PDA

Voir la version complète : Une première tentative pour sauver l’Algérie.



dahmane1
11/06/2014, 04h11
La conférence nationale de l’opposition s’est réunie cet après-midi à Zeralda

La conférence nationale de l’opposition « sur les libertés et la transition démocratique » s’est réunie cet après-midi à l’hôtel Mazafran à Zeralda, près d’Alger, en présence de plus de 400 participants. Parmi eux, Mouloud Hamrouche, Ali Benflis, Said Saadi, Ali Yahia Abdennour et Mokran Aït Larbi, mais également plusieurs personnalités de l’ex-FIS comme Abdelkader Boukhamkham. Le FFS était notamment représenté par son premier secrétaire Ahmed Betatache. L’ancien Premier ministre Ahmed Benbitour, qui préside le bureau de la Conférence, a prononcé un discours d’ouverture dans lequel il a appelé à un « changement politique pacifique ». Les personnalités politiques représentant les divers courants et partis de l’opposition se sont succédées. Pour Mouloud Hamrouche, cette conférence nationale est un « rêve qui remonte à un quart de siècle ». Benflis a déclaré que la crise actuelle était d’abord une « crise de légitimité des institutions ».

La conférence nationale de l’opposition s’est réunie cet après-midi à Zeralda | ChoufChouf (http://www.chouf-chouf.com/actualites/la-conference-nationale-de-lopposition-sest-reunie-cet-apres-midi-a-zeralda/)

ICOSIUM
11/06/2014, 16h56
• La conférence pour la transition : une révolution politique pour des questions en suspens
Politique - le 11 juin 2014 à 11 h 22 min - Amel Berkam. TSA
C’est assurément une grande première et un signe d’espoir. Toutes les forces d’opposition se sont réunies, mardi 10 juin, à l’ouest d’Alger. Leur seule présence, rassemblées, est déjà une victoire démocratique. Dans l’Algérie telle qu’elle va, il s’agit même d’une révolution. Toutes les grandes tendances politiques qui s’étaient, jadis, affrontées avec parfois beaucoup de violence ont accepté de s’entendre pour s’écouter et partager les doutes et les espoirs d’une transition réellement démocratique. Voir tous ces leaders politiques autour d’une même estrade est une chose inédite en Algérie. À la manière de l’exemple tunisien. Pourtant, il ne faudrait pas que la conférence de Zéralda reste comme un simple beau souvenir. Tout reste à faire. Dès à présent. Et les questions ne manquent pas !
Comment agir pour que Zéralda soit vraiment l’an 1 de la démocratie à l’algérienne et non pas simplement un espoir tué dans l’œuf comme l’Algérie en a tant connu depuis 1962 ? Comment éviter les divisions et les querelles de leadership mortifères ? Plus encore, comment faire pour que le peuple algérien puisse adhérer à cette dynamique qui vient de naître ? Là encore, comment mobiliser la population algérienne désabusée à l’égard du champ politique ? Il faut assurément que la conférence de Zéralda soit accompagnée d’une vraie dynamique de terrain.
Enfin, il s’agira pour chacun de faire preuve de responsabilité pour éviter les manipulations auxquelles sont habitués le DRS et les services spéciaux quand il s’agit de saboter les initiatives de l’opposition.
Un seul absent, et de taille, dans cette dynamique, puisqu’il est aujourd’hui le seul adversaire désigné ; c’est le pouvoir en place. Ce pouvoir a toujours tergiversé et misé sur les divisions de l’opposition pour éviter d’avoir à prendre part à des initiatives importantes. Pour la première fois, l’opposition est unie. Gageons qu’une fois encore le pouvoir tentera de jouer la montre, de pourrir la situation, de monter les uns contre les autres alors qu’il s’agit là de circonstances à la hauteur de l’Histoire.
Ainsi, une dernière question majeure reste en suspens : comment amener le pouvoir à s’asseoir à la table des discussions, non pas comme arbitre tutélaire mais bien en tant que partie prenante, à l’instar de toutes les forces politiques rassemblées. Ce pouvoir a-t-il en son sein des énergies clairvoyantes pour ce faire ou bien simplement des hommes liges d’une idéologie et d’une pratique d’un autre temps ? La conférence de Zéralda attend que des hommes d’État se lèvent
------------------------------------------------------------------------------------------------------
:icon_idea: Voilà un signe tangible, d’un début de pratique démocratique de la politique.
Il nous fallait peut être, mûrir politiquement pour arriver à s’écouter, se concerter sans considérer l’adversaire politique comme un ennemi à abattre. Qu’on pouvait débattre dans la sérénité quelque soient les divergences de nos opinions.
Personnellement je souhaite surtout que cette démarche démocratique devienne une règle pour toute politique qui concerne l’Algérie et son peuple et que les partis œuvrent finalement pour l’intérêt national en toute démocratie e transparence dans strict respect d'une vraie constitution et des lois

romance
15/06/2014, 19h28
faut pas rever que les loups qui sont au pouvoir en ce moment vont ceder leurs places sans coup ferir quand on voit comment se deroule les elections ca montre combien ils ne sopnt pas pret de ceder le tambourin

de toute façon se sont tous des escrocs averes l un comme l autre c est du pareil au meme

dahmane1
15/06/2014, 23h03
faut pas rever que les loups qui sont au pouvoir en ce moment vont ceder leurs places sans coup ferir quand on voit comment se deroule les elections ca montre combien ils ne sopnt pas pret de ceder le tambourin

de toute façon se sont tous des escrocs averes l un comme l autre c est du pareil au meme

Pour espérer un changement, il n'y a que deux issues. La première est celle préconisée par le FFS et relancée par Mustapha BOUALI (rabbi yarahmou), FFS en 1963 puis Islamiste en 1982, la seconde est celle de Zeralda par la mise en quarantaine du Système au pouvoir depuis 1962.

amar1
22/06/2014, 08h26
Ces pourritures ne lacheront jamais le pouvoir, ils sont prêt a tuer 3 millions d'algériens s'il le faut.

dahmane1
22/06/2014, 10h02
Si la maison blanche le décide, nos despotes disparaitront en un clin d'oïl. Mais pour les Américains les intérêts priment sur les systèmes de gouvernance !


http://www.youtube.com/watch?v=vxnbahCzajI

romance
22/06/2014, 15h53
c est de voir ca ! il croit aux boniments des ricains en leur disant que l algerie est un pays et democratique s il n y avait pas derriere une vrai menace contre les ricains l algerie aura disparue il y a bien longtemps

des larbins aux services des sions voila c est tout ce qu ils sont !