PDA

Voir la version complète : L’hommage de l’Algérie à ses médaillés olympiques



Toufik
15/09/2008, 16h37
AMAR BENIKHLEF ET SORAYA HADDAD RÉCOMPENSÉS
L’hommage de l’Algérie à ses médaillés olympiques

Benikhlef récompensé par M. Oulmi avec une voiture de type Golf

Les deux athlètes sont repartis chez eux les bras remplis de cadeaux.

Le cercle de l’ANP de Beni Messous a été le théâtre, samedi soir, d’une grande cérémonie en l’honneur des sportifs qui ont représenté notre pays lors des derniers Jeux olympiques de Pékin. Un événement qui a rassemblé de nombreuses personnalités parmi lesquelles des ministres, des officiers de l’ANP, des députés et sénateurs, les ambassadeurs de Chine, de Corée du Sud et de France, des chefs d’entreprise aux premiers rangs desquels les partenaires du Comité olympique algérien, organisateur de la soirée, comme les firmes Sovac, la Caat, Ifri et Iris Sat, des présidents de Fédérations sportives ainsi que des artistes et d’anciennes gloires du sport.

Le moins que l’on puisse dire est que les deux médaillés olympiques, Amar Benikhklef et Soraya Haddad, ont quitté la salle, où s’est déroulée la cérémonie, les bras remplis de cadeaux. C’est ainsi que le chef de cabinet du ministère de l’Habitat a remis, à chacun d’eux une décision d’affectation pour un logement de type F4 dans la localité de Souidania dans la wilaya d’Alger.

En plus d’avoir offert une Omra aux Lieux Saints de l’Islam à leurs parents, le ministre de la Solidarité nationale, M.Djamel Ould Abbès, a promis à nos deux médaillés que leurs logements seront entièrement équipés par les soins de son département.

M.Mourad Oulmi, P-DG de Sovac, a, quant à lui, tenu sa promesse de récompenser chaque médaillé algérien en offrant, par le biais de sa firme, un véhicule de marque Golf à Amar Benikhlef et un autre de marque Polo à Soraya Haddad.

Et comme une voiture ne se conduit pas sans assurance, c’est le P-DG de la Caat, M.Abdelkrim Djaâfri, qui est allé de son cadeau sous la forme d’une assurance tous risques durant tout le mandat olympique (4 ans).

L’hôte de la cérémonie, le ministère de la Défense nationale, s’est, également, investi dans cet hommage puisque la direction du sport militaire par le biais de son premier responsable, le général Megdad Benziane, a offert une médaille et une coupe à chacun des deux athlètes.

Et puis, il y a eu le Comité olympique algérien dont la récompense a été financière comme l’a annoncé son président, M.Mustapha Berraf, Benikhlef recevant un chèque de 50.000 dollars alors que Soraya Haddad a eu droit à un chèque de 25.000 dollars. Les staffs techniques des équipes nationales de judo ont obtenu, pour leur part, la somme de 25 000 dollars.

«Nous allons la partager avec tout le groupe qui a encadré ces athlètes», nous a dit le DTN du judo, M.Nacer Ouarab qui reçu de la part de la firme Ifri un téléviseur écran plasma. Il faut souligner que Amar Benikhlef et Soraya Haddad sont dans l’attente de récompenses de l’Etat conformément aux dispositions de la loi 04-10 sur le sport et au barème établi par le MJS.
En dehors des deux médaillés, d’autres athlètes ont été à l’honneur samedi soir. C’est ainsi que Ifri a remis aux deux finalistes du 800 m, Nabil Madi et Nadjim Manseur, un téléviseur écran plasma.

La même récompense est allée aux boxeurs quart de finalistes, Abdelkader Chadi, Naoufel Ouattah et Hafid Belchebla ainsi qu’au champion du monde junior du 1500 m, Imad Touil de la part de la firme Sovac.

Sovac qui a tenu à récompenser la marathonienne Souad Aït Salem et la judokate Rachida Ouerdane avec un ensemble électro-ménager mais aussi tous les autres sportifs algériens qui ont pris part aux Jeux de Pékin avec un téléviseur de 75cm.

Et pour boucler la boucle, Sovac s’est de nouveau illustrée en offrant aux athlètes de la sélection algérienne qui s’est distinguée aux derniers Jeux sportifs scolaires arabes qui ont eu lieu en Jordanie, un téléviseur de 75cm. Pour sa part, M.Mourad Oulmi s’est vu remettre par M.Mustapha Berraf une maquette de la cité olympique de Pékin avec son fameux «Nid d’oiseau».

Ahmed ACHOUR - L'Expression