PDA

Voir la version complète : L’ex P-DG d’Algérie Télécom en prison



kredence
27/01/2009, 03h41
IL EST ACCUSÉ DE PASSATION DE MARCHÉS NON-CONFORMES À LA LOI

L’ex P-DG d’Algérie Télécom en prison

L’affaire, qui en est encore au stade préliminaire, risque fort de donner lieu à des révélations en cascade, sachant que ce secteurcombien stratégique- a souvent été l’objet de rumeurs et de spéculations.

Selon des sources judiciaires généralement bien informées, un grave scandale risque d’éclabousser Algérie Télécom, unique opérateur de téléphonie fixe en Algérie depuis la fermeture de Lacom, dans les tout prochains jours.

L’ex PDG de cette entreprise, Kheireddine Slimane, et son directeur financier ont en effet été placés sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près la Cour d’Alger.

Les mis en cause sont soupçonnés de passations de marchés non-conformes à la réglementation.

Le troisième suspect, propriétaire d’une entreprise privée dénommée SOFAFE, nous expliquent encore nos sources, se trouverait en fuite à l’étranger.

La question se pose de savoir s’il n’y a pas eu de fuites avant le déclenchement de l’enquête et la mise sous mandat de dépôt des suspects pour que le responsable de SOFAFE ait pu quitter le territoire national à temps.

Le scénario qui avait accompagné le scandale de la BCIA, dans lequel des complicités avaient permis au principal suspect de trouver (momentanément) refuge au Maroc, n’est pas non plus écarté.

Toujours est-il que nos sources, qui indiquent que l’affaire n’en est encore qu’à ses débuts, précisent que les enquêteurs n’ont pas encore déterminé le préjudice financier total occasionné à cette entreprise publique.

Celui-ci, se chiffre en tout cas très certainement en milliards. En effet, l’entreprise privée avec laquelle les marchés ont été conclus est spécialisée dans la vente et la pose de câbles.

Ces derniers, comme chacun le sait, coûtent excessivement cher. Les enquêteurs reprochent aux inculpés, outre l’irrégularité des marchés euxmêmes, le fait qu’Algérie Télécom ait conclu un autre contrat d’achat juteux au moment où un premier n’avait même pas été honoré.

Il semble ainsi que les inculpés ne se soient pas contentés de surfacturer les produits acquis comme cela se produit bien souvent dans la passation des marchés publics en Algérie.

Ce grave scandale, qui risque d’entraîner dans son sillage d’autres responsables puisqu’il était impossible au PDG et au directeur financier de cette entreprise d’agir de la sorte sans que personne ne s’en rende compte, repose avec acuité aussi bien la problématique liée aux dépenses des deniers publics que les critères qui président à la désignation des hauts cadres de l’État.

Il en est même un repris de justice notoire qui vient d’être « adoubé », « blanchi » et placé à la tête d’une caisse où l’argent coule véritablement à flot.

De nombreux scandales ont en outre émaillé une autre entreprise qui dans le temps ne faisait qu’un avec Algérie Télécom.

Il s’agit d’Algérie Poste. Après le scandale des sacs bourrés d’argent retrouvés au niveau d’un bureau de poste de Blida qui avait donné suite à la découverte d’un véritable réseau de trafiquants qui se servaient dans les caisses de cette institution, un autre scandale autrement plus « étoffé » a récemment fait tomber une bonne partie du staff dirigeant d’Algérie Poste, en sus des receveurs de certains des plus importants bureaux de poste de la capitale.


Là encore il s’était agi de passations de marchés de manière non-conforme à la réglementation. Le jour où aura lieu le procès lié à cette affaire, il ne fait pas de doute que nous assisterons à des révélations en cascade.

Pour revenir à l’affaire d’Algérie Télécom, nos sources, qui ne peuvent nous en fournir trop de détails, expliquent que « celle-ci n’en est encore qu’à ses premiers balbutiements ».

Ils ajoutent que « le pot aux roses a été découvert incidemment à la suite d’une inspection de routine ».

Cette inspection a quand même pu être « inspirée » par ces lettres anonymes de dénonciations qui arrivent parfois jusqu’aux hauts responsables des Institutions de l’État.

Algérie Télécom, qui a trop changé de responsables en un laps de temps trop court, semble être au centre dde scandales à répétition.

Une chose est sûre cependant dans cette affaire : le bouche-à-oreille semble avoir joué un bien plus grand rôle que le… téléphone.

Wassim Benrabah

http://www.lecourrier-dalgerie.com/papiers/actualite.html#4

SamDZ
27/01/2009, 03h51
Blad el machakel :dieu:

kredence
27/01/2009, 04h29
Comme dans tous les bleds du monde,il faut juste avoir le courage de les affronter,comme le font les peuples du monde.

Toute la planete a des machakels,mais ce qui les differencie,c'est leur capacite a solutionner rapidement ces machakels
---------------------------------------------------------------

Blad el machakel :dieu: