PDA

Voir la version complète : Motorola et Ericsson quittent le marché algérien



kredence
17/04/2009, 00h28
Les réseaux de trafic de téléphones portables ont réussi à monopoliser le marché algérien au point où les entreprises opérant dans un cadre légal ont décidé de plier bagages après l’échec des services douaniers de remédier à ce phénomène dangereux pour l’économie nationale.

Les services de douanes ont recensé plus de 250 millions de dollars sous l’emprise des réseaux de trafic qui s’étendent de la chine à la Bretagne en passant par l’Algérie, le Maroc et l’Espagne.

Le nombre de points de vente de portables a été évalué selon le centre national du registre de commerce à 1259 locaux de vente en gros, 660 sont des propriétés privées et 599 d’entreprises en plus de 21254 points de vente en détail, 20485 propriétés privées et 769 entreprises avec au total 56 mille employés.

Par ailleurs, et selon le centre de statistiques de la gendarmerie nationale, les importations en la matière a grimpé de 623 507 appareils en 2003 à 4,1 millions de portables en 2008 avec un valeur de 163 millions de dollars.

Par ailleurs, les chiffres de l' ARTP révélent que le nombre d'utilisateurs de téléphone est passé à 28 millions en fin 2008, soit 250 millions de dollars.
le nombre d'appareils quant à lui n'excède pas les 8 millions d'appareils, alors que le nombre de téléphones aquis illégalement dans des pays étrangers ne dépasse pas un taux de 10%, contre 60 à 70% en Algérie.

http://www.echoroukonline.com/fra/index.php?news=4078