PDA

Voir la version complète : Ce que dit la Presse !



dahmane1
04/06/2015, 08h48
http://www.teslogos.com/uploads//products/Ancien%20poste%20de%20radio%20ONDAX.jpg

dahmane1
04/06/2015, 08h57
YELLEL: Le cimetière à l'étroit

Affichant complet, le cimetière de la ville ne peut accueillir désormais des morts supplémentaires faute de places. Chaque fois qu'il y a un décès, les habitants rencontrent moult difficultés pour trouver un endroit où creuser une tombe. Le problème se pose depuis quelque temps et les autorités locales n'ont pas encore trouvé un espace idéal pour l'enterrement des morts. Une situation qui risque de durer encore des années d'autant que des assiettes pouvant être aménagées en cimetière manquent cruellement dans la commune. Certains pensent que la seule solution demeure le terrain du marché hebdomadaire de la ville situé à proximité de l'actuel cimetière alors que d'autres trouvent inadmissible de penser à cette solution du fait que le marché demeure indispensable. Enfin, il est utile de signaler que le cimetière nécessite une opération de désherbage et de nettoyage.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5214555

http://www.vitaminedz.com/articles/830/830211.jpg

ahmeddamien
04/06/2015, 14h28
Notre poison quotidien
23 janvier 2014
Réagir (3)

Le nombre de cancers, les maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson, etc.) ou auto-immunes, les troubles de la reproduction ne cessent d’augmenter depuis des dizaines d’années. Comment expliquer cette hausse ? Les produits chimiques peuvent-ils nous rendre malades ? C’est à cette question que répond la journaliste Marie-Monique Robin (Prix Albert-Londres 1995) en réalisant « Notre poison quotidien ».

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, pas moins de 100 000 produits chimiques ont été commercialisés. Et 900, seulement, ont été évalués par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Autant dire très peu. Pendant cette enquête minutieuse de deux ans, la journaliste a fouillé, décortiqué la réglementation de ces produits. Une première. Elle a aussi mis l’accent sur les pesticides, l’aspartame et le bisphénol A.

ahmeddamien
04/06/2015, 14h30
https://www.youtube.com/watch?v=5IsqDRKPn0k



http://quenelplus.com/documentaires/sante/notre-poison-quotidien.html

dahmane1
04/06/2015, 18h38
.................

dahmane1
04/06/2015, 18h40
Israël attend des excuses de la part de l'opérateur français Orange après les propos de son PDG remettant en cause les relations avec son partenaire israélien, a déclaré à l'AFP, jeudi 4 juin, le porte-parole des affaires étrangères israéliennes. « Notre ambassadeur [en France] s'est adressé aux autorités françaises pour obtenir des explications », a dit Emmanuel Nahshon, par ailleurs « nous attendons des excuses de la part d'Orange. »

Stéphane Richard, le PDG de l’opérateur téléphonique français , a déclaré, mercredi 3 juin, que, s’il le pouvait, il déciderait dès « demain » le retrait du groupe d’Israël. Par cette déclaration alambiquée, faite au Caire, M. Richard a provoqué un séisme dans les médias israéliens. Le dirigeant français a semblé ainsi répondre, par les mots mais pas encore par les actes, à la pression croissante exercée sur sa société, dans le cadre de la campagne de boycottage et d’appels aux sanctions contre Israël, en raison de la poursuite de l’occupation en Cisjordanie.

Un « énorme risque financier »

Dans un rapport publié il y a quelques semaines, intitulé Les liaisons dangereuses d’Orange dans le territoire palestinien occupé, plusieurs organisations – dont la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), la CGT et le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD-Terre solidaire) – ont appelé l’Etat français à faire plier l’opérateur dont il est actionnaire. « L’entreprise de télécommunications israélienne Partner exerce des activités économiques et réalise des profits dans les colonies israéliennes », note le rapport.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/04/orange-envisage-de-se-retirer-d-israel_4646823_3234.html

dahmane1
04/06/2015, 18h53
et dire que les affaires étrangères algériennes n'ont pas prononcer un seul mot pour condamner les propos dénigrants et aui touchent à notre souveraineté nationale, de la prostituée organisatrice de "miss Algérie" version 2014, lorsqu'elle avait déclaré tout haut et sans scrupule que l'Algérie est française !!!


https://www.youtube.com/watch?v=lCFgrwlZGZs

dahmane1
05/06/2015, 10h49
Nous avons un problème avec les vaccins. Comme il s'agit d'un sujet sensible, car extrêmement controversé, il faudrait déjà un peu de pédagogie pour réduire le décalage entre les affirmations fantaisistes et les connaissances scientifiques. Les gouvernements sont tétanisés à l'idée du moindre changement, et l'on conserve en France des vaccins obligatoires à l'utilité douteuse.

Inutiles ou inefficaces depuis vingt ou trente ans

Parmi ceux-là, le vaccin contre la poliomyélite, sur lequel un professeur de médecine a récemment battu du tambour médiatique alors qu'il est inutil...


Source: Le Point - 05/06/2015

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/raoult-vaccins-en-finir-avec-les-fantaisistes-05-06-2015-1933810_445.php

dahmane1
16/06/2015, 13h14
Alors que les chiffres inquiétants s'accumulent, le gouvernement algérien garde toujours le regard fixé sur l'indice des prix du pétrole.

Les mauvais chiffres de l'économie algérienne s'accumulent. Après un mois de janvier miraculeux, le pays s'est installé dans la dure réalité d'un pétrole à bas prix et d'une baisse drastique des ressources, laissant peu de marge au nouveau ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa.

Deux chiffres montrent la nouvelle donnée financière dans laquelle s'installe le pays : les recettes des exportations d'hydrocarbures et la fiscalité qui en découle. Pour les recettes extérieures, les données sont particulièrement brutales, avec une baisse de 31.75% pour le premier trimestre, mais de 42.8% sur les quatre premiers mois de 2015 par rapport à la même période de 2014, ce qui confirme que la situation s'est encore dégradée entre le début de l'année et la fin du trimestre.

En moyenne, les hydrocarbures ont rapporté 3.13 milliards de dollars par mois sur les quatre premiers mois, contre 5.48 milliards en 2014. Résultat logique, la balance commerciale a enregistré un déficit de 1.1 milliard par mois sur la même période, un chiffre conforme à ce qui était attendu, malgré une légère baisse des importations, passée de 19.32 milliards de dollars entre janvier et avril 2014 à 17.73 milliards en 2015. Il faudra y ajouter le déficit de la balance des services qui avoisine lui aussi le milliard par mois. Au rythme actuel, le déficit de la balance des paiements devrait se situer entre 24 et 30 milliards de dollars sur l'année 2015, dans la fourchette de ce que prévoyait le FMI.

Autre conséquence de cette baisse des prix du pétrole, la fiscalité pétrolière a chuté de 28% durant le premier trimestre 2015. Sur ce terrain, la baisse a été légèrement amortie par un effet simultané de la dépréciation du dinar et la hausse du dollar.

L'effet devrait toutefois rester limité, à moins d'une dévaluation brutale du dinar, pas encore à l'ordre du jour tant que le gouvernement peut puiser dans le Fonds de régulation.

Ce fonds n'a d'ailleurs pas été alimenté en 2015, faute de ressources. Le gouvernement va même y prélever pour financer le budget. A quelle hauteur ? Le ministre des Finances lui-même ne le sait pas. Officiellement, il s'attelle à préparer une loi de finances complémentaire supposée porter les nouvelles orientations économiques du pays. En fait, M. Benkhalfa tente de jongler à travers les chiffres, pour passer l'année sans trop de dégâts. En espérant aussi une amélioration des prix du pétrole, qui pourrait intervenir durant le second trimestre. Beaucoup de spécialistes tablent sur cette hypothèse, notamment après le relèvement sensible du prix du pétrole après le plus bas enregistré au début de l'année.

En attendant la lumière.

Toutes ces données sont actuellement triturées par les hauts responsables du ministère des Finances, pour tenter d'en tirer quelque chose. Mais en tirer quoi ? Pas grand-chose. Au mieux, il sera possible de colmater un ou deux points du déficit budgétaire attendu. Cela ne changera rien aux données fondamentales de l'économie algérienne, profondément enracinée dans la rente et encerclée par un tel magma de bureaucratie, d'opacité, de dos-d'âne administratifs, d'intérêts illégitimes et d'interdits qu'il n'y a rien à en attendre. Les gouvernants ont fait le choix, volontaire ou non, de surveiller l'indice des prix du pétrole plutôt que celui de la performance économique. Y compris quand ils disent le contraire. Le gouverneur de la Banque d'Algérie est d'ailleurs lui-même sorti de son rôle pour tenir aux banquiers un discours totalement démagogique sur la nécessité d'encourager l'investissement. Ce n'est ni son rôle ni sa vocation. M. Mohamed Laksaci a entre les mains les leviers adéquats qu'il peut actionner pour orienter l'économie dans une direction plutôt qu'une autre. Il a oublié de les actionner pour se lancer dans des discours de chef de parti, des discours destinés à montrer qu'il est en phase avec le gouvernement.

La lumière ne viendra donc pas de chez M. Laksaci. Il est également difficile d'envisager qu'elle vienne du Premier ministre M. Abdelmalek Sellal.

En fait, aucun membre du gouvernement n'est, aujourd'hui, en mesure, d'apporter une solution, même si nombre d'entre eux peuvent être tentés par des solutions partielles, donc forcément fragmentaires. La vraie solution ne pourra venir que du changement du monde de gouvernance, lui-même tributaire d'un changement politique.

Ce discours sur le changement a été tellement répété qu'il fait partie désormais de la langue de bois. Seul le gouvernement algérien n'en a pas encore saisi toute la portée. Et quand il arrive que des ministres algériens tiennent un discours novateur, ils l'oublient dès qu'ils rentrent dans leurs bureaux, où ils continuent à agir exactement comme avant. M. Sellal a montré la voie: l'économie algérienne doit changer, le pays va devenir un pays émergent grâce à une croissance de 7% sur les cinq prochaines années, a-t-il dit. Mais il n'a pris aucune mesure en ce sens. Bien au contraire, il insiste pour maintenir le statu quo. Il faut surtout que rien ne bouge.

C'est le tribut du quatrième mandat. Le prix du pétrole n'y pourra rien. Il faudra peut-être une secousse d'une autre dimension pour s'en convaincre.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5215070

dahmane1
16/06/2015, 13h30
le pays a toujours été géré par une économie de bazar et de gaspillage, ce gaspillage attribué par le medias et les discours officiels au petit citoyen qui n'arrivait jamais à joindre les 2 bouts du mois, même avec pour plat quotidien un panier de pain, le plus souvent fais maison !!!


https://www.youtube.com/watch?v=wkmnPFDBHdc

Jazairi
17/06/2015, 14h55
ça se passe uniquement en Algerie où soit disant berger garde le troupeau en s'asseyant dans un café,sirotant press.
Ailleurs (et surtout au maroc), ce berger est emprisonné et troupeau saisi.
ça se passe uniquement en Algerie où les troupeaux de chevres,moutons viennent jusqu'au marché de legumes...et ça se passe uniquement chez nous où le policier fait arréter pietons et voitures pour faire passer vaches,chevres en plein milieu agglomeration.
J'ai vu de mon balcon ,un berger qui n'a pas mieux trouver que de guider ses moutons à l'interieur d'un CEM, déja plein d'herbes..Je me suis choqué et j'ai fini par appeller ma femme et mes enfants pour contempler la scene.Seulement contempler sans rien dire, car il m'a été donné plusieurs fois de m'introduire dans des choses pareilles nuisant aux régles "naturelles", puis j'en ai marre et parfois j'ai mème l'intention de participer aux mauvais actes,mauvaises scenes.
Un jour,alors que j'étais en stage,mon prof d'Economie, en voyant les moutons à l'interieur du Centre ,nous a dit " En Algerie,on élève les moutons mème dans les centres de formation, alors que la viande est chère "C'était un prof non Algerien.
Dans un autre pays,on ne voit ces bètes qu'aux prairies,montagnes.Chez nous ces bètes sont guidés par des bètes trop bètes.

habiban
18/06/2015, 20h18
L'ete dernier j'ai constaté qu'un essaim d'abeilles faisait la visite chez moi !!!Etonné , j'ai suivi le deplacement de l'escadre qui est allé atterir chez un voisin !! Renseignement pris ,le voisin pratique l'elevage......? Bon ne parlons pas des vaches et autres moutons lesquels la nuit tombant rasent les murs pour rejoindre l'"etable" d'a coté et fournissent gratuitement ..odeurs nauseabonde ...et .. moustiques ? Là ,il s'agit d'une Daira ,dans les hauts plateaux ,de 40 000 habitants !?

dahmane1
18/06/2015, 22h09
L'ete dernier j'ai constaté qu'un essaim d'abeilles faisait la visite chez moi !!!Etonné , j'ai suivi le deplacement de l'escadre qui est allé atterir chez un voisin !! Renseignement pris ,le voisin pratique l'elevage......? Bon ne parlons pas des vaches et autres moutons lesquels la nuit tombant rasent les murs pour rejoindre l'"etable" d'a coté et fournissent gratuitement ..odeurs nauseabonde ...et .. moustiques ? Là ,il s'agit d'une Daira ,dans les hauts plateaux ,de 40 000 habitants !?

le voisin est peut être notre ami Ahmed lol

saha ftourek et bienvenue à toi parmi nous

dahmane1
23/06/2015, 01h53
Les prix du poulet s'envolent encore une fois. Le kilo de poulet de chair est devenu plus cher en passant de 280 à 380 dinars en l'espace de quelques jours au grand dam des ménages à faible revenu. « C'est devenu une tradition à chaque mois de Ramadan les prix augmentent », dira une ménagère. Selon certains détaillants, la multiplication des intermédiaires est à l'origine de l'envolée des prix. D'autres l'expliquent par l'éternelle équation de l'offre et la demande. Le marché local a connu une accalmie durant les mois de février, mars et avril. Le poulet était cédé à 250 dinars le kilo mais ces derniers jours les prix ont connu une nouvelle hausse. Ainsi le prix du poulet vidé (un poulet entier) a atteint les 340 dinars. En détail, le kilo est cédé à 380 dinars le kilo.

Pour les professionnels du secteur, « il faut qu'il y ait une stratégie claire pour arriver à vraiment réguler le marché. Celle-ci ne peut être efficace que si on prend en compte les besoins réels de notre marché local pour qu'on puisse, par voie de conséquence, organiser tous les maillons de la production afin d'éviter tout dérèglement ou écart démesuré en matière des tarifs ». Pour ce qu'est des viandes rouges, les prix varient entre 1.300 et 1.600 dinars le kilo pour la viande ovine et entre 900 et 1.200 DA pour la viande bovine. Mais en ce mois sacré nombreuses sont les familles qui préfèrent acheter les poissons et la viande surgelée. En effet, cet engouement pour la viande congelée est dicté par l'important écart entre la viande fraîche et celle congelée.

Conséquence, les importations des viandes rouges et des poissons congelés ont connu une progression sensible au port d'Oran. Ainsi 7.203 tonnes de viandes rouges congelées et 1.347 tonnes de poissons congelés ont transité par le port d'Oran avant le mois de Ramadan. Les viandes congelées sont généralement importées de deux pays de l'Amérique Latine à savoir le Brésil et l'Uruguay qui sont considérés comme des fournisseurs traditionnels du marché local en viandes congelées. Ces importations massives de viandes et poissons congelés ont été soumises à des contrôles rigoureux des services vétérinaires pour prévenir toute introduction sur le territoire national de viandes avariées. Le dispositif de surveillance sanitaire a été d'ailleurs renforcé au port d'Oran pour assurer un meilleur contrôle des animaux et des produits animaux importés.

Pour ce qui est des fruits et légumes, restés stables depuis le début du mois de juin, les prix ont connu une importante hausse durant ces premiers jours du mois de Ramadan. La traditionnelle flambée des prix qui se produit une dizaine de jours avant chaque Ramadan n'a pas eu lieu cette année et les prix sont restés stables durant la première quinzaine du mois de juin, mais ce n'est pas le cas depuis le début du mois sacré du jêune. La carotte a été cédée hier entre 80 et 90 dinars le kilo soit une hausse de près de 30 dinars par rapport au début de semaine dernière. La tomate entre 50 et 80 dinars, le piment vert entre 70 et 100 dinars selon la qualité, l'oignon 50 dinars. Le prix de la pomme de terre, contrairement aux autres légumes, n'a pas connu une hausse, il varie entre 40 et 50 dinars. Le prix du bouquet de persil indispensable pour la soupe et la chorba au même titre que la tomate et les carottes est passé de 30 à 100 dinars. Si on compare ces prix avec ceux pratiqués la veille du mois sacré, on trouve une hausse de 10 à 30 dinars. « On est en pleine saison des fruits et légumes. Il y a une offre conséquente de marchandises et il n'y a aucune raison pour que les prix s'envolent », dira une ménagère.

our les fruits, les prix restent élevés, mais aucune augmentation importante n'a été enregistrée ces derniers jours. Les pommes sont vendues à 250 DA le kilo et les bananes à 160 DA. Les dattes sont hors de portée des bourses moyennes. Leur prix varient entre 400 DA et 650 DA le kilo. Les fruits de saison tels que les abricots (60 DA le kilo) et les pêches (130 DA) sont à des prix abordables. Le seul produit qui a connu une forte hausse est le citron. Son prix dépasse 200 DA le kilo et il très rare. Les petites bourses, notamment, souffrent le martyre quotidiennement pour espérer faire quelques emplettes mais finissent tout de même par acheter mais en petites quantités. « Les prix ont connu une hausse au niveau du marché de gros d'El Kerma », dira un vendeur au marché couvert de Boulanger. Marchands de fruits et légumes, détaillants ou grossistes, commerçants, agriculteurs, chacun défend sa position à sa manière, afin de convaincre les citoyens de la justesse des prix.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5215281

dahmane1
23/06/2015, 02h12
c'est normal et c'est même l'enfer, quand un "yan3l bou eli may7abnech" est à la tète du ministère du commerce !


https://www.youtube.com/watch?v=XvNgtMjkfOE

Baleti
23/06/2015, 05h22
Israël attend des excuses de la part de l'opérateur français Orange après les propos de son PDG remettant en cause les relations avec son partenaire israélien, a déclaré à l'AFP, jeudi 4 juin, le porte-parole des affaires étrangères israéliennes. « Notre ambassadeur [en France] s'est adressé aux autorités françaises pour obtenir des explications », a dit Emmanuel Nahshon, par ailleurs « nous attendons des excuses de la part d'Orange. »

Stéphane Richard, le PDG de l’opérateur téléphonique français , a déclaré, mercredi 3 juin, que, s’il le pouvait, il déciderait dès « demain » le retrait du groupe d’Israël. Par cette déclaration alambiquée, faite au Caire, M. Richard a provoqué un séisme dans les médias israéliens. Le dirigeant français a semblé ainsi répondre, par les mots mais pas encore par les actes, à la pression croissante exercée sur sa société, dans le cadre de la campagne de boycottage et d’appels aux sanctions contre Israël, en raison de la poursuite de l’occupation en Cisjordanie.

Un « énorme risque financier »

Dans un rapport publié il y a quelques semaines, intitulé Les liaisons dangereuses d’Orange dans le territoire palestinien occupé, plusieurs organisations – dont la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), la CGT et le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD-Terre solidaire) – ont appelé l’Etat français à faire plier l’opérateur dont il est actionnaire. « L’entreprise de télécommunications israélienne Partner exerce des activités économiques et réalise des profits dans les colonies israéliennes », note le rapport.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/04/orange-envisage-de-se-retirer-d-israel_4646823_3234.html

esselem'aleykom

le pdg de sfr (patrik drahi je croi, un juif pur et dur) vient de trouver 10 miliard d'euro, pour racheter bouygue, pour apres faire un accord avec l'operateur free
le groupe a deja 30 milliard d'euro de dette
ou il a trouver les 10milliard d'euro pour racheter bouygue ?
les banquiers (juif) lui fond quand meme confience ?
sa pu le coup tordue
le gas d'orange va regreter ses paroles (a moin que se soit un homme)

le groupe sfr vient de racheter, le jounal "liberation" et "l'expresse"
un des journal francais le plus a gauche, diriger par la droite israelienne,
sa pu tous ca

Baleti
23/06/2015, 05h42
L'ete dernier j'ai constaté qu'un essaim d'abeilles faisait la visite chez moi !!!Etonné , j'ai suivi le deplacement de l'escadre qui est allé atterir chez un voisin !! Renseignement pris ,le voisin pratique l'elevage......? Bon ne parlons pas des vaches et autres moutons lesquels la nuit tombant rasent les murs pour rejoindre l'"etable" d'a coté et fournissent gratuitement ..odeurs nauseabonde ...et .. moustiques ? Là ,il s'agit d'une Daira ,dans les hauts plateaux ,de 40 000 habitants !?

esselem'aleykom

a annaba sur des terrasse du centre ville, il eleve des abeille en ruche, nourie au sucre cevital
voie le bon coté
ou les abeilles vivent, l'air est encore vivable

la ruralisation de nos ville n'est pas nouveau
l'etat algerien est en train de demeler le probleme
la plupart des proprietaire terrien en algerie, se sont pas des agriculteur ou paysan, mais des grosse famille qui se sont acaparer les terre en 62
ils loue les terre (sachant que c'est interdi en islam) beaucoup de paysan et agriculteur n'on pas les moyen de louer( surtous quand on te demande de payer plusieur anne d'avence)

dahmane1
22/07/2015, 20h48
Selon une presse régionale, qui rapporte l’information d’une source de la wilaya de Tizi Ouzou, le pouvoir cherche à régulariser la situation administrative d’une villa appartenant au Président et porte parole du Front Islamique du Salut (FIS), Abassi Madani, exilé au Qatar depuis plus d’une dizaine d’années.

http://cbsnews2.cbsistatic.com/hub/i/r/2003/07/02/ccc7700b-a642-11e2-a3f0-029118418759/thumbnail/620x350/45a4cc5b0a5ab7d8cfab545922ff9560/image561437x.jpg

dahmane1
24/07/2015, 10h15
AIN TEMOUCHENT - Un quota de 500 logements location-vente AADL est réservé aux travailleurs de la sûreté de wilaya d’Ain Temouchent dans le cadre du programme de 25.534 logements du même type affecté à la DGSN, apprend-on mercredi du chef de service santé, action sociale et sports à la Sûreté de wilaya.

Initialement prévu en LPA (logement public aidé) et reconverti ensuite en AADL, ce programme a consacré pas moins de 500 logements aux travailleurs de la police et assimilés du secteur dans la wilaya, a indiqué le commissaire principal Boudaoud Ahmed, en marge de la cérémonie de célébration de la fête nationale de la police.

Toutes les procédures administratives concernant cette opération, qui touche également les policiers des villes environnantes des wilayas de Tlemcen, Sidi Bel-Abbes et Oran, conformément aux instructions du Directeur général de la Sûreté nationale, ont été accomplies, notamment l’étude des dossiers par une commission locale, a-t-on ajouté.

"Ces dossiers ont été envoyés à la DGSN pour l'enquête des archives immobilières qui a été achevée et nous attendons les ordres de versement", a souligné le même responsable, signalant qu’un crédit de 250.000 DA représentant le premier versement a été octroyé à chacun des intéressés. Ce montant sera ensuite prélevé des salaires à raison de 7.000 dinars/mois.

Par ailleurs, certains travailleurs du secteur habitant le monde rural ont bénéficié de l’aide apportée à l’habitat rural par les pouvoirs publics pour la construction de leurs maisons.

Abritée par le siège de la sûreté de wilaya d’Ain Temouchent, la cérémonie de la fête de la police a été marquée par une exposition mettant en exergue les activités de ce corps.

Le bilan de ces activités fait état de 82 morts dans des accidents de la circulation enregistrés durant le premier semestre 2015, ainsi que la saisie par les services de la police judiciaire de 422,807 kg de kif traité, 1,1 gr de cocaïne et 1.644 comprimés anxiolytiques.

A cette occasion, les autorités locales ont honoré 72 agents promus à des grades supérieurs, des retraités et les lauréats aux examens de fin d’année scolaire, dont la détentrice de la meilleure moyenne nationale à l’examen du BAC (19,08/20), Jedal Hanane du lycée Lotfi d’El Amria.

En outre, un hommage à titre posthume a été rendu aux quatre policiers décédés dernièrement dans l’exercice de leurs fonctions suite à un accident de la circulation. Les familles des défunts Ouahrani, Kasmi, Merzougui et Goumidi ont été honorées.

http://www.aps.dz/regions/26233-ain-temouchent-quota-de-500-logements-aadl-pour-les-travailleurs-de-la-s%C3%BBret%C3%A9

dahmane1
24/07/2015, 10h27
En principe, tout citoyen remplissant certaines conditions nettes et précises ouvre droit au bénéfice de ce type de logements, sans réservation et avec pour seule priorité la date de dépôt de la demande. Les policiers sont soumis au statut de la fonction publique comme tout autre fonctionnaire armé ou non.

dahmane1
01/08/2015, 20h30
Nouveau report des préaffectations pour les logements du programme AADL, prévu cette fois pour décembre, comme l’a déclaré Abdelmadjid Tebboune, ministre de l’Habitat et de l’urbanisme de la ville.

« Les souscripteurs au projet AADL 2001/2002 ainsi que les souscripteurs pour les logements promotionnels publics (LPP) recevront leur pré affectation à partir de décembre prochain». C’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Habitat, et de l’urbanisme de la ville, Abdelmadjid Tebboune, ce 1er août. En visite sur le chantier de la Grande Mosquée d’Alger, il a annoncé un nouveau décalage pour les pré-affectations des logements soumis au programme AADL , après avoir déjà assuré il y a quelques mois que celles- ci auront lieu à l’été 2015, puis à la rentrée de septembre. Il faudra donc attendre décembre cette fois ci.

Un second report qui survient alors que les souscripteurs du programme AADL 2, inscrit en 2013, ne sont pas encore concernés. La promesse faite de voir une distribution prévue en 2015 reste fantôme. Les travaux du plus grand nombre de ces logements ne seront peut être pas achevés d’ici 2016.

Rappelons que plus de 700 000 personnes se sont inscrites pour le programme AADL 2. En plus de celles inscrites pour le programme AADL 1 (2001 et 2002), qui n’ont pas encore bénéficié de leurs logements.

http://www.algerie-focus.com/blog/2015/08/logements-nouveau-retard-dans-les-pre-affectation-du-programme-aadl/

Jazairi
01/09/2015, 22h10
Ce n'est pas facile de realiser 1 Million de logements a court terme.Les choses ont commencé.
A Ain Temouchent,les Chinois sont presque dans les finitions.Des beaux logements,bien situés.