PDA

Voir la version complète : Les indignes



L'étrangère
19/07/2014, 01h54
Un vieux loup s'étant vêtu de nouveaux habits qui lui allait trop court mais avec lesquels il jouissait d'une nouvelle réputation. Le vieux bougre n'avait pas tant que ça changé mais ses habits lui procurait une nouvelle renommée avec laquelle il se dandinait au milieu des moutons.

Bientôt son clan entendit parler de ces habits qui donnait la respectabilité, même les moutons ne se méfiait plus et devenait dociles, préférant attaquer et insulter les leurs que de toucher un seul poil du pelage du loup.

Mélangez-vous à eux il n'y verront que du feu, dit le vieux, avec ce nouvel habit vous les éblouirez et ils se courberont pour vous.

Pauvres moutons..

Un étranger arriva et ce n'était point du gout du loup, la rage s'empara de lui et des siens. Qu'a-t-il à ne point s'incliner devant nous, nous aurait-il reconnu ? L'habit n'est-il pas une preuve ?

Le vieux loups commença une guerre sans relâche, le traitant de mendiant, faisant lever le village contre lui, essayant de se ralliez un autre village, sa rage devenait chaque jour plus agressive.

L'étranger devenait une obsession, il était dans chacune de ses phrases, les moutons étaient d'accord avec le loup, qui était des leurs aujourd'hui. Cet étranger, un mouton comme eux, ils ne le reconnaissaient pas et étaient bien plus proche du loup que du mouton.

Dans sa haine le vieux loup se ridiculisait de plus en plus, et comme les moutons sont des suiveurs et qu'ils avaient beaucoup appris du clan des loups, ils étaient devenu étranger au leur et malgré leur fait d'être des moutons, ils se conduisaient comme des loups

Moralité : l'habit ne fait pas le moine et bien rare loup sont devenus moutons

L'étrangère
19/07/2014, 02h13
Je me suis trompée dans le titre car au départ c'était un poème que j'ai effacé, donc le titre c'est "les loups".

ahmeddamien
19/07/2014, 02h35
Un vieux loup s'étant vêtu de nouveaux habits qui lui allait trop court mais avec lesquels il jouissait d'une nouvelle réputation. Le vieux bougre n'avait pas tant que ça changé mais ses habits lui procurait une nouvelle renommée avec laquelle il se dandinait au milieu des moutons.

Bientôt son clan entendit parler de ces habits qui donnait la respectabilité, même les moutons ne se méfiait plus et devenait dociles, préférant attaquer et insulter les leurs que de toucher un seul poil du pelage du loup.

Mélangez-vous à eux il n'y verront que du feu, dit le vieux, avec ce nouvel habit vous les éblouirez et ils se courberont pour vous.

Pauvres moutons..

Un étranger arriva et ce n'était point du gout du loup, la rage s'empara de lui et des siens. Qu'a-t-il à ne point s'incliner devant nous, nous aurait-il reconnu ? L'habit n'est-il pas une preuve ?

Le vieux loups commença une guerre sans relâche, le traitant de mendiant, faisant lever le village contre lui, essayant de se ralliez un autre village, sa rage devenait chaque jour plus agressive.

L'étranger devenait une obsession, il était dans chacune de ses phrases, les moutons étaient d'accord avec le loup, qui était des leurs aujourd'hui. Cet étranger, un mouton comme eux, ils ne le reconnaissaient pas et étaient bien plus proche du loup que du mouton.

Dans sa haine le vieux loup se ridiculisait de plus en plus, et comme les moutons sont des suiveurs et qu'ils avaient beaucoup appris du clan des loups, ils étaient devenu étranger au leur et malgré leur fait d'être des moutons, ils se conduisaient comme des loups

Moralité : l'habit ne fait pas le moine et bien rare loup sont devenus moutons

très beau ce poème c'est de toi?

L'étrangère
19/07/2014, 22h11
L'âne couronné

Ne dit-on pas au pays des borgnes, les aveugles sont rois, cette histoire suit cette logique.

Un âne élevant sa voix se trouva un public
ce dernier criait de plus en plus fort
et le public émerveillé par tant de braillement décida d'en faire autant
Ils se retrouvèrent tous à brailler avec l'âne comme chef d'orchestre

D'aucun n'eut honte de sa voix
Ils continuèrent en coeur
se gargarisant et se plaisant

L'âne réussit son affaire
Le voilà heureux
que ses braillements ... à suivre

C'est le ftor

Saha ftokom pour ceux qui usent leur vrai voix et non pas celles des autres.

L'étrangère
19/07/2014, 22h38
Déposséder les gens de leur terre est vraiment étrange
Mais qui cela étonne ?
Déposséder les gens de leur bien et le vendre comme si c'était le sien
Qui cela étonne ?
Le fort et le faible
Le groupe et l'individu
La valeur et le non valable
Le lâche et le courageux
La vérité et le mensonge
Tout le sait, regarde, voit
Mais personne pour lever le petit doigt
L'injustice est devenue normale
Par des lois l'homme décide sans savoir ni connaitre
Plusieurs pays sont passés par le sort des Palestiniens
Et leur salut se trouvait dans leur main
La domination, l'écrasement, les mensonges, les ruses
A petite échelle, nous pouvons voir la grande échelle
L'humain est un animal s'il n'a pas de limite et aidé par un groupe il devient la plus ignoble des créatures
Point d'honneur
Point de vertu
Point de dignité
Seul le résultat compte
Ya Falastine, ma Laka Ila Allah, ma laka illa Allah Ta'aala
Il ne faut rien attendre des autres
Tout est entre les mains du Vrai, du Seul, du Vivant, du Victorieux
C'est la seul Justice que vous trouverez en ce bas monde
N'attendez rien des autres, les hommes sont de girouettes
Certains ont vendu leur peuple, leur religion, leur famille
N'attendez rien des autres
et viendra d'autres qui vous seront envoyés
Par celui en Qui notre confiance doit être placé