PDA

Voir la version complète : Les élections présidentielles 2014



dahmane1
28/03/2014, 21h49
Dab Khaled soutient Bouteflika, mais pourquoi ?!!! écoutez ce qu'il brait !


http://www.youtube.com/watch?v=wzBinlWhxr0

dahmane1
29/03/2014, 22h49
Le Forum des chefs d’entreprises (FCE), qui regroupe les plus importants patrons algériens, a décidé le 20 février de décaler son assemblée générale extraordinaire (AGE) prévue le 26 février. Faute de consensus entre ses membres, le FCE reporte donc pour la deuxième fois cette AGE dont l’unique ordre du jour est de prendre position sur la prochaine élection présidentielle. L’organisation patronale avait déjà échoué à tenir cette réunion le 10 février, faute de quorum.

Consensus

Ces reports illustrent les divisions au sein de l’association patronale. Son président Réda Hamiani, appuyés par d’autres patrons de grands groupes, soutiens traditionnels de Bouteflika, comme Ali Haddad (ETRHB Haddad) et Kouninef (KOU.G.C), sont pour le quatrième mandat. D’autres chefs d’entreprises préfèrent la prudence d’autant que Bouteflika n’a pas encore annoncé officiellement sa candidature à la présidentielle du 17 avril. "Le Conseil d’orientation stratégique présidé par Brahim Benabdeslam et le Conseil exécutif du FCE sont opposés sur le 4ème mandat", explique une source patronale.

Le FCE avait soutenu les deux précédents mandats de Bouteflika, en 2004 et en 2009. Mais cette fois, le contexte politique est différent en raison de l’absence de consensus au sommet de l’Etat sur le quatrième mandat et des luttes acharnés entre les partisans de Bouteflika et les services de renseignements. "Aucun chef d’entreprise ne peut apporter publiquement son soutien à un autre candidat que Bouteflika par crainte de représailles du clan présidentiel", explique le PDG d’un grand groupe privé. Du coup, les patrons, divisés, manquant de visibilité et préfèrent attendre que Bouteflika déclare officiellement sa candidature, pour se prononcer.

Présidentielle algérienne | Les patrons algériens divisés sur le soutien à Bouteflika | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique (http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140221080825/economie-presidentielle-algerie-2014-presidentielle-algerienne-les-patrons-algeriens-divises-sur-le-soutien-a-bouteflika.html)

dahmane1
29/03/2014, 23h04
Comment être contre le 4eme mandat, sans boycotte de sa source de financement ?!

http://www.ardis.dz/assets/images/produits/606c808cc793bbd3fe88a4bea4d3f024_14004190_4ce93d43 5adbe90fac62212ad52b38fe525ff91f200ad.jpg

bel1000
30/03/2014, 01h15
il n'y a que lui pour hi haner de la sorte

http://nsa34.casimages.com/img/2014/03/30/mini_140330122541161719.jpg (http://www.casimages.com/img.php?i=140330122541161719.jpg)

amar1
30/03/2014, 18h47
un ivrogne ce khaled, un clochard quoi

dahmane1
03/04/2014, 23h06
بيان الجبهة الإسلامية للإنقاذ بشأن رئاسيات 2014

بسم الله الرحمن الرحيم

الحمد لله القائل "يا أيها الذين آمنوا اتقوا الله وكونوا مع الصادقين"، والصلاة والسلام على رسول الله القائل: "إنّ الناس إذا رأوا الظالم فلم يأخذوا على يديه عمّهم الله بعقابه" وعلى آله وصحبه أجمعين.

إنّ الجزائر تمرّ بواحدة من أحلك وأخطر مراحلها التاريخيّة وهذا ما أجمع عليه العقلاء داخليّا وخارجيّا. غير أنّ النظام السياسي الذي فُرض على الشعب الجزائري بعد أزمة صائفة 1962 استنادا إلى شرعية ثورية مدعومة من بعض قادة جيش التحريرالوطنى ظل يمارس الحكم بأحادية مستبدة إلى أن اضطرته أحداث أكتوبر 1988 إلى الانفتاح على التعددية السياسية لكنه سرعان ما انقلب في 11 جانفي 1992 بالحديد والنار على الشرعية الشعبية التي فازت فيها الجبهة الإسلامية للإنقاذ. ومازالت آثار هذا الانقلاب الوخيمة ماثلة إلى يوم الناس هذا.

وبعد مرور أكثر من 22 سنة على اغتصاب الاختيار الشعبي مازال النظام السياسي المتعفن مصرا على فرض سياسة الأمر الواقع لضمان استمراريته رغم تفاقم الأزمات السياسية والاجتماعية والاقتصادية، مستخدما في ذلك مختلف وسائل الترغيب والترهيب في تحدّ سافر لإرادة الشعب في التغيير الجذري المنشود، مما سيترتب عنه -لا قدّر الله- عواقب وخيمة أو انفجار شعبي واجتماعي لا يعلم مداه إلا الله.

إن الجبهة الإسلامية للإنقاذ ترى أن النظام السياسي قد فقد جميع مبررات وجوده وبلغ نهايته الحتمية وأصبح يشكل خطرا داهما على الجزائر في وحدتها وثرواتها وهويتها ومستقبل أجيالها وما بقي من سيادتها.

إنّ الانتخابات الرئاسية لـ 17 أفريل 2014 التي تمّ نسج خيوطها - بمكر وخديعة- من طرف السلطة القائمة بتواطؤ من أطراف خارجية لصالح رئيس مريض مقعد وعاجز تشكل خطرا على مستقبل البلاد لأنها تجري في ظل صراع مرير - ظاهر وخفي - بين أجنحة متنازعة وجماعات مصالح انتهازية متشاكسة وفي ظل اضطرابات اجتماعية واحتجاجات مطلبية متزايدة وبروز دعوات انفصالية تستهدف وحدة البلاد فضلا عن إقصاء شريحة واسعة من أبناء الشعب من ممارسة حقوقها السياسية والمدنية لهي انتخابات لا تتوفر فيها أدنى شروط المصداقية والنزاهة والمعايير الدولية وستكون مجرد سطو على إرادة الشعب لا مثيل لها في التاريخ المعاصر.

ونظرا لخطورة الأوضاع وتطورات الأحداث السياسية يوما بعد يوم فإن الجبهة الإسلامية للإنقاذ بعد دراسة عميقة قائمة على التحري والتثبت والاستطلاع والاتصالات المتنوعة والتريث الحكيم وتوسيع الشورى والاستشارة خلصت إلى النتائج التالية:

. 1. الجبهة الإسلامية للإنقاذ ترفض أن تشارك في انتخابات 17 أفريل 2014

- لأنها محددة النتائج سلفا لصالح مرشح عاجز ملوم استحوذت عليه بطانة سوء تتصرف بإسمه مسخرة إمكانات الدولة والمال القذر والإعلام المنحاز بطريقة مكشوفة ومقززة فضلا عن تحويل وزراء الحكومة إلى تنسيقية مساندة و تحويل الإدارة إلى حزب غير معتمد لصالح العهدة الرابعة.

- لأنه بعد اتصالات سياسية مع بعض المشاركين بحثا عن بارقة أمل في شراكة حقيقية في عهدة رئاسية انتقالية تشترك في صياغة برامجها وتنشيط حملتها وتوقيع تعهد علني موثق بحل أزمة انقلاب 1992 ومعالجة مخلفاتها توصلت إلى أنه لا يوجد تجاوب يرقى إلى مستوى ما تسعى إليه.

2. الجبهة الإسلامية للإنقاذ بعد تقليب الأمور على مختلف وجوهها ترى أن الانتخابات في موعدها المحدد في ظل الظروف المحيطة بها لا تجدي نفعا ولا تقدم حلا سياسيا لأزمة البلاد فضلا عن أنها تحمل في طياتها مخاطر جمة ومفاسد عظيمة تشكل تهديدا لأمن البلاد و استقرارها ووحدة الشعب والوطن والجيش.

3. الجبهة الإسلامية للإنقاذ بعد الذي سبق ذكره ترى أن الموقف الأرشد والأصوب لا يكمن في مجرد إعلان مقاطعة دون تفعيليها شعبيا ولا مشاركة في انتخابات صورية يراد لها أن تضفي شرعية على نظام فاسد مستبدّ آيل للزوال.

4. الجبهة الإسلامية للإنقاذ يتمثل موقفها في الدعوة إلى تنظيم مرحلة انتقالية حقيقية تشارك فيها جميع الفعاليات السياسية والاجتماعية المعتمدة والمحظورة بما في ذلك الجبهة الإسلامية للإنقاذ وبمشاركة السلطة. وأهم معالمها:

- وضع دستور توافقي من طرف هيئة تأسيسية

- إعادة الكلمة للشعب الجزائري لاختيار ممثليه والمشاريع المعروضة عليه بكل حرية وسيادة دون إقصاء أو وصاية.

- عدم القفز على الحلّ الشامل والعادل للأزمة الأم الناجمة عن مصادرة اختيار الشعب في 1992.

5. الجبهة الإسلامية للإنقاذ ترحب بالأحزاب السياسية والشخصيات التاريخية والوطنية المنادية بضرورة التعجيل بمرحلة انتقالية حقيقية لا مكر فيها ولا خداع، لا إقصاء فيها ولا تهميش من أجل تحقيق التغيير الجذري للنظام بطريقة سلمية سلسة قبل فوات الأوان.

6. على جميع قوى التغيير الجذري أن تسارع إلى تفعيل مطلب المرحلة الانتقالية سياسيا وإعلاميا وشعبيا وتوسيع نطاقها حتى يشارك فيها جميع الفعاليات السياسية والاجتماعية والشخصيات التاريخية والوطنية والدعوية والثقافية.

7. ترى الجبهة الإسلامية للإنقاذ أنّ الجيش للأمة وأنّ الضمان الوحيد لقوة مؤسسته ووحدته واحترافيته وفعاليته يتمثل في ابتعاده عن الصراع السياسي والتفرغ لمهامه الدستورية وهذا ما تضمنه له المرحلة.

8. ستبقى الجبهة الإسلامية للإنقاذ تتابع تطورات الأحداث عن كثب من أجل التفاعل مع المستجدات واتخاذ ما يلزم حيالها.

أيها الشعب الجزائريّ الحرّ الأبيّ إنّ جبهتك الإسلامية للإنقاذ تدعوك إلى تحمل مسؤوليتك التاريخية مع الصادقين من أبنائك لاسترجاع حقك في الحرية والكرامة والسيادة والالتفاف حول الداعين للمرحلة الانتقالية، كما تدعوك للفطنة واليقظة لما يحاك داخليا وخارجيا والرفض المطلق لسياسة الأمر الواقع بطريقة سلمية وحضارية. والله ولي التوفيق.

الــلــهــم قــد بــلــغــنا الــلــهــم فــاشــهــد.

الإثنين 31 مارس 2014 ميلادي الموافق لـ 29 جمادى الأولى 1435 هجري

رئيس الجبهة الإسلامية للإنقاذ: الشيخ المجاهد د. عباسى مدنى



http://www.fisdz.com/?q=ar/node/362

dahmane1
06/04/2014, 00h13
Le meeting tant attendu et, disons-le, tant redouté, que Abdelmalek Sellal devait animer à Batna, n’aura finalement pas lieu. C’est ce que nous avons appris de source très bien informée.
«C’est le Président en personne qui a déconseillé cette visite à Batna. Il a préféré ne pas prendre le moindre risque en cette période cruciale dans la campagne électorale. Il suffira d'une simple étincelle, de la moindre provocation et tout pourrait arriver», nous explique notre source. Aussi, en place et lieu du directeur de campagne, c'est le secrétaire général du FLN qui a été chargé, «d’en haut», d’aller animer ce meeting, initialement programmé pour le 12 avril avant d'avoir été avancé pour mercredi prochain, le 9 du même mois.
Ce faisant, c’est à Sétif, dans la grande salle omnisports du complexe 8-Mai-1945 que Abdelmalek Sellal entamait sa journée de campagne d’hier vendredi. Un lieu hautement symbolique pour le représentant du candidat Abdelaziz Bouteflika, et pour cause ! C’est d’ici, de cette même salle, du stade fétiche de l’Entente de Sétif que Bouteflika prononçait son dernier discours en date, la dernière fois où il s'était adressé aux Algériens, le 8 mai 2012.
C'était au lendemain de la clôture de la terne campagne électorale pour les législatives du 10 mai 2012, en pleine tempête de ce que l'on appelait «printemps arabe» Sellal, dont la délégation, hier, était dominée par des figures du sport national comme Lakhdar Belloumi, le gardien de l'équipe nationale de handball et le président du Comité olympique, Mustapha Berraf, fera d'emblée le lien entre tout cela. «Bouteflika adore Sétif.
A chacune de ses nombreuses visites ici, il me disait qu’il y retournait se reposer. C’est dû à ses gens accueillants, à son air pur. Sétif, c’est également l'Entente et son légendaire second souffle. Eh bien, sachez que Bouteflika est comme l’Entente ! Il a lui aussi un second souffle impressionnant.» La transition est vite faite. Le directeur de campagne martèle, euphorique : «Aujourd'hui, Sétif se porte bien, Bouteflika va mieux et toute l’Algérie va pour le mieux.» Sellal rappellera le discours de 2012, prononcé ici même. C’est un grand discours où le Président déclinait son projet pour l'Algérie et la jeunesse. C'était en fait ce jour-là que Bouteflika prononçait son fameux «Tab Djnenena» («notre génération est finie»).
Sellal opte, lui, pour le sport et la jeunesse qu’il choisira comme thème du jour. «C'est grâce à Bouteflika que nous nous sommes qualifiés deux fois de suite pour la Coupe du monde. C'est grâce à lui que nous avons gagné la Coupe d'Afrique de handball !»
Selon le meneur de la campagne présidentielle «officielle», le programme du candidat prévoit une grande part pour le développement du sport, pour aussi éradiquer définitivement, le chemin en renforçant des dispositifs comme l'ANSEJ, etc. «Je vous fais le serment que cette wilaya sera le premier pôle industriel et agricole dans un proche avenir.»

«Les grands de ce monde ne visitent que des grands !»
A Sétif, comme à Djelfa la veille, la visite effectuée ce week-end par le secrétaire d'État américain à Alger offre une occasion en or pour le clan présidentiel «conforté» dans son thème central, «la stabilité». «Vous avez vu qui vient de nous rendre visite ? Vous avez entendu ce qu'il a dit ? Sachez que les grands de ce monde ne visitent que les grands ! (...) Nous sommes un pays fort et respecté. L’Algérie est une grande tente, solide et aucun vent ne pourrait l’ébranler.»
Ceci au plan international. Quant au plan strictement domestique, Sellal confirmera, à partir d'El Eulma où il s'est rendu dans l'après-midi, qu’un nouveau découpage administratif est prévu dans pas très longtemps.
De grosses agglomérations urbaines comme El Eulma, El Menia, Aïn M'lila ou In Salah, citées d'ailleurs par Sellal, seront promues wilayas.

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2014/04/05/article.php?sid=154830&cid=2

PSM31
06/04/2014, 12h04
بيان الجبهة الإسلامية للإنقاذ بشأن رئاسيات 2014

بسم الله الرحمن الرحيم

الحمد لله القائل "يا أيها الذين آمنوا اتقوا الله وكونوا مع الصادقين"، والصلاة والسلام على رسول الله القائل: "إنّ الناس إذا رأوا الظالم فلم يأخذوا على يديه عمّهم الله بعقابه" وعلى آله وصحبه أجمعين.

إنّ الجزائر تمرّ بواحدة من أحلك وأخطر مراحلها التاريخيّة وهذا ما أجمع عليه العقلاء داخليّا وخارجيّا. غير أنّ النظام السياسي الذي فُرض على الشعب الجزائري بعد أزمة صائفة 1962 استنادا إلى شرعية ثورية مدعومة من بعض قادة جيش التحريرالوطنى ظل يمارس الحكم بأحادية مستبدة إلى أن اضطرته أحداث أكتوبر 1988 إلى الانفتاح على التعددية السياسية لكنه سرعان ما انقلب في 11 جانفي 1992 بالحديد والنار على الشرعية الشعبية التي فازت فيها الجبهة الإسلامية للإنقاذ. ومازالت آثار هذا الانقلاب الوخيمة ماثلة إلى يوم الناس هذا.

وبعد مرور أكثر من 22 سنة على اغتصاب الاختيار الشعبي مازال النظام السياسي المتعفن مصرا على فرض سياسة الأمر الواقع لضمان استمراريته رغم تفاقم الأزمات السياسية والاجتماعية والاقتصادية، مستخدما في ذلك مختلف وسائل الترغيب والترهيب في تحدّ سافر لإرادة الشعب في التغيير الجذري المنشود، مما سيترتب عنه -لا قدّر الله- عواقب وخيمة أو انفجار شعبي واجتماعي لا يعلم مداه إلا الله.

إن الجبهة الإسلامية للإنقاذ ترى أن النظام السياسي قد فقد جميع مبررات وجوده وبلغ نهايته الحتمية وأصبح يشكل خطرا داهما على الجزائر في وحدتها وثرواتها وهويتها ومستقبل أجيالها وما بقي من سيادتها.

إنّ الانتخابات الرئاسية لـ 17 أفريل 2014 التي تمّ نسج خيوطها - بمكر وخديعة- من طرف السلطة القائمة بتواطؤ من أطراف خارجية لصالح رئيس مريض مقعد وعاجز تشكل خطرا على مستقبل البلاد لأنها تجري في ظل صراع مرير - ظاهر وخفي - بين أجنحة متنازعة وجماعات مصالح انتهازية متشاكسة وفي ظل اضطرابات اجتماعية واحتجاجات مطلبية متزايدة وبروز دعوات انفصالية تستهدف وحدة البلاد فضلا عن إقصاء شريحة واسعة من أبناء الشعب من ممارسة حقوقها السياسية والمدنية لهي انتخابات لا تتوفر فيها أدنى شروط المصداقية والنزاهة والمعايير الدولية وستكون مجرد سطو على إرادة الشعب لا مثيل لها في التاريخ المعاصر.

ونظرا لخطورة الأوضاع وتطورات الأحداث السياسية يوما بعد يوم فإن الجبهة الإسلامية للإنقاذ بعد دراسة عميقة قائمة على التحري والتثبت والاستطلاع والاتصالات المتنوعة والتريث الحكيم وتوسيع الشورى والاستشارة خلصت إلى النتائج التالية:

. 1. الجبهة الإسلامية للإنقاذ ترفض أن تشارك في انتخابات 17 أفريل 2014

- لأنها محددة النتائج سلفا لصالح مرشح عاجز ملوم استحوذت عليه بطانة سوء تتصرف بإسمه مسخرة إمكانات الدولة والمال القذر والإعلام المنحاز بطريقة مكشوفة ومقززة فضلا عن تحويل وزراء الحكومة إلى تنسيقية مساندة و تحويل الإدارة إلى حزب غير معتمد لصالح العهدة الرابعة.

- لأنه بعد اتصالات سياسية مع بعض المشاركين بحثا عن بارقة أمل في شراكة حقيقية في عهدة رئاسية انتقالية تشترك في صياغة برامجها وتنشيط حملتها وتوقيع تعهد علني موثق بحل أزمة انقلاب 1992 ومعالجة مخلفاتها توصلت إلى أنه لا يوجد تجاوب يرقى إلى مستوى ما تسعى إليه.

2. الجبهة الإسلامية للإنقاذ بعد تقليب الأمور على مختلف وجوهها ترى أن الانتخابات في موعدها المحدد في ظل الظروف المحيطة بها لا تجدي نفعا ولا تقدم حلا سياسيا لأزمة البلاد فضلا عن أنها تحمل في طياتها مخاطر جمة ومفاسد عظيمة تشكل تهديدا لأمن البلاد و استقرارها ووحدة الشعب والوطن والجيش.

3. الجبهة الإسلامية للإنقاذ بعد الذي سبق ذكره ترى أن الموقف الأرشد والأصوب لا يكمن في مجرد إعلان مقاطعة دون تفعيليها شعبيا ولا مشاركة في انتخابات صورية يراد لها أن تضفي شرعية على نظام فاسد مستبدّ آيل للزوال.

4. الجبهة الإسلامية للإنقاذ يتمثل موقفها في الدعوة إلى تنظيم مرحلة انتقالية حقيقية تشارك فيها جميع الفعاليات السياسية والاجتماعية المعتمدة والمحظورة بما في ذلك الجبهة الإسلامية للإنقاذ وبمشاركة السلطة. وأهم معالمها:

- وضع دستور توافقي من طرف هيئة تأسيسية

- إعادة الكلمة للشعب الجزائري لاختيار ممثليه والمشاريع المعروضة عليه بكل حرية وسيادة دون إقصاء أو وصاية.

- عدم القفز على الحلّ الشامل والعادل للأزمة الأم الناجمة عن مصادرة اختيار الشعب في 1992.

5. الجبهة الإسلامية للإنقاذ ترحب بالأحزاب السياسية والشخصيات التاريخية والوطنية المنادية بضرورة التعجيل بمرحلة انتقالية حقيقية لا مكر فيها ولا خداع، لا إقصاء فيها ولا تهميش من أجل تحقيق التغيير الجذري للنظام بطريقة سلمية سلسة قبل فوات الأوان.

6. على جميع قوى التغيير الجذري أن تسارع إلى تفعيل مطلب المرحلة الانتقالية سياسيا وإعلاميا وشعبيا وتوسيع نطاقها حتى يشارك فيها جميع الفعاليات السياسية والاجتماعية والشخصيات التاريخية والوطنية والدعوية والثقافية.

7. ترى الجبهة الإسلامية للإنقاذ أنّ الجيش للأمة وأنّ الضمان الوحيد لقوة مؤسسته ووحدته واحترافيته وفعاليته يتمثل في ابتعاده عن الصراع السياسي والتفرغ لمهامه الدستورية وهذا ما تضمنه له المرحلة.

الإثنين 31 مارس 2014 ميلادي الموافق لـ 29 جمادى الأولى 1435 هجري

الشيخ عباسى مدنى رئيس الجبهة الإسلامية للإنقاذ


بيان الجبهة الإسلامية للإنقاذ بشأن رئاسيات 2014 | الجبهة الإسلامية للإنقاذ (http://www.fisdz.com/?q=ar/node/362)

بسم الله الرحمن الرحيم

بيان معقول و لا شك و لا ريب فيه. إن المرحلة القادمة ستكون لها اهمية عظمى. نحن في حاجة الى شفافية... إنني من الذين يطلبون من العزيز الحكيم أن يثبث أقدام هذا الشعب المقهور و لا نسقط
...مرة جديدة فيما لا يحمد عقباه

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

bel1000
06/04/2014, 15h23
a propos de ce message du FIS à la minute 20

http://www.algerie-monde.com/forums/actualit%E9-alg%E9rie/15647-cheikh-ali-explique-des-%E9vidences.html

dahmane1
07/04/2014, 00h23
بسم الله الرحمن الرحيم

بيان معقول و لا شك و لا ريب فيه. إن المرحلة القادمة ستكون لها اهمية عظمى. نحن في حاجة الى شفافية... إنني من الذين يطلبون من العزيز الحكيم أن يثبث أقدام هذا الشعب المقهور و لا نسقط
...مرة جديدة فيما لا يحمد عقباه

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

Rassure toi PSM31, le peuple Algérien qui avait voté FIS dans sa majorité en 1991, en ce temps considéré par le régime au pouvoir depuis 1962 comme étant un mauvais choix, pire encore un "crime" qu'il faut combattre sauvagement à partir de 1992, est en mesure de s'opposer pacifiquement comme avant, mais cette fois d'égal à égal au Pouvoir de gouvernance tyrannique, puisque la presse écrite et audiovisuelle n'est plus l'apanage du régime comme dans la décennie noire.

bel1000
07/04/2014, 12h55
02 outils manquaient en 1992

internet et le téléphone mobile

et si ce pouvoir n'a pas froid aux yeux comme il le prétend qu'il libère la 3G (visiophonie) nous verrons ce que nous verrons, même certains à poil

dahmane1
10/04/2014, 17h49
http://www.palestine-solidarite.org/mourad-dhina.jpg

Propos recueillis par Gilles Munier (28/2/14)

« La mégalomanie et l’insistance de ceux qui tirent profit du système Bouteflika ont eu le dernier mot »

Quelle a été votre réaction en apprenant qu’Abdelaziz Bouteflika se représentait ? Est- ce que vous vous y attendiez ?

Mourad Dhina: Que Bouteflika se représenterait était évidemment une éventualité. Il faut aussi savoir que Bouteflika est un mégalomane qui ne peut se voir que comme chef et homme providentiel. On a cependant cru un moment que son état de santé, manifestement incompatible avec les exigences de la fonction présidentielle, l'inciterait à se retirer. Mais apparemment la mégalomanie et l’insistance de ceux qui tirent profit du système Bouteflika ont eu le dernier mot. Il est cependant évident que le contexte actuel, qui a atteint son paroxysme avec le conflit ouvert et étalé sur la place publique entre le clan Bouteflika et le clan « Etat-DRS », est différent des « scrutins » précédents. La fameuse devise du « consensus » au sommet semble arriver en fin de vie et pour peu qu'il y ait une classe politique à la hauteur de la mission, la conjoncture actuelle peut être l'occasion d'en finir une fois pour toutes avec ces clans et s'engager effectivement dans un processus qui amènera l'Etat de droit à l'Algérie. Une telle démarche n'est en fait pas une simple option mais bien une nécessité vitale, sinon l'Algérie risquerait la dislocation.

« La nature même du pouvoir algérien est en totale contradiction avec la notion d'élections libres »

La partie électorale semble jouée d’avance, des personnalités politiques militent pour l’abstention. Quelle est la position de Rachad?

Mourad Dhina: Rachad considère que la nature même du pouvoir algérien est en totale contradiction avec la notion d'élections libres. Le pouvoir ne conçoit les élections que comme une cérémonie visant à introniser ceux qu'il a décidé de coopter. En plus de pratiques connues et non constitutionnelles – conclaves de hauts gradés pour prendre des décisions politiques – il y a un attirail législatif qui muselle toute action concrète de l'opposition comme par exemple les lois sur les associations (et partis politiques) et sur l'information. La position de Rachad est dans ce contexte la « non-participation » qui diffère du boycott par le fait que nous refusons ce mode de gouvernance dans son intégralité et que nous considérons que l'urgence réside dans un changement de fond de la nature du système politique algérien. Ceci pourrait venir à travers un consensus et une période de transition. Le pouvoir actuel pourrait participer à ce processus s'il choisit la voie de la sagesse et ne continue pas dans une fuite en avant qui conduirait inéluctablement à son effondrement. En effet, comme le démontre la grave crise que l'on a vue en ce début 2014 au sommet du régime, le pouvoir est tout simplement en faillite.

« Il ne faut pas oublier que l'Algérie est toujours sous l'emprise de « l'Etat-DRS »

Plusieurs anciens vrais moudjahidine – dont Djamila Bouhired et Yassef Saadi, pour ne citer que les plus connus – appellent à manifester contre le quatrième mandat. Soutenez-vous leur initiative ? En préconisez-vous d’autres ?

Mourad Dhina: Nous sommes contre un quatrième mandat de Bouteflika mais nous tenons aussi à rappeler que Bouteflika n'est qu'une face du problème. Il ne faut pas oublier que l'Algérie est toujours sous l'emprise de « l'Etat-DRS » et nous craignons que certains de ceux qui s'opposent à Bouteflika ne le font que pour tenter de sauver cet « Etat-DRS ». Nous, nous disons non à l' « Etat-DRS » qui a mis en place le « système Bouteflika » et qu'il faut mettre un terme à cette situation dans sa globalité. Nous ne soutiendrons que les initiatives allant dans ce sens. Notre souhait est de voir ceux qui partagent cette vision se rassembler et oeuvrer pour une période de transition. Nous avons des idées claires à ce sujet et nous souhaitons en débattre avec tous les partenaires pour en finaliser les objectifs et les modalités.

« Les valeurs comme le travail, l’honnêteté ou l'éducation sont discréditées dans la pratique et mal vues par le régime »

Des troubles qui secouent l’Algérie depuis quelques années, les médias occidentaux ne retiennent que les manifestations de chômeurs du sud algérien et les émeutes au Mzab. Au-delà du malaise profond qui parcourt la société algérienne, pensez-vous que ces mouvements peuvent être manipulés par l’étranger ?

Mourad Dhina: Ceux qui voient la « main de l'étranger » à chaque crise qui secoue le pays exagèrent et ils le savent bien car le malaise en Algérie est réel et profond. Les raisons de ces malaises sont diverses et les revendications sont souvent légitimes mais résultent parfois de la devise « prendre sa part maintenant ou jamais » qui est le fruit des politiques du régime. Ces politiques véhiculent le message que tout ce qui est réalisé dans le pays – logements, routes, etc… - est un bienfait du régime ou de « fakhamatouhou » (Bouteflika) alors que des valeurs comme le travail, l’honnêteté ou l'éducation sont discréditées dans la pratique et mal vues par le régime car elles affranchissent le citoyen de la tutelle du pouvoir bienfaiteur, omniprésent et qui ne peut donc être remplacé. L'Algérien Lambda considère donc que cet « Etat » doit lui donner tout et tout de suite parce que « tout le monde » et surtout les privilégiés du régime se servent à leur guise. C'est une façon de dire aux dirigeants : « vous bouffez » sans impunité, nous voulons aussi notre part ! Bien évidemment il y a aussi des revendications tout à fait légitimes découlant d'injustices et de dysfonctionnements d'un Etat sclérosé qui repose sur le népotisme et la médiocrité. Il y a aussi certainement des conflits entretenus par le pouvoir, soit par incompétence, par fourberie ou manipulation. En ce qui concerne l'ingérence étrangère, tout patriote ne peut bien sûr pas l'ignorer mais je pense qu'aujourd'hui l'ingérence étrangère trouve sa voie en Algérie à cause des crises au sommet, de la corruption et du sentiment de vide politique. L'apathie ou le gel des instruments constitutionnels de contrôle, comme le parlement ou la Cour des comptes, rend encore plus facile cette ingérence. Il est évident aujourd'hui que celui qui ouvre la voie à l'ingérence étrangère est justement ce pouvoir et ses relais corruptibles. Les « étrangers » ont des intérêts et ils ne se priveront pas de profiter de la situation tant que l'Algérie continuera d'être gérée par un pouvoir moribond et en rupture avec son peuple.

« Je garde espoir que le rêve d'une Algérie nouvelle, prospère, puissante et garantissant à ses citoyens dignité et liberté, est réalisable »

L’Algérie semble être une nouvelle fois arrivée à un point de rupture. Quels sont, pour votre pays, les avenirs possibles à court et moyen terme?

Mourad Dhina: L'apogée d'une crise peut être un point d'inflexion et se muer en opportunité. J'espère que nous avons fini notre chute et que nous ne trouverons pas un moyen pour creuser plus profond et aller vers l'éclatement de notre pays. Il est évident que nous sommes dans une phase importante : fin de l'ère Bouteflika, discrédit du système DRS, ras le bol généralisé vis-à-vis de la soit disant légitimité historique dévoyée et échecs moraux, sociaux et économiques patents. Il y a aussi une prise de conscience dans la société civile et les élites politiques de la nécessité d'un consensus et d'un compromis qui ouvrirait la voie vers la construction d'un Etat de droit et que c'est la société qui doit en être le moteur et le garant. J'ai la conviction que cette perception est partagée y compris par de très nombreux officiers de l'armée algérienne qui devront participer à cette nouvelle étape de réforme du système de gouvernance en Algérie. Il est en effet important que soit défini de manière claire et contrôlable le rôle de l'armée et des services de sécurité et de renseignement dans le système politique auquel nous aspirons. Je garde espoir que le rêve d'une Algérie nouvelle, prospère, puissante et garantissant à ses citoyens dignité et liberté, est réalisable.

*Mourad Dhina - physicien algérien formé au MIT, ancien chercheur au CERN et professeur à l’université polytechnique de Zurich - est un opposant algérien résidant à Genève où il dirige Alkarama, une ONG arabe des droits de l’homme. En 2007, il a cofondé le mouvement Rachad («droiture » en français) après avoir représenté le Front Islamique du Salut (FIS) à l’étranger. Il milite pour un changement politique non-violent dans son pays.

http://www.palestine-solidarite.org/entretien.mourad_dhina.280214.htm


http://www.youtube.com/watch?v=PjhP7sR-TJE

dahmane1
10/04/2014, 23h29
khasna ghir hem had el wali !!!


Abdelkader Zoukh, wali d'Alger, menace et nous renvoie dare dare à l'époque du parti unique. A ceux qui attendent désespérément un logement, il les renvoie d'une manière autoritaire à leur "devoir" d'électeur.

"Celui qui ne vote pas n'est pas un citoyen... celui qui ne votera pas n'aura pas de logement", tel est le chantage qu'avance avec un rire sardonique le wali d'Alger Abdelkader Zoukh. En d'autres temps cette déclaration aurait prêté à rire. Mais il y a quelque chose d'indécent à se jouer sur le moral des personnes sans toit. Le cynisme et le zèle dont fait preuve Abdelkader Zoukh renseignent sur le peu de considération qu'il a pour ses concitoyens. Autrement comment aurait-il pu lâcher une telle déclaration ? Ignore-t-il que le vote est un droit pas une obligation ? Ou craint-il un boycott massif de cette présidentielle qui n'en est pas une ? Sans doute tout ça à la fois.

La mascarade du 17 avril fait prononcer les pires menaces et saillies au clan du pouvoir et ses serviteurs zélés. Nous avons entendu Sellal glousser : "Bouteflika devrait être nommer roi !". Sellal qui n'en est plus à sa première blague, est devenu le bouffon de la campagne. Sidi Saïd, l'inamovible SG de la centrale syndicale, grand serviteur de son maître devant l'éternel, avait comparé Bouteflika à Nelson Mandela, etc....

Le ridicule n'étouffe plus le clan de Bouteflika. Tout est donc permis pour assurer le quatrième mandat.

Le wali d'Alger : "Celui qui ne vote pas n'aura pas de logement" (Vidéo) | Algérie (http://www.lematindz.net/news/14141-le-wali-dalger-celui-qui-ne-vote-pas-naura-pas-de-logement.html)


http://www.youtube.com/watch?v=ZWng6FKkgxI

dahmane1
11/04/2014, 13h10
http://www.youtube.com/watch?v=1KWi25Uyqbo

dahmane1
12/04/2014, 10h58
Des niveaux ardoises sans scrupules, (si tu n'as pas honte, fais ce qu'il te plait)

CV, ancien joueur et "dirertour" de compagne électorale !!!

http://www.youtube.com/watch?v=wZkQHEoksG0

"El Hadja" Zahouania
http://image1.frequency.com/uri/w354_h200_ctrim_ll/_/item/1/5/0/1/Cheba_Zahouania_Ma_Tesswa_Welou_Remix_Dj_150101635 _thumbnail.jpg

dahmane1
12/04/2014, 11h01
dab khabete


http://www.youtube.com/watch?v=lv7wNMv2Ju8

dahmane1
12/04/2014, 11h06
CV, ancien joueur sans aucun niveau d'instruction, comme son collègue Rabah Madjer


http://www.youtube.com/watch?v=BX14D-fXgJc

dahmane1
13/04/2014, 07h35
Un véritable pavé dans la mare que la vidéo diffusée par la chaîne KBC jeudi soir. Ali Kafi, ancien président du Haut Conseil de l’Etat, y traite Bouteflika de «voleur» et de «dictateur». Ali Kafi appelle toutes les franges de la population à s’opposer à un quatrième mandat.
Nawal Imès - Alger (Le Soir)
Les propos de Ali Kafi ne souffrent aucune ambiguïté. L’ancien président du HCE s’attaque ouvertement au Président en exercice, lui déniant le droit de briguer un autre mandat et lui reproche son implication dans une affaire de «vol» qui lui a valu des poursuites au niveau de la Cour des comptes. Il s’agit d’une vidéo qui daterait de 2012, soit une année avant le décès de Ali Kafi. L’ancien président du HCE s’y attaque ouvertement à Bouteflika.
Elle a été diffusée jeudi soir par la chaîne KBC et relayée par les réseaux sociaux.
On y voit Ali Kafi, probablement dans son domicile, faire un réquisitoire d’une sévérité absolue contre le président de la République et candidat à sa propre succession. Ali Kafi commence par évoquer la Constitution estimant que «le citoyen algérien doit trouver son chemin vers la bonne gouvernance. Il doit s’opposer à tout ce qui est anticonstitutionnel. Lorsque je parle de respect de la Constitution, je fais allusion à l’ancienne mouture qui autorise le président de la République à briguer un mandat ou deux maximum et non pa***s la Constitution faite pour que les uns ou les autres puissent s’accorder encore plus de mandats, pour ceux qui veulent un troisième, quatrième, un cinquième mandat», et d’ajouter que «cette situation doit être rejetée. C’est tout le peuple qui doit s’y opposer pas seulement les jeunes. La Constitution évoquait un mandat ou deux mandats mais pas plus. Ceux qui veulent s’octroyer ainsi des mandats à vie, ce sont des dictateurs. Ils le font au nom d’un peuple qui les refuse».
Ali Kafi citera par la suite nommément l’actuel Président en disant «Bouteflika, je te refuse, je t’ai toujours refusé», corsant encore plus ses propos par «J’ai refusé que tu sois ambassadeur à
l’ONU. Je l’ai fait devant le Haut Conseil de l’Etat, devant tous ses représentants qui n’y voyaient pas d’inconvénient. L’armée a essayé d’intercéder à sa faveur à travers Khaled Nezzar qui, à la fin, est venu me voir. Il m’a dit qu’il voulait être nommé ambassadeur à l’ONU, j’ai répondu que tant que je serai présent, il ne sera nommé nulle part», et d’expliquer le pourquoi de son refus en disant «il a volé et a été poursuivi au niveau de la Cour des comptes.
Je ne peux pas accepter que des voleurs gouvernent». Des propos qui feront certainement l’effet d’une bombe dans l’entourage du Président-candidat qui brigue un quatrième mandat des plus contestés.

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2014/04/12/article.php?sid=162109&cid=2


http://www.youtube.com/watch?v=pTWlD37iTO4

amar1
13/04/2014, 13h04
en Algerie, les intellectuels, on aime pas, on aime les artistes clochards, les footballeurs comme belloumi ou madjer des chyatins,

dahmane1
13/04/2014, 17h29
IRIB-Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, candidat à un 4e mandat, a accusé samedi
son principal rival Ali Benflis d'avoir appelé à la violence pendant la campagne pour l'élection du 17 avril, selon des images retransmises par la télévision."Qu'un candidat vienne menacer les walis (préfets) et les autorités", disant "de faire attention à nos familles et à nos enfants en cas de fraude, cela veut dire quoi", a déclaré M. Bouteflika en recevant le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Garcia-Margallo. C'est "du terrorisme à travers la télévision", a souligné M. Bouteflika qui s'exprimait en français d'une voix basse.l faisait allusion à des propos à la télévision de M. Benflis qui a évoqué mercredi les risques de fraudes pendant le scrutin. "La fraude est haram (illicite). Le faux et usage de faux est haram. Je m'adresse aux walis, aux chefs de daïras (sous-préfets) : vous avez de la famille, pensez à la préserver", avait-il dit.M. Bouteflika a également estimé que "par certains moments", la campagne électorale qui s'achève dimanche avait "manqué d'élégance". "Il y a des appels à la violence et des comportements peu orthodoxes et antidémocratiques", a-t-il dit.Alors que le ministre espagnol faisait remarquer que cette campagne était "dure", le président Bouteflika lui a répondu qu'elle l'était et qu'il y avait un code déontologique "duquel on ne doit pas s'écarter".

Présidentielle algérienne : Bouteflika accuse Benflis d'appeler à la violence (http://french.irib.ir/afrique/actualit%C3%A9s/maghreb-moyen-orient/item/321367-pr%C3%A9sidentielle-alg%C3%A9rienne-bouteflika-accuse-benflis-d-appeler-%C3%A0-la-violence)


http://www.youtube.com/watch?v=cBZoOMA2I7U

dahmane1
13/04/2014, 19h05
Bouteflika ou Benflis, deux faces d'une même pièce, ou deux Pouvoirs d'un même Système !

Le Salut des Algériens n'est que dans son retour à son Passé glorieux.

dahmane1
14/04/2014, 01h35
Cette "plainte" au ministre des affaires estrangères Espagnole, me rappelle tristement ce qu'avait dit la mère du derniers souverain d'Al Andalus « pleure comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme ! ».


http://www.youtube.com/watch?v=cBZoOMA2I7U