PDA

Voir la version complète : Mauvais goût



Jedénonce
10/07/2016, 12h48
Nos constructions sont moches et non fonctionnels. L'état construit à la hâte sur catalogue des bureaux d'études étrangers qui ne savent rien de nos moeurs et de notre rapport au logement. Le privé a dénaturé nos villes avec des villas-palais laids, prétentieux et sans style, au nom d'un modernisme de toc.


On construit des mosquées vraiment difformes, bien que nous avons des chefs d'oeuvres dont il faut s'inspirer, telles El Djamaâ El Djedid, El Djamaâ El Kébir et pas mal d'autres.


On n'arrive pas à déceler que style est adopté en architecture, on mélange du tout et le résultat est un style Marsien peut-être, il faut vérifier. Pourtant, nous avons notre héritage, villas turques, villas mauresques et villas arabo-musulmanes et on trouve le moyen d'opter pour le mauvais goût.


Nous perdons de vue que l'architecture est le vestige durable des peuples, sa mémoire et l'expression de son génie et de son raffinement. Nous oublions que si nous connaissons les Sumériens, les Egyptiens ou les byzantins c'est grâce à leurs vestiges architecturaux. L'architecture arabo-musulmane objet d'études des grandes écoles n'est même pas etudiée chez nous. Notre propre style, déclaré folklorique par certains, est oublié.


Maschallah, l’architecte qui a construit Bagdad enseignait à ses élèves que l’architecture est « une mystique ronde ». Il préconisait que chaque édifice laid devait être détruit par son constructeur, condamné à transporter sur ses épaules les pierres une à une, jusqu’à ce que mort s’en suive. C’était une métaphore parce qu’il était réputé pour sa douceur et sa bonté.


Il voulait simplement dire et attester que la laideur est un crime impardonnable.

ikardi
10/07/2016, 13h37
Nos constructions sont moches et non fonctionnels. L'état construit à la hâte sur catalogue des bureaux d'études étrangers qui ne savent rien de nos moeurs et de notre rapport au logement. Le privé a dénaturé nos villes avec des villas-palais laids, prétentieux et sans style, au nom d'un modernisme de toc.


On construit des mosquées vraiment difformes, bien que nous avons des chefs d'oeuvres dont il faut s'inspirer, telles El Djamaâ El Djedid, El Djamaâ El Kébir et pas mal d'autres.


On n'arrive pas à déceler que style est adopté en architecture, on mélange du tout et le résultat est un style Marsien peut-être, il faut vérifier. Pourtant, nous avons notre héritage, villas turques, villas mauresques et villas arabo-musulmanes et on trouve le moyen d'opter pour le mauvais goût.


Nous perdons de vue que l'architecture est le vestige durable des peuples, sa mémoire et l'expression de son génie et de son raffinement. Nous oublions que si nous connaissons les Sumériens, les Egyptiens ou les byzantins c'est grâce à leurs vestiges architecturaux. L'architecture arabo-musulmane objet d'études des grandes écoles n'est même pas etudiée chez nous. Notre propre style, déclaré folklorique par certains, est oublié.


Maschallah, l’architecte qui a construit Bagdad enseignait à ses élèves que l’architecture est « une mystique ronde ». Il préconisait que chaque édifice laid devait être détruit par son constructeur, condamné à transporter sur ses épaules les pierres une à une, jusqu’à ce que mort s’en suive. C’était une métaphore parce qu’il était réputé pour sa douceur et sa bonté.


Il voulait simplement dire et attester que la laideur est un crime impardonnable.
La médiocrité est devenue banale en Algérie