PDA

Voir la version complète : Une «étude» d’une ONG américaine le classe comme organisation terroriste



djelloul
08/08/2008, 08h22
Le FLN révolté condamne

Le Front de libération nationale (FLN) se dit «consterné» par l’étude d’une ONG américaine le percevant comme une ancienne organisation terroriste.

«Nous sommes surpris et consternés qu’une organisation américaine puisse dire autant de mal sur notre histoire récente, de surcroît celle qui a un rapport avec notre glorieuse révolution», a indiqué le FLN par la voix de son porte-parole, M. Saïd Bouhadja. Dans une déclaration au Jeune Indépendant, Saïd Bouhadja a souligné que ce rapport s’inscrit en porte-à-faux avec la politique américaine. «Le gouvernement des Etats-Unis avait soutenu notre guerre d’indépendance car elle était perçue comme similaire avec celle que les Américains ont menée contre l’occupation anglaise», a tenu à rappeler le responsable du FLN, par ailleurs député à l’APN, mettent en exergue «certains faits de l’histoire». «Pourquoi a-t-on vite oublié que l’Algérie a été le premier pays au monde à avoir reconnu l’indépendance des Etats-Unis, en 1776, grâce au résistant qu’est Georges Washington». «Nous sommes déçus que ceux qui nous ont soutenu hier nous placent aujourd’hui dans la liste des terroristes. Nous considérons cela comme une condamnation avec effet rétroactif», souligne le FLN. La Rand Corporation, qui se définit comme un «groupe de réflexion» et qui a compté parmi ses membres de célèbres personnalités politiques américaines, tels l’actuelle secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice (de 1991 à 1997), ou l’ancien secrétaire d’Etat à la Défense, Donald Rumsfeld (président de la RC de 1981 à 1986), a analysé l’activité de 648 groupes terroristes à travers le monde. Dans le rapport de
2 000 pages, qualifié comme une véritable encyclopédie des groupes «terroristes» qui activent actuellement ou ceux qui n’existent plus sur le terrain, le FLN est ainsi mis dans le même sac que l’organisation créée par la CIA, à savoir El-Qaïda d’Oussama Ben Laden.
Sauf que le Front de libération nationale, qui a mené la lutte contre l’occupation française entre 1954 et 1962, a réussi à obtenir une petite largesse : la Rand Corporation, un des appendices du Pentagone malgré son statut d’ONG à but non lucratif, a tenu toutefois à «rayer» le FLN de la liste des organisations terroristes encore en activité. Selon ce rapport outrancier à l’égard de l’histoire de l’Algérie, «les terroristes du FLN ont cessé leurs activités après avoir atteint leur but».
«On ne sait plus si l’on doit pousser un ouf de soulagement ou si l’on doit porter la doléance au plus haut niveau de l’Administration américaine», commente, dépité, un moudjahid de 70 ans. Il faut savoir que l’Organisation nationale des moudjahidine ne s’est pas encore prononcée sur cette grave dérive, quand bien même elle émane d’une ONG.
En moins d’un mois, l’Algérie est ainsi frappée pour la deuxième fois par les «ONG» américaines. Il y a quelques semaines, une «étude» a soutenu que l’Algérie serait en train de développer une technologie nucléaire à vocation militaire.
Cette mystérieuse étude qui englobe dans le même chapitre 12 pays, dont dix musulmans, ne fait pas cas de la signature de l’Algérie du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), encore moins de la politique très active de l’Algérie pour un monde dénucléarisé. D. Z.

Par Djamel Zerrouk, Jeune Independant