PDA

Voir la version complète : Le business du Ramadan



Toufik
21/06/2015, 13h17
Les Algériens sont plutôt d’une envie irrationnelle d’acheter et de consommer sans modération dès la tombée de la nuit. Un comportement qui les ruine chaque année et ce, malgré les mises en garde, entre autres, de la Fédération algérienne des consommateurs ou encore de l’Union nationale des commerçants et artisans algériens. Les deux organisations donnent chaque année des conférences pour rappeler combien l’Algérien dépense trop pour remplir son couffin du Ramadan.


Ainsi, l’an dernier, ils dépensaient en moyenne 60% de leur salaire dans la nourriture en 2014 contre 42% le reste de l’année, d’après des données de l’Union nationale des commerçants et artisans algériens. Rien d’étonnant lorsque l’on voit les quantités achetées, sans oublier que les prix ont tendance à exploser durant le Ramadan. Notre crainte de la pénurie entraîne justement la pénurie et fait augmenter les prix. Nous en sommes finalement les premiers à payer le prix fort…


D’après la Fédération algérienne des consommateurs, notre générale consommation explose durant le Ramadan. Elle augmente de 30% ! Les quantités achetées sont également astronomiques. Un chiffre l’illustre : 150 millions de litres de lait ont été achetés l’an dernier par les Algériens durant le mois de jeûne, selon l’Union nationale des commerçants et artisans algériens.


Le business du Ramadan


Mais cette envie de surconsommer fait le bonheur des commerçants qui voient leur chiffre d’affaires augmenter. Les marchés sont saturés du matin au soir. Les supermarchés ne désemplissent pas non plus. C’est aussi le moment où l’événementiel explose. Les fameuses kheimates dans la Capitale sont pléthore. Seul moment de l’année où les Algériens peuvent s’autoriser des sorties, faute d’offre le reste de l’année, certains organisateurs abusent de la situation. Avec des soirées variant entre 1 000 et 3 000 dinars l’entrée, parfois seulement pour un qalb elouz et un verre de thé, certaines soirées sont d’excellentes rentrées d’argent.


Désormais, le Ramadan est devenu un argument commercial et se retrouve utilisé à toutes les sauces. Par exemple, la marque de vêtements Mango espagnole lançait, il y a quelques semaines, sa « collection Ramadan » dans plusieurs pays musulmans. Nos marques algériennes adaptent également leurs produits à cette période. Rouiba vient, par exemple, de lancer sa boisson « Cherbet »; une façon d’industrialiser la traditionnelle boisson que l’on achète à Blida.


Même les concessionnaires automobile profitent de cette période pour lancer des promotions spéciales, à l’instar de Suzuki Algérie qui offre des rabais sur certains véhicules jusqu’au dernier jour du mois saint. Seul fait qui peut (presque) nous rassurer : cette tendance est mondiale et ne concerne pas seulement les Algériens…


TSA