PDA

Voir la version complète : Son fils est mort, elle veut quand même lui donner un enfant...



kredence
17/04/2009, 08h31
"Cette histoire est complètement absurde", lance ce jeudi matin sur Europe 1, Ségolène Aymé, médecin généticienne qui estime qu'il y a, dans cette affaire, "une véritable confusion des rôles".
C'est vrai qu'elle n'a rien de banal !

Missy Evans, originaire du Texas a obtenu de la justice américaine l'autorisation de faire prélever sur son fils, tué à l'âge de 21 ans dans une bagarre, du sperme pour procéder à une fécondation in vitro. Objectif : lui donner des enfants post-mortem.

Et le processus a déjà été lancé...

Un urologue a accepté de faire un prélèvement sur le cadavre du jeune homme, conservé à 39°C à la morgue.

Reste à trouver une mère porteuse...

C'est ce à quoi s'attelle cette mère américaine qui entend respecter la volonté de son fils d'avoir trois enfants. "Je sais qu'il aurait voulu que je fasse ça", a expliqué Missy Evans, selon MSNBC.

D'un point de vue juridique, John Robertson, professeur de droit à l'université du Texas, explique sur MSNBC que les parents ont tous les droits sur le cadavre de leurs enfants en ce qui concerne le don d'organes. Pour ce qui est du sperme, "ce n'est pas clair. Il faut dire qu'il existe très peu de cas de demande de prélèvement de sperme". Mais une cour a donné raison à la mère...

D'un point de vue éthique, le sujet est plus complexe. "Elle se doit de pleurer son fils, pas de lui donner une descendance par procuration", s'insurge Ségolène Aymé sur Europe 1. "S'il voulait des enfants, c'est pour vivre une aventure avec eux, pas pour simplement transmettre ses gènes..."

Une crainte partagée par d'autres spécialistes américains qui estiment que Missy Evans cherche dans cette quête de petits-enfants post mortem des "enfants de remplacement", selon The Daily Mirror....


http://fr.news.yahoo.com/63/20090416/tod-son-fils-est-mort-elle-veut-quand-mm-366b5ef.html