PDA

Voir la version complète : Pourquoi Samir Zaher prêche-t-il dans le faux ?



kredence
17/09/2009, 02h35
Pourquoi Samir Zaher prêche-t-il dans le faux ?
par Mohammed Beghdad

Selon le quotidien sportif algérien « Le Buteur » dans son édition du dimanche 7 septembre 2009, le président de la Fédération égyptienne de Football (FEF), Samir Zaher a discuté avec les joueurs de son équipe nationale à l'issue de leur victoire contre le Rwanda à Kigali. Il a tenu à les rassurer sur la nature du goal-average qui sera adopté en cas d'égalité de points avec l'Algérie.

En effet, Samir Zaher a affirmé que la FIFA ne prendra pas en compte la différence de buts entre les deux équipes au cours de leur parcours, mais c'est la confrontation directe, entre les deux équipes qui sera prise en considération. Toujours selon le président de la FEF, en cas d'égalité des points entre les deux équipes, à la fin du parcours, l'Égypte se contentera d'une victoire de 2 à 0 pour se qualifier au mondial !

Une telle déclaration de ce genre a été aussi faite sitôt le match Algérie-Egypte du 06 juin dernier terminé. En effet, plusieurs télévisions satellitaires, journaux et responsables du football égyptien n'ont cessé de marteler cette affirmation. Ils sont donc allés, avec leurs supputations, annoncer à leur public complètement assommé par la défaite qu'il suffit de gagner face à nos verts par 2 à 0 au match retour pour se qualifier au Mondial. A-t-elle été dans un but de calmer les esprits ou par un chauvinisme désespérée ? On n'en saura pas plus.

A aucun moment, les responsables des instances fédérales algériennes, ni d'ailleurs l'entraîneur national des verts ne s'ont tombés dans ce jeu nocif ni réagi face à un tel canular. Et ils ont bien fait de se taire.

On peut se demander comment l'Égypte, qui abrite le siège de la Confédération africaine de Football (CAF), feint et fait semblant d'ignorer les textes certainement dans un but obscur bien précis. Quand on connaît le travail de coulisses de l'Égypte ainsi que son poids dans les instances de la CAF et celles de la FIFA, on se pose des questions. La FEF est une instance bien rôdée, sans doute la plus ancienne et la plus expérimentée de tout le continent africain. En tous les cas, l'objectif essentiel non avoué est celui de briser l'élan et la sérénité retrouvée des Fennecs qui se rapprochent à grands pas tout près d'une qualification mémorable au Mondial, en prenant les matchs un par un et comme ils viennent, sans se soucier du reste.

Pour éclairer l'opinion sportive sur cette polémique qui ne dit pas son nom, chaque coupe du monde dispose de son propre règlement depuis le début des tout premiers tours éliminatoires qualificatifs à la coupe du monde jusqu'à la fin du Mondial. Et celui de la coupe du monde se trouve sur le site de la FIFA dont j'invite tous les amateurs du football à le consulter. Il est clair comme l'eau de roche.

Dans son Article 17, alinéa 6, il est précisé que dans le format en championnat, le classement dans chaque groupe est déterminé par les critères suivants :

a) Le plus grand nombre de points obtenus après tous les matches du groupe ;

b) La différence de buts dans tous les matches de groupes ;

c) Le plus grand nombre de buts marqués dans tous les matches de groupes.

Dans le cas où, sur la base des trois critères susmentionnés, deux équipes ou plus seraient ex aequo, leur classement sera déterminé selon les critères suivants :

d) Le plus grand nombre de points obtenus dans les matches du groupe entre les équipes concernées ;

e) La différence de buts particulière des matches de groupes entre les équipes concernées ;

f) Le plus grand nombre de buts marqués dans tous les matches de groupes entre les équipes concernées ;

g) Tirage au sort par la Commission d'Organisation de la FIFA.

Avec l'approbation de la Commission d'Organisation et au cas où le calendrier international des matches coordonnés le permettrait, les équipes à égalité pourront être départagées par des barrages et non par tirage au sort (art. 17, al. 6g). En cas d'égalité, deux prolongations de 15 minutes chacune seront disputées ; si le score est toujours de parité à l'issue des prolongations, le vainqueur sera désigné par l'épreuve des tirs au but conformément à la procédure stipulée dans les Lois du Jeu.

Sans commentaires...

Peut-être que Mr Samir Zaher confond le règlement de la Coupe du monde 2010 avec celui de la dernière CAN 2008. La 28ème édition de la CAN fait partie maintenant des archives. Nous rappelons à ce grand dirigeant de la balle ronde égyptienne qu'il s'agit cette fois-ci de qualifications jumelées Coupe du monde 2010-29ème CAN et qui sont gérées par un seul règlement, celui de la FIFA, l'instance suprême du football mondial..

Pour le moment, on n'en est pas encore là. Il faut d'abord assurer pleinement devant le Rwanda pour aller affronter au finish l'Égypte au Caire dans le cas où ces derniers ramènent les 3 points de la terre zambienne. Pour éviter de mauvaises surprises, les Fennecs n'ont qu'à battre le Rwanda par le score le plus lourd possible. Chaque but supplémentaire marqué à domicile contre le Rwanda sera considéré comme un but acquis à l'extérieur contre l'Égypte. Il faut dire que le Rwanda ne viendra pas à Blida en victime expiatoire mais tentera par tous les moyens d'arracher la place qualificative de la CAN à la Zambie qui l'accueillera à Kigali au dernier match. De son côté, la Zambie ne peut définitivement sauver sa place à Lunda qu'en cas de match nul contre les Pharaons. Beaucoup de suspense en perspective. Encore un autre avantage pour l'Algérie, le match Zambie-Egypte se jouera une journée avant le match décisif Algérie-Rwanda. Nous avons plus d'un mois à préparer convenablement ce match ô combien important pour l'avenir de cette prometteuse équipe nationale.

Le Quotidien d'Oran .