PDA

Voir la version complète : Bousculade pour la filialisation d’Air Algérie



kredence
14/04/2009, 17h51
Bousculade pour la filialisation d’Air Algérie

Un Conseil ministériel traitera la question prochainement :

Bousculade pour la filialisation d’Air Algérie

Lufthansa et Iberia aux premières loges. Après Alger/Pékin, la compagnie nationale lancera Alger/New York et éventuellement Alger/ Téhéran. Selon son PDG, Air Algérie se porte bien financièrement

Un Conseil des ministres, consacré exclusivement à la compagnie aérienne nationale Air Algérie, se tiendra incessamment pour examiner le déficit de la compagnie sur le réseau domestique et l’avancement de sa filialisation, a révélé, hier, sur les ondes de la chaîne III, le président-directeur général d’Air Algérie, Abdelwahid Bouabdellah.

S’agissant de la filialisation de trois activités de la compagnie, en l’occurrence le catering, le fret et la maintenance technique, annoncée initialement à compter du 1er janvier 2009, le patron d’Air Algérie a déclaré que le processus sera totalement finalisé dès la fin du 1er semestre 2010.

«La filialisation d’Air Algérie intéresse plusieurs compagnies étrangères. Dans le catering, les gens se bousculent, alors que pour l’activité fret et cargo nous sommes encore à la recherche d’un partenaire stratégique», confie le PDG de la compagnie nationale du transport aérien. Il précisa que des négociations sont en cours avec des grandes compagnies aériennes étrangères, à l’exemple de Lufthansa, Iberia et autres pour la reprise des trois activités proposées à la filialisation.

Pour le fret, il estime que cette activité, longtemps marginalisée, reste un créneau porteur. La compagnie nationale aérienne mise gros pour développer sa filiale Air Algérie fret et cargo. Le capital de chacune de ces trois futures filiales est ouvert. Pour Air Algérie Catering, l’ouverture tourne dans une fourchette allant entre 10 et 30% mais en offrant complètement le management au repreneur.

Le terme de «catering» signifie en anglais une livraison ou un approvisionnement. Son interprétation moderne s’avère beaucoup plus large. Le service catering c’est tout d’abord la fourniture des repas équilibrés et sains à des millions de passagers. L’autre objectif non moins important est le contrôle de qualité réalisé par des spécialistes à toutes les étapes de la production. «La compagnie envisage la filialisation de tous ce qui est service de sol», signale le même responsable.

L’épineux problème de la ponctualité Questionné sur les promotions annoncées récemment au profit des ressortissants algériens résidant à l’étranger, il déclare que ces baisses tournent entre 30 et 50% des prix des billets. «Cette baisse est sélective et concerne trois catégories seulement de nos ressortissants à l’étranger. Il s’agit des familles, des personnes en troisième âge et des faibles revenus», soutient le patron de la compagnie nationale aérienne.

Il a tenu à préciser que cette offre concerne uniquement les ressortissants algériens de France et d’Espagne. A une question sur l’impact de cette baisse des tarifs sur la santé financière déjà fragilisée de la compagnie, Abdelwahid Bouabdellah rétorque «Air Algérie ne souffre pas de difficultés financières.

Nous gardons un équilibre financier». Sur l'épineuse question des prestations de service d'Air Algérie, qui ne sont pas à la hauteur, notamment durant la saison estivale, le patron d’Air Algérie concède l’existence de «carence». Il a, toutefois, promis une amélioration des prestations, en particulier en matière de ponctualités des vols. Interrogé sur l’impact de la récession économique sur Air Algérie, il a souligné que la compagnie demeure épargnée puisqu’elle n’est pas spécialisée dans le transport des touristes, un trafic qui a lourdement souffert des retombées de la récession mondiale.

Revenant sur l’acquisition de onze nouveaux avions, il a estimé que la nouvelle flotte va permettre à Air Algérie de doubler le nombre des passagers à l’horizon 2014. Abordant le désenclavement des zones reculées du pays, il a affirmé que la compagnie a besoin de petit porteur (25 à 30 places) en plus d’un programme d’affrètement.

Sur ce dernier point, il regrette des difficultés pour affréter des avions en raison du contrôle de change décidé par le gouvernement pour mieux lutter contre la fuite des capitaux. «Nous avons demandé des mesures spéciales pour notre compagnie dans le but d’assurer une flexibilité de notre offre sur le réseau domestique», note-t-il.

Concernant le réseau international, après le lancement du vol Alger/Pékin, la compagnie s’apprête à ouvrir une nouvelle ligne entre Alger et New York. «L’accord préalable pour cette nouvelle ligne aérienne a été accordé», signale-t-il. Des négociations sont également en cours pour ouvrir une ligne aérienne avec Téhéran.

Le Financier

Rayan 31
15/04/2009, 12h48
air couscous pense a fair Alger/ Téhéran mais ils pensent pas a un vole nord Allemagne au nord d'algerie par expl ou Bruxelles-Oran pour temp c pas la clientelles qui manque :banned: je c pas pour quoit ce hmar qui derige air couscous est si idio que ca il est surment pas du nord car sur oran il a juste les voles ver la france , tunisie et les ligne interieure :anim_dead: