PDA

Voir la version complète : Gestion des eaux d’Alger : le français Suez a oublié de former les Algériens



kredence
21/10/2009, 01h18
A moins d’une année de son expiration en 2010, le contrat du groupe français Suez gestion des eaux d’Alger a peu de chances d’être reconduit.

Selon nos informations, le gouvernement n’est pas satisfait du bilan du groupe français en charge de la gestion des eaux de la capitale depuis 2005. Un contrat de plus de 200 millions de dollars.

La raison ?

Premier reproche : le groupe Suez n’a pas effectué le transfert de technologie et de savoir-faire au profit des Algériens, comme convenu dans le contrat de gestion des eaux d’Alger.

« Il n’y a eu aucun transfert de savoir-faire au profit des Algériens.
Maintenant, avec l’expiration du contrat en 2010, il n’y a pas de relève »,

affirme à TSA un proche du dossier.

Comprendre : à moins d’un d’un an de l’expiration du contrat, les équipes algériennes n’ont pas été formées pour reprendre directement la gestion des eaux d’Alger après le départ des Français.

Le groupe Suez devait en fait former des équipes algériennes de Seaal pour prendre la relève de la gestion des eaux d’Alger après l’expiration du premier contrat signé en 2005. Mais le groupe français « s’est montré avare » en matière de transfert de savoir-faire dans la gestion des eaux, selon nos sources.

En outre, les Français ont négligé la partie assainissement du contrat et se sont occupés de l’eau potable car sur cette dernière partie le travail est beaucoup plus visible. « La distribution de l’eau potable s’est nettement améliorée dans la capitale, mais l’assainissement pose toujours de sérieux problèmes à chaque pluie », ajoute notre source.

Mécontent du bilan du groupe Suez à la tête des eaux d’Alger, le gouvernement a décidé de diversifier la coopération étrangère dans ce secteur notamment avec la Corée du Sud et les Etats-Unis.

« Le groupe Suez n’a pas fait de transfert de savoir-faire pour qu’il puisse obtenir un nouveau contrat de gestion des eaux d’Alger.

Aujourd’hui, le gouvernement est devant le fait accompli du fait de l’absence d’une relève du coté algérien pour gérer les eaux de la capitale », ajoute notre source.

En optant pour cette stratégie, Suez espérait sans doute voir son contrat reconduit pour cinq ans supplémentaires afin de lui permettre de terminer le travail.

La même méthode avait été employée sans succès par une autre société française, la Saur international.

En charge de la réhabilitation du réseau d’eau potable d’Oran, cette filiale de Bouygues avait retardé les travaux pour obtenir le contrat de gestion des eaux de la capitale de l’Ouest du pays.

Mais le ministère des Ressources en eau ne l’a pas retenu et le contrat a été attribué à l’espagnole Agbar Water.

Le cas de Suez illustre les abus pratiqués par les groupes étrangers en Algérie.

Il confirme également les erreurs commises par le gouvernement dans la rédaction des contrats avec les grands groupes étrangers.

Des contrats mal rédigés qui conduisent à des situations comme celle de la vente d’Orascom Cement à Lafarge ou la gestion des eaux d’Alger par Suez.

TSA

Sabrina
21/10/2009, 18h10
comme d`habitude ils viennent, ils investissent, ils s`enrichissent et ils ne laissent aucune formation pour les Algeriens.
pauvre Algerie une vache laitieres.
ma grand mère (Allah yérhamha) disait : l`Algerie est comme une femme célibataire ! qui n`a personne pour la proteger.
a vous de comprendre le sens.

kredence
22/10/2009, 00h37
Une des consequences de la dependance de la langue francaise,nos elites sont coinces,avec une mentalite de colonise,leur champ de vision est bloque par la France et les lobby pro-francais en Alger,qui font tout pour que tous les contrats vont aux francais,ils sont pires que les harkis,ils sabotent l'economie algerienne au quotidien.

On parle de la Chine,mais les escrocs habitent pres de chez nous.

On nous compare avec la Tunisie et le Maroc alors que les economies de ces 2 pays sont aux mains des etrangers.

Il faut attaquer le coeur du probleme,pas les consequences.

C'est la langue francaise qui pose probleme en Algerie,c'est la langue francaise qui nous enfonce dans le marasme economique.

Ce sont nos elites qui ont etudie le francais qui font le travail de valet des francais,s'il etaient eduque en anglais,on n'aurai jamais eu ce probleme.