PDA

Voir la version complète : Il sera jugé en juillet en France: Cheb Mami risque 10 ans de prison



kredence
13/03/2009, 18h38
Le tribunal correctionnel de Bobigny (France) examinera le 2 juillet la tentative d'avortement forcé reprochée en 2005 au chanteur Cheb Mami sur son ex-compagne française, a-t-on appris de source judiciaire. Au total, quatre hommes, dont la star du raï en fuite en Algérie et son manageur, seront cités à comparaître devant la 14e chambre correctionnelle.

Cheb Mami (Mohamed Khelifati à l'état civil) "n'a pas encore pris sa décision" de revenir, ou non, en France pour y être jugé, indiquait-on vendredi dans son entourage, "il aimerait avoir la garantie de comparaître libre et qu'il n'ira pas en prison". Le chanteur de 42 ans est renvoyé pour "violences" ayant entraîné une incapacité totale de travail de 30 jours avec trois circonstances aggravantes (réunion, préméditation et faits commis sur personne vulnérable), "complicité d'enlèvement et séquestration", "complicité d'administration de substance nuisible" et "menaces et intimidations pour ne pas porter plainte". Il encourt 10 ans de prison et 150.000 euros d'amende.

Mis en examen en octobre 2006, incarcéré trois mois à la prison de la Santé puis libéré après versement d'une caution de 200.000 euros, le chanteur est depuis mai 2007 sous le coup d'un mandat d'arrêt international et Interpol a demandé en janvier 2008 à l'Algérie de le livrer à la France. Affirmant que l'idée du curetage était une idée de son manageur, il nie avoir été présent dans la villa où la victime, une photographe de presse, avait été droguée et séquestrée et où deux femmes et un homme de main auraient cherché à retirer le fœtus qu'elle portait, sans parvenir à leurs fins.

Rentrée en France, la femme a constaté la viabilité du fœtus et décidé de garder l'enfant, une fille, née en mars 2006. Michel Lévy (Le Corre à l'état-civil), le manageur, est accusé de complicité présumée dans l'enlèvement, les violences et l'administration de substance nuisible. Les deux autres personnes renvoyées devant le tribunal sont un proche de Mami soupçonné d'avoir fait boire le jus drogué à la victime, et l'homme de main qui l'a acheminée à la villa et aidé à la tentative d'avortement

AFP

SIMBEL
13/03/2009, 19h16
Salut ,il attend un geste de boutef pour plaider pour lui a sarko mais voir la maniere que ce presente c'est foutus pour luis car boutef vas etre réelus sans l'aide de personne ,donc pas de gratitude pour notre Mami ;le prince du rai ,plutot le prince des magouilleur un fou qui aime pas ce prince:unknw:

kredence
13/03/2009, 23h25
Il ne s'agit nullement de Sarko ou de Boutef,l'Algerie devrai renegocie et revoir le cas de Cheb Mami.

Le Tribunal francais n'est pas competant en Algerie,les faits reproche a Cheb Mami se sont passe en Algerie,le tribunal competent juridiquement est le tribunal d'Alger.

Que Cheb Mami soit coupable ou innocent n'est pas le probleme,la question est que s'il l'Algerie n'exerce pas sa souverainete juridique sur tout le territoire algerien,alors n'importe quel abruti debarque en Algerie viole les lois algeriennes ,repart a l'etranger depose plainte contre x,et rebelote.

Le cas des francais detenus dans des prisons tchadiennes,l'affaire arche de zoe,je crois.
Sarkozy a bien intervenu pour liberer les francais pourtant reconnus coupables par les tribunaux de Ndjamena.

C'est exactement la meme histoire.

On se rappele quand meme de l'histoire du diplomate algerien un certain Hasseni qui a ete detenu pendant plusieurs mois sans jugement en violation des accords diplomatique entre les 2 pays/

L'Algerie ne devrai jamais livre Cheb Mami aux francais,elle devrai rejuger l'affaire en Algerie et si Mami est reconnu coupable qu'il purge sa peine en Algerie.