PDA

Voir la version complète : MALAWI • Les petits miracles de l’énergie solaire |



kredence
14/01/2010, 01h25
La video

http://vimeo.com/2540676

Rarement desservis par les réseaux électriques, des habitants du Malawi voient leur vie changer grâce aux panneaux solaires, qui remplacent un combustible coûteux et polluant, témoigne The Times.

Voici, John Nyirenda, père de neuf enfants, était l’heureux propriétaire de deux vaches, de plusieurs moutons et chèvres et d’une volée de poules qui continuent aujourd’hui de picorer dans la poussière devant sa modeste maison de brique et de tôle ondulée dans un petit village du nord du Malawi.

“La vente des produits laitiers m’a permis de faire grandir toute ma famille”, raconte cet agriculteur de 63 ans. “Quand j’ai eu suffisamment d’économies pour acheter une deuxième vache, j’étais très fier, j’affichais une belle réussite.” Mais, il y a moins d’un an, la vie de John Nyirenda a été bouleversée par un petit panneau solaire à peine plus grand qu’un livre de poche.

Laissé à la lumière cinq heures environ et branché sur deux câbles munis de pinces crocodile, il fournit assez d’électricité pour illuminer une ampoule LED, recharger un téléphone portable ou deux piles.

Et ces piles peuvent être utilisées dans ces petites radios qui, dans les villages africains, sont souvent le seul lien avec le monde extérieur. “Quand j’ai vu ces panneaux solaires, c’est tout mon monde qui a changé”, explique John Nyirenda.

Il a d’emblée imaginé les économies que ce dispositif permettrait de faire. Ainsi, plus besoin d’acheter le kérosène qui alimente les vieilles lampes rouillées éclairant la maison.

Le litre de kérosène coûtait environ 1,10 euro et durait une semaine en moyenne. “J’utilisais au moins trois lampes, mais on ne trouve pas toujours de kérosène, sans compter que c’est un produit sale et dangereux”, précise John.

De fait, ces lampes émettent des fumées responsables de maladies pulmonaires et risquent en permanence de causer un incendie. Ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter du kérosène abattent des arbres dont le bois alimente les fourneaux de cuisine.

Résultat : le Malawi est l’un des pays les plus gravement déboisés de la planète. Or la déforestation se traduit par l’érosion des sols, d’où des récoltes sans cesse plus maigres.

C’est une organisation caritative britannique, SolarAid, qui a fourni l’unité de production d’énergie solaire.

L’association encourage les habitants à acheter des panneaux solaires, au besoin avec l’aide d’un microcrédit qui peut être remboursé en partie par les économies réalisées sur les dépenses d’énergie. Chaque unité est vendue environ 21 euros.

Au Malawi, où seulement 4 % de la population est reliée au réseau d’électricité national, l’organisation apporte la lumière dans les foyers. John Nyirenda a rapidement fait ses calculs et pris une décision jusque-là impensable : il a vendu l’une de ses vaches et acheté autant d’unités solaires qu’il le pouvait.

De retour dans son village de Kafukule, il en fit la démonstration aux chefs locaux. En un clin d’œil, il avait vendu tous les panneaux solaires – avec un petit bénéfice au passage –, et en avait racheté soixante autres.

“Non seulement les gens font des économies de kérosène, mais ils peuvent recharger leur téléphone alors qu’il leur fallait jusque-là parcourir des kilomètres à pied et payer quelqu’un pour cela, se réjouit-il. Grâce à ces petits dispositifs, je gagne plus d’argent tout en améliorant la vie des gens.”

La majorité des 12 millions de Malawites vivent avec moins de 0,55 euro par jour, et une part énorme de leurs revenus dérisoires sert à acheter du combustible et à recharger leur téléphone. “L’énergie solaire, les clients adorent.

Tout le monde me demande quand vont arriver les grands panneaux qui alimenteront réfrigérateurs et télévision, raconte John Nyirenda. Les possibilités sont infinies, c’est très excitant.”

L’agriculteur a participé à une formation à la vente organisée par SolarAid. Certains le croyaient trop âgé pour être à la pointe d’un secteur fondé sur une technologie moderne, mais il est vite devenu le meilleur vendeur de la région.

“John a immédiatement pris conscience du potentiel de l’énergie solaire et il a su réagir et développer le projet. C’est l’une de nos recrues les plus brillantes”, estime Dave Gillooly, responsable de SolarAid au Malawi.

Grâce aux bénéfices dégagés par ses nouvelles activités, John Nyirenda paie les frais de scolarité de ses petits-enfants, finit sa maison et achète un meilleur fourrage pour son bétail. “Même la vache qu’il me reste est plus heureuse. En toute franchise, je dois dire que j’ai fait de jolis profits en vendant des unités solaires. Avant, j’avais construit une maison, mais je n’avais pas les moyens d’acheter la tôle pour la terminer. Aujourd’hui, ma famille est très heureuse.”

http://www.courrierinternational.com/article/2010/01/13/les-petits-miracles-de-l-energie-solaire