PDA

Voir la version complète : “La complaisance à Air Algérie, c’est fini”



Toufik
22/05/2009, 13h20
Confronté à la grogne des syndicats, le P-Dg Abdelwahid Bouabdellah affirme “La complaisance à Air Algérie, c’est fini”



Pour la première fois, la compagnie nationale de navigation aérienne passe au positif. Un challenge relevé par l’actuel patron qui avoue, une année après son investiture à la tête d’Air Algérie, avoir redressé une situation jadis difficile par un travail interne. Une conférence de presse aura lieu très prochainement pour faire le point.

“Notre préoccupation principale est le voyageur. Désormais, les mentalités doivent changer et le personnel d’Air Algérie devra convenablement s’occuper de son client. La rigueur dans la gestion des affaires de la compagnie est notre seul credo. Nous allons mettre tous les moyens pour réussir ce challenge, car il y va de la crédibilité d’Air Algérie, une entreprise citoyenne par excellence. Pour le reste, je m’interdis de m’immiscer dans la gestion des syndicats affiliés à l’UGTA ou autonomes. Notre devoir est de mettre à leur disposition tous les moyens dans le respect de la réglementation en vigueur.” C’est ce qu’a déclaré, hier, le président-directeur général de la compagnie nationale de navigation aérienne Air Algérie, M. Abdelwahid Bouabdallah, dans un entretien accordé à Liberté.

Interrogé sur l’intention des syndicats d’aller vers un débrayage pour non-renouvellement des sections syndicales affiliées à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et son penchant aux syndicats autonomes, M. Bouabdallah a démenti ces allégations et a déclaré tout de go : “Je suis confiant que les syndicats d’Air Algérie font preuve de maturité. Ceci, d’une part. D’autre part, il n’y a aucune raison d’aller vers une grève. Je vous avoue, et pour la première fois, que notre compagnie nationale est passée au positif ! Nos résultats sont reluisants. Il y a encore des insuffisances, mais nous sommes en train d’exécuter un plan de redressement très ambitieux dont les résultats probants sont déjà apparents.” Et de renchérir : “Au risque de me répéter, je m’interdis de m’immiscer dans la gestion des syndicats. Lors de mon installation, j’ai réuni tous les syndicats avec les quatre sections (pilotes, stewards et hôtesses, personnel technique et autres). À ma connaissance, ils travaillent tous ensemble et pour le bien de la compagnie. Quant au renouvellement des sections syndicales affiliées à l’UGTA, il s’agit d’un problème interne à la Centrale syndicale. À ma connaissance, toutes les sections ont été déjà renouvelées. Du reste, Air Algérie est gérée par un comité de participation.”

Abordant justement la gestion des affaires de la compagnie, notre interlocuteur refuse de partager ses prérogatives avec qui que ce soit. “Il y avait, autrefois, deux administrations. À mon arrivée, j’ai tout concentré dans une seule administration forte, responsable et rigoureuse. Les malversations, la complaisance et l’irresponsabilité, c’est fini ! Notre compagnie a besoin de plus de rigueur”, dira le patron d’Air Algérie.

Sur un autre plan, le P-DG d’Air Algérie a révélé qu’une conférence de presse sera très prochainement convoquée pour faire le point de la situation sur les avancées enregistrées par la compagnie. À ce propos, il nous révélera que le dossier relatif au renforcement de la flotte aérienne, avec l’acquisition de 11 nouveaux avions, sera bientôt soumis au Premier ministre pour examen et accord. “Nous avons soigneusement étudié le dossier à notre niveau avant de le ficeler. Une fois le principe du gouvernement acquis, nous réceptionnerons probablement ces avions en 2010”, nous dira M. Bouabdallah.

Celui-ci nous avouera également que le simulateur des avions de type Boeing acquis par la compagnie, il y a quelques mois, est déjà opérationnel et qu’une commande est déjà faite pour l’acquisition d’autres simulateurs pour petits avions pour les besoins de la compagnie qui compte moderniser totalement sa flotte à l’horizon 2010. Par ailleurs, M. Bouabdallah a annoncé la mise en place prochaine d’un système de gestion intégré. “Ce système nous permettra de mieux évaluer la gestion de l’entreprise et l’ensemble de ses activités et de mettre fin au trafic et aux pratiques des malintentionnés. Et ce sera un système qui changera beaucoup de choses dans l’entreprise qui a besoin plus que jamais d’une gestion transparente.”

Enfin, soulignera M. Bouabdallah, la compagnie nationale de navigation aérienne a engagé un ambitieux programme de formation et de recyclage qui touchera plus de 2 400 personnes. “Nous allons mettre le cap sur le rajeunissement du personnel. L’objectif est de donner une chance aux jeunes compétences et d’installer le principe d’égalité des chances au sein du personnel”, conclut M. Bouabdallah.

Liberté