PDA

Voir la version complète : Conditions pour l'obtention d'un logement en Algérie !!!



dahmane1
23/05/2014, 10h41
1) Etre un fils de Wali
2) Aller voter


Nouveau scandale à l’AADL. Au moment où des milliers d’Algériens attendent depuis des années l’attribution d’un logement neuf, on apprend que le fils du Wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, a obtenu avec une facilité déconcertante un logement neuf dans une cité AADL située à Ouled Fayet, dans la banlieue d’Alger.

L’appartement est un F4 situé au premier étage du bâtiment « E1 » de cette cité résidentielle, révèle jeudi le quotidien arabophone Ennahar qui publie un document signé par le PDG de l’AADL, Lyes Bénidir prouvant l’attribution de ce logement au fils du Wali. Ce dernier occuperait son nouveau logement depuis le 14 janvier dernier, à savoir deux mois après la désignation d’Abdelkader Zoukh à la tête de la wilaya d’Alger. Dans les colonnes d’Ennahar, Lyes Bénidir aurait reconnu qu’il a reçu “des ordres venant d’en haut” pour signer cette attribution de logement ! Mais qui lui a donné un tel ordre ? Lyes Bénidir ne donne aucune précision.

Joint au téléphone, le PDG de l’AADL a refusé de faire le moindre commentaire. “Allez voir avec la cellule de communication du ministère de l’Habitat”, s’est-il contenté de nous affirmer. Contactée par nos soins, la dite cellule est demeurée injoignable toute la journée du jeudi. En attendant, ce nouveau scandale commence à soulever une vague d’indignation au sein de l’opinion publique algérienne. Ce scandale s’explique surtout par la violation des conditions fixées par l’AADL pour l’accès au droit au logement public. En effet, le fils du Wali ne réside même pas à Alger, mais habite à Oran. La loi en vigueur lui interdit donc de bénéficier d’un logement à Alger.

Il est clair que le fils du Wali d’Alger a bénéficié d’uns sérieux “coup de pouce” pour obtenir ce logement “VIP”. Sous couvert de l’anonymat, un cadre du ministère de l’Habitat nous a confirmé, en fin de journée, que les services de son ministère ont ouvert une enquête pour élucider les conditions de l’attribution de ce logement. Mais notre interlocuteur ne se fait aucune illusion au sujet des résultats de cette enquête. “Pour obtenir un tel logement, le fils du Wali a bénéficié d’un soutien à haut niveau à l’échelle de l’Etat”, déplore-t-il en dernier lieu.

Algérie FocusScandale : qui a "offert" un logement AADL au fils du Wali d'Alger ? - Algérie Focus (http://www.algerie-focus.com/blog/2014/05/scandale-qui-a-offert-un-logement-aadl-au-fils-du-wali-dalger/)


http://www.youtube.com/watch?v=6xJAjjBKz0I

stutt
23/05/2014, 11h54
Quelle honte, au lieu de donner le bon exemple !
l’âne de wali qu'il y avait à Tlemcen à fait des conneries pareilles, il a été récompensé par un poste de ministre, un illettré qui ne sais pas formuler une phrase convenable et qui se fait reprendre par des citoyens
ALLO

amar1
24/05/2014, 09h15
qu ils soient maudit ces pourritures, vivent le FIS

stutt
26/05/2014, 11h46
qu ils soient maudit ces pourritures, vivent le FIS
ca ne va pas non
terroriste va

dahmane1
17/06/2014, 09h16
'"رب عذر أقبح من ذنب".


Le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, défend son fils, au cœur d’une polémique, après avoir obtenu un logement AADL à Alger. « Mon fils a une carte de vote et une résidence à Alger », a assuré M. Zoukh dans une interview publiée ce mardi 27 mai sur le quotidien arabophone Echourouk. « Moi et tous les membres de ma famille avons changé de résidence et obtenu une carte de vote de façon automatique dès ma nomination », a-t-il tenu à préciser.

Jeudi, le quotidien Ennahar rapportait que Hamza Zoukh, fils du wali d’Alger, a obtenu un logement AADL en dehors de son lieu de résidence, ce qui est une violation des procédures mises en place par l’Agence pour l’octroi de logements.

M. Zoukh affirme que son fils s’est inscrit au programme AADL et a obtenu un logement en tant que citoyen qui touche plus de 24 000 dinars par mois. « Il a certes eu des facilitations, mais cela ne veut pas dire qu’il a volé. Je pouvais bien lui donner un logement social si j’avais eu l’intention », a-t-il avoué. « Si mon fils était un entrepreneur, il aurait pu construire une villa et ne cherchera pas après un logement social », a-t-il précisé après avoir nié son implication dans l’attribution d’un projet de revêtement des trottoirs avec de la pierre dans la wilaya de Médéa à une entreprise appartenant à son fils.

Pour ce qui est de la carte de vote exigée aux habitants des bidonvilles pour bénéficier d’un logement social, le wali affirme que « c’était une blague ». « Après avoir terminé une visite sur le terrain à Alger, je suis monté dans le bus avec des journalistes et je leur ai parlé de l’importance de sensibiliser sur les élections pour assurer la sécurité du pays. Un journaliste m’a demandé : qu’en est-il des citoyens qui ne votent pas ?’ Et je lui ai répondu en plaisantant : celui qui ne vote pas n’aura pas de logement », a-t-il raconté en ajoutant qu’il était surpris par l’ampleur prise par cette blague.

Le wali d (http://www.tsa-algerie.com/2014/05/27/le-wali-dalger-sexplique-sur-lattribution-dun-logement-aadl-a-son-fils/)

yasmi
17/06/2014, 09h20
Y'a aussi parait il l'octroi de logement pour les algériens résidents à l'étranger.
Je ne comprends pas sachant que la priorité revient quand même aux algériens d'Algérie
qui vivent un calvaire pour en obtenir un.

dahmane1
17/06/2014, 09h24
Quelle honte, au lieu de donner le bon exemple !
l’âne de wali qu'il y avait à Tlemcen à fait des conneries pareilles, il a été récompensé par un poste de ministre, un illettré qui ne sais pas formuler une phrase convenable et qui se fait reprendre par des citoyens
ALLO

tu as fais UN faute lol et même sans accent, il fallait continuer avec l'imparfait, sans parler des autres fautes Monsieur Molière lol