PDA

Voir la version complète : Couscous d'orge au poisson (Jijel)



kredence
17/02/2010, 03h49
Le couscous d’orge au poisson : Une « culture » au pays des Kotama

À Jijel, le couscous au poisson, appelé « seksou bel’hout », est une tradition bien ancrée chez la population.

Qu’il soit préparé sur commande dans les restaurants et les établissements hôteliers ou conçu à la maison par la ménagère, le couscous d’orge garni de tranches de poisson est incontestablement une sorte de légende culinaire, voire une « culture », à Jijel et dans sa périphérie immédiate.

Une bonne présentation de ce mets, qui sacrifie ainsi à la tradition du « plat national » en tirant profit de la profusion de poisson dans cette cité côtière, tourne souvent au véritable chef-d’œuvre, autant pour les yeux que pour les papilles gustatives.

Parmi la large panoplie de couscous préparé de par le monde, celui cuisiné dans les foyers de Jijel a une certaine particularité et là, les maîtres-queux du coin sont formels : le couscous jijelien au poisson est « invariablement apprécié » avant d’être adopté par quiconque le découvre pour la première fois.

Le couscous d’orge garni de poisson a trôné en seigneur au cours du traditionnel concours organisé autour du meilleur plat préparé à base de poisson. Cette rencontre a permis de mettre au jour des talents insoupçonnés chez de nombreux cordons bleus de cette wilaya littorale.

A Jijel, le couscous au poisson est appelé « seksou bel’hout », qu’il soit de couleur blanche, à base de farine ou de blé ou encore de glands (ce dernier était, dit-on, très consommé par les combattants de l’ALN durant la révolution), ou plus sombre à base d’orge, le couscous reste le maître incontesté de la table ou de la meïda dans les familles de Jijel.

« La réussite d’un couscous pour les Jijeliens ne dépend pas seulement de la sauce délicieuse qui sert à arroser les grains mais aussi de la qualité et du mode de préparation de ces derniers », avertit un restaurateur de la place avant d’expliquer avec moult détails la manière de préparer ce plat populaire dont l’existence remonte à des temps immémoriaux.

Pour réussir cette recette traditionnelle, il faut d’abord bien choisir son poisson, dira-t-il avant de concéder que s’il jette plus volontiers son dévolu sur le mérou ou la bonite, des poissons bien charnus, il ne rechigne pas non plus à accommoder son couscous avec du rouget de roche ou de la sardine écaillée et vidée.

Les qualités de « fin cuisiner » de ce restaurateur qui se proclame « seul maître de ses fourneaux » ne semble avoir d’égale que sa volubilité :

« Il vous faut des oignons râpés, une gousse d’ail hachée, un petit bouquet de persil, de la tomate fraîche pelée et hachée, deux cuillerées à café de sel, trois ou quatre pommes de terre coupées en deux - dans le sens de la longueur -, une pincée de cumin, un peu de poivre noir, deux feuilles de laurier et quatre cuillerées à soupe d’huile de table. »

A moins d’être stoppé net dans ses envolées emphatiques dédiées au « seksou bel’hout », le bonhomme irait même jusqu’à préciser l’intensité du feu de la cuisinière pour bien faire mijoter la sauce !

Le succès jamais démenti de ce plat dans l’antique Igilgili a fait que dans les magasins d’alimentation générale, le couscous d’orge, roulé et prêt à l’emploi, est vendu aussi bien en vrac que conditionné dans des sachets de 1 kg ou plus.

A Jijel ville, ce plat de grand-mère garnit chaque vendredi au moins les tables, selon un rite observé depuis la nuit des temps.

Il n’a pas été détrôné par l’apparition de nouveaux modes de consommation, même les jeunes qui ont un penchant prononcé pour les hamburgers, cheeseburgers, panini ou le sempiternel « frites-omelette », restent fidèles au sacro-saint couscous du vendredi.

C’est dire que le « seksou bel’hout », plus qu’une tradition, est bel et bien une culture au pays des Kotama.

El Watan

rhproof
17/02/2010, 11h45
non c une spécialité spécial la3ouana et le centre de jijel

g jamais mangé '' malgré que mes parents qui sont de jijel '' mais j'imagine que c ultra BON

citoyen
17/02/2010, 12h13
oui c vrai se que vous dite je suis d'origine jijelien ,j'ai manger se couscous avec du merou chez mon beau frère,est un jour ma femme jijelienne m'a fait se fameux couscous ,en rajoutant de l'huile d'olive ,il est très riche en la matière.
il faut savoir le manger.

kredence
17/02/2010, 17h49
Merci pour les commentaires,si vous en connaissez vous meme d'autres de Jijel alors n'hesitez pas a les poster ?