PDA

Voir la version complète : Yacef Saadi accuse Zohra Drif d’avoir « vendu » Ali La Pointe !!!



dahmane1
25/01/2014, 21h23
Pour fêter ses 86 ans, Yacef Saadi a lâché une bombe au journal « El Khabar ». Il accuse Zohra-Drif Bitat d’avoir « donné » Ali La Pointe aux paras. Cette étrange sortie pose beaucoup de questions. Pourquoi maintenant ? Pourquoi elle ? Ses accusations demeurent pour le moins mystérieuses. Contactée par téléphone par le quotidien Echourouk, Zohra Drif-Bitat promet de répondre dignement et avec du recul à Yacef Saadi.

Yacef Saadi a qualifié les mémoires de « la Moudjahida » Zohra Drif de mensongères. Lors d’une rencontre avec quelques journalistes de la presse nationale à son domicile algérois, Yacef Saadi a évoqué la falsification de l’histoire de l’Algérie en référence à l’affaire de l’assassinat de Hassiba Ben Bouali et du martyr Ali La Pointe. Selon ses dires, Zohra Drif aurait contacté Hassiba Ben Bouali afin de la conseiller de ne pas se sacrifier et de laisser tomber ses amis…

Yacef Saadi, qui a fêté ses 86 ans le 20 janvier, a fondé ses accusations sur deux correspondances retrouvées dans les archives françaises : des lettres que Mme Drif avait envoyé à Hassiba Ben Bouali. Yacef Saadi s’est demandé comment Zohra Drif avait pu parvenir à contacter Hassiba Ben Bouali et à lui envoyer des lettres à son domicile, où elle se cachait pour échapper à l’armée française (qui a finalement détruit cette cachette en octobre 1957).

Saadi a également évoqué également le rôle de Fatiha Bouhired qui, selon lui, aurait informé Zohra Drif du lieu où se cachait Hassiba Ben Bouali avec Ali La pointe et d’autres combattants après son incarcération.

(…)

Concernant la fameuse affaires des bombes du stade d’El biar, Yacef Saadi a assuré que les poseuses de bombes n’étaient autres que Jouher Akrour et Baya Hocine. Il déclare en outre, assurant avoir le contrôle sur toutes les opérations : « aucune bombe n’aurait explosé sans mon accord ! »

Yacef Saadi est également revenu sur la situation politique actuelle et sur son rôle auprès du président Bouteflika. « Je pense qu’il est dans l’incapacité d’exercer ses devoirs », indique Saade, te « j’ai conseillé à Bouteflika de ne pas se représenter aux présidentielles ». Toujours au sujet du chef de l’Etat, Saadi précise : « Avant les élections de 1999, j’ai rencontré Bouteflika et nous avons parlé pendant 2 heures. Il m’avait confié son intention de passer le restant de sa vie à la présidence de la République. »
Yacef Saadi accuse Zohra Drif d’avoir «*vendu*» Ali La Pointe | ChoufChouf (http://www.chouf-chouf.com/histoire/yacef-saadi-accuse-zohra-drif-davoir-vendu-ali-la-pointe/)

[SIZE=3]وصف المجاهد ياسف سعدي، مذكرات المجاهدة زهرة ظريف التي حملت عنوان “مذكرات محاربة في صفوف جيش التحرير الوطني” بأنها تحمل “الكثير من الكذب”.
تناول ياسف سعدي، خلال لقاء جمعه بمديري بعض الصحف الوطنية، ببيته بالعاصمة، موضوع تزوير التاريخ، معرجا على حادثة مقتل الشهيدة حسيبة بن بوعلي والشهيد علي لابوانت، مؤكدا أن زهرة ظريف قامت بمراسلة حسيبة بن بوعلي تنصحها بعدم التضحية بنفسها والتخلي عن رفاقها.
استند المجاهد ياسف سعدي، الذي احتفل بعيد ميلاده الـ86 سنة، أمس، في “اتهامه” للمجاهدة زهرة ظريف، إلى رسالتين من الأرشيف الفرنسي، كانت قد أرسلتهما زهرة ظريف إلى حسيبة بن بوعلي. واستغرب ياسف سعدي كيف أن زهرة ظريف استطاعت مراسلة حسيبة في مكان اختفائها وتخاطبها بلقب “أوخيتي”، رفقة علي لابوانت، قبل أن يقرر المستعمر الفرنسي، أمام رفض حسيبة وزملائها، تسليم أنفسهم، نسف المبنى بمن فيه يوم 08 أكتوبر 1957.
كما أشار ياسف سعدي، في نص مذكراته التي يستعد لإصدارها في كتاب، إلى الشهيدة فتيحة بوحيرد التي قال إنها من أبلغت زهرة ظريف بمكان تواجد حسيبة بن بوعلي ورفاقها الثلاثة، في المكان الجديد الذي تنقلوا إليه بعد أن تم اعتقال ياسف سعدي، كما جاء في المذكرات التي حملت عنوان “مذكرات العقيد ياسف سعدي قائد المنطقة التاريخية المستقلة للجزائر العاصمة”، أن زهرة ظريف قامت بمراسلة حسيبة وتطالبها بتسليم نفسها والتخلي عن رفاقها “علي لابوانت، بوحاميدي، عمار”، وعدم “التضحية بنفسها بطريقة غبية”، وهو ما جاء في مراسلة زهرة ظريف التي أرسلتها إلى حسيبة بن بوعلي، بعد أن تم نقل زهرة ظريف من معتقل “فيلا نادير” حيث كانت تتواجد مع ياسف سعدي، قبل أن يقرر المستعمر نقلها إلى قسم شرطة باب الوادي. وأكد ياسف سعدي أن النسخ الأصلية للرسائل التي بعثت بها زهرة ظريف إلى حسيبة موجودة في أرشيف الجيش الفرنسي بباريس، وقال سعدي إن علي لابوانت قتل في “ظروف قاسية”، مشيدا بنضال حسيبة بن بوعلي التي “كانت تتمتع بروح مقاومة غير عادية”.
وفي معرض حديثه عن مذكرات زهرة ظريف التي تشير فيه إلى ياسف سعدي بـاسم “سي الخو”، رد ياسف سعدي قائلا: “أنا اسمي ياسف سعدي وليس سي الخو”، كما قال: “أنا سلكتها من الموت”، وأشار إلى أن زهرة ظريف “لم تكن أبدا من بين المحكوم عليهم بالإعدام”. وأوضح أنه يقدم “شهادته لله”، كما قال: “لم أعد أخاف من شيء”. وأضاف أن كتابة التاريخ هي من تدفعه إلى قول الحقيقة، كما قال: “أنا ليس لدي أي حقد ضد هذه “الطفلة”، مشيرا إلى زهرة ظريف.
كما عرج ياسف سعدي إلى حادثة قنابل ملعب الأبيار والحامة الشهيرة، وأوضح أن التيار الشيوعي زيف الحقيقة، وقال: “جوهر أكرور وباية حسين هما من وضعتا قنابل الأبيار”. وأكد قائد المنطقة العسكرية المستقلة للعاصمة، أنه يسعى جاهدا إلى فضح مثل تلك “الأكاذيب” التي تحاول تشويه تاريخ الثورة، مشيرا إلى أنه وبحكم رتبته العسكرية في ذلك الوقت لم تكن هناك قنبلة يفجرها المجاهدون إلا بعد موافقة منه.



اعتبر أنه لا يمكنه ممارسة مهامه ... ياسف سعدي:
نصحت الرئيس بوتفليقة بعدم الترشح مجددا

كشف ياسف سعدي، قائد المنطقة المستقلة للعاصمة إبان الثورة التحريرية، عن توجيهه رسالة إلى الرئيس عبد العزيز بوتفليقة، سلمها للوزير الأول عبد المالك سلال، نصحه من خلالها بعدم الترشح مجددا لعهدة رابعة، معتبرا بأنه لم يعد قادرا على ممارسة مهامه على أكمل وجه.
وأسر سعدي، أحد الوجوه التاريخية البارزة في معركة الجزائر، بأنه قبيل ترشح الرئيس بوتفليقة للمرة الأولى في 1999 التقاه لساعتين تقريبا، وأكد له مرشح الإجماع آنذاك أنه ينوي تقضية ما تبقى له من العمر وهو على كرسي الحكم. وأضاف المتحدث أن الوضع حاليا في الجزائر تكتنفه الضبابية وغياب الدقة والوضوح، مبديا مخاوفه من أن البلاد تتجه إلى المجهول، حسب قوله.
وشدد ياسف سعدي على أنه يتعين على الشباب الجزائري اليوم تحمل مسؤولياته، ليعود إلى انتقاد من وصفهم بالضباط السابقين في الجيش الفرنسي الذين حكموا البلاد، بعد أن التحقوا بالثورة في آخر مراحلها، والتحقوا كلهم في فترة زمنية قصيرة وبصورة متزامنة، مشيرا أن آباء هؤلاء كانوا من الباشاغات التابعين للسلطة الاستعمارية أو من الضباط في الجيش الاستعماري الفرنسي.
وذكر ياسف سعدي عددا من الأسماء الذين خدموا في الجيش الفرنسي ومارسوا مهام مسؤولية في الجزائر المستقلة.
الجزائر: ب. سهيل

- ???? ???? ?????? ??? ??????? -- (http://www.elkhabar.com/ar/politique/381196.html)

dahmane1
25/01/2014, 21h40
Pourquoi maintenant !? c'est peut être une correction dans le scenario de son FILM italien sur "la bataille d'Alger" ! cet ajout méritera surement un autre oscar !!!

bel1000
26/01/2014, 09h53
Ghani Mahdi lui a répondu dans le premier numero de weche galo fil jornane de 2014

la terre
26/01/2014, 13h39
...86 ans ,allah eybarek !!!!!!

pendant bien un demi siècle ,il a tenu sa langue !
ça arrange bien les affaires :suspect::suspect::suspect:
...et maintenant ça doit rapporter combien ????????

dahmane1
26/01/2014, 18h07
...86 ans ,allah eybarek !!!!!!

pendant bien un demi siècle ,il a tenu sa langue !
ça arrange bien les affaires :suspect::suspect::suspect:
...et maintenant ça doit rapporter combien ????????

salam terre

Il était un simple "responsable" d'un quartier d'Alger, et en 52 ans Nesse (les gens) El 7ouma (quartier) sont soit morts ou trop âgés pour ne rien se rappeler lol


http://www.youtube.com/watch?v=F66yaHYtggc

dahmane1
26/01/2014, 18h20
Avec quelques journalistes qu’il a invités à l’occasion de son 86e anniversaire, en son domicile, Yacef Saâdi n’y est pas allé avec le dos de la cuillère, assenant ses vérités à propos du travestissement de l’histoire en se basant sur le dernier ouvrage de Zohra Drif, «truffé de mensonges» selon lui, et qu’il faudra mettre au compte de la falsification de l’histoire.


Selon Yacef, qui s’est procuré des documents inédits provenant des archives françaises, «certaines vérités vont surprendre», faisant allusion à une lettre adressée par Zohra Drif à Hassiba Ben Bouali qui se trouvait dans une cache à La Casbah avec ses compagnons Ali La Pointe, Bouhamidi (17 ans) et Petit Omar (13 ans) le neveu de Saâdi, dans laquelle Zohra supplie Hassiba de se rendre aux généraux «qui ne lui feront pas le moindre mal». Comment Zohra Drif a-t-elle pu connaître l’endroit où s’étaient repliés les quatre et pourquoi s’était-elle adressée à Hassiba seulement en négligeant les autres, s’est interrogé Yacef, qui ne doute pas de la position compromettante de Zohra Drif par rapport à l’ennemi. «Une trahison», a-t-il lâché, suggérant qu’elle a livré Ali La Pointe à la soldatesque française. Yacef signale que Zohra était incarcérée avec lui, avant d’être transférée vers un autre lieu.

L’ancien chef de la Zone autonome s’est par ailleurs offusqué du fait que Zohra le désigne par «Si l’kho» dans ses mémoires alors «que je m’appelle Yacef Saâdi, qui l’a sauvée d’une mort certaine» et quelle n’a jamais figuré parmi les condamnés à mort. «Je veux tout simplement rétablir certaines vérités. Je n’ai aucune haine envers quiconque, mais les génération futures doivent connaître la véritable histoire de la lutte de Libération, souvent travestie.» Yacef a par ailleurs égratigné les communistes algériens «qui ne sont pas les auteurs des actes héroïques dont ils se targuent puisque c’est moi qui fournissais les bombes». L’ancien chef de la Zone autonome ira plus loin en doutant des intentions des responsables du PCA, «dont certains étaient en contact avec l’ennemi».

Evoquant la situation actuelle Yacef considère que le pays baigne dans la confusion la plus totale. «Les dirigeants actuels doivent partir pour laisser place à une autre génération capable de relever les immenses défis qui nous attendent.» Yacef a rappelé l’amitié qui le lie à Bouteflika que «j’ai connu à l’indépendance lorsque, nous faisions partie de la même délégation chargée de la mise en place de l’Organisation de l’unité africaine». «Au cours d’une de nos rencontres il y a quelques années, au lendemain de son accession à la magistrature suprême, M. Bouteflika m’avait avoué qu’il était fasciné par le pouvoir et que nul ne pouvait le lui ravir, si ce n’est la mort. J’ai eu plusieurs contacts avec lui par la suite», a-t-il ajouté. «Dernièrement, j’ai transmis un message par le biais de M.Sellal à Abdelaziz Bouteflika où je lui conseille de se retirer de la politique vu son âge et surtout sa maladie.» «Chausse tes pantoufles, soigne-toi et reste loin des turbulences de la politique, ce serait mieux pour toi. C’est l’histoire qui te jugera. Tu as fait du bon et du mauvais, mais tu aura marqué le paysage politique de notre pays. Tu ne peux aspirer à un quatrième mandat. Vu ton état de santé et ton handicap, tu ne pourra logiquement assumer ces hautes fonctions qui déterminent la destinée de tout un pays.»

Actuellement, la situation est floue et les indicateurs n’incitent pas à l’optimisme «tant le manque de visibilité et de clarté est criant» a constaté Yacef. Les jeunes, a-t-il suggéré, doivent prendre leur avenir en main. La génération de la guerre doit impérativement passer le témoin. Ce pays a été miné dès le départ, a déclaré Yacef en faisant allusion aux officiers déserteurs de l’armée française qui ont rejoint la Révolution selon un calendrier établi par l’ennemi, pour qu’ils prennent les rênes du pays, l’indépendance acquise, en les citant nommément, précisant qu’ils étaient pour la majorité des rejetons de caïds et de bachaghas au service de la France. «Nous en subissons aujourd’hui les conséquences», a conclu Yacef Saâdi.

Yacef Saâdi à Bouteflika : «Partez, Monsieur le Président» - Actualité - El Watan (http://elwatan.com/actualite/yacef-saadi-a-bouteflika-partez-monsieur-le-president-22-01-2014-243018_109.php)


http://www.youtube.com/watch?v=IsmNMPoWvf8

bel1000
26/01/2014, 19h56
salam terre

Il était un simple "responsable" d'un quartier d'Alger, et en 52 ans Nesse (les gens) El 7ouma (quartier) sont soit morts ou trop âgés pour ne rien se rappeler lol


ma mère ( morte l'année dernière ) a sursauté quand elle a vu sa tronche sur la télé algérienne en 1978 elle s'écria hada howa el biyaa ( alors qu'elle ne connaissait pas son nom)

un point important :

qu'il nous raconte comment pris les armes à la main avec zohra drif dans un appart de la rue didouche ils sont encore vivants ; pourquoi n'ont-ils pas tirer?

pourquoi a t-il embrasser la main de bouteflika en 1999 alors que ce dernier n'est pas réputé pour etre un grand moudjahed?

d'où vient le voilier? est-ce une récompense de bouteflika?


sur le net vous trouverez un récit entre deux murs de la casbah qui parlent de cette affaire ( je ne connais pas l'auteur)


Par Omar Khayam

Lors du précédent chapitre, deux Araignées, bien installées dans une étagère du Centre des archives nationales à Paris, avaient découvert le passé douteux de celui qui deviendra le premier président de l’Algérie indépendante. Au moment où ces deux arachnides s’apprêtaient à lire la partie des archives concernant les circonstances de l’exécution des deux colonels, Amirouche et Si El Haouès, et à quelques milliers de kilomètres de cet endroit humide et poussiéreux, deux murs en tuf, situés en plein milieu de la Casbah d’Alger, jettent un pavé dans la mare.


C’est plus précisément à la rue Caton que les deux murs de façade des maisons 4 et 5 entament cette discussion :

Mur 4 : Bonjour voisin d’en face, imagine qui est passé par là tout à l’heure, pendant que tu somnolais…

Mur 5 : Comment le saurais-je ? Tu sais très bien que, même si mon ouïe est restée intacte, ma vue, par contre, a beaucoup baissé. Mais j’imagine que c’est soit le baudet de Netcom ou bien le maire avec son équipe de débiles qui projettent de nous démolir.

Mur 4 : Non, non, c’était Djamila Bouhired et Louizette Ighilahriz. Ça m’a fait un grand plaisir. Cela fait plus de 40 ans que je ne les ai plus revues…

Mur 5 : Espèce de sale tuf. Pourquoi ne m’as-tu pas réveillé ? Pourquoi m’as-tu privé de ce moment de joie ? Tu l’as fait exprès, hein ?

suite ici :
http://lequotidienalgerie.org/2011/08/13/attention-yacef-les-murs-de-la-casbah-commencent-a-murmurer/


Bien sûr que c’est suffisant cher voisin, mais, pour ceux qui doutent encore, eh bien le grand mur de la villa Susini m’a fait part qu’il existe un document classé top secret provenant des archives bien gardées dans les coffres du ministère français de la Défense. Ce document de 4 pages, daté du 8 octobre 1957, représente le procès-verbal des confessions de Yacef Saadi et Zohra Drif juste après leur arrestation. D’après ce qui est écrit dans ce document, Yacef s’est rendu coupable du pire. Ils ont poussé leur collaboration jusqu’à donner à l’ennemi des détails très importants concernant l’organisation politico-militaire de la Révolution algérienne. Ils ont aussi divulgué l’identité des responsables de tous les attentats. Etaient-ils obligés de tout balancer ? Bien sûr que non…

c'est pourquoi j'ai dit dans le premier post de Ghani Mahdi ( el magharibia) a montré ce document ce vendredi sur la chaine ( on peut le voir ici dans la vidéo)


https://www.youtube.com/watch?v=uujBRO8zFlM

dahmane1
26/01/2014, 20h56
Khelli el bir beghtah lol de tous les films de guerre, j'aime bien "Quand les aigles attaquent", çà parle d'une vraie guerre avec des évènements historiques imaginaires très bien réalisés. Il y a aussi les films westerns Italiens que j'aime bien aussi, mais seulement pour leur grande imagination cinématographique et non pour leur flagrant mensonge historique lol


http://www.youtube.com/watch?v=rUrTr_WU_AY

dahmane1
27/01/2014, 12h23
"Je fis rassembler mes hommes (une vingtaine de sous-officiers confirmés) pour leur expliquer que, s'ils acceptaient de travailler avec moi, ils auraient à mener des actions brutales, qu'ils n'avaient rien à espérer de cette mission temporaire à l'issue de laquelle, de toute manière, ils quitteraient les paras. Et tous acceptèrent de me suivre. J'utilisais des correspondants. L'un d'entre eux, que j'avais infiltré au sein du FLN, servait d'agent de liaison à Yacef Saadi. C'est grâce à lui que, bien après mon départ, Yacef Saadi put être arrêté, ce qui entraîna la mort d'Ali la Pointe et la fin de la bataille d'Alger"

Le Monde, 2 Mai 2001

Les aveux du général Aussaresses (http://www.algeria-watch.org/farticle/1954-62/livre_aussaresses.htm)

dahmane1
27/01/2014, 18h58
Gloire à tous nos martyres

Tous arrêtés la même année de 1957 !!!

Liste à compléter

Larbi ben Mhidi, principal dirigeant de la bataille d'Alger (1956/1957), assassiné dans sa prison en 1957
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b9/Larbi_Ben_M'hidi_-_1957.JPG

Taleb Abderahmane chimiste et fabriquant de bombes de la bataille d'Alger, guillotiné en 1958
http://www.socialgerie.net/local/cache-vignettes/L249xH432/Abderrahmane_Taleb-a9927.jpg

Djamila Bouhired sauvagement torturée, son exécution est stoppée par une campagne médiatique menée par Jacques Vergès et Georges Arnaud
http://p8.storage.canalblog.com/87/33/113362/85620119_p.jpg

dahmane1
27/01/2014, 22h56
ma mère ( morte l'année dernière ) a sursauté quand elle a vu sa tronche sur la télé algérienne en 1978 elle s'écria hada howa el biyaa ( alors qu'elle ne connaissait pas son nom)

un point important :

qu'il nous raconte comment pris les armes à la main avec zohra drif dans un appart de la rue didouche ils sont encore vivants ; pourquoi n'ont-ils pas tirer?

pourquoi a t-il embrasser la main de bouteflika en 1999 alors que ce dernier n'est pas réputé pour etre un grand moudjahed?

d'où vient le voilier? est-ce une récompense de bouteflika?


sur le net vous trouverez un récit entre deux murs de la casbah qui parlent de cette affaire ( je ne connais pas l'auteur)





suite ici :
LE QUOTIDIEN D'ALGERIE » Attention Yacef ! Les murs de la Casbah commencent à murmurer ! (http://lequotidienalgerie.org/2011/08/13/attention-yacef-les-murs-de-la-casbah-commencent-a-murmurer/)



c'est pourquoi j'ai dit dans le premier post de Ghani Mahdi ( el magharibia) a montré ce document ce vendredi sur la chaine ( on peut le voir ici dans la vidéo)

https://groups.google.com/forum/#!topic/soc.culture.algeria/6qL6PfLit4U

Amar Mohamed, frère de Ali La pointe, au Matin "Il dit la vérité »
Les aveux du général Aussaresses ont fait réagir Amar Mohamed, frère de Ali La Pointe. « Ce qu'a écrit ce général nem'étonne pas. On savait quand Ali a été tué qu'il avait été "donné" parce que personne, à part ceux qui étaient proches de lui, ne savait où il se cachait Ce général dit la vérité. L'affaire a été réglée rapidement dès l'arrestation de Yacef Saâdi. Aussaresses a dit que Yacef Saâdi n'a pas été torturé ! Mais nous, la famille de Ali, notamment ma mère, on savait déjà à l'époque qu'il n'a pas été torturé. Sinon, qui d'après vous pouvait savoir où se cachait mon frère Ali sinon ceux qui étaient avec lui à la tête de l'organisation ? »
Amar Mohamed étaye ses accusations par le fait que depuis 1962 on a tout fait pour mettre à l'écart sa famille. « On commémorait la mort de Ali sans inviter sa famille, même ici à Miliana sa ville natale, celle de notre famille et de nos ancêtres. La télé n'est jamais venue nous voir. A Miliana, on a fait croire qu'il n'avait pas du tout de famille. Et notre mère a été humiliée, même pas une pension. Elle est morte dans la pauvreté. Vous savez, on est des gens pauvres. Ni l'Etat, ni l'ONM, ni personne ne s'est souvenu que Ali La Pointe avait une famille qui vivait dans le dénuement. Ali est mort, mais nous avons été trahis. Alors aujourd'hui, quarante ans après, voilà que la vérité éclate et que des gens crient - vous savez de qui je parle ! - que c'est faux. Eh bien, mes sœurs et moi qui sommes encore de ce monde, nous disons que cet ennemi de l'Algérie dit la vérité, parce qu'à 83 ans, il sait qu'il va rendre compte bientôt devant Dieu de ce qu'il a fait sur terre » Et d'ajouter : « De Gaulle n'a-t-il pas dit que dans quarante ans il allait tout dévoiler sur les trahisons et tout ce qui s'est passé chez nous ? Eh bien, nous y voilà, quarante ans après, la vérité a commencé à éclater, car la trahison a débuté en 1958. Il faut que ça se sache. C'est le sang des martyrs qui, aujourd'hui, est en train de rejaillir pour qu'éclate toute la vérité sur certains qui ont trahi leur mémoire. »
Amar Mohamed révèle que son arrière-grand oncle avait combattu les Français en 1866 dans les monts du Zaccar à Miliana, avant d'être condamné au bagne de Cayenne durant vingt-sept ans. « Ali avait douze ans quand il demandait à notre grand-mère de lui raconter l'histoire de ce grand oncle. Il lui avait dit un jour : "Grand-mère, quand je serai grand, je ferai mieux que notre grand oncle." » Et d'assurer : « Il a fait mieux que notre ancêtre Savez-vous, ajoute-t-il, qu'en 1943, à l'âge de quatorze ans, mon frère Ali et un ami à lui, qui est encore vivant, ont volé des armes dans les stocks américains, ici à Miliana, et qu'il les avait remises à Hamdane Batel, futur officier de l'ALN ? » Amar Mohamed poursuit : « J'étais en prison dans la caserne de Miliana quand un lieutenant de parachutistes est venu me montrer un journal où on voyait tatouer sur la jambe droite de Ali : "Marche ou crève." Je sais une chose, les militaires français, ses ennemis, l'ont enterré à El Alia avec tous les honneurs. »
Amar Mohamed assure qu'il a fallu attendre 1984 pour qu'un wali (il a oublié son nom) apprenant le dénuement dans lequel vivait la famille de Ali La Pointe décide de leur octroyer un appartement de quatre pièces, cité Nejah à Miliana, où vivent aujourd'hui onze personnes. « Les autres, Yacef Saâdi et ceux qui ont connu mon frère, nous ont oubliés Comme on était avant, on l'est aujourd'hui. Rien n'a changé pour nous. Ali, que Dieu ait son âme - il était plus vieux que moi - n'aurait jamais imaginé cette situation, lui qui me disait : "Occupe-toi de notre mère et de nos deux sœurs. Demain, quand l'Algérie sera libre, tout changera !" »

Propos recueillis par Hassane Zerrouky

yasmi
28/01/2014, 15h07
Pourquoi maintenant ?????????
Dans quelle circonstance si c'était vrai l'a t elle fait car si c'est ous la torture elle est excusable.
Allah irham chouhadas, de toute manière quand on voit ce qu'est devenu le pays après l'indépendance,
c'est peut être mieux pour lui et les autres de ne pas avoir eut à voir ce gachis ...

dahmane1
28/01/2014, 18h09
Pourquoi maintenant ?????????
Dans quelle circonstance si c'était vrai l'a t elle fait car si c'est ous la torture elle est excusable.
Allah irham chouhadas, de toute manière quand on voit ce qu'est devenu le pays après l'indépendance,
c'est peut être mieux pour lui et les autres de ne pas avoir eut à voir ce gachis ...

Pourquoi il n'a rien dis du vivant de Monsieur Rabah Bitat rabi yarahmou, qui l'avais recruté en 1955 !!! et si Ali la pointe avait été "vendu" comme tous les autres d'ailleurs, lui s'est Rendu et sans tous les problèmes et les tortures qu'avait connus Djamila Bouhired entre autre !!! en plus il ne dit jamais dans quelle prison il avait été hébergé et avec qui !!! dans son film, sa vie de "moudjahed" s'arrête dans le véhicule de police qui le transportait en prison !!! avec cette nouvelle histoire, il compte surement lancer "la bataille d'Alger 2" lol

dahmane1
29/01/2014, 07h34
Accusée par Yacef Saâdi d’avoir usurpé son statut de moudjahida, elle compte poursuivre celui-ci prochainement devant la justice même s’il venait à présenter publiquement ses excuses.

«C’est trop tard pour les excuses publiques. Je lui demande d’aller jusqu’au bout de ses allégations et d’assumer sa responsabilité dans cette affaire. Je le poursuis en justice. A présent, c’est à lui de répondre devant la justice.

J’ai en ma possession des documents», a-t-elle averti hier lors d’une conférence de presse qu’elle a animée à la maison de la Presse Tahar-Djaout, pour répondre «aux propos diffamatoires portés» contre elle par Yacef Saâdi récemment dans un quotidien arabophone.

Accompagnée par Annie Steiner et d’autres moudjahidates, Louisette Ighilahriz a demandé à Yacef Saâdi de démissionner de son poste de sénateur pour pouvoir le poursuivre en justice. «Je demande à Yacef Saâdi, s’il est un homme, dhargaz, de démissionner de son poste de sénateur afin que l’immunité parlementaire lui soit levée. Yacef, ne te caches pas et vient me parler en face», a-t-elle ajouté en guise de préambule a son intervention.

Et d’ajouter plus loin : «Aujourd’hui, il est regrettable qu’en 2012, nous soyons réduits à des querelles de personnes qui entravent une écriture saine de l’histoire, et de se retrouver devant les propos ignominieux, insultants et diffamatoires me déniant la qualité de moudjahida. Pourtant, je n’ai fait que mon devoir comme tout le reste des Algériens.»
Et d’exhiber les documents qui attestent de sa qualité de blessée de guerre.

Des coupures de presse du Journal d’Alger, en date du 31 octobre 1957, n° 2452, pour étayer ses propos. Il est écrit ceci : «Évadé le 10 septembre dernier, Bakel Saïd, le chef militaire de la zone I d’Alger a été abattu le 1er octobre près de Chebli, par ses anciens gardiens et, à ses côtés, Louisette Ighilariz, une jeune El-Biarroise, a été blessée et capturée.

La rafale de la mitraillette blessa aux jambes une jeune musulmane qui l’accompagnait : Louisette Ighilariz, âgée de 25 ans environ, fille d’un boulanger d’El-Biar. Louisette fut soignée sur place, puis conduite à Alger sous bonne garde. Elle se remet actuellement de ses blessures, mais déjà le tribunal militaire l’attend pour l’interroger.»

En compagnie de son chef Saïd Bakel, la jeune Louisette qui servait de secrétaire et d’infirmière tentait d’organiser dans la région de Chebli un maquis FLN. La Dépêche, un autre journal français daté du 24 mai 1958, titre sur la comparution devant la justice française de Louisette Ighilahriz : «Des complices de l’évasion de Bakel Saïd, chef militaire FLN, comparaissent devant les juges.»

L’article en question relate les circonstances de l’arrestation des complices de Bakel, dont Amouri Abdelkader, Hedir Amar, Tissira Tassadit, épouse Ighilahriz, sa fille Ighilariz Aziza dite Louisette, Mahmoudi Fatma épouse Ghobrini et Mohighel Aichouche épouse Kich.

Dans un document intitulé Ma guerre d’Algérie, les dessous de cette histoire dont la mienne, en date du 4 octobre 2007, envoyé à Louisette Ighilahriz et portant la signature et le cachet d’un certain Raymond Cloarec, un militaire de carrière français et ancien adjudant du 3e RPP, RPIMA, celui-ci livre un témoignage assez saisissant de Louisette Ighilahriz : «Louisette était une résistante uniquement sur le terrain, arrêtée le 29 septembre 1957.

Capturée auprès de son chef Saïd Bakel dans une cache à Chebli, dans la Mitidja, grièvement blessée les armes à la main, interceptée par un commando de la 2e Cie REP sous les ordres de l’adjudant Wallich, elle fut interrogée au PC du général Massu par nous, paras de la 10e D. Nous avons admiré son courage comme l’a reconnu le capitaine Grazziani : je suis désarmé devant cette femme, elle préfère crever… plutôt que de parler.»

Lors de sa conférence de presse d’hier, Ighilahriz raconta une anecdote qui a fait réagir beaucoup de présents dans la salle. Elle narra l’histoire de son arrestation et comment elle fut conduite devant le capitaine Grazziani qui a voulu l’interroger et lui soutirer des renseignements : «Quand il a compris qu’il perdait du temps avec moi, il m’a montré les photos de Yacef Saâdi et de Zohra Drif (emprisonnés quelque temps auparavant, ndlr) et il me dit ceci : «Voyez comment ils se portent bien.

Ils sont bien soignés. Faites comme eux et rien ne vous arrivera.» Certains n’ont pas reçu de gifle et ont tout dit ! Un prisonnier algérien me conseilla de me taire, car, selon lui, il y a des personnes qui ont trop parlé.»

La conférencière ne s’est pas privée de se poser des questions sur les sorties médiatiques de Yacef Saâdi : «Aujourd’hui, je me pose cette question : pourquoi Yacef Saâdi tient-il ces propos après plus de 50 ans ?

Est-ce une réaction par rapport à la diffusion du documentaire sur les fidaiyettes qui empiète sur le monopole qu’il exerce sur la bataille d’Alger ou est-ce qu’il y a eu des failles et des zones d’ombre dans ce processus et des opacités entretenues qui ont fait qu’il soit saisi de panique à l’approche de l’ouverture des archives françaises en 2012 ?»

Mahmoud Tadjer

Polémique Yacef Saâdi-Louisette Ighilahriz: La moudjahida contre-attaque | Presse-dz (http://www.presse-dz.com/revue-de-presse/polemique-yacef-saadi-louisette-ighilahriz-la-moudjahida-contre-attaque)

dahmane1
29/01/2014, 07h40
A propos de la polémique Yacef Saâdi-Louisette Ighilahriz, le colonel Si Hassen affirme que «Yacef Saâdi avait tort parce qu’il ne connaît pas tous les détails qui se déroulaient dans la zone autonome, il aurait pu d’abord s’approcher de ses proches compagnons pour s’informer sur la militante Louisette Ighilahriz qui avait subi les pires tortures de la part des parachutistes français».

Youcef Khatib désapprouve Ben Bella et Yacef Saâdi (http://www.berberes.com/113-flash-infos/3226-youcef-khatib-desapprouve-ben-bella-et-yacef-saadi)

je pense que s'il n'a plus rien à perdre, alors il enfonce tout le monde ! pour lui, ida 3amette khafette

dahmane1
29/01/2014, 15h20
Que veut dire Louisette Ighilahriz par "si tu es un homme, dharguez" ? elle insinue quelque chose qu'elle n'ose surement pas dire par pudeur !

dahmane1
29/01/2014, 15h33
http://www.youtube.com/watch?v=ACflvMFLMe8

ICOSIUM
29/01/2014, 20h20
A propos de défis lancé à Yacef Saadi ;

un jour, (1985 ou 86) dans une conférence* sur la zone autonome d’Alger durant la guerre de libération, au musée du djihad (Makam Echahid). Devant un auditoire d’historiens, anciens moudjahidines et moudjahidates, journalistes, etc.., après la conférence et vers la fin des débats, un monsieur, petit de taille prit la parole :’’ je m’appelle Mokhtar Bouchafa, surnommé M’khiter de Sidi M’Hamed ancien moudjahid de la ZAA, je lance ici un défi à Yacef Saadi, qu’il vienne parler en public de la zone autonome et de la bataille d’Alger’’, dit-il.

Il y eut d’autres conférences encore, Mr Mokhtar Bouchafa n’en ratait aucune, mais personne n’avait vu Y. Saadi, dans une conférence.

*entre 1984 et 1987, le musée du djihad organisa une série de manifestations (expositions, conférences, recueils de témoignages, rencontres sur la guerre de libération. Tous les actes étaient enregistrés en vhs et sur bandes audio.

Mr Y. Saadi, est actuellement un des rares acteurs de cette époque encore vivant.
C’est la solitude peut être qui lui a fait retrouver la mémoire et la langue ???

Mais qu’importe, qu’il mente ou qu’il dise la vérité. L’Histoire nous le dira. J’en suis convaincu.

dahmane1
29/01/2014, 22h05
Yacef Saâdi, ancien commandant politico-militaire de la Zone autonome d’Alger (ZAA), fait marche arrière. Après avoir accusé ouvertement Zohra Drif de trahison, il soutient, dans «une mise au point» adressée à la presse nationale, n’avoir rien contre elle.


«Et je ne l’accuse pas, comme rapporté par certains médias. Je l’ai citée dans mon Mémorandum, comme plusieurs autres d’ailleurs, dans la ‘Chronologie rétrospective de l’historique ZAA’ et de la Bataille d’Alger, chacun dans son comportement et j’en ai le droit, en tant que commandant politico-militaire de cette même ZAA. Que l’on revienne alors à mon écrit qui est un document officiel et authentique», souligne-t-il dans cette «mise au point».

Or, ce n’est pas dans «le document officiel» que Yacef Saâdi a attaqué Zohra Drif mais bien dans la discussion qu’il a eue avec les journalistes, invités chez lui à Alger le 20 janvier 2014, à l’occasion de la célébration de son 86e anniversaire. Les journalistes présents ont tous rapporté les mêmes propos accusateurs contre Zohra Drif. Selon lui, Zohra Drif aurait adressé une lettre à Hassiba Ben Bouali en septembre 1957, au moment où elle était dans une cache à La Casbah d’Alger avec Petit Omar et Ali La Pointe. «C’est une trahison. Zohra avait été arrêtée en même temps que moi. Après une semaine, ils l’ont emmenée dans un autre endroit pour que je ne me rende compte de rien. Pour moi, el harki a plus de valeur qu’elle», a soutenu Yacef Saâdi. D’après ses dires, Zohra Drif aurait ainsi livré Ali La Pointe et ses compagnons à l’armée coloniale française.
Pour appuyer cette accusation et comme pour «vider» sa propre «mise au point» de sa substance, Yacef Saâdi a envoyé deux copies de la lettre qu’aurait écrite Zohra Drif à Hassiba Ben Bouali. Des copies tirées du livre Le FLN, documents et histoire, 1954-1962 de Mohamed Harbi et Gilbert Meynier.

A la sortie de ce livre en juin 2004 aux éditions Fayard à Paris, le mensuel français Le Monde diplomatique avait écrit : «L’introduction explique en quoi le Front de libération nationale (FLN), devenu objet d’histoire, émanation du patriotisme, est bien un contre-Etat et non une révolution et incarne, après combien de luttes intestines, la victoire sur le joug colonial (…). Cette œuvre ne se résume pas : elle se visite. Vole ainsi en éclats le mythe fondateur du 1er Novembre 1954, dans son aspect d’interprétation unique.»
La source des copies des lettres attribuées à Zohra Drif est le SHAT. Le SHAT ? Le Service historique de l’armée de terre, qui se trouve au château de Vincennes, à Paris.

L’historienne Malika Korso a soutenu, samedi, au journal El Khabar, avoir trouvé cette «lettre» de Zohra Drif dans une boîte portant la mention : «Guerre psychologique» au château de Vincennes. Un journaliste a insisté auprès de Yacef Saâdi pour dire que «cette lettre pouvait être une fabrication des services secrets français (le IIe Bureau) pour décrédibiliser le combat libérateur du FLN. «Non, non. Il y a son écriture et il y a tout», a répondu Yacef Sâadi. Il a accusé Zohra Drif d’avoir truffé ses mémoires de mensonges (Mémoires d’une combattante de l’ALN, parus aux éditions Chihab en 2013) sans préciser lesquels. Il n’a pas aimé que Zohra Drif l’appelle «El Kho» dans ce livre.
Yacef Saâdi, qui prépare ses mémoires, avec l’aide de l’ancien ambassadeur Kamel Bouchama, s’était attaqué en mai 2011 à Louisette Ighilahriz, lui reprochant d’«usurper» sa qualité de moujahida. Elle lui avait alors lancé, en public, un défi : «Je demande à Yacef Saâdi, s’il est un homme, dhargaz, de démissionner de son poste de sénateur afin que l’immunité parlementaire soit levée. Yacef, ne te caches pas et viens me parler en face.» Yacef Saâdi n’a pas répondu à cet appel…

La reculade tactique de Yacef Saâdi - Actualité - El Watan (http://www.elwatan.com/actualite/la-reculade-tactique-de-yacef-saadi-27-01-2014-243636_109.php)

Un "chef" de la ZAA alors qu'il n'a jamais quitté les petites ruelles et étroits escaliers de la Casbah !