PDA

Voir la version complète : Au royaume des cellulaires



kredence
31/01/2009, 14h34
TOKYO, Japon
Au royaume du téléphone cellulaire, les Japonais peuvent déjà regarder dix chaînes de télévision HD, payer leurs achats instantanément ou gérer leur diète par le biais de leur appareil. L'iPhone? Tellement dépassé...

Les Japonais les appellent keitai, mais les téléphones cellulaires sont si omniprésents dans ce pays qu'on parle à l'occasion de la culture keitai.

Les appareils, réseaux et services cellulaires japonais semblent parfois à des années-lumière de ce qui est offert en Amérique du Nord et même en Europe.

Les kiosques vendant des appareils sont partout, jusque dans des concessionnaires automobiles.

Pas surprenant, dans les circonstances, qu'on compte dans ce pays près de 84 appareils par 100 habitants en moyenne, contre à peine 62 au Canada, selon les plus récentes données de l'Union internationale des télécommunications.

Pas moins de 102 modèles différents ont été lancés en 2008, la plupart exclusifs. C'est sans compter les variantes de couleurs. Un de ces modèles existe en 15 couleurs.

Les yeux rivés à l'écran

L'omniprésence des cellulaires frappe particulièrement dans les transports en commun, où les passagers, tous âges confondus, ont souvent les yeux rivés à leur écran de cellulaire.


«Ils ne parlent pas au cellulaire dans le train, mais ils s'envoient des courriels en tabarouette!», constate Maxime Renaud, un ingénieur en informatique québécois vivant au Japon depuis maintenant trois ans.


Accéder à Internet sur son téléphone cellulaire est une banalité au Japon. Tellement, en fait, que selon le gouvernement japonais, on comptait dès 2005 plus de gens accédant à Internet via leur téléphone cellulaire (69,2 M) que leur ordinateur (66 M).


Courriel

D'après une étude menée en 2007, 75% des Japonais utilisaient leur téléphone portable pour envoyer et recevoir des courriels.

Même le plus simple des appareils japonais donne en effet accès au courriel, une fonction ici réservée, dans la plupart des cas, aux Blackberry et autres téléphones intelligents.

«Tous les sites Internet japonais ont une version conçue spécialement pour les téléphones cellulaires et plusieurs n'ont en fait même pas de version pour les ordinateurs», témoigne Maxime Renaud.

Journal de Montreal