PDA

Voir la version complète : Éducation nationale



Jedénonce
23/07/2016, 14h39
Pourquoi tant d'acharnement sur la ministre de l'éducation nationale ?


J'ai beau cherché l'à-propos des critiques, mais toutes portent sur des à priori, des préjugés.
Les critiques ne portent pas sur les compétences de la nouvelle ministre ou sa vision de l’Éducation nationale, un secteur sinistré. Ses détracteurs lui prêtent pêle-mêle l’intention de supprimer la langue arabe, celle de réduire l’enseignement de l’éducation islamique à l’école ou encore de favoriser les programmes français. Certains vont encore plus loin en s’interrogeant sur sa « légitimité » à devenir ministre, lui attribuant des origines « juives », mais personne n'a tenté d'exposer sa compétence et sa vision de l'éducation nationale sinistrée.
Je n'ai pas trouvé aussi, les mêmes critiques à l'encontre du très critiquable Benbouzid (plus de 20 ans de longévité et les problèmes qu'il a suscité).
J'en suis certain, que les détracteurs de la ministre n'ont même pas pris le temps de consulter ses publications sur l'éducation, entre autres elle est titulaire d'un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie de l’éducation à l’université d’Oran sur la problématique de l’orientation scolaire et professionnelle avant un doctorat à l’Université Paris- Descartes.


Quand on est en train de se noyer, on s' en fout de la couleur de la main qui nous est tendue. Avant de s' inquiéter de la coupe de cheveux de la ministre, n'est-il pas plus judicieux, par honnêteté intellectuelle, de débattre ses thèses, et ce sans passion ni préjugés.

dahmane1
23/07/2016, 19h57
Pourquoi tant d'acharnement sur la ministre de l'éducation nationale ?


J'ai beau cherché l'à-propos des critiques, mais toutes portent sur des à priori, des préjugés.
Les critiques ne portent pas sur les compétences de la nouvelle ministre ou sa vision de l’Éducation nationale, un secteur sinistré. Ses détracteurs lui prêtent pêle-mêle l’intention de supprimer la langue arabe, celle de réduire l’enseignement de l’éducation islamique à l’école ou encore de favoriser les programmes français. Certains vont encore plus loin en s’interrogeant sur sa « légitimité » à devenir ministre, lui attribuant des origines « juives », mais personne n'a tenté d'exposer sa compétence et sa vision de l'éducation nationale sinistrée.
Je n'ai pas trouvé aussi, les mêmes critiques à l'encontre du très critiquable Benbouzid (plus de 20 ans de longévité et les problèmes qu'il a suscité).
J'en suis certain, que les détracteurs de la ministre n'ont même pas pris le temps de consulter ses publications sur l'éducation, entre autres elle est titulaire d'un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie de l’éducation à l’université d’Oran sur la problématique de l’orientation scolaire et professionnelle avant un doctorat à l’Université Paris- Descartes.


Quand on est en train de se noyer, on s' en fout de la couleur de la main qui nous est tendue. Avant de s' inquiéter de la coupe de cheveux de la ministre, n'est-il pas plus judicieux, par honnêteté intellectuelle, de débattre ses thèses, et ce sans passion ni préjugés.

De tous les ministres et chef du gouvernement, elle est la seule qui ne cite jamais fakhamatouhou et son programme. Elle doit être imposée d’ailleurs, la France pour parler directe, pour oser défier de la sorte, son culte de la personnalité ! Même certains chefs de partis dits d'opposition, ne s'aventurent jamais à prendre ce risque et cette omission dans leurs déclarations et communiqués !

dahmane1
23/07/2016, 22h49
Tu dois savoir que cette pseudo chercheuse n’est détentrice que d’une licence obtenue dans le cadre du décret de 1974 autorisant les anciens « moudjahidine » et leurs enfants sur simple examen bidon, d’accéder à l’université même avec un niveau d’instruction primaire. Elle est aussi détentrice d’un « Doctorat » acheté en France, pour ne pas dire autre chose…

En ce qui concerne ses « publications », je trouve celles de Si Ahmed publiés dans FAM beaucoup plus meilleures. Il suffit de consulter son CV pour s’apercevoir rapidement qu’il est purement professionnel, qui n’a rien d’académique, sachant comment les désignations et nominations dans les fonctions et postes supérieurs sont effectuées en Algérie !!

Jedénonce
23/07/2016, 22h52
Elle doit être imposée d’ailleurs, la France pour parler directe, pour oser défier de la sorte, son culte de la personnalité !

Si je vous suis bien, tout ce qui nous arrive est une manigance française. Prétendre que la France nomme nos ministres, dicte nos lois, que les français parlent l'arabe sans le savoir, que le français n'est pas une langue, que baccalauréat est un mot arabe et tu connais la suite, cela me rappelle deux types de discours, le discours complotiste qui voit la conspiration partout (impérialisme, sionisme, illuminati. ..) et la contrevérité (attribuer une vertu à quelqu'un ou à quelque chose, qu’elle ne possède notoirement pas).


Je ne prétend pas que le complot n'existe pas, j'ai pas mal écrit sur le sujet et je ne veux pas que vous preniez ce post comme une attaque contre votre personne que je respecte vu la courtoisie de vos posts. On n'a pas pu se mettre d'accord sur la "darija", c'est votre position et vous avez le droit de la défendre. Mais j'aimerais bien que vous produisez des arguments vérifiables, plutôt que des postulats. Croyez-vous sérieusement que votre analyse est convaincante ? Sincèrement, moi cela ne me suffit pas.

Sarah_
23/07/2016, 23h04
entre autres elle est titulaire d'un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie de l’éducation à l’université d’Oran sur la problématique de l’orientation scolaire et professionnelle avant un doctorat à l’Université Paris- Descartes.

Salut,

son doctorat est en education?

ikardi
23/07/2016, 23h34
Les critiques portent sur la doctrine et l'idiologie de la ministre, elle appartient à la catégorie des algériens chyatine de la France , de plus elle a été désigné par le clan des traîtres et salauds le clan de oujda

ahmedamien
23/07/2016, 23h56
Tu dois savoir que cette pseudo chercheuse n’est détentrice que d’une licence obtenue dans le cadre du décret de 1974 autorisant les anciens « moudjahidine » et leurs enfants sur simple examen bidon, d’accéder à l’université même avec un niveau d’instruction primaire. Elle est aussi détentrice d’un « Doctorat » acheté en France, pour ne pas dire autre chose…

En ce qui concerne ses « publications », je trouve celles de Si Ahmed publiés dans FAM beaucoup plus meilleures. Il suffit de consulter son CV pour s’apercevoir rapidement qu’il est purement professionnel, qui n’a rien d’académique, sachant comment les désignations et nominations dans les fonctions et postes supérieurs sont effectuées en Algérie !!

pourquoi t ecris gras tonton
tas une fuite a ton stylo....lol
moi je suis content de voir un peu de jeunesse dans ce gouvernement,même les plus jeunes ont l'air centenaires....
elle a été nommée laissons lui faire son travail avant de la juger...
quand on voit le cursus imposé aux eleves
aller jusqu'au bac en arabe et continuer en français a la fac
c'est une catastrophe....
je crois qu on ne l aime pas surtout parce que dans un pays macho une femme qui dirige l'éducation...
l'arabe a beau être la langue du coran,les filières scientifiques s appuient sur des ouvrages français ou anglais...
et je finirais par dire qu en france,on achète pas les diplomes dans les universités détat et à moins d'en avoir la preuve ca tient de la délation

ahmedamien
23/07/2016, 23h59
Les critiques portent sur la doctrine et idiologie de la ministre, elle appartient à la catégorie des algériens chyatine n de la France , de plus elle a été désigné par le calme des traîtres et salaud le clan de oujda

les algériens chiyatine de la france c est quoi une secte?????
vraiment la guerre d'Algérie se digèrera jamais...

Jedénonce
24/07/2016, 15h37
Salut.


J'ai visité plusieurs forums, j'anime même un site où l'on traite de sujets divers sans passion ni démagogie, mais ce forum me paraît un tant soit peu coincé. J'ai l'impression, à travers les réponses de certains à mes posts, que l'on veut me faire comprendre "ceci est notre vérité, et on ne veut pas la discuter", ce qui est pour moi contraire au principe du forum. C'est bien d'avoir des idées, mais refuser de les discuter ça devient soupçonneux.


Enfin, avant de quitter, je propose cet texte, qui n'est pas de moi, mais j'adhère entièrement à cette thèse, qui est un extrait du MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN SCIENCE POLITIQUE PAR MOHAMED OURYA.


《La théorie du complot. Cette idéologie fut acceptée par la population comme idéologie de ressentiment et d'amertume, car elle se dégage de toute responsabilité. Par ailleurs, elle était machiavéliquement cultivée par la classe dirigeante, à des fins politiques.


Les facteurs les plus importants de la crise culturelle contemporaine du discours se situe dans la tentative d'identifier les composantes de la culture occidentale mondialisée, avec la peur ou la hantise pour sa culture nationale, son identité culturelle, et sa spécificité nationaliste héritière d'un legs historique important.


Par la marginalisation de la réflexion et du rationalisme, notre culture a été paralysée par la persistance des superstitions, l'analphabétisme et la primauté du fatalisme, sans oublier le manque d'esprit critique, la propagation de la mentalité du déni, où les erreurs ne sont pas avouées, et le verrouillage du système politique. C'est ainsi que la mentalité du complot s'érige comme un raccourci mental et un détour de la critique interdite et une liberté limitée, absente ou étouffée. Elle est même devenue un paravent pour celer toutes les difficultés, dont souffre la société. Ce qui implique, suivant cette logique, que l'analyse de tous les faits est abordée à travers le prisme de cette théorie du complot. Ainsi assiste-t-on à l'appauvrissement de l'analyse voire sa sortie du champ de la logique scientifique, pour des explications métascientifiques.


Ce discours de victimisation est le même tenu par nos dirigeants.


Cette 'oqdat al mouamara' (complexe du complot) est perçu comme révélateur du déficit du sens critique.


En outre, le recours au complot pour comprendre des faits et des événements essentiellement d'ordre politique et géopolitique, est un indice du déficit du rationalisme, de l'esprit critique et de la culture démocratique. Et plusieurs contraintes jouent en faveur de ce déficit et du coup, du recours à l'idée du complot comme un raccourci mental et facile pour comprendre et expliquer l'histoire.


Les facteurs les plus importants de la crise culturelle contemporaine se situe dans la tentative d'identifier les composantes de la culture occidentale mondialisée, avec la peur ou la hantise pour sa culture nationale, son identité culturelle, et sa spécificité nationaliste héritière d'un legs historique important. Ajoutons à cela l'analphabétisme et la primauté de la culture orale et celle du fatalisme, sans oublier le manque de l'esprit critique dans les programmes scolaires (la tendance à réitérer un système éducatif basé sur "apprendre" plutôt que "comprendre"), la propagation de la mentalité du déni, où les erreurs ne sont pas avouées, et le verrouillage du système politique ne permettant aucune participation au pouvoir.


D'autre part, nos politiques ont été dirigées au lendemain de l'indépendance par des élites, isolées de leur peuple et souvent sans légitimité. Ce qui a donné des politiques basées sur l'improvisation sans vision claire, et contradictoires avec les intérêts même du pays. En plus de l'utilisation machiavélique de slogans susceptibles de toucher les masses. Parfois c'est le nationalisme arabe qui est mis de l'avant, tantôt c'est l'appartenance à l'Umma, et parfois c'est l'État national qui prime mettant en évidence les caractéristiques de la contrée et ses différences par rapport à ses voisins les plus proches. Dans cette perspective, et surtout pour cacher les échecs de leurs politiques, l'instrumentalisation de la théorie du complot extérieur permanant, a été le cheval de bataille de notre système politique. Les autorités exploitent machiavéliquement les théories de complot pour leurs propres fins


La rhétorique du complot a été cultivée par la classe dirigeante qui utilise ce genre de discours pour justifier les échecs ainsi que pour barrer la route aux revendications des forces de l'opposition. Le complot est aussi employé contre les opposants. Les discours accusateurs contre les opposants font souvent référence à la trahison et au complot de l'extérieur, et où participeraient activement ces opposants. Les justifications par les accusations et le complot interfèrent avec la personnification du pouvoir et des relations politiques. La rhétorique du complot elle-même devient une tendance à la personnalisation d'ennemis (imaginés), et que l'imaginaire retient comme formant une menace contre "le moi social". On trouve dans cette perspective, toute une terminologie "atteinte à l'identité nationale", "L'occident et le retour des croisades" ... etc. qui permettent de faire une économie d'efforts. La théorie du complot tient à une seule cause, épargnant ainsi à ses tenants, de se livrer aux recherches historiques, psychologiques et sociologiques pour expliquer les événements sociaux. En d'autres mots, le refus de penser le bouleversement, de substituer aux modes de représentation traditionnels de nouveaux codes est le corollaire de la peur de l'historialité. Croire au complot, c'est se mettre en mesure de donner du sens à ce qui en paraît dépourvu, et qui inquiète. Le rejet du principe de la critique et de l'autocritique, ainsi que l'amour excessif au leader, qui ne se trompe pas, font que l'idée du complot soit acceptable dans notre imaginaire, refusant de demander des comptes rendus à un pouvoir devenu une icône. Le Moi ne se trompe pas. Le responsable, c'est l'Autre.


Quand la société souffre, elle éprouve le besoin de trouver quelqu'un à qui elle puisse imputer son mal, sur qui elle puisse se venger de ses déceptions.》

ikardi
24/07/2016, 20h15
les algériens chiyatine de la france c est quoi une secte?????
vraiment la guerre d'Algérie se digèrera jamais...
Non , je parle de ceux qu'ils ont un problème avec la langue arabe et la civilisation arabo-muslmanes
La guerre d'Algérie c'est du passé, la preuve c'est les harka les nouveaux traîtres qui conduisent l'Algérie

dahmane1
24/07/2016, 22h34
Salut.


J'ai visité plusieurs forums, j'anime même un site où l'on traite de sujets divers sans passion ni démagogie, mais ce forum me paraît un tant soit peu coincé. J'ai l'impression, à travers les réponses de certains à mes posts, que l'on veut me faire comprendre "ceci est notre vérité, et on ne veut pas la discuter", ce qui est pour moi contraire au principe du forum. C'est bien d'avoir des idées, mais refuser de les discuter ça devient soupçonneux.


Enfin, avant de quitter, je propose cet texte, qui n'est pas de moi, mais j'adhère entièrement à cette thèse, qui est un extrait du MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN SCIENCE POLITIQUE PAR MOHAMED OURYA.


《La théorie du complot. Cette idéologie fut acceptée par la population comme idéologie de ressentiment et d'amertume, car elle se dégage de toute responsabilité. Par ailleurs, elle était machiavéliquement cultivée par la classe dirigeante, à des fins politiques.


Les facteurs les plus importants de la crise culturelle contemporaine du discours se situe dans la tentative d'identifier les composantes de la culture occidentale mondialisée, avec la peur ou la hantise pour sa culture nationale, son identité culturelle, et sa spécificité nationaliste héritière d'un legs historique important.


Par la marginalisation de la réflexion et du rationalisme, notre culture a été paralysée par la persistance des superstitions, l'analphabétisme et la primauté du fatalisme, sans oublier le manque d'esprit critique, la propagation de la mentalité du déni, où les erreurs ne sont pas avouées, et le verrouillage du système politique. C'est ainsi que la mentalité du complot s'érige comme un raccourci mental et un détour de la critique interdite et une liberté limitée, absente ou étouffée. Elle est même devenue un paravent pour celer toutes les difficultés, dont souffre la société. Ce qui implique, suivant cette logique, que l'analyse de tous les faits est abordée à travers le prisme de cette théorie du complot. Ainsi assiste-t-on à l'appauvrissement de l'analyse voire sa sortie du champ de la logique scientifique, pour des explications métascientifiques.


Ce discours de victimisation est le même tenu par nos dirigeants.


Cette 'oqdat al mouamara' (complexe du complot) est perçu comme révélateur du déficit du sens critique.


En outre, le recours au complot pour comprendre des faits et des événements essentiellement d'ordre politique et géopolitique, est un indice du déficit du rationalisme, de l'esprit critique et de la culture démocratique. Et plusieurs contraintes jouent en faveur de ce déficit et du coup, du recours à l'idée du complot comme un raccourci mental et facile pour comprendre et expliquer l'histoire.


Les facteurs les plus importants de la crise culturelle contemporaine se situe dans la tentative d'identifier les composantes de la culture occidentale mondialisée, avec la peur ou la hantise pour sa culture nationale, son identité culturelle, et sa spécificité nationaliste héritière d'un legs historique important. Ajoutons à cela l'analphabétisme et la primauté de la culture orale et celle du fatalisme, sans oublier le manque de l'esprit critique dans les programmes scolaires (la tendance à réitérer un système éducatif basé sur "apprendre" plutôt que "comprendre"), la propagation de la mentalité du déni, où les erreurs ne sont pas avouées, et le verrouillage du système politique ne permettant aucune participation au pouvoir.


D'autre part, nos politiques ont été dirigées au lendemain de l'indépendance par des élites, isolées de leur peuple et souvent sans légitimité. Ce qui a donné des politiques basées sur l'improvisation sans vision claire, et contradictoires avec les intérêts même du pays. En plus de l'utilisation machiavélique de slogans susceptibles de toucher les masses. Parfois c'est le nationalisme arabe qui est mis de l'avant, tantôt c'est l'appartenance à l'Umma, et parfois c'est l'État national qui prime mettant en évidence les caractéristiques de la contrée et ses différences par rapport à ses voisins les plus proches. Dans cette perspective, et surtout pour cacher les échecs de leurs politiques, l'instrumentalisation de la théorie du complot extérieur permanant, a été le cheval de bataille de notre système politique. Les autorités exploitent machiavéliquement les théories de complot pour leurs propres fins


La rhétorique du complot a été cultivée par la classe dirigeante qui utilise ce genre de discours pour justifier les échecs ainsi que pour barrer la route aux revendications des forces de l'opposition. Le complot est aussi employé contre les opposants. Les discours accusateurs contre les opposants font souvent référence à la trahison et au complot de l'extérieur, et où participeraient activement ces opposants. Les justifications par les accusations et le complot interfèrent avec la personnification du pouvoir et des relations politiques. La rhétorique du complot elle-même devient une tendance à la personnalisation d'ennemis (imaginés), et que l'imaginaire retient comme formant une menace contre "le moi social". On trouve dans cette perspective, toute une terminologie "atteinte à l'identité nationale", "L'occident et le retour des croisades" ... etc. qui permettent de faire une économie d'efforts. La théorie du complot tient à une seule cause, épargnant ainsi à ses tenants, de se livrer aux recherches historiques, psychologiques et sociologiques pour expliquer les événements sociaux. En d'autres mots, le refus de penser le bouleversement, de substituer aux modes de représentation traditionnels de nouveaux codes est le corollaire de la peur de l'historialité. Croire au complot, c'est se mettre en mesure de donner du sens à ce qui en paraît dépourvu, et qui inquiète. Le rejet du principe de la critique et de l'autocritique, ainsi que l'amour excessif au leader, qui ne se trompe pas, font que l'idée du complot soit acceptable dans notre imaginaire, refusant de demander des comptes rendus à un pouvoir devenu une icône. Le Moi ne se trompe pas. Le responsable, c'est l'Autre.


Quand la société souffre, elle éprouve le besoin de trouver quelqu'un à qui elle puisse imputer son mal, sur qui elle puisse se venger de ses déceptions.》

Ciao jédenonce

Sans vouloir t’enfoncer, essayes de résumer et rester sur un seul sujet par message pour pouvoir te suivre et te comprendre !

Mais si j’ai bien compris, tu me dis que je me suis trop rapproché par mes postes, de la tanière du loup qui cache quelque chose qui ne lui appartient surement pas ?! "Serdoukoum fouq sta7na ih, ouserdoukna fouq sta7koum lala" (votre coq sur notre terrasse oui, et notre coq sur votre terrasse non), c’est quoi cette logique ya sa7bi (mon ami)!!!

Sarah_
26/07/2016, 22h44
J'ai visité plusieurs forums, j'anime même un site où l'on traite de sujets divers sans passion ni démagogie, mais ce forum me paraît un tant soit peu coincé. J'ai l'impression, à travers les réponses de certains à mes posts, que l'on veut me faire comprendre "ceci est notre vérité, et on ne veut pas la discuter", ce qui est pour moi contraire au principe du forum. C'est bien d'avoir des idées, mais refuser de les discuter ça devient soupçonneux.


On echange des OPINIONS et rien de plus. Personne ne sait rien de rien. :icon_smile:

Prendre des forums trop a coeur peut rendre malade. Il faut laisser faire. C'est tout. :icon_smile:

ikardi
27/07/2016, 17h04
On echange des OPINIONS et rien de plus. Personne ne sait rien de rien. :icon_smile:

Prendre des forums trop a coeur peut rendre malade. Il faut laisser faire. C'est tout. :icon_smile:
Si j'ai bien compris , l'étrangère est enseignante de Français :icon_rolleyes:

dahmane1
27/07/2016, 18h27
Si j'ai bien compris , l'étrangère est enseignante de Français :icon_rolleyes:

Enseignate de quelle langue française ? médiévale, de la renaissance, contemporaine ou peut être des Cités...toutes différentes les unes des autres :pascompris:

ikardi
27/07/2016, 19h22
Enseignate de quelle langue française ? médiévale, de la renaissance, contemporaine ou peut être des Cités...toutes différentes les unes des autres :pascompris:
Aucune idée , elle va nous dire :nahess:

dahmane1
27/07/2016, 22h30
Aucune idée , elle va nous dire :nahess:

Par la même occasion, j’aime aussi lui demander de m’expliquer pourquoi il n’y a que le verbe « griffer », alors que les humains ont des « ongles » et les animaux des « griffes » Aussi Madame l’enseignante de français, je vous propose moi abderahmane des montagnes de Djurdjura, de penser à enrichir la langue de Molière par le verbe « ongler » dans le sens de « griffer », question de faire la différence entre un humain et un animal.:merci:

ikardi
28/07/2016, 15h21
Par la même occasion, j’aime aussi lui demander de m’expliquer pourquoi il n’y a que le verbe « griffer », alors que les humains ont des « ongles » et les animaux des « griffes » Aussi Madame l’enseignante de français, je vous propose moi abderahmane des montagnes de Djurdjura, de penser à enrichir la langue de Molière par le verbe « ongler » dans le sens de « griffer », question de faire la différence entre un humain et un animal.:merci:
Elle répondra pas je la connais إنهاء غريبة ههههه:rofl:

Colmene
30/07/2016, 01h08
Bonjour, bah c'est un monnaie courant de nos jours! il, faut s'y faire je crois

Sarah_
31/07/2016, 16h23
Dahmane= Enseignate de quelle langue française ? médiévale, de la renaissance, contemporaine ou peut être des Cités...toutes différentes les unes des autres :pascompris:


Salam/lSalut,

Tu parles de qui? Je suis abassourdie/choquee de ces attaques/sarcasmes de mauvais gout. Et c'est moi qui ne comprends plus rien a ce qui se passe ici et je ne sais plus a quel jeu vous jouez toi et l'autre. Si on ne participe pas souvent on nous taxe d'etrangere c'est ca??? Je vois que la majorite on tres peu de messages dans leurs comptes. Ils sont alors tous et toutes etrangers/res sur ce forum?? C'est de la descrimination.

Donnez la chance a ce forum de grandir!

Sarah_
31/07/2016, 16h36
Jedenonce dommage que tu sois parti/partie. :icon_smile:

ikardi
31/07/2016, 18h36
Jedenonce dommage que tu sois parti/partie. :icon_smile:
salut Rana , Nada:eusa_boohoo:

dahmane1
31/07/2016, 19h17
Salam/lSalut,

Tu parles de qui? Je suis abassourdie/choquee de ces attaques/sarcasmes de mauvais gout. Et c'est moi qui ne comprends plus rien a ce qui se passe ici et je ne sais plus a quel jeu vous jouez toi et l'autre. Si on ne participe pas souvent on nous taxe d'etrangere c'est ca??? Je vois que la majorite on tres peu de messages dans leurs comptes. Ils sont alors tous et toutes etrangers/res sur ce forum?? C'est de la descrimination.

Donnez la chance a ce forum de grandir!

wallah j’avais cru qu’ikardi parlait de jédenonce. Mais en quoi mon message constitue une attaque !!! j'ai seulement précisé que le français que nous parlions est différent de ceux que j'ai cités.

Alors comme çà tu es prof de français ?

Une bouteille de l'huile d'olive de mon olivier, pour m'excuser :good: apparemment ma solitude dans FAM commence à me jouer des tours lol

https://encrypted-tbn2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQdWrsd4zxgyTZhdMAMuwZ7B3cOonJ-JxGiAOa7C-wlcamHej-gpA

ikardi
31/07/2016, 22h30
wallah j’avais cru qu’ikardi parlait de jédenonce. Mais en quoi mon message constitue une attaque !!! j'ai seulement précisé que le français que nous parlions est différent de ceux que j'ai cités.

Alors comme çà tu es prof de français ?

Une bouteille de l'huile d'olive de mon olivier, pour m'excuser :good: apparemment ma solitude dans FAM commence à me jouer des tours lol

https://encrypted-tbn2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQdWrsd4zxgyTZhdMAMuwZ7B3cOonJ-JxGiAOa7C-wlcamHej-gpA

Mais bien évidemment je parlais de jedennonce , et je crois qu'elle savait qu'on parlait de jedenonnce:nonono: