PDA

Voir la version complète : Des Tunisiens et des Marocains soupçonnés d’appartenance à au terrorisme



kredence
13/10/2009, 03h59
Des adolescents arrêté pour entrée illégale en Algérie

Des mineurs tunisiens et marocains, arrêtés depuis un moment déjà par la police de Annaba, font l’objet d’une enquête approfondie, menée par les services de sécurité et par le parquet d’El Hadjar et de Annaba.

L’investigation vise à connaître les motivations de ces jeunes et le circuit qu’ils ont suivi pour entrée en Algérie, ainsi que d’expliciter le choix porté sur la ville de Annaba plutôt qu’ailleurs.

Des sources sûres ont indiqué à El khabar, que la police avait interrogé les mineurs tunisiens et marocains dont certains sont sous mandat de dépôt au centre de détention de la commune d’El Hadjar, alors que d’autres ont été rapatriés dans leur pays d’origine.

Tous ces jeunes sont soupçonnés d’appartenance à une cellule de recrutement terroriste activant dans la région Est du pays.

Cette enquête n’est pas la première du genre, puisque les policiers avaient en effet arrêté il y a plus de 07 mois, 06 jeunes tunisiens âgés se situent entre 14 et 17 ans. Ces adolescents étaient entrés en Algérie au niveau d’El Taref.

Ils avaient été interrogés puis remis aux autorités tunisiennes au niveau du centre d’Oum El Tboul dans la wilaya d’El Taref.

Les services de sécurité avaient, selon nos sources, informé les responsables du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales, les services de la wilaya, et le parquet général, dans le but de prendre les mesures nécessaires au niveau des ambassades du Maroc et de Tunisie en Algérie, de leur fournir des informations sur l’identité des mineurs arrêtés et sur les raisons qui les ont poussés à traverser la frontière.

Ces mêmes sources ont indiqué que la direction du centre de détention d’El Hadjar avait commencé, en coordination avec le parquet du tribunal d’Annaba, à informer les services des wilayas et les ministères concernées, afin de trouver une solution définitive au dossier de ces mineurs dont la détention pose problème à la direction de ce centre, comme le cas d’un mineur marocain qui, atteignant la majorité dans quelques jours, ne pourra plus entre détenu là-bas.

C’est pourquoi, la direction demande l’aide du parquet afin de programmer son jugement, et obtenir une condamnation pour entrée illégale sur le territoire national, lui épargnant ainsi d’être transférer dans un centre de redressement pour adultes.

Ces mêmes sources ont indiqué que le centre avait obtenu l’autorisation du service des étrangers de la wilaya, qui leur permettrait de procéder à son extradition.

Celui-ci avait, en effet, été arrêté il ya un mois et demi au niveau de la station de transport des voyageurs de Sidi Brahim.

Il a reconnu être entré illégalement en Algérie près de Maghnia, mais il a nié toute relation avec les cellules de recrutement des groupes terroristes en Algérie.

El Khabar.