PDA

Voir la version complète : Trafic Marseille/Algérie: des élus français en appellent à M. Bouteflika



kredence
29/09/2009, 13h01
MARSEILLE (France) - Des élus du sud de la France ont indiqué lundi vouloir rencontrer le président algérien Abdelaziz Bouteflika pour évoquer l'impact négatif sur la région de mesures prises par son pays en matière d'importations.

"Sans nous immiscer dans les orientations économiques du gouvernement algérien, les retombées en ce moment sont très défavorables à l'activité du port de Marseille", a notamment expliqué le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin.

Alger a durci les modalités d'importation des marchandises et interdit de faire entrer des engins de travaux publics d'occasion, "pièce maîtresse" des échanges entre les deux pays, selon l'Union maritime et fluviale (UMF) qui représente les entreprises du secteur portuaire dans la région marseillaise.

Comptant se rendre à Alger pour y rencontrer le président algérien avec d'autres élus, M. Gaudin en a appelé aux "liens d'amitié très forts" qui lient la ville et l'Algérie pour obtenir "un peu de souplesse" dans l'application des mesures algériennes.

"Des mesures, compréhensibles et respectables, de politique économique générale prises par le gouvernement algérien ont des conséquences particulières sur les PME (petites et moyennes entreprises, ndlr) et les entreprises portuaires de Marseille", a elle aussi constaté Anne-Marie Idrac, secrétaire d'Etat au commerce extérieur, en visite lundi à Marseille.

Elle a expliqué qu'elle entendait "combiner les efforts de la diplomatie d'Etat" avec celui "des collectivités locales".

Selon l'UMF, le trafic marchandises du port de Marseille vers l'Algérie est fortement pénalisé depuis début août.

Le gouvernement algérien a adopté fin juillet une loi de finances complémentaire qui durcit les modalités d'importation des marchandises. Elle interdit également aux banques d'octroyer des crédits à la consommation et à l'achat de véhicules aux particuliers.

Elle instaure également le crédit documentaire comme unique moyen de paiement des importations pour "mieux contrôler le commerce extérieur et lutter contre les fraudeurs".

La facture des importations de l'Algérie a atteint 40 milliards de dollars en 2008. Elle s'est stabilisée durant les huit premiers mois de 2009 pour atteindre environ 26 milliards de dollars, selon des statistiques officielles. Le gouvernement entend réduire les importations de 5% en 2009.

©AFP / 28 septembre 2009
Romandie

kredence
29/09/2009, 13h02
MARSEILLE, 28 sept 2009 (AFP) - Anne-Marie Idrac, secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a encouragé lundi la démarche d'élus de la région Paca qui souhaitent rencontrer le président algérien Abdelaziz Bouteflika, pour évoquer l'impact négatif sur la région de mesures prises par son pays en matière d'importations.

"Des mesures, compréhensibles et respectables, de politique économique générale prises par le gouvernement algérien ont des conséquences particulières sur les PME et les entreprises portuaires de Marseille", a constaté Mme Idrac, en visite lundi à Marseille.

Alger a durci les modalités d'importation des marchandises et interdit de faire entrer des engins de travaux publics d'occasion, "pièce maîtresse" des échanges entre les deux pays, selon l'Union maritime et fluviale (UMF) qui représente les entreprises du secteur portuaire dans la région marseillaise.

Selon l'UMF, le trafic marchandises du port de Marseille vers l'Algérie est fortement pénalisé depuis début août.

La secrétaire d'Etat a souhaité qu'il y ait une "bouffée supplémentaire de coopération décentralisée" avec l'Algérie. Pour ce faire, elle a expliqué qu'elle entendait "combiner les efforts de la diplomatie d'Etat avec un engagement particulier que je salue et encourage, des collectivités locales".

Les présidents des conseils régional Michel Vauzelle (PS), et général Jean-Noël Guérini (PS), le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin (UMP), le président de la communauté urbaine Eugène Caselli (PS) et le président de la chambre de commerce Marseille Provence Jacques Pfister, doivent se rendre en Algérie à une date qui reste à déterminer.

"Sans nous immiscer dans les orientations économiques du gouvernement algérien, les retombées en ce moment sont très défavorables à l'activité du port de Marseille", a expliqué M. Gaudin qui compte sur les "liens d'amitié très forts" qui lient la ville et l'Algérie pour obtenir "un peu de souplesse" dans l'application des mesures algériennes.

"Entre une loi de finances comme la loi de finances algérienne et des décisions assez précises, il peut y avoir naturellement des modalités d'application qui font qu'il y a un espace sur lequel nous pouvons attirer l'attention du président de la République algérienne", a ajouté M. Vauzelle.

Copyright AFP

kredence
29/09/2009, 13h50
Et qui s'inquiete du peuple algerien a qui on refile n'importe quoi avec la complicite des escrocs de l'import-export ?

Qui s'inquiete des emplois perdus a cause de ses importations douteuses ?

Quand les societes francaises rejettent leur dechets chez eux,ils doivent s'acquitter d'une taxe,chez nous les francais,ont trouve le depotoire ideal pour leur engins de travaux publiques d'occasion,leur voitures mal foutus invendables en Europe,

Quand je lis les reactions des francais,je reconnais la valeur de Boutef,et j'applaudis cette decision,qui oblige Sarko et ses acolytes a remettre les pieds sur terre.

j'ai toujours cru qu'un jour,les algeriens feront taire les francais par le travail et les idees,pas en allant chez eux,mais en allant ailleurs,en apprennant l'anglais,une langue differente,plus efficace,plus forte que le francais,

Pour une fois et la 1ere fois,qu'une decision algerienne prise par le gouvernement algerien,a mis les elus de Marseille,les entreprises du port de Marseille devant une situation jamais anticipee,et ils en debattent comme si c'etait la fin du monde.

Peut-etre qu'apres cela,les francais vont prendre les algeriens au serieux,et vont se mettre a table pour negocier serieusement.

Eux qui pretendaient tenir le ciel au dessus des algeriens,qu'ils le laissent tomber sur nous,maintenant qu'on achete plus leur camelote.

Depuis quand la France delegue-t-elle des delegues regionaux pour rencontrer un President de la Republique algerienne ?

Y a quelque chose qui ne tourne pas rond,chez eux !!

Apparemment,les choses vont tres mal entre les gouvernements francais et algerien,la France s'est senti oblige d'envoyer des elus regionaux pour rencontrer Boutef,du jamais vu entre les 2 pays.

Comme un malheur ne vient jamais seul,a New York,Boutef a refuse de rencontrer Bernard Kourchner le malade mental,l'islamophobe du gouvernement francais.

L'Algerie n'a pas a s'inquieter de l'avenir du port de Marseille,a moins que la France cede par le biais d'une vente a l'Algerie, la partie sud du port qui fait du commerce principalement avec l'Algerie.

Quelqu'un a dit:

"Jamais vu Gaudin exprimer publiquement son amitié. Jamais vu non plus defendre l'Algerie lorsqu'elle est attaquée par Paris. Et enfin je ne l'ai jamais vu condamner le fait colonial et militer pour que soit ouverte les archives francaises secret defense qui couvrent la guerre d'Algerie.

Il est ami avec l'Algerie quand il en a besoin. Mais ce qu'il oublie c'est que l'Algerie n'a pas besoin de lui."

Une situation cocasse mais combien revelatrice !!

Sabrina
29/09/2009, 20h47
:merci: Kredence je me marre la france demande a un pays qui est dans le chaos comme ils le disent a chaque fois,que rien ne marche, une économie presque chaotique :penseur:................et ils pleurnichent, meme ils sont prés à supplier bouteflika a leur faire une petite faveur pour sauver leur économie.
" des leins d`amitié trés forts" wawwwwwwwwwww depuis quand??? on est devenus des potes??:icon_eek:

kredence
30/09/2009, 01h39
Ça tombe plutôt mal. Alors que l'activité du port de Marseille est freinée par la crise, le trafic avec l'un de ses principaux clients, l'Algérie, a plongé au mois d'août.

En cause, l'adoption par Alger, au coeur de l'été, de nouvelles règles plus contraignantes sur ses importations, notamment une interdiction concernant le matériel de BTP d'occasion. Une activité qui occupe pourtant nombre de transitaires marseillais. Sa suspension vient de conduire l'un deux, la société Traco, au dépôt au bilan.

« Tout le monde sur le port travaille plus ou moins avec l'Algérie », souligne Hervé Balladur, président de l'Union maritime et fluviale (UMF), qui fédère les opérateurs privés du port. Conséquence, « le mois d'août a été catastrophique, avec des baisses de transit avec l'Algérie de l'ordre de 55 % pour les marchandises et 70 % pour le matériel roulant », affirme Hervé Balladur. Venue spécialement hier à Marseille, Anne-Marie Idrac, secrétaire d'Etat (UMP) au Commerce extérieur, a soutenu la démarche des élus locaux de se rendre à Alger pour y rencontrer le président, Abdelaziz Bouteflika.

Le président de la chambre de commerce, le maire de Marseille, les présidents de la région, du département et de la communauté urbaine devraient donc s'envoler vers la capitale algérienne d'ici à la mi-octobre, comme ils l'ont confirmé hier lors de la présentation de la Semaine économique de la Méditerranée (lire encadré). « On pourrait demander d'assouplir les règles d'importation pour certains produits, comme ceux de première nécessité, pour enfants ou l'alimentaire », suggère Hervé Balladur.

Mais la France marche sur des oeufs avec son ancienne colonie et veut éviter toute ingérence. « C'est un pays avec qui nous avons des relations complexes, pleines de subtilités », estime Roland Blum, premier adjoint (UMP) de Marseille, qui plaide pour un « partenariat portuaire » avec l'Algérie.

Laurent Berneron
© Copyright 20 minutes

kredence
30/09/2009, 01h48
Je t'en prie,Sabrina.

La raison principale de leur arrogance est qu'ils n'ont jamais pense perdre le marche algerien surtout a Marseille ou les anciens pieds noirs d'Algerie sont les maitres absolu du port de Marseille.

Ils ont tellement mise sur la coalition des harkis en France,qui font de l'export vers l'Algerie et le lobby du hizb franca a travers ses escrocs-importateurs qui n'importe que de la France,que de la camelote francaise pour bien enfoncer l'Algerie.

Ben,puisque rien ne marche en Algerie,allons voir si Marseille,peut "marcher" sans l'Algerie.

Depuis quand,y a une amitie entre nos "bougnouls" et les "bouffeurs de cochon" de Marseille ?

Y en jamais eu,et y en aura jamais,c'est une question de business,pas d'amitie.ni d'amour.
---------------------------------------------------------------------

:merci: Kredence je me marre la france demande a un pays qui est dans le chaos comme ils le disent a chaque fois,que rien ne marche, une économie presque chaotique :penseur:................et ils pleurnichent, meme ils sont prés à supplier bouteflika a leur faire une petite faveur pour sauver leur économie.
" des leins d`amitié trés forts" wawwwwwwwwwww depuis quand??? on est devenus des potes??:icon_eek:

Sabrina
30/09/2009, 16h41
ils nous prennent pour la décharge publique!!
j`espere que l`Algerie va rester ferme sur sa position et ne pas se laisser pieger par les pleurnichards, il est temps de retourner vers d`autres cieux, minimiser nos rapports avec la france.......................meme pour la langue je suis pour l`élimination du Français et commencer a encourager les jeunes et moins jeunes dans l`apprentissage de l`anglais.
il est temps pour nous!! d`aller en avant.

kredence
01/10/2009, 03h40
Cela fait plus de 45 ans que le France nous fait de l'ombre.nous mets des batons dans les roues.

A la suite de la commande des fregates et de 100 helicopteres aux italiens,Sarkozy a eu un ulcere depuis,il reproche a l'Algerie de n'avoir pas sauve l'industrie militaire francaise.

Sarko n'a jamais demande a Renault,de planter son usine en Algerie,il a prefere le Maroc,alors le Maroc achetera le materiel francais invendu a l'Algerie,c'est tout.

Oui,c'est l'excuse generalise en Algerie,tant que l'on a nos mains ligotes par la langue francaise,il n'y aura pas d'avenir en Algerie.

La langue du futur,de la technologie,c'est l'anglais,c'est tout.

Le Rwanda,petit pays francophone d'Afrique centrale,ancienne colonie francaise,s'est affranchi de cette soummission a la langue francaise et a adopte la langue anglaise,qui sert mieux l'economie du pays.

l'Algerie peut le faire sans dommage,et cette langue ouvrira un nouveau monde pour les algeriens.