L'Algérie avait besoin d'une existence politique que seul un homme a pu créer au prix d'une vie de lutte et de sacrifice. Les Oulemas n'ont pas passé une vie en prison pour leur convictions: un seul homme a porté sur ses épaules le poids de la vision d'une nation et d'un peuple libre, sans rien attendre en échange, sans s'être compromis. A ce jour, malheureusement, les Algériens restent ignorants des faits de l'Histoire. La plupart choisissent leur héros en fonction de leur tendances, sympathies idéologiques et ont une vision biaisée de l'Histoire.

La vérité nous impose de baser nos opinions sur des faits, des actions, des positions et non sur notre émotions ou nos préférences idéologiques. C'est pour cela qu'il est de notre devoir de connaitre l'histoire réelle de notre pays.

C'est au prix de reconstituer une mémoire collective trop longtemps occultée que nous trouverons une certaine sérénité. Le Prophète ne demandait-il pas systématiquement la vérification par des témoins avant de légiférer.

bel1000
14/12/2013, 01h18
La vérité nous impose de baser nos opinions sur des faits, des actions, des positions et non sur notre émotions ou nos préférences idéologiques. C'est pour cela qu'il est de notre devoir de connaitre l'histoire réelle de notre pays.

il y a lieu de revoir le role des oulemas
benbadis par exemple s'attaqua a l'économie en formant des artisans pour stopper l'industrie juive ( en ce temps là pro française) et la création du CMA ( dissous un an plus tard)
Messali a eu la tache un peu plus facile dans son combat politique car il n'existait aucun parti politique algérien et l'ennemi était bien visible alors que benbadis eu à affronter les zaouias anti réformistes et celles agrées du pouvoir colonial
si mes souvenirs sont bons je crois que Messali assistait aux prêches de Benbadis une certaine période.

cimode
14/12/2013, 02h05
il y a lieu de revoir le role des oulemas
benbadis par exemple s'attaqua a l'économie en formant des artisans pour stopper l'industrie juive ( en ce temps là pro française) et la création du CMA ( dissous un an plus tard)
Messali a eu la tache un peu plus facile dans son combat politique car il n'existait aucun parti politique algérien et l'ennemi était bien visible alors que benbadis eu à affronter les zaouias anti réformistes et celles agrées du pouvoir colonial
si mes souvenirs sont bons je crois que Messali assistait aux prêches de Benbadis une certaine période.
Bien sur.

Mettre en compétition Ben Badis et Messali Hadj n'a aucun sens car leur combats se situent à des niveaux différents. La libération de l'Algérie ne pouvait être l'oeuvre d'un seul homme.

Outre son travail de réformateur, Ben Badis a fait un énorme travail en maintenant un réseau de propagande identitaire musulmane structurelle à travers les merdersa (Dar El Hadith) ou la grammaire arabe était enseignée en contradiction avec les lois coloniales. Cette action a permis de structurer la pensée et préparer le terrain pour des gens comme Messali Hadj pour qu'il puissent déployer une vision politique du problème de la liberté: les rôles sont donc complémentaires. Ben Badis fut certainement le Réveil de notre mémoire collective et civilisation mais le concept même de nation, propre au 20eme siècle lui était étranger car il fut une création de Messali en ce qui nous concerne. Sans le concept de nation, le concept même d'indépendance devient caduque.

dahmane1
14/12/2013, 07h33
Sans vouloir diminuer le rôle des ouléma dans l'éveil spirituel de notre Nation au nom de l'Islam, on ne peut nier que leur rôle ne pouvait se limiter qu'au domaine spirituel: ces hommes ne pouvaient porter qu'une partie du combat vers la liberté. L'Algérie avait besoin d'une existence politique que seul un homme a pu créer au prix d'une vie de lutte et de sacrifice. Les Oulemas n'ont pas passé une vie en prison pour leur convictions: un seul homme a porté sur ses épaules le poids de la vision d'une nation et d'un peuple libre, sans rien attendre en échange, sans s'être compromis. A ce jour, malheureusement, les Algériens restent ignorants des faits de l'Histoire. La plupart choisissent leur héros en fonction de leur tendances, sympathies idéologiques et ont une vision biaisée de l'Histoire.

La vérité nous impose de baser nos opinions sur des faits, des actions, des positions et non sur notre émotions ou nos préférences idéologiques. C'est pour cela qu'il est de notre devoir de connaitre l'histoire réelle de notre pays.

C'est au prix de reconstituer une mémoire collective trop longtemps occultée que nous trouverons une certaine sérénité. Le Prophète ne demandait-il pas systématiquement la vérification par des témoins avant de légiférer.

Salam Cimode

Je te rappelle seulement que l'islam est un mode de vie parfait, constitué de deux parties indissociables, le spirituel et le temporel ! Cette distinction instituée par la laïcité, est valable pour les deux parties complémentaires de la religion Occidentale, la démocratie et le catéchisme,

cimode
14/12/2013, 09h09
Salam Cimode

Je te rappelle seulement que l'islam est un mode de vie parfait, constitué de deux parties indissociables, le spirituel et le temporel ! Cette distinction instituée par la laïcité, est valable pour les deux parties complémentaires de la religion Occidentale, la démocratie et le catéchisme,
Merci pour le rappel.

La pédagogie historique impose le discernement.

bel1000
14/12/2013, 09h22
juste pour info


même Ali Benhadj dans son dernier prêche ( vendredi 13 dec 2013) rend hommage à Nelson Mandela il le compare à Nadjachi

dahmane1
14/12/2013, 11h20
Merci pour le rappel.

La pédagogie historique impose le discernement.

"Ô vous qui croyez ! Si ( إِن )un homme pervers vous apporte une nouvelle, vérifiez-en la teneur, de crainte de faire du tort à des innocents, par ignorance, et d'en éprouver ensuite des remords ."

Pour la précision, dans la langue arabe إِن et ادا, deux mots avec un même rôle grammatical mais de sens littéraires différents, leur traduction en Français par "SI" n'est pas toujours fidèle !


ان / اداة شرط تفيد احتمال الوقوع

ادا / اداة شرط تفيد تحقيق الوقوع

bel1000
14/12/2013, 20h04
actuellement sur al magharibia un spécial '' droits de l'homme'' avec des interviews de parents de disparus et de déportés du sud et forcement de fil en aiguille un hommage a Mandela et que ce dernier fit le même hommage en 1965 à sa venue en Algérie à .............Messali El Hadj mais le pouvoir en place occulta la chose.
ce même Mandela était en froid avec le régime d'Alger pour avoir accueilli dans les années 90 une délégation de parlementaires FIS et refusa de cautionner le pseudo referendum sur la réconciliation de bouteflika.
décidément le Coran se vérifie chaque jour : les hommes ne reconnaissent que les hommes et les salauds ne reconnaissent que les salauds *

* - je fais allusion à sourate Enissa '' les femmes'' où il est dit que les khoubatas sont solidaires les uns les autres et que les dignes sont aussi solidaires les uns les autres.

dahmane1
14/12/2013, 20h51
actuellement sur al magharibia un spécial '' droits de l'homme'' avec des interviews de parents de disparus et de déportés du sud et forcement de fil en aiguille un hommage a Mandela et que ce dernier fit le même hommage en 1965 à sa venue en Algérie à .............Messali El Hadj mais le pouvoir en place occulta la chose.
ce même Mandela était en froid avec le régime d'Alger pour avoir accueilli dans les années 90 une délégation de parlementaires FIS et refusa de cautionner le pseudo referendum sur la réconciliation de bouteflika.
décidément le Coran se vérifie chaque jour : les hommes ne reconnaissent que les hommes et les salauds ne reconnaissent que les salauds *

* - je fais allusion à sourate Enissa '' les femmes'' où il est dit que les khoubatas sont solidaires les uns les autres et que les dignes sont aussi solidaires les uns les autres.

ettoyoro 3ala ach'kaliha taqe3

cimode
15/12/2013, 03h48
actuellement sur al magharibia un spécial '' droits de l'homme'' avec des interviews de parents de disparus et de déportés du sud et forcement de fil en aiguille un hommage a Mandela et que ce dernier fit le même hommage en 1965 à sa venue en Algérie à .............Messali El Hadj mais le pouvoir en place occulta la chose.
ce même Mandela était en froid avec le régime d'Alger pour avoir accueilli dans les années 90 une délégation de parlementaires FIS et refusa de cautionner le pseudo referendum sur la réconciliation de bouteflika.
décidément le Coran se vérifie chaque jour : les hommes ne reconnaissent que les hommes et les salauds ne reconnaissent que les salauds *

* - je fais allusion à sourate Enissa '' les femmes'' où il est dit que les khoubatas sont solidaires les uns les autres et que les dignes sont aussi solidaires les uns les autres.
Oui.

Je vous conseille de lire les documents d'archive suivants qui vous éclaireront sur les événements qui se sont produit et clarifieront le rôle de chacun.
Fondation Messali Hadj - ????? ????? ????? (http://www.fondationmessali.org)

En ce qui concerne le sujet de cette thread, un comparatif entre Messali Hadj et Mandela
Messali Hadj - Nelson Mandela : comparaison par les chiffres (http://www.fondationmessali.org/Messali-Mandela.html)

Un autre sujet sur Abdallah FILALI pour ce qui recherchent des figures légitimes récentes intègres ayant sacrifié leur vie dans les actes pour ce pays et non dans les palaces internationaux du Caire et de Paris.
Abdallah FILALI , une grande figure politique du Mouvement National et de la Révolution Algérienne (http://www.fondationmessali.org/Abdallah%20FILALI.html)

dahmane1
15/12/2013, 07h21
Messali hadji, le père de la révolution algérienne, n'avait pu avoir la nationalité algérienne qu'en 1965, soit 3 ans après l'indépendance !!!

cimode
15/12/2013, 10h13
Messali hadji, le père de la révolution algérienne, n'avait pu avoir la nationalité algérienne qu'en 1965, soit 3 ans après l'indépendance !!!
Son passeport ne lui fut délivré qu'en 1974, quelque mois avant sa mort. Ses tourmenteurs avaient tellement peur qu'il dise la vérité qu'ils s'assurèrent qu'il était bien malade d'un cancer pour accepter de lui remettre un document pour lequel il s'est battu toute une vie.

Il est mort enterré à Tlemcen ou chaque année, ses compagnons de lutte se rassemble encore à ce jour pour lui rendre hommage et pleurer sa mort.

dahmane1
15/12/2013, 15h52
Son passeport ne lui fut délivré qu'en 1974, quelque mois avant sa mort. Ses tourmenteurs avaient tellement peur qu'il dise la vérité qu'ils s'assurèrent qu'il était bien malade d'un cancer pour accepter de lui remettre un document pour lequel il s'est battu toute une vie.

Il est mort enterré à Tlemcen ou chaque année, ses compagnons de lutte se rassemble encore à ce jour pour lui rendre hommage et pleurer sa mort.

L'Algérie c'est l'Emir Abdelkader, son esprit toujours présent parmi nous est Messali El Hadj immortalisé par ses ennemis avant ses amis, par son emblème national !

فـداء الجزائـر

فـداء الجزائـر روحي ومـالي
ألا فــي سبيـل الحريـة
فـليحـي حـزب الشعب الغالي
و نجـم شمــال إفريقيـة
وليحي جند الاستقلال
مثــال الفــداء والوطنيـة
ولتحي الجزائـر مثل الهلال
و لتحـي فيهــا العربيـة
سلامـا سلامـا أرض الجدود
سلامــا مهـد معالينــا
فأنت أنت دار الخلود
غرامك صــار لنــا دينـا
وإنـا حواليك مثـل الجنود
لسـان هــواك يناجينـا
سنرعـى حقـوقك مثـل الأسود
و لــو قبضـوا بتراقينـا
سـرى بالروح دم الفـاتحين
فـأذكـى فيهـا معانـي الفـداء
نخوض الكون مـع الخائضين
و لا نرتـد ولـو بـالـردى
ونعلي الصرخة في الصارخين
نـنـادي العـزة والسـِؤددا
فلسنـا نرضى مع العالميـن
حيــاة نبقـى بهـا أعبـدا
فلسنا نـرضى الإمتـزاجـا
ولسنـا نرضـى التجنيسـا
ولسنا نرضـى الإنـدمـاجـا
ولا نرتــد فرنسيســا
رضينا بالإسـلام تـاجــا
كفــى الجهــال تدنيسـا
فكل من يبغـي اعوجـاجـا
رجمـنــاه كـإبـلـيســا
خلقنا بحكم الهـوى إخـوة
فتبت يــدا كــل مـن فرقـا
نريد حيـاة لنـا حـرة
كفانا كفى مــن حيـاة الشقـاء
خلفنـا لهـذا الـورى سادة
ونجـم الهـدى عندنـا أشرقـا
بلادي يميـنـا مقـدسـة
سنرعى عهودك طـول البقـاء
ألا في طريق العلا سعينـا
ألا فـي سبيل الفداء و الجهـاد
ليسطع بـأفـق السمـاء نجمنا
ونعلي الصرخة فـي كـل واد
فهـا هـو ذاك اللـواء معلنا
حملناه ذا اليـوم فـوق الفـؤاد
وها هـو أحمد يحدو بنـا
وهـا هـو جبريل فينا ينـادي
ألا في سبيـل الاستـقـلال
ألا في سبيـل الحـريــة
Moufdi ZAKARIA 1936



http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU

cimode
03/03/2014, 12h51
Arriviste !!! sans défendre personne, je dirai ce que l'Histoire a retenu, que Ben Bella est arrivé des prisons coloniales, et Boumediene de nul part pour le remettre en prison !

Le message de la révolution était le manifeste du 1 novembre 1954, pas les instructions des Soviets, exécutées par Boumediene...
Il y a pas ou peu d'intérêt à établir la valeur des gens par rapport au plus mauvais. On n'établi celle ci que par rapport aux meilleurs d'entre nous.

Ben Bella a été un parmi d'autres et d'autres ont eu un rôle bien plus important que le sien pendant la vraie révolution algérienne. Appartenant à une génération ou des hommes utopistes ont sacrifié leur vie pour ce pays, il démontrât très tôt un opportunisme politique, un déloyauté et un gout du pouvoir prononcé.

> Ben Bella ne dut sa promotion qu'au calcul politique de Messali qui écarta Ait Ahmed par crainte que ses tendances régionalistes berberistes affaiblissent la Révolution à un niveau national.
> L'OS fut démantelé suite à sa capture et aux renseignements qu'il donna à la police coloniale.
> Ben Bella était complice de l'arrestation des représentants de Messali Hadj par les services secrets égyptiens.
> Ben Bella fut convoqué à plusieurs reprises par ses compagnons de lutte à retourner au pays et à justifier sa présence au Caire.
> Ben Bella a cautionné la liquidation de tous les témoins gênants qui pouvaient remettre en cause sa main mise sur le pouvoir à l'indépendance. Personne ne peut croire par exemple que Ben Bella ou Boudiaf n'auraient eu aucune connaissance du plan de liquidation de Abane Ramdane par Boussouf qui n'était que la main exécutante.

Sans vouloir nier son mérite, je tiens simplement à apporter une vision réaliste de l'être humain et politique Ben Bella que j'ai connu personnellement. Des hommes beaucoup plus valeureux et purs que Ben Bella ont été oublié par l'Histoire car il n'avaient pas en eux de soif du pouvoir et de calcul seulement un amour de leur Patrie et de l'Islam.

Que représente Ben Bella ou un Boukherouba face à un Colonel Lotfi, génie, mort les armes à la main parce que Ben Bella l'envoya en mission suicide et qu'il accepta ? L'histoire rendra crédit aux valeureux.

cimode
03/03/2014, 13h03
Aperçu de la vie du Colonel Lotfi

Le colonel Lotfi, un colonel « pas comme les autres » | memoria.dz (http://www.memoria.dz/mar-2013/guerre-liberation/le-colonel-lotfi-un-colonel-pas-comme-les-autres)

J’aime mieux mourir dans le maquis que de vivre avec ces loups. Colonel Lotfi

cimode
03/03/2014, 13h07
PLus d'informations sur Lotfi

L'Algérie libre: Algérie : qui a tué le colonel Lotfi ? (http://algerie-libre.blogspot.com/2010/05/algerie-qui-tue-le-colonel-lotfi.html)

dahmane1
03/03/2014, 16h02
Il y a pas ou peu d'intérêt à établir la valeur des gens par rapport au plus mauvais. On n'établi celle ci que par rapport aux meilleurs d'entre nous.

Ben Bella a été un parmi d'autres et d'autres ont eu un rôle bien plus important que le sien pendant la vraie révolution algérienne. Appartenant à une génération ou des hommes utopistes ont sacrifié leur vie pour ce pays, il démontrât très tôt un opportunisme politique, un déloyauté et un gout du pouvoir prononcé.

> Ben Bella ne dut sa promotion qu'au calcul politique de Messali qui écarta Ait Ahmed par crainte que ses tendances régionalistes berberistes affaiblissent la Révolution à un niveau national.
> L'OS fut démantelé suite à sa capture et aux renseignements qu'il donna à la police coloniale.
> Ben Bella était complice de l'arrestation des représentants de Messali Hadj par les services secrets égyptiens.
> Ben Bella fut convoqué à plusieurs reprises par ses compagnons de lutte à retourner au pays et à justifier sa présence au Caire.
> Ben Bella a cautionné la liquidation de tous les témoins gênants qui pouvaient remettre en cause sa main mise sur le pouvoir à l'indépendance. Personne ne peut croire par exemple que Ben Bella ou Boudiaf n'auraient eu aucune connaissance du plan de liquidation de Abane Ramdane par Boussouf qui n'était que la main exécutante.

Sans vouloir nier son mérite, je tiens simplement à apporter une vision réaliste de l'être humain et politique Ben Bella que j'ai connu personnellement. Des hommes beaucoup plus valeureux et purs que Ben Bella ont été oublié par l'Histoire car il n'avaient pas en eux de soif du pouvoir et de calcul seulement un amour de leur Patrie et de l'Islam.

Que représente Ben Bella ou un Boukherouba face à un Colonel Lotfi, génie, mort les armes à la main parce que Ben Bella l'envoya en mission suicide et qu'il accepta ? L'histoire rendra crédit aux valeureux.

Tout ce que tu dis est historiquement juste, et Ben Bella avec ces défauts et ses bienfaits, fait désormais partie de notre Histoire. Boukharouba ou Boumediene n'est connu que par son coup d'Etat (1965) orchestré par les Soviets.
Apres sa sortie de prison (période de Chadli), Ben Bella qu'Allah ait son âme et lui accorde sa repentance, avait déclaré aux journalistes " je regrette de n'avoir pas opté pour un Etat Islamique"

bel1000
06/03/2014, 21h43
Apres sa sortie de prison (période de Chadli), Ben Bella qu'Allah ait son âme et lui accorde sa repentance, avait déclaré aux journalistes " je regrette de n'avoir pas opté pour un Etat Islamique"

beaucoup d'arabes sont réputés pour vouloir vivre en chrétien et mourir en musulman

" laisse le puits avec son couvercle'':vu:

dahmane1
06/03/2014, 21h46
beaucoup d'arabes sont réputés pour vouloir vivre en chrétien et mourir en musulman

" laisse le puits avec son couvercle'':vu:

الاعمال بخواتمها

ان الله يقبل توبة العبد ما لم يغرغر

bel1000
06/03/2014, 21h51
الاعمال بخواتمها

ان الله يقبل توبة العبد ما لم يغرغر

mais le critere le plus important de la repentance ( TAWBA) reste quand meme la réparation
et celui qui a décimé une famille ne peut réparer

dahmane1
06/03/2014, 21h57
,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

dahmane1
06/03/2014, 22h09
mais le critere le plus important de la repentance ( TAWBA) reste quand meme la réparation
et celui qui a décimé une famille ne peut réparer


La réparation est certes un critère de repentance, mais seulement dans la mesure du possible.

Omar Ibn Al Khettab (RA) avait pourtant enterré sa fille vivante !

"hormis ceux qui se repentent, qui croient sincèrement en Dieu et qui font des œuvres salutaires. Ceux-là Dieu transformera leurs mauvaises actions en œuvres méritoires, car Dieu est toute miséricorde et toute indulgence" 70.25 Al Furqan

PSM31
08/03/2014, 18h07
[QUOTE=cimode;159085]Nous n'avons pas de Mandela, dis-tu ?
Les années de privation de liberté
1921 à 1923 : Messali Hadj fait l'objet, à Tlemcen, de fréquentes gardes à vue au commissariat et d'emprisonnements de courte durée.
1er novembre 1934 : Six mois d'incarcération à la prison de la Santé à Paris, assortie du paiement d'une forte amende. Libéré le 1er mai 1935.
1936 : Placé plusieurs fois en garde à vue à Tlemcen.
27 août 1937 : Deux années de prison à la prison de Serkadji (Barberousse) puis d'El-Harrach (Alger). Relaxé le 27 août 1939.
4 octobre 1939 : Nouvelle arrestation et incarcération à El-Harrach.
10 mars 1941 : Transfert à la prison militaire d'Alger.
28 mars 1941 : Condamné à 16 ans de travaux forcés avec confiscation de ses biens. Enfermé au bagne de Lambèse jusqu'au 23 avril 1943.
23 avril 1943 : Résidence surveillée à Ksar el Boukhari.
10 décembre 1943 : Déportation à In Salah sous surveillance militaire.
4 janvier 1944 : Transfert à Ksar Chellala en résidence surveillée.
18 avril 1945 : Transfert à El-Goléa en résidence militaire à la suite de troubles à Ksar Chellala.
23 avril 1945 : Déporté à Bakouma au bagne au Congo-Brazzaville. Il y séjourne jusqu'au 10 août 1946.
11 août 1946 : Messali Hadj, libre s'installe à Paris.
13 octobre 1946 : Interdit de séjour à Paris, Messali rentre à Alger. Il vit à Bouzaréah.
Décembre 1948 : Retour en France, à Melun puis à Brie-Comte-Robert.
Décembre 1951 : Internement à Belle-Île-en-Mer.
14 mai 1952 : Déportation à Niort.
1er novembre 1954 : Transfert en résidence surveillée aux Sables-d'Olonne jusqu'en mars 1955.
Mars 1955 : Résidence surveillée à Angoulême.
15 janvier 1959 : Messali Hadj est relâché, mais surveillé de près. Il s'installe à Gouvieux près de Chantilly78.
Mort en 1976 après avoir été exilé du pays pour lequel il a donné toute sa vie en prison.


L'histoire reste toujours l'histoire. On ne peut jamais écrire l'histoire comme on veut... comme a dit Djamel eddine elafghani: "Inna addaghta yalidou linfidjaar"
"la pression engendre l'éclatement" ( traduction )
Voilà elhogra a commençé dans les années 30 et a atteint son paroxysme à partir de 1965 à 1978 ( c'est aussi une période noire pour certaines familles et certains algériens qui depuis se sont exilés et ne sont jamais revenus au pays ). Aujourd'hui, ce sont les mêmes qui ont repris le "flambeau d'elhogra"

:minilogo_algeria:

Ouallahou A3lamou

dahmane1
09/03/2014, 00h02
[QUOTE=cimode;159085]Nous n'avons pas de Mandela, dis-tu ?
Les années de privation de liberté
1921 à 1923 : Messali Hadj fait l'objet, à Tlemcen, de fréquentes gardes à vue au commissariat et d'emprisonnements de courte durée.
1er novembre 1934 : Six mois d'incarcération à la prison de la Santé à Paris, assortie du paiement d'une forte amende. Libéré le 1er mai 1935.
1936 : Placé plusieurs fois en garde à vue à Tlemcen.
27 août 1937 : Deux années de prison à la prison de Serkadji (Barberousse) puis d'El-Harrach (Alger). Relaxé le 27 août 1939.
4 octobre 1939 : Nouvelle arrestation et incarcération à El-Harrach.
10 mars 1941 : Transfert à la prison militaire d'Alger.
28 mars 1941 : Condamné à 16 ans de travaux forcés avec confiscation de ses biens. Enfermé au bagne de Lambèse jusqu'au 23 avril 1943.
23 avril 1943 : Résidence surveillée à Ksar el Boukhari.
10 décembre 1943 : Déportation à In Salah sous surveillance militaire.
4 janvier 1944 : Transfert à Ksar Chellala en résidence surveillée.
18 avril 1945 : Transfert à El-Goléa en résidence militaire à la suite de troubles à Ksar Chellala.
23 avril 1945 : Déporté à Bakouma au bagne au Congo-Brazzaville. Il y séjourne jusqu'au 10 août 1946.
11 août 1946 : Messali Hadj, libre s'installe à Paris.
13 octobre 1946 : Interdit de séjour à Paris, Messali rentre à Alger. Il vit à Bouzaréah.
Décembre 1948 : Retour en France, à Melun puis à Brie-Comte-Robert.
Décembre 1951 : Internement à Belle-Île-en-Mer.
14 mai 1952 : Déportation à Niort.
1er novembre 1954 : Transfert en résidence surveillée aux Sables-d'Olonne jusqu'en mars 1955.
Mars 1955 : Résidence surveillée à Angoulême.
15 janvier 1959 : Messali Hadj est relâché, mais surveillé de près. Il s'installe à Gouvieux près de Chantilly78.
Mort en 1976 après avoir été exilé du pays pour lequel il a donné toute sa vie en prison.


L'histoire reste toujours l'histoire. On ne peut jamais écrire l'histoire comme on veut... comme a dit Djamel eddine elafghani: "Inna addaghta yalidou linfidjaar"
"la pression engendre l'éclatement" ( traduction )
Voilà elhogra a commençé dans les années 30 et a atteint son paroxysme à partir de 1965 à 1978 ( c'est aussi une période noire pour certaines familles et certains algériens qui depuis se sont exilés et ne sont jamais revenus au pays ). Aujourd'hui, ce sont les mêmes qui ont repris le "flambeau d'elhogra"

:minilogo_algeria:

Ouallahou A3lamou

" ان الازمة تلد الهمة ولا يتسع الامر الا اذا ضاق"
جمال الدين الافغاني

http://www.assforum.org/web/pdf/mnhel/sciences%20sociales/30272530.pdf
Le livre de Abderrahman al Kawakibi "la nature du despotisme"