PDA

Voir la version complète : La guerre est-elle déclarée entre Google et Pékin ?



Toufik
13/01/2010, 09h48
Censure des résultats de son moteur de recherche, cyberattaques contre des comptes gmail de militants chinois : Google dénonce les agissements de Pékin et réclame la levée des barrières sur internet, faute de quoi il se dit prêt à quitter la Chine.

Refusant la censure des autorités chinoises, Google a dit mardi envisager une fermeture de son portail internet et de ses activités en Chine. La "goutte d'eau" qui a fait déborder le vase pour le géant de l'internet est cette cyberattaque coordonnée et "très sophistiquée" lancée en décembre par des pirates informatiques en Chine. Ils avaient apparemment tenté de forcer l'accès des comptes gmail de militants chinois des droits de l'homme. Google a également assuré que ces pirates avaient voulu obtenir des informations d'autres entreprises, sans préciser le contenu de ces informations, ni le nom des entreprises concernées.

"Ces attaques et la surveillance qu'elles ont révélée - combinées avec les tentatives au cours de l'année écoulée de limiter la liberté de parole sur le web - nous ont conduits à la conclusion que nous devions réexaminer la possibilité de nos activités commerciales en Chine", a souligné David Drummond, chef du département juridique, dans un message posté sur le blog de la compagnie. "Nous avons décidé que nous ne voulons plus censurer nos résultats (de recherche) sur Google.cn et au cours des prochaines semaines nous allons discuter avec le gouvernement chinois de la possibilité de faire fonctionner, dans le cadre de la loi, un moteur de recherche sans filtre", déclare Google dans un communiqué. "Nous prenons acte du fait que ce processus pourrait se traduire par la fermeture de Google.cn, voire de tous nos bureaux en Chine".

Internet, enjeu de tensions diplomatiques

Cette annonce de Google intervient dans un climat de tension accrue entre Washington et Pékin à propos de la liberté d'expression sur internet. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a estimé mardi que l'attaque dont a été la cible le portail internet suscitait de graves inquiétudes et exigeait des explications de la part des autorités chinoises. "Nous avons été informés par Google de ces allégations qui soulèvent de sérieuses inquiétudes et des questions. Nous attendons du gouvernement chinois une explication", a-t-elle commenté depuis Honolulu.

Mais entre Washington et Pékin, c'est un dialogue de sourds. Rappelant la position américaine traditionnelle et favorable au libre-échange, y compris sur internet, Hillary Clinton a également souligné que "la possibilité d'évoluer avec confiance dans le cyberespace est cruciale dans une société et une économie modernes". Lors de sa visite en Chine au mois de novembre, le président américain Barack Obama avait lui-même affirmé être "un grand partisan d'un web sans censure", en déclarant : "Je peux vous dire qu'aux Etats-Unis, le fait que nous disposions d'un internet libre - d'un accès à internet sans restriction - est une source de force, et je pense que cela doit être encouragé". Une vision de l'internet qui n'est pas, à l'évidence, celle des autorités chinoises.

Dans l'immédiat, celui qui aurait tout à gagner d'un retrait de Google, c'est le moteur de recherches chinois Baidu. Fait symptomatique, l'annonce par Google d'un possible départ de Chine a été saluée sur les places boursières par une baisse du titre Google, et par une hausse d'une ampleur au moins équivalente de celle de Baidu.

Par TF1 News

kredence
13/01/2010, 23h52
Je suis de l'avis des chinois,et je comprends leur position.

Google veut forcer la main aux chinois,google lui meme vend les informations personnels collectes par ses robots et engins de recherche sur des sites sur le Net,pour les revendre aux banques,assurances et autres.

Google demande a la Chine de ne pas censurer alors que google meme, censure beaucoup de sites

Google fait plus de censure que la Chine.