PDA

Voir la version complète : Equipe nationale d'Algérie: Meghni raconte sa première



kredence
19/08/2009, 05h30
- Alors comment va Meghni après sa première apparition avec les Verts ?

- Et bien ça va très bien. Comme vous le savez, à mon retour de l’équipe nationale, j’ai été incorporé dans une rencontre amicale avec mon équipe la Lazio de Rome. Juste après, nous avons bénéficié de deux jours de repos, et j’en ai profité pour faire un tour chez moi en France afin de me ressourcer et de me reposer. Donc, tout va pour le mieux.

- Avec du recul, racontez-nous comment vous avez vécu cette première sélection?

- Franchement, je n’ai vécu que de bonnes choses. J’avoue aussi que je me suis bien intégré, même si je ne connais pas encore très bien tout le monde, mais ça n’empêche pas que j’ai eu de bons rapports avec tous les joueurs. Je dois dire aussi que l’ambiance du groupe est excellente, car ils évoluent en Europe ou en Algérie, tout le monde s’entend à merveille et tous forment une équipe unie et c’est ça le plus important.

- Vous avez partagé la chambre avec Ghezzal, un joueur qui joue dans le Calcio et qui a découvert l’EN le 16 novembre dernier ?

- Il est vrai qu’étant dans la même chambre que Ghezzal, ce dernier m’a beaucoup parlé en m’expliquant comment les choses fonctionnaient au niveau de la sélection. Je connaissais aussi Ziani, mais des joueurs comme Mansouri, Yahia n’ont pas hésité à m’aider afin de faciliter mon intégration. C’est pour dire que tout le monde a été très sympa avec moi.

- Et avec le coach, en quoi consistaient ses premiers propos ?

- Y a pas eu un vrai discours avec le sélectionneur, puisqu’il s’agissait d’un match amical et qu’on n’a eu que deux jours seulement. Il m’a juste dit qu’il m’avait suivi lors de plusieurs matches à la télévision et qu’à présent, il souhaiterait me voir à l’entraînement. Ça s’est fait et j’ai dit que j’espère qu’il était satisfait de ça. Donc, y a pas eu plus que ça.

- Vous avez été assailli par de nombreux supporters pour des photo-souvenirs, vous attendiez-vous à cela ?

- Je m’attendais à ce qu’il y ait du monde, mais pas à ce point quand même. J’ai pu constater que c’est tout un peuple qui croit en cette équipe nationale. C’est bien, mais c’est vrai que par moments, c’est un peu trop. Personnellement, j’ai du mal à refuser une photo, d’ailleurs, une fois j’étais avec ma famille, je suis resté dix minutes avec eux dont 5 pour une séance de photos. Cela peut paraître embêtant par moments, mais c’est comme ça. Les fans n’ont pas aussi souvent l’occasion de voir de près les joueurs de l’équipe nationale, et ils en profitent lorsqu’ils en ont l’occasion.

- Vous avez quand même eu le temps de visiter un peu Alger ?

- Oui tout à fait, avec quelques joueurs qui évoluent en Europe dont Bougherra et Ziani. Voulant passer un peu de temps ensemble, nous avons fait un tour à Alger. Après cela, nous sommes partis dîner dans un hôtel et tout s’est superbement bien passé. En tout cas, j’étais très content de revoir Alger, vu que ça faisait longtemps que je n’étais pas revenu. D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé.

- Avez-vous pris quelques souvenirs avec vous ?

- Oui bien sûr, j’ai pris trois CD de musique de l’équipe nationale. Ce sont les chansons que scandait le public au 5-Juillet le jour du match, et je ne pouvais pas repartir sans ces CD.

- Avez-vous discuté du prochain match de la Zambie entre vous, joueurs ?

- Franchement, après le match, on n’a pas trop parlé de la prochaine rencontre. Il est vrai que j’ai évoqué les précédentes rencontres avec certains d’entre eux en évoquant même la possibilité d’avoir des vidéos de ces matches, mais finalement, je n’ai rien pris avec moi à l’exception des trois CD de musique dont je viens de vous parler.

- Revenons au match, vous attendiez-vous à être titulaire ?

- Franchement, non. Je savais que j’allais faire une mi-temps ou peut être un peu plus, mais je n’étais pas au courant si ça allait être en première ou en deuxième période. Mais lorsque je l’ai su, je me suis bien préparé pour être au rendez-vous.

- Vous êtes pratiquement rentré avec l’équipe type, comment vous vous êtes retrouvé sur le terrain ?

- J’estime que ça s’est bien passé pour moi sur le plan du jeu, car je n’ai pas eu de souci particulier. Bien au contraire, je me suis vite mis dans le bain. Maintenant, il est vrai que j’ai évolué dans un poste un peu plus reculé que d’habitude. Malgré ça, j’ai fait de mon mieux pour être à la hauteur.

- Justement, dans ce poste-là, on vous a vu récupérer beaucoup de ballons, alors que les Algériens vous connaissent plutôt pour votre jeu très offensif ?

- Il est vrai que je cours pas mal sur un terrain, mais il faut savoir qu’à la Lazio de Rome, depuis un moment, je joue un peu plus reculé que d’habitude au milieu de terrain. Et lorsqu’on évolue dans ce compartiment, on a comme principale tâche de bien défendre, afin de récupérer le maximum de ballons, même si à la base je suis un milieu offensif. Je dirais que je suis un joueur qui peut s’adapter à toutes les situations sans aucun problème.

- Après votre prestation, l’entraîneur national n’a pas tari d’éloges à votre égard.

- Ça fait toujours plaisir d’entendre le sélectionneur national dire du bien de vous surtout pour un premier match, car ce n’est pas toujours facile. Donc si ça a plu au coach, c’est tant mieux, même si je sais que je peux apporter encore plus. Je pars du principe que si on joue, c’est dans le but de faire de bonnes prestations. Maintenant, le dernier mot revient au coach.

- Votre avis sur le public de 5-Juillet même si le stade n’était pas plein ?

- J’ai beaucoup aimé, et d’ailleurs à mon retour à Rome, j’en ai parlé à mes coéquipiers de la Lazio à qui j’ai dit que l’ambiance en Algérie n’a rien à avoir avec n’importe quel match ici en Europe, et là le stade n’était pas plein, j’imagine donc qu’est-ce que ça serait dans un stade plein. En tout cas, mes coéquipiers ici n’ont pas été étonnés que je leur dise ça, car ils savent que l’ambiance en Afrique est très particulière.

- Face à la Zambie, vous jouerez à Blida suite à la requête des joueurs ?

- Les joueurs m’ont fait savoir que le terrain de Blida était meilleur et j’ai pu voir l’ambiance face à l’Egypte à la télévision, donc je suis sûr qu’au niveau de l’ambiance, on n’aura pas à se plaindre. Pour ce qui est de notre prochain match, je préfère, pour l’instant, me concentrer sur mon équipe la Lazio, car on aura un stage six jours pour préparer ce rendez-vous.

- Le Calcio commencera la semaine prochaine, comment se présente pour vous cette nouvelle saison ?

- Nous avons eu un nouveau coach et j’espère qu’il comptera quand même sur moi cette saison. Maintenant, au vu des entraînements, je sais que je peux m’imposer, et je vais tout faire pour atteindre ce but.

- Après votre première apparition avec l’équipe nationale d’Algérie, une certaine presse française vous a carrément descendu en flammes, un commentaire ?

- Personnellement, je n’ai jamais eu de bons rapports avec les journalistes en France, et ce, depuis que je suis parti tôt en Italie. A cette époque-là, j’étais le joueur le plus attaqué, car on m’a accusé d’avoir privilégié l’argent à l’aspect sportif, alors que ce n’est pas vrai. Et lorsque je suis revenu à Sochaux et que ça ne s’était pas bien passé pour moi, on ne m’avait pas raté aussi en m’attaquant encore plus. Donc franchement, ça ne m’étonne pas qu’ils disent du mal de moi. En tout cas, je n’y prête pas attention et c’est le dernier de mes soucis.
- Avez-vous appris l’arabe lors de votre court séjour avec les Verts ?

- En fait, je connaissais déjà un peu l’arabe, vu que je l’ai appris quand j’étais petit. Lors de ce stage, ça m’est revenu un petit peu, car on a toujours parlé en français chez nous à la maison. Après cela, j’ai appris d’autres langues, et j’ai donc eu tendance à oublier l’arabe. Mais là, à la fin du stage, je comprenais un peu mieux par rapport à mon premier jour. Donc, je pense qu’avec les différents stages, je reprendrai à parler comme avant.

Asma H. A.
http://www.competition.dz/article.php?art=5974