PDA

Voir la version complète : Algérie : Nos villes sont hideuses



Toufik
21/08/2008, 21h26
Nos villes sont hideuses



Les ruelles ont remplacé les boulevards. Le carrelage supplante le pavé. La bordure du trottoir n'est plus en pierre taillée.

L'agencement des rues ne répond plus aux besoins de beauté et d'esthétique urbaine. Nos villes sont-elles cependant si hideuses ? Faites le tour.

La libération du foncier vers les années quatre-vingt se targuait d'être une panacée devant l'inertie qui greffait la marche du développement. L'on ne savait pas à cette époque, ce qu'allait advenir les immenses espaces dégagés dans un cadre appelé les réserves foncières. Prises sur les terres arables, ces étendues formeraient l'assiette de base à de futures agglomérations, qui, en fin de compte, ne ressemblent ni à des villes, ni à des villages. Un conglomérat d'habitations individuelles. Les mairies faisaient alors des tirages au sort pour l'octroi de lots de terrain. Il suffisait d'une demande griffonnée à la hâte, d'un certificat dit négatif, et le lot est en poche. Qu'il soit marginal ou dans une poche vide.

Commençait alors une guerre terrible en termes d'approvisionnement en matériaux de construction. Les cartes de client sont apparues comme une voie exclusive d'accès à cette denrée rare. Le marché noir allait prendre une ampleur jamais contenue et qui se perpétue autant que se perpétue à ce jour la recherche d'un lot à construire. L'Etat vendait le fil d'attache, la gaine et le grain de riz. Il le faisait par l'intermédiaire de sociétés érigées, pour réguler la forte demande. L'intercession, le favoritisme et la corruption grégaire et primitive auprès de ces organismes battaient son plein. Les appellations SNMC, EDIMCO, SNS étaient sur toutes les lèvres. Ces sigles semblaient offrir le paradis terrestre. Il était plus facile en ce temps d'obtenir un visa, qui d'ailleurs n'existait pas, que de pouvoir voir l'un des dirigeants de ces entreprises. Leur rapprochement ou leur amitié constituait la cible privilégiée de la convoitise de tous ceux qui allaient devenir un jour, de gros potentiels propriétaires foncièrement urbains.

La gestion du foncier n'arrivait pas à suivre le rythme de la régulation du marché. Le fait d'avoir beaucoup de terrains face à l'insuffisance des produits de construction avait vicieusement créé un déséquilibre inouï. Le lot est là, alors que le produit est ailleurs ou n'existe pas.

En ce jour, c'est le contraire qui se constate. Beaucoup de matériaux, pas de terrains. Malgré cette « faoudha foncière » et à la faveur injustement de celle-ci, la norme la plus élémentaire en instruments d'urbanisme n'était que pur formalisme. L'on faisait signer son plan par la simple apposition d'un cachet, on lui adjoignait un devis estimatif et quantitatif, l'on obtenait son permis de construire, l'on établissait ses cartes de client et c'est tout.

Ni les délais de réalisation, ni le plan d'occupation au sol, ni les dégagements ou les traitements de façades ne furent objet à un respect rigoureux ou approximatif encore moins à un contrôle pour forcer légalement ce respect. Cette façon de gérer à la va-vite garde encore des séquelles indélébiles. Un décor brut de briques, de dalles et de parpaings. Des constructions jamais faites, inachevées ou entamées témoignent toujours de cette ruée vers l'auto-construction incontrôlée, libre et sauvage. Sans le savoir l'on a pu quand même faire naître des monstruosités. A l'exception de quelques grands centres urbains, toutes les cités ne reflètent que des modèles déplorables. Une forte densité, un sentiment impersonnel, un cadre inhospitalier tels sont les principaux traits qui semblent les caractériser. Une non gestion y est vite installée.

En plus de cet aspect maussade de l'individuel, l'autre mode de construction en collectif est venu ternir davantage l'image que l'on devait voir en réalité surgir des maquettes exposées et des plans étalés à chaque visite ministérielle ou lors d'inauguration et d'inspection de chantiers.

Ces centaines de bâtiments, ces milliers de logements, n'arrivent à faire que le bonheur de leurs initiateurs d'entre walis et promoteurs. Ils n'y habiteront certainement pas. Ces lots d'appartements formalisés sous divers intitulés du logement rural, social, évolutif, participatif, promotionnel ou combiné l'un à l'autre ne sont que des unités statistiques pour atteindre un objectif numérique. Dépourvus dans leur majorité du souci qualitatif, ils n'offrent pas, peut-être devant la pression accentuée de la demande, une sensation agréable à la vue dehors ou à la vie dedans.

L'exception étant toujours de règle, l'on apprend néanmoins qu'à Sétif, Bedoui Noureddine détenteur des droits d'auteurs du LSP aurait exigé que toutes les marches et contre-marches des escaliers collectifs soient en marbre dur et pur. Certes, c'est un bond que l'on dit qualitatif, mais qui reste en deçà des exigences que recommande la vision légitime d'une meilleure vie collective. Un élan soutenu dans l'organisation de la vie sociale.

Mais à vrai dire, qui peut être derrière tout ce marasme de mal-vie intra-muros ? L'auto-constructeur, le gouverneur ou le concepteur ? L'ensemble, diront les uns. Le dernier plus que les autres diront les autres.

Finalement, l'on s'aperçoit que gérer une ville demeure plus laborieux que de diriger un peuple. La ville est une idée. Le peuple, un ensemble de besoins. Le satisfaire resterait une question de bons de commande tout simplement. Alors qu'avoir une idée, la bonne, la plus utile, la nécessaire et la moins encombrante ce n'est pas un petit jeu. Dessiner la ville dans son ensemble naturel n'est de surcroît un simple coup de crayon et un va-et-vient rapide d'une gomme.

Toute l'atrocité actuelle de nos villes, bourgs et bourgades a, à l'origine, une idée datant dès l'ouverture des transactions foncières. Avec cette affluence vers les lots de terrain qui continue d'ailleurs, les lots marginaux, les quatre façades, les pourvoyeurs du foncier, les dessinateurs et les créateurs de concepts ne pensaient pas arriver un jour, à reproduire des étrangetés inhabitables, ingérables et irrespirables. La densité fait que les r plus x font étouffer le passant et le résident. Les ruelles ont remplacé les boulevards qui devaient assurer une bonne harmonie architecturale ainsi qu'une fluidité circulatoire.

Dans ces béton-villes, la vie n'est perçue qu'au crépuscule. Cités-dortoirs ou villes sans âme. Là, dans ces lotissements, dans ces ZHUN, dans ces coopératives immobilières la vie prend un autre sens. Venir dormir et s'en aller. La vie est ailleurs. Dans la place d'antan. Dans le centre-ville. Il n'y a plus de différence entre une ville, un village et une campagne. Tout se confond. La ville étend sa citadinité jusqu'à mettre en construction autour de son noyau central des habitations ressemblant plus à des villages qu'à des périphéries. Le village quant à lui, dans son élan expansionniste arrive à défier, sans l'atteindre, la norme citadine qui fait d'une ville une ville. Et là, toutes les nuances sémantiques sont d'actualité : les rutadins, les rurbains et les citaruraux.

Des maisons gigantesques différemment construites, distinctement décorées sont là comme preuves de l'ingéniosité des concepteurs de normes d'habitation et de règles de proximité. Autrement dit, chaque maison prise à part peut arborer une certaine recherche dans l'embellissement ou l'ornement. Les loggias, les balcons, les voûtes et les toitures forment un joli tout pour exprimer une touche architecturale particulière. Mais, une fois posée l'une à l'autre, l'ensemble n'arrive pas à dégager un beau quartier. Les rues sont étroites quand l'espace d'en bas n'est pas complètement garagé.

Avec des rideaux à lames de fer, du barreaudage et de la hauteur inutile, tout devient vilain et repoussant. Que dire alors de ces couleurs inappropriées ou peintures rabâchées ?

De ces jardins de proximité clos et clôturés ? De ces espaces dits verts que seule la terre végétale semble en tenir lieu d'hypothèse verdoyable ? De ces regards et caniveaux qui sont là où l'eau pluviale ne se rassemble jamais ?

De ces poteaux électriques qui n'illuminent personne ? De ces innombrables locaux fermés et qui truffent horriblement les deux bords de la chaussée ?

Il se passe donc, quelque chose dans la tête de ceux qui assurent la gouvernance et la survie de nos villes et cités. Du moins, ceux qui sont en charge de les penser, les créer. Mais où sont donc passées ces places et fontaines publiques d'antan ? Seraient-elles remplacées par des toilettes publiques ? Des arrêts spontanés de bus ? Ou des étals de toute-vente ? Pourquoi l'agencement des rues ne répond plus aux besoins de beauté et d'esthétique urbain ?

En somme, il apparaît que le progrès urbain peut être le produit d'une fantaisie. Le type d'hébergement ou le mode de vie urbaine, outre qu'il tend à combler un besoin vital et naturel, semble s'astreindre à des options personnelles. La ville est ainsi le résultat de tant d'efforts éparpillés et distanciés par le temps. J'ai cru lire quelque part, que la ville « est un ensemble d'abris habités et de structures qui assument les trois fonctions suivantes : travail, repos et loisir, dans les lieux qui leur ont été impartis, reliés par des réseaux de communication variés, en surface, dans les airs ou en sous-sols ». L'on voit donc que la ville a une fonction et vise un but. « Réussir la vie de ceux qui à la fois la servent sans être asservis par elle et se servent d'elle sans l'asservir ». Telle devait être la philosophie présidant à la pensée, la création, la gestion et la réhabilitation des ensembles urbains, afin que nos villes ne soient plus hideuses.

par El Yazid Dib - Quotidien Oran

AL-OUALI
22/08/2008, 02h21
Nos villes sont hideuses!Les hommes avec leurs barbes et kamis ne le sont pas?Les femmes,filles et fillettes clochardisées avec ces tenues orientales ne le sont pas?:minilogo_algeria:Ce n'est plus une crise d'identité.Nous assistons a sa perte violente.Tu as reussi bouhef!L'Algerie joyeuse est triste!!!:minilogo_algeria:

fazz99
04/09/2008, 01h56
bonsoir !..nous sommes tous résponsables de l'état ou se trouvent nos villes !!pourtant ce n'est vraiment pas compliqué d'avoir un environnement sain et agréable !! ..il faut bien le dire les algériens sont des gens [B]sales[/ B] et qui manquent térriblement de civisme !!! ..à commencer par la simple ménagère qui expose son linge n'importe comment dans les balcons des immeubles sans se soucier de l'impacte sur l'image et le cadre de la ville !!..les constructions qui n'obéissent à aucune norme et à aucune loi!!..sans oublier cracher et jeter des ordures !!!...très peu d'éspaces verts !! ..les gens qui sortent en pantoufles ou en tenue inappropriée à l'image de la ville ...etc ..etc :mad:

Elisa
12/09/2008, 10h26
ah oui les poubelles il va falloir faire quelque chose car là ! Des microbes se trinballent partout, des gens ont des intoxications inexpliquées, moi je les explique ! A force d'ordures partout, ça s'envole dans l'air et dans les nappes phréatiques logique !

minoucha
12/09/2008, 10h56
Les centres villes ca va chouiya mais à l'extérieur ya des banlieues qui s'appellent "cité des 1000 logements", qui sont d'un gout architectural douteux.:moutdahk: Et les lotissements de villas adoptent le style maison cubique, je pense que si on faisait des maisons lego ce serait plus joli, et ils exploitent le moindre centimètre de terrain hna machi ta3 djnaynes:up: la faute aux services d'urbanisme ils contrôlent rien. Pour la propreté c'est de notre faute, il faut dire qu'on est sales, za3ma fi dzayer daroulhoum des jours de ramassage des poubelles pour qu'ils encombrent pas les trottoirs d'immondices, oualou tout le monde jette n'importe quel jour. Mais à part çà nos villes sont belles:D

minaini
12/09/2008, 17h18
pour les ordure hachakoum nous les citoyens les seul coupable..les poubelle.les service de netoyage y'en a ...mais la civilsation fi rissan el 3bad makach ...nchoufou l nass tzarwatt des sachets de poubelle man 5eme etage cha tgoul w cha tkhali ..ne parlons pas de nous plage ou de nous jardin meme ya 3ibad alleh fi les monument historique ...grave de chez grave:icon_twisted:

Elisa
12/09/2008, 18h26
c'est grave et pas hygiènique du tout, les algériens vont s'empoisonner eux memes, il y a des épidémie qui refont surface à certains endroits !

Nadaa
12/09/2008, 19h41
BBA est une ville propre :pancartedz:

*Kenza*
16/09/2008, 17h23
"Hideuse" est un bien grand mot quand même :icon_eek:

Mal entretenues en effet, il y a un gros progrès à faire à ce niveau là mais nos villes algeriennes sont bien loin d'être hideuses :hum:

SamDZ
16/09/2008, 20h00
il dit quoi le gros texte ? :S_Je_sors:

Desperado
16/09/2008, 20h17
il dit quoi le gros texte ? :S_Je_sors:

Depuis le temps...!!! T'as pas développé une méthode de lecture sélective... Aya active-toi, et arrête de demander de l'aide :fouet:

SamDZ
16/09/2008, 20h29
Si seulement je trouve un remède :pleure:

Desperado
16/09/2008, 20h38
Tu peux pas imprimer au boulot ? :hum:

SamDZ
17/09/2008, 04h15
et après ça reste des lignes à lire :euukoi!:

ahmeddamien
11/05/2011, 17h49
Nos villes sont hideuses



Les ruelles ont remplacé les boulevards. Le carrelage supplante le pavé. La bordure du trottoir n'est plus en pierre taillée.

L'agencement des rues ne répond plus aux besoins de beauté et d'esthétique urbaine. Nos villes sont-elles cependant si hideuses ? Faites le tour.

La libération du foncier vers les années quatre-vingt se targuait d'être une panacée devant l'inertie qui greffait la marche du développement. L'on ne savait pas à cette époque, ce qu'allait advenir les immenses espaces dégagés dans un cadre appelé les réserves foncières. Prises sur les terres arables, ces étendues formeraient l'assiette de base à de futures agglomérations, qui, en fin de compte, ne ressemblent ni à des villes, ni à des villages. Un conglomérat d'habitations individuelles. Les mairies faisaient alors des tirages au sort pour l'octroi de lots de terrain. Il suffisait d'une demande griffonnée à la hâte, d'un certificat dit négatif, et le lot est en poche. Qu'il soit marginal ou dans une poche vide.

Commençait alors une guerre terrible en termes d'approvisionnement en matériaux de construction. Les cartes de client sont apparues comme une voie exclusive d'accès à cette denrée rare. Le marché noir allait prendre une ampleur jamais contenue et qui se perpétue autant que se perpétue à ce jour la recherche d'un lot à construire. L'Etat vendait le fil d'attache, la gaine et le grain de riz. Il le faisait par l'intermédiaire de sociétés érigées, pour réguler la forte demande. L'intercession, le favoritisme et la corruption grégaire et primitive auprès de ces organismes battaient son plein. Les appellations SNMC, EDIMCO, SNS étaient sur toutes les lèvres. Ces sigles semblaient offrir le paradis terrestre. Il était plus facile en ce temps d'obtenir un visa, qui d'ailleurs n'existait pas, que de pouvoir voir l'un des dirigeants de ces entreprises. Leur rapprochement ou leur amitié constituait la cible privilégiée de la convoitise de tous ceux qui allaient devenir un jour, de gros potentiels propriétaires foncièrement urbains.

La gestion du foncier n'arrivait pas à suivre le rythme de la régulation du marché. Le fait d'avoir beaucoup de terrains face à l'insuffisance des produits de construction avait vicieusement créé un déséquilibre inouï. Le lot est là, alors que le produit est ailleurs ou n'existe pas.

En ce jour, c'est le contraire qui se constate. Beaucoup de matériaux, pas de terrains. Malgré cette « faoudha foncière » et à la faveur injustement de celle-ci, la norme la plus élémentaire en instruments d'urbanisme n'était que pur formalisme. L'on faisait signer son plan par la simple apposition d'un cachet, on lui adjoignait un devis estimatif et quantitatif, l'on obtenait son permis de construire, l'on établissait ses cartes de client et c'est tout.

Ni les délais de réalisation, ni le plan d'occupation au sol, ni les dégagements ou les traitements de façades ne furent objet à un respect rigoureux ou approximatif encore moins à un contrôle pour forcer légalement ce respect. Cette façon de gérer à la va-vite garde encore des séquelles indélébiles. Un décor brut de briques, de dalles et de parpaings. Des constructions jamais faites, inachevées ou entamées témoignent toujours de cette ruée vers l'auto-construction incontrôlée, libre et sauvage. Sans le savoir l'on a pu quand même faire naître des monstruosités. A l'exception de quelques grands centres urbains, toutes les cités ne reflètent que des modèles déplorables. Une forte densité, un sentiment impersonnel, un cadre inhospitalier tels sont les principaux traits qui semblent les caractériser. Une non gestion y est vite installée.

En plus de cet aspect maussade de l'individuel, l'autre mode de construction en collectif est venu ternir davantage l'image que l'on devait voir en réalité surgir des maquettes exposées et des plans étalés à chaque visite ministérielle ou lors d'inauguration et d'inspection de chantiers.

Ces centaines de bâtiments, ces milliers de logements, n'arrivent à faire que le bonheur de leurs initiateurs d'entre walis et promoteurs. Ils n'y habiteront certainement pas. Ces lots d'appartements formalisés sous divers intitulés du logement rural, social, évolutif, participatif, promotionnel ou combiné l'un à l'autre ne sont que des unités statistiques pour atteindre un objectif numérique. Dépourvus dans leur majorité du souci qualitatif, ils n'offrent pas, peut-être devant la pression accentuée de la demande, une sensation agréable à la vue dehors ou à la vie dedans.

L'exception étant toujours de règle, l'on apprend néanmoins qu'à Sétif, Bedoui Noureddine détenteur des droits d'auteurs du LSP aurait exigé que toutes les marches et contre-marches des escaliers collectifs soient en marbre dur et pur. Certes, c'est un bond que l'on dit qualitatif, mais qui reste en deçà des exigences que recommande la vision légitime d'une meilleure vie collective. Un élan soutenu dans l'organisation de la vie sociale.

Mais à vrai dire, qui peut être derrière tout ce marasme de mal-vie intra-muros ? L'auto-constructeur, le gouverneur ou le concepteur ? L'ensemble, diront les uns. Le dernier plus que les autres diront les autres.

Finalement, l'on s'aperçoit que gérer une ville demeure plus laborieux que de diriger un peuple. La ville est une idée. Le peuple, un ensemble de besoins. Le satisfaire resterait une question de bons de commande tout simplement. Alors qu'avoir une idée, la bonne, la plus utile, la nécessaire et la moins encombrante ce n'est pas un petit jeu. Dessiner la ville dans son ensemble naturel n'est de surcroît un simple coup de crayon et un va-et-vient rapide d'une gomme.

Toute l'atrocité actuelle de nos villes, bourgs et bourgades a, à l'origine, une idée datant dès l'ouverture des transactions foncières. Avec cette affluence vers les lots de terrain qui continue d'ailleurs, les lots marginaux, les quatre façades, les pourvoyeurs du foncier, les dessinateurs et les créateurs de concepts ne pensaient pas arriver un jour, à reproduire des étrangetés inhabitables, ingérables et irrespirables. La densité fait que les r plus x font étouffer le passant et le résident. Les ruelles ont remplacé les boulevards qui devaient assurer une bonne harmonie architecturale ainsi qu'une fluidité circulatoire.

Dans ces béton-villes, la vie n'est perçue qu'au crépuscule. Cités-dortoirs ou villes sans âme. Là, dans ces lotissements, dans ces ZHUN, dans ces coopératives immobilières la vie prend un autre sens. Venir dormir et s'en aller. La vie est ailleurs. Dans la place d'antan. Dans le centre-ville. Il n'y a plus de différence entre une ville, un village et une campagne. Tout se confond. La ville étend sa citadinité jusqu'à mettre en construction autour de son noyau central des habitations ressemblant plus à des villages qu'à des périphéries. Le village quant à lui, dans son élan expansionniste arrive à défier, sans l'atteindre, la norme citadine qui fait d'une ville une ville. Et là, toutes les nuances sémantiques sont d'actualité : les rutadins, les rurbains et les citaruraux.

Des maisons gigantesques différemment construites, distinctement décorées sont là comme preuves de l'ingéniosité des concepteurs de normes d'habitation et de règles de proximité. Autrement dit, chaque maison prise à part peut arborer une certaine recherche dans l'embellissement ou l'ornement. Les loggias, les balcons, les voûtes et les toitures forment un joli tout pour exprimer une touche architecturale particulière. Mais, une fois posée l'une à l'autre, l'ensemble n'arrive pas à dégager un beau quartier. Les rues sont étroites quand l'espace d'en bas n'est pas complètement garagé.

Avec des rideaux à lames de fer, du barreaudage et de la hauteur inutile, tout devient vilain et repoussant. Que dire alors de ces couleurs inappropriées ou peintures rabâchées ?

De ces jardins de proximité clos et clôturés ? De ces espaces dits verts que seule la terre végétale semble en tenir lieu d'hypothèse verdoyable ? De ces regards et caniveaux qui sont là où l'eau pluviale ne se rassemble jamais ?

De ces poteaux électriques qui n'illuminent personne ? De ces innombrables locaux fermés et qui truffent horriblement les deux bords de la chaussée ?

Il se passe donc, quelque chose dans la tête de ceux qui assurent la gouvernance et la survie de nos villes et cités. Du moins, ceux qui sont en charge de les penser, les créer. Mais où sont donc passées ces places et fontaines publiques d'antan ? Seraient-elles remplacées par des toilettes publiques ? Des arrêts spontanés de bus ? Ou des étals de toute-vente ? Pourquoi l'agencement des rues ne répond plus aux besoins de beauté et d'esthétique urbain ?

En somme, il apparaît que le progrès urbain peut être le produit d'une fantaisie. Le type d'hébergement ou le mode de vie urbaine, outre qu'il tend à combler un besoin vital et naturel, semble s'astreindre à des options personnelles. La ville est ainsi le résultat de tant d'efforts éparpillés et distanciés par le temps. J'ai cru lire quelque part, que la ville « est un ensemble d'abris habités et de structures qui assument les trois fonctions suivantes : travail, repos et loisir, dans les lieux qui leur ont été impartis, reliés par des réseaux de communication variés, en surface, dans les airs ou en sous-sols ». L'on voit donc que la ville a une fonction et vise un but. « Réussir la vie de ceux qui à la fois la servent sans être asservis par elle et se servent d'elle sans l'asservir ». Telle devait être la philosophie présidant à la pensée, la création, la gestion et la réhabilitation des ensembles urbains, afin que nos villes ne soient plus hideuses.

par El Yazid Dib - Quotidien Oran

sujet interessant
toujours d actualite
merci toufik

j ai ete attriste de voir des bijoux
par exemple beni saf tres belle ville sur plusieurs niveaux
le malheur ...les ordures partout que les gens d en haut balancent en ba
merci newton

djazaire62
11/05/2011, 19h46
quand les enfants sont mal éduqué c'est la faute au parents point barre .
l'Algérie a suivie une politique de tout laisser aller baser sur du néon , ont a aucune vision architecturale tout le monde construit comme il veux . je vous jure que survoler Alger d'en haut vous avez l'impression que c'est une ville qui viens de subir un tsunami. tout est sale et mal ordonner . ont vois des battisses qui coutes des milliards de dinars et le propriétaire n'est même pas foutue de passer une coup de peinture a la façade de sa propre maison . je prend juste exemple de la petite ville d'où je viens, ont avait une place au centre ville avec une très belle fontaine d'eau ( la fontaine raser ). une belle salle de cinéma avec une architecture occidental ( transformer en décharge par le maire ou en stock pelles poubelles et toute la ferrailles), une super beau jardin au milieu un bassin aquatique très agréable pour se reposer et se rafraichir en période de chaleur ( transformer en rien il cumule les poubelles du voisinage + les pipi kaka des clochards + les briques casser et les troncs d'arbres dans le bassin devenue sec ) sachant que dans ce jardin existe des arbres a 200 et 300 ans d'age. comment ne pas avoir honte d'être algérien , ou sont nos théâtres nos salle de cinéma ou sont nos architectes . pour quoi ont recule a tel point que ont ne peut plus monter dans le train de l'évolution positive.

la terre
13/05/2011, 12h03
salam alaykoum.
j'ai vraiment envie de dire que chacun a mit un tout petit peu et petit peu plus petit peu ça donne des montagnes d'ordures alors mes chers amis dés aujourd'hui mettez tout ce que vous avez a jetter dans une poche et vous viderai dans une vrai poubelle.
il faut que vous commencez vite car c'est "la peste" qui va revenir en Algerie.
des chercheurs dans l'agriculture à Mosta doivent trouver et VITE une solution à de graves problèmes de contamination des cultures par des RATS.
les medecins ont deja tiré la sonnette d'alarme,le peuple ni le gouvernement n'ont bougé le petit doigt.

autre chose:
j'ai franchement plus envie de lire certains posts ,un nationalisme extreme,toujours tournés vers le passé ......et l'AVENIR ??????
à chaque visite au Bled,on me bassine avec LES MEMES CHOSES :nous avons fait ceci,cela,nous sommes les meilleurs,les plus forts et devant leurs portes c'est une poubelle qui fume!!!!! ILS SONT FIERS .ILS VONT PAS SE RABAISSER POUR RAMASSER DES POUBELLES !!!!ILS SONT TOUS DES CADRES !!!
des cadres oui mais des cadres sales car la poubelle c'est la leur !
je suis maintenant certaine que je fais plus qu'eux pour cette partie de terre où j'ai mes racines.
cette terre où je vais pour me ressoucer mais je ne tomberai jamais dans ce patriotisme aveugle.
le patriotisme c'est l'amour des siens,le nationalisme c'est la haine des autres.

je suis désolée de m'exprimer aujourdh'hui ainsi,mon bonheur etait d'échanger avec mes compatriotes.
actuellement la travail de la terre est trés prenant et j'ai peu de temps a consacrer au "net" alors j'arrete là.
j'ai était ravie de discuter avec vous tous .
bon vent et bon forum

ahmeddamien
13/05/2011, 12h33
je suis d accord avec toi

j avais ecrit une grande lettre
mais finalement
peu d interet A DIALOGUER SI ON SAIT QU IL N Y A PAS RESULTAT POSSIBLE
pas moyen que les gens changent
la haine............................................. ..........
ca me fatigue le coeur ...desole



ALLAH KARIM

au_gré_du_vent
13/05/2011, 17h04
mais pourquoi parlez vous de haine dans ce post???

J'ai surement raté qlq détail!

Pour revenir au sujet, il est vrai que ces derneires années c'est le laisser aller complet coté esthetique et propreté. Ce n'était pas le cas il y a qlq temps. Je me demande pourquoi.

L'état et le peuple y sont pour qlque chose surement, et si chacun de nous se mettait à "prêcher" sans baisser les bras, peut-être que les choses changeront elles.

bel1000
13/05/2011, 18h04
il est dit dans une chanson de meskoud '' zahf rifi djab ghachi''

alors n'attendez rien de bon quand un maire issu d'un petit village debarque à Alger ( valable aussi au wali) et se retrouve à la tete d'une commune.
tout cette ''hideuserie" est la résultante d'une politique ou plutot d'une absence de politique.
au debut je reprochais à meskoud les paroles '' zahf rifi djab ghachi'' mais à bien y penser il a totalement raison car la nomination d'un wali dans une wilaya autre que celle qui l'a vue naitre peut aussi etre la cause d'un exode rural ( famillia , les copains, les copains des voisins) et au fil des ans on se retrouve avec une ville anarchique car hadou zehafine n'ont ne se soucient guere de la ville mais uniquement de leur village.

je dirai au petit malin a parlé de barbus , de kamis , de femmes voilées que quand on n'accepte pas la difference et que l'on fasse pas la difference entre l'architecture d'une ville et ses habitants on se tait car en arabie saoudite les hommes sont barbus et en kamis et les femmes voilées pourtant la ville est propre donc rak hors sujet.
la principale cause est l'absence de politique et l'absence de civisme tout simplement ( faut pas chercher midi à 14h)

au_gré_du_vent
13/05/2011, 18h16
'' zahf rifi djab ghachi''

ça ne serait pas une sorte de xénophobie?

miange-midemon
13/05/2011, 18h17
salam alaykoum.
j'ai vraiment envie de dire que chacun a mit un tout petit peu et petit peu plus petit peu ça donne des montagnes d'ordures alors mes chers amis dés aujourd'hui mettez tout ce que vous avez a jetter dans une poche et vous viderai dans une vrai poubelle.
il faut que vous commencez vite car c'est "la peste" qui va revenir en Algerie.
des chercheurs dans l'agriculture à Mosta doivent trouver et VITE une solution à de graves problèmes de contamination des cultures par des RATS.
les medecins ont deja tiré la sonnette d'alarme,le peuple ni le gouvernement n'ont bougé le petit doigt.

autre chose:
j'ai franchement plus envie de lire certains posts ,un nationalisme extreme,toujours tournés vers le passé ......et l'AVENIR ??????
à chaque visite au Bled,on me bassine avec LES MEMES CHOSES :nous avons fait ceci,cela,nous sommes les meilleurs,les plus forts et devant leurs portes c'est une poubelle qui fume!!!!! ILS SONT FIERS .ILS VONT PAS SE RABAISSER POUR RAMASSER DES POUBELLES !!!!ILS SONT TOUS DES CADRES !!!
des cadres oui mais des cadres sales car la poubelle c'est la leur !
je suis maintenant certaine que je fais plus qu'eux pour cette partie de terre où j'ai mes racines.
cette terre où je vais pour me ressoucer mais je ne tomberai jamais dans ce patriotisme aveugle.
le patriotisme c'est l'amour des siens,le nationalisme c'est la haine des autres.

je suis désolée de m'exprimer aujourdh'hui ainsi,mon bonheur etait d'échanger avec mes compatriotes.
actuellement la travail de la terre est trés prenant et j'ai peu de temps a consacrer au "net" alors j'arrete là.
j'ai était ravie de discuter avec vous tous .
bon vent et bon forum
complétement d'accord avec toi la terre, nous devons commencer deja par balayer devant nos portes avant!


il est dit dans une chanson de meskoud '' zahf rifi djab ghachi''

alors n'attendez rien de bon quand un maire issu d'un petit village debarque à Alger ( valable aussi au wali) et se retrouve à la tete d'une commune.
tout cette ''hideuserie" est la résultante d'une politique ou plutot d'une absence de politique.
au debut je reprochais à meskoud les paroles '' zahf rifi djab ghachi'' mais à bien y penser il a totalement raison car la nomination d'un wali dans une wilaya autre que celle qui l'a vue naitre peut aussi etre la cause d'un exode rural ( famillia , les copains, les copains des voisins) et au fil des ans on se retrouve avec une ville anarchique car hadou zehafine n'ont ne se soucient guere de la ville mais uniquement de leur village.

je dirai au petit malin a parlé de barbus , de kamis , de femmes voilées que quand on n'accepte pas la difference et que l'on fasse pas la difference entre l'architecture d'une ville et ses habitants on se tait car en arabie saoudite les hommes sont barbus et en kamis et les femmes voilées pourtant la ville est propre donc rak hors sujet.
la principale cause est l'absence de politique et l'absence de civisme tout simplement ( faut pas chercher midi à 14h)

salam bel1000
moi je dis que le ghachi qui vient du rif n'est pas seul responsable, il y a les citadins aussi, depuis toujours ils ont jeté leurs poubelles dans les rues, et déchiré les sièges des transports en communs, craché partout.....bref la liste est longue donc c'est tous ce peuple qui est concerné, comme tu le dis si bien l'absence de civisme est présent en chaque Algerien hacha ely meyestahalheche

ahmeddamien
13/05/2011, 18h21
mais pourquoi parlez vous de haine dans ce post???

J'ai surement raté qlq détail!

Pour revenir au sujet, il est vrai que ces derneires années c'est le laisser aller complet coté esthetique et propreté. Ce n'était pas le cas il y a qlq temps. Je me demande pourquoi.

L'état et le peuple y sont pour qlque chose surement, et si chacun de nous se mettait à "prêcher" sans baisser les bras, peut-être que les choses changeront elles.

en fait la haine dont elle parle est celle du post harki

bel1000
13/05/2011, 21h07
complétement d'accord avec toi la terre, nous devons commencer deja par balayer devant nos portes avant!



salam bel1000
moi je dis que le ghachi qui vient du rif n'est pas seul responsable, il y a les citadins aussi, depuis toujours ils ont jeté leurs poubelles dans les rues, et déchiré les sièges des transports en communs, craché partout.....bref la liste est longue donc c'est tous ce peuple qui est concerné, comme tu le dis si bien l'absence de civisme est présent en chaque Algerien hacha ely meyestahalheche

pas d'accord avec toi
je ne dis pas que ceux qui sont venus du rif sont responsables mais ceux que leur ami le wali ou maire à deplacer de leur village pour occuper des apparts à Alger et comme ils se sentent importants ( le wali de la famille ) alors plus de civisme et d'ailleurs dans leur village ils n'avaient pas de balcon et pour l'histoire une venue de quelque part de l'interieur prit un studio ( c'etait la cousine de haut responsable) alors quand elle faisait son menage ceux qui passaient dans la rue recevaient des tonnes d'eau savonneuse elle se croyait dans un haouche.
comme nos proverbes se verifient avec le temps ' taacher koum tesbah menhoum' à force les natifs d'Alger sont devenus comme les autres.
il y a des exceptions bien entendu.

bel1000
13/05/2011, 21h13
'' zahf rifi djab ghachi''

ça ne serait pas une sorte de xénophobie?

je ne crois pas car connaissant abdelmadjid meskoud il ne fait que souligner une evidence.
pendant que j'y pense c'etait une politique d'une part pour museler les gens ( une cité neuve à tizi des gens de tebessa trop long à expliquer certains connaissent ) et d'autres part l'absence de politique fit que l'interieur fut lésé alors les gens vinrent dans les grandes villes ( d'ailleurs dans certains films algeriens on y fait des allusions).

relax
18/05/2011, 20h23
je viens de passer deux semaines a ALGER avec mes deux gosses ,et chaque fois cest pire ,sorry je suis natif d´ALGER mais cette ville est devenue une vraie KHORDA ,alors s´il ya qlq qui veux etre nostalgique et admirer les anciennes photos d´EL DJAZAYER ,alors il faut me contacter par mp ,pour ne pas faire de la pub pour un autre site.