PDA

Voir la version complète : Saâdane : « Les égyptiens ne m’auront pas »



kredence
13/09/2009, 22h59
Le sélectionneur national, Rabah Saâdane, a accordé hier matin un entretien à l’émission sportive «Football Magazine» de la radio Chaîne III, où il est revenu essentiellement sur la guerre médiatique déclenchée par la presse égyptienne depuis une semaine maintenant, contre la sélection algérienne et sa propre personne.

Pour lui, les manœuvres des Egyptiens sont claires et ont pour but de le déstabiliser personnellement et créer une certaine tension à l’approche du match retour prévu dans un peu plus d’un mois et demi au Caire.

Saâdane n’omet pas de parler aussi du prochain match qui opposera notre EN à la formation du Rwanda le 11 octobre, qu’il qualifie d’important et au résultat décisif.

«Comme je l’ai souvent dit et je le redirai une fois de plus, ce qui se dit actuellement en Egypte ne m’intéresse pas du tout, et je ne lui prête guère attention.

De temps à autre, il y a mes adjoints qui m’informent sur ce qu’écrit la presse là-bas et pour tout vous dire, cela ne me surprend pas vraiment.

Je sais que les Egyptiens veulent surtout me déstabiliser et nous créer des conflits dans notre équipe, mais ils ne m’auront pas, car je me suis isolé et j’ai coupé tout contact avec eux.

Ils essayent de me joindre mais je ne réponds plus à leurs appels.

Je préfère me concentrer beaucoup plus sur mon équipe et préparer notre prochain match face au Rwanda qui sera pour nous très important.»

«Les frères Hassan n’ont qu’à assumer leurs responsabilités»

Concernant les graves déclarations faites dernièrement par les frères Hassan, Houssam et Ibrahim, Cheikh Saâdane dira ce qui suit :

«Les déclarations des deux frères Hassan sont graves et provocatrices.

Ils n’ont qu’à assumer la portée de leurs dires, c’est ce que j’ai à leur dire.

Ils sont connus pour ce genre de sortie médiatique, donc, pas la peine de prêter trop attention à ce qu’ils disent.

Ils savent que leur pays est en train de perdre sa qualification au Mondial et pour empêcher que cela se produise, ils essayent de nous mettre la pression et nous déstabiliser.

Je leur dirais que l’Algérie, à présent, est plus mûre que par le passé et bien armée, contrairement à eux.

En aucun cas, on ne se laissera faire.»

«N’oubliez pas d’où nous venons»

Conscient de la grande marche de progression qu’a réalisée son équipe en l’espace de deux ans, le premier responsable du volet technique des Verts a tenu à rappeler qu’il ne fallait pas oublier d’où cette équipe est venue et comment elle s’est forgée. Sans détour, il avoue qu’il ne s’attendait pas du tout à ce que cette équipe réalise un tel parcours et soit aussi proche d’une qualification à un Mondial, après 24 ans d’attente.

«Je ne vais pas vous le cacher, car sincèrement je ne m’attendais pas à ce qu’on réalise un aussi bon parcours dans ces éliminatoires jumelés de la CAN et de la Coupe du monde-2010.

Ça n’a pas été évident pour nous au départ, dans la mesure où notre équipe souffrait d’un manque terrible de cohésion dans la production du jeu, et manquait d’équilibre aussi.

C’est pour cela que j’ai insisté à cette période-là, à ce qu’on ait le plus de stages possibles pour travailler tout cela et trouver les solutions les plus adéquates.

Je tiens à préciser qu’on n’est pas encore arrivés au top niveau, car il reste toujours des lacunes à corriger et à combler.

On est dans le bon chemin, mais il ne faut pas oublier d’où nous venons non plus.»
S. F.

http://www.competition.dz/article.php?art=6221