PDA

Voir la version complète : Développement de la culture du cerisier à Souk-Ahras (Algérie)



dahmane1
06/04/2017, 16h31
L’Ecole d’agronomie andalouse à laquelle appartient Ibn al-Awwam compte des auteurs variés, plus ou moins anonymes, qui ont rédigé en langue arabe des traités de botanique et d’agronomie et des calendriers agricoles. Parmi les plus éminents agronomes utilisés par al-Awwam, certains sont de Séville, de Tolède, de Grenade et de Cordoue.
Ibn Hadjjâdj-al Ichbili de Séville, de la fin du XIe et XIIe siècles, est de ces Banû du Yémen. Il semble qu’il ait consacré un livre au seul épinard, considéré comme le roi des légumes.
Ibn Wafid de Tolède est du début du XIe siècle. Il meurt en 1074. Il est plus connu des spécialistes d’histoire des sciences arabes comme médecin et brillant pharmacologue qui cite Dioscoride et Galien. Il est en charge de ces jardins botaniques, demandés par les princes. Il acclimate toutes les espèces de végétaux qui, d’Orient, arrivaient en Occident. Quant à Ibn Bassâl, il est agronome à la cour. Il considère Ibn Wafid comme son maître. Il dut fuir sa ville et se réfugier en 1085 à Séville, devenue entre temps le centre d’expérimentation agronomique. Ibn Bassâl base ses écrits sur sa propre expérience et, à la différence d’Ibn al-Awwam, voyage en Orient jusqu’au Khorassan, à l’est de l’Iran. Il y découvre les mille et une façon de cultiver le lin ou le coton.
Au début du XIIe siècle, à Grenade, al-Tighnari est l’auteur du Livre de la fleur de verger et de l’agrément des esprits. Il est le grand spécialiste de l’acclimatation de plantes exotiques comme le henné, ou le safran destiné à l’exportation.
Abû l-khayr, botaniste accompli de la seconde moitié du XIe et du début de XIIe siècle, est l’auteur d’un Kitâb al-Filâha, dans lequel il indique l’origine géographique des légumes. Surnommé l’arboriculteur, il se spécialise surtout dans les palmiers et les figuiers.



https://www.youtube.com/watch?v=ZjqdiPdFS6A