PDA

Voir la version complète : Les musulmans dénoncent l’islamophobie de la société tchèque



kredence
22/04/2009, 20h15
Les musulmans tchèques se plaignent d’une recrudescence rapide de l’islamophobie, de l’antiarabisme et de l’hostilité générale à leur égard. Cette opinion n’est partagée cependant ni par le délégué gouvernemental aux droits de l’homme, Jan Litomiský, ni par la ministre chargée des minorités et des droits de l’homme, Džamila Stehlíková.

Le nombre de musulmans vivant actuellement en République tchèque est évalué à 20 000 au maximum, mais le nombre de ceux qui participent activement à la vie religieuse ne dépasse pas les deux milliers. Il s’agit pour la majorité d’étrangers, mais quelques centaines de Tchèques figurent également parmi eux.

Le rapport adressé par l’association Libertas Independent Agency à l’agence de presse CTK présente la coexistence des Tchèques avec la minorité musulmane comme très problématique. Selon Lukáš Lhoťan, de cette association, la recrudescence de l’hostilité et de la xénophobie à l’égard des musulmans en République tchèque est tellement inquiétante qu’il convient de lancer un débat public sur le phénomène.

Toujours selon lui, l’animosité anti-arabe s’est déjà pleinement substituée dans la société occidentale à l’antisémitisme.

Par contre, le délégué gouvernemental aux droits de l’homme, Jan Litomiský, estime qu’il ne s’agit pas d’un problème social important et que les musulmans provoquent certaines réactions négatives par leurs propos antisémites.

En outre, la ministre Džamila Stehlíková constate que les informations du rapport en question datent de 2005 et qu’elles ne peuvent donc pas être utilisées aujourd’hui pour un débat public sur ce problème. La commissaire européenne et spécialiste de la civilisation arabe Jana Hybášková s’interroge sur la coexistence des musulmans et des Occidentaux :

Jana Hybášková«Je vois le plus grand problème dans le fait que l’islam n’est pas que la foi et le dialogue intérieur avec Dieu, mais que c’est surtout un mode de vie. Le musulman vit conformément au Coran et aux traditions du Prophète. (…)

Le monde musulman ne connaît pas de limite entre le sacré et le profane. Même ceux parmi les musulmans dont la foi manque de profondeur soumettent leur comportement à la foi du matin au soir. Et c’est sans doute quelque chose qui est difficile à comprendre pour nous,

Européens, parce que nous avons appris, pendant des siècles, à séparer le monde religieux du monde profane. »

Pour l’instant, il semble que le débat sur la réception de la minorité musulmane en République tchèque continue plutôt à s’envenimer.

Les propos du délégué gouvernemental, Jan Litomiský, n’ont pas trouvé un écho favorable dans les milieux musulmans en Tchéquie. Lukáš Lhoťan, de l’association Libertas Independent Agency, accuse Jan Litomiský de partialité et estime que le délégué se fait le porte-parole de la xénophobie et des préjugés latents.

Jan Litomiský rejette, lui, ces accusations et déclare que les réactions de ce genre démontrent l’intolérance des musulmans qui perçoivent chaque critique comme une agression.

A son avis, le rapport sur l’islamophobie tchèque ressemble plutôt à une tentative d’intimidation.

http://www.radio.cz/fr/article/108135