PDA

Voir la version complète : Grippe porcine : Trois premiers cas mortels en Algérie



Toufik
29/11/2009, 20h24
L’absence des vaccins contre la grippe saisonnière et la grippe porcine ne fait que compliquer la situation.

L’Algérie vient d’enregistrer ses premiers cas mortels de la grippe porcine au nombre de trois. Selon le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le premier cas concerne une femme de 50 ans résidant à Biskra. Son décès est survenu suite à des complications liées à son état de santé. Pour ce qui est des deux autres cas, le ministère ajoute qu’il s’agit d’une jeune femme de 27 ans ainsi que son nouveau-né, originaires tous deux de Relizane, mais qui sont décédés à Oran. Aucune autre information concernant l’identité des victimes et les dates des décès n’a été communiquée.

La propagation a également gagné du terrain et ce, avec la confirmation, jeudi dernier, de 47 nouveaux cas porteurs du virus H1N1 de la grippe porcine dans 13 wilayas du pays. Sept cas ont été enregistrés à Tizi Ouzou. Il s’agit d’une femme de 33 ans, de deux adolescentes de 14 et 17 ans, d’un jeune homme de 24 ans, de trois garçons âgés de 10, 11 et 15 ans. Ces personnes étaient en contact avec d’autres personnes déjà contaminées. Six cas ont été relevés à Oran concernant quatre supporters de l’EN rentrés dernièrement du Soudan et âgés respectivement de 29 ans, 41 ans et deux de 32 ans; un enfant de cinq ans revenu récemment de France et une jeune femme de 35 revenue elle aussi de France. Quatre cas ont été confirmés à Bouira concernant deux jeunes hommes de 20 ans et 23 ans, ainsi que de deux garçons de huit et 12 ans.

A Alger, pas moins de 14 nouvelles contaminations ont été signalées. Il s’agit d’un jeune homme âgé de 20 ans rentré récemment du Soudan; deux femmes de 42 et de 50 ans; un homme de 74 ans; deux jeunes hommes de 23 et de 29 ans; trois adolescentes dont deux sont âgées de 16 ans et l’autre de 15 ans; quatre garçons de trois, cinq, six et neuf ans ainsi qu’une fillette de huit ans. A Blida, trois cas ont été confirmés relatifs à trois jeunes hommes revenus du Soudan et âgés respectivement de 17, 19 et 24 ans. Trois cas ont été signalés à Constantine concernant deux filles de 11 ans et un adolescent de 16 ans. Batna, elle, a enregistré quatre contaminations relatives à un bébé de 14 mois, et trois jeunes femmes de 21, 25 et 27 ans.

Six autres wilayas ont enregistré, également, des contaminations avec un cas dans chacune d’elles. Il s’agit d’un jeune homme de 24 ans à Guelma; un homme de 35 ans à Aïn Témouchent; un jeune homme de 20 ans à Tipasa; une femme de 51 ans à M’sila; une femme de 51 ans à Béjaïa rentrée dernièrement de France et enfin un homme de 37 ans à Annaba.
Avec ces nouvelles contaminations, le total cumulé atteint, de ce fait, les 274 victimes en Algérie.

Par ailleurs, les deux dernières semaines ont été marquées par un taux d’infection par le virus pandémique de la grippe porcine jusque-là jamais égalé. En effet, 20 cas ont été confirmés le mercredi 24 du mois en cours. La veille déjà, le ministère de la Santé a signalé 18 personnes contaminées, ce qui porte à 38 les cas confirmés en l’espace de 48 heures. Le dimanche 22 novembre, 18 personnes ont été confirmées porteuses du virus H1N1 de la grippe porcine. Jeudi 19 du même mois, 11 cas ont été confirmés, alors qu’auparavant, soit le mardi 17, le ministère de la Santé a fait état de pas moins de 23 cas confirmés.
Avant cela, le virus pandémique a infecté 11 personnes le mercredi 11 novembre, et 14 autres le lundi 9 novembre. Certes, la saison automnale réputée favorable à la propagation des virus grippaux est, en partie, en relation avec la recrudescence de ces contagions ces derniers temps en Algérie, mais pas uniquement. La responsabilité des autorités publiques, à leur tête le département de Saïd Barkat, est aussi à mettre en relief. Et pour cause. La promesse du ministre en question concernant la réception de 20 millions de doses du vaccin contre la grippe porcine durant le début du mois de novembre n’a pas vu le jour.

Pis encore, le même responsable, mine de rien, a fait le 9 novembre une autre promesse selon laquelle un premier lot de vaccin contre la grippe A(H1N1), et comprenant 900 000 doses de l’Arepanrix, sera réceptionné le début du mois de décembre prochain. Faut-il, dans ce cas, prendre ces promesses pour des livres sonnantes?

Quant au vaccin saisonnier, la question ne se pose même pas. De l’avis de beaucoup, la campagne de vaccination a été un grand échec, et même les personnes ciblées n’en ont pas bénéficié. Où va-t-on comme cela?

Meriam SADAT - L'Expression