PDA

Voir la version complète : fiction



ahmeddamien
08/08/2014, 23h19
si la France serait restée en Algérie
qu'en serais-il de l’Algérie à ce jour...
je pensais à cela en voyant une émission sur les territoires d'outre-mer,réunion,Guadeloupe
de colonies elles sont devenues départements français
la france a du pour se les maintenir jouer un autre air de musique...
les insulaires ont droit de votes,sont français,ont des droits sociaux...
dans cette fiction je ne parle pas de ce qu ont fait les mujjaydins pour leur pays
actes valeureux,qu 'Allah leur accorde le paradis...
mais je vois cette dictature qui se gave depuis des années ,les seuls qui se gavent sont ceux qui font de l'import-export et les proches du gouvernement...
rien,pas d'industrie,une agriculture moribonde,structures de tourismes nulles
juste le pétrole coule et on le regarde couler
voir des pays comme la Norvège qui réinvestit les dividendes pétroliers et n'a pas de chômage...
je me demande
et vous???

ICOSIUM
09/08/2014, 21h24
‘’si la France serait restée en Algérie qu'en serais-il de l’Algérie à ce jour... ?’’

-est-elle vraiment partie ?

Dans ce cas de figure, nous serions tout bonnement un département français avec un statue spécifique à l’Algérie, au vu de sa position géostratégique et de ses immenses richesses naturelles au profit de Madame la république française, et le drapeau bleu blanc rouge sur tous les édifices publics
Le département Algérie, une société compartimentée en groupes antagonistes politiquement entretenus par les services français sur des bases ethniques religieuses linguistiques régionalistes etc.
Diviser pour régner aurait été la parole d’ordre des gouvernements français.
Sur le plan social et culturel, je suis persuadé que nous n’aurions pas été mieux que ce qu’on est aujourd’hui, pour la simple raison que la France n’a jamais cessée de tirer les ficelles en Algérie jusqu’à ce jour.
Les stratèges français avaient commencé à préparer l’après colonisation (physique) à partir de 1958. Les exemples ne manquent pas. Pour preuve, le soutient sans réserve de la politique française à tout ce qui a été fait en Algérie par tous les présidents de puis 1962.
Qu’on me cite une seule condamnation ou dénonciation ou désapprobation d’un gouvernement français de ce qui est condamnable en France ou ailleurs, pour laquelle la France a officiellement pris position quand c’était le cas de Algérie.
La France a et aura tout ce qu’elle voudra en Algérie tant que nous serons gouvernés par les hommes qu’elle a préparé pour prendre le relais en 1962.
Encore un mot pour les Chouhadas et Moudjahines authentiques et j’arrête ;
Merci à tous les résistants qui se sont sacrifiés depuis 1830 pour la défense de leur terre, liberté et dignité, ils ont donné à l’Algérie un drapeau, et a leurs héritiers une histoire et message.

Morale de l’histoire : Presque rien n’a changé. À la différence qu’avant 1962, il était plus facile de distinguer les collaborateurs des Partisans de l’Algérie Algérienne.