PDA

Voir la version complète : Destruction record d’emplois en France en 2009



Jalal
12/03/2010, 16h40
Plus de 320.000 emplois ont été détruits en 2009 dans le secteur privé -le pire chiffre jamais enregistré sur un an- dont 33.700 au quatrième trimestre, selon les statistiques publiées jeudi par Pôle emploi, qui note toutefois une « décélération par rapport aux trimestres précédents ». L’intérim progresse en revanche de 6,8% au quatrième trimestre, et de 0,9% sur un an. Lire la suite l’article

De son côté l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS), dont le champ est un peu différent et qui publie ses propres statistiques également ce jeudi, note les mêmes tendances, mais avec 432.000 postes supprimés sur un an. C’est là aussi un niveau historique.

Autres chiffres publiés ce jeudi, ceux de l’INSEE et de la DARES, qui évoquent la disparition de 322.000 emplois dans le secteur concurrentiel et 357.600 dans le secteur marchand (dont 20.400 au quatrième trimestre, contre 79.800 au troisième, selon l’INSEE).

Ces deux organismes intègrent notamment dans leurs statistiques les « salariés des particuliers employeurs ».

La ministre de l’Economie Christine Lagarde a salué dans un communiqué le « ralentissement important des destructions d’emploi » en fin d’année: -20.400 au dernier trimestre dans le secteur marchand, après -79.800 et -11.500 les trimestres précédents. Dans l’ensemble des secteurs concurrentiels, 66.000 emplois ont été détruits au dernier trimestre, selon l’INSEE et la DARES.

Selon Mme Lagarde, « cette évolution confirme la stabilisation en cours du marché du travail, qui devrait se prolonger en 2010″. La ministre y voit également « un encouragement à la politique industrielle offensive du gouvernement ». Elle affirme par ailleurs que des « mesures spécifiques » seront annoncées avant la fin du mois pour les demandeurs d’emploi en fin de droit.

Selon Pôle emploi, il y a eu 33.700 pertes nettes d’emplois au quatrième trimestre 2009, soit une activité salariée en baisse de 0,2% par rapport au troisième trimestre. Les trimestres précédents avaient été encore pires avec 165.000 suppressions au premier trimestre, 71.000 au deuxième et 52.000 au troisième.

« De fin décembre 2008 à fin décembre 2009, l’emploi diminue de 1,9%, soit 321.500 salariés », précise le communiqué diffusé jeudi.

« Ces pertes d’emplois au 4e trimestre s’expliquent essentiellement par la contraction dans l’industrie et la construction », souligne Pôle emploi. Cette baisse « ramène à 16.283.200 le nombre de salariés des secteurs concurrentiels au 31 décembre 2009″.

Dans le détail, l’industrie a enregistré au 4e trimestre « un nouveau recul de ses effectifs (-1,4%, soit 44.200 postes de travail) ». Sur un an, la baisse atteint 5,6%, soit 182.000 postes supprimés.

La construction affiche une baisse de 1% au dernier trimestre, soit 14.500 postes de travail. Sur un an, dans ce secteur, « la contraction de l’emploi (…) s’accentue », avec une baisse de 2,6%, soit 39.000 postes de travail en moins.

Dans le tertiaire en revanche, l’emploi a enregistré une hausse de 0,2% au 4e trimestre 2009, soit 24.800 postes de plus. Mais sur un an, avec les destructions d’emplois des premier et deuxième trimestres (respectivement -1% et -0,2%), « les effectifs diminuent (…) de 0,9% », ce qui représente 100.500 emplois en moins.

L’intérim, pour sa part, a progressé au cours du 4e trimestre 2009 de 6,8%, avec « une légère hausse sur un an (+5.000 postes, soit +0,9%) ».

Sur un an, précise Pôle emploi, « il est à noter que (…) si les missions d’intérim étaient réaffectées dans les secteurs où elles s’exercent, la baisse serait moins marquée dans l’industrie (-5,2% sur un an) ainsi que dans la construction (-2,4%). Quant au tertiaire, l’évolution de son emploi serait inchangée (-0,9%) ». AP

http://futurrouge.wordpress.com/2010/03/11/destruction-record-demplois-en-france-en-2009/

Jalal
12/03/2010, 16h50
A mon avis, l'économie capitaliste est au service de sa propre logique : la rentabilité financière, le gain rapide... tant pis pour les chômeurs, qu'ils crèvent!
L'État français est dominé par les gros capitalistes liés aux multinationales. Les entreprises ferment et se déplacent vers les pays sous-développés, là où le travailleur est très mal protégé par la législation injuste de son pays dominé par l'impérialisme, par le "monde libre"!!! Voir le cas de Madame Meryem Mehdi à Hassi Messaoud, licenciée abusivement par une multinationale installée dans notre pays!!! L'UGTA et la Justice algérienne ont gardé toujours le silence sur ce cas de Meryem Mehdi!!!

Zalex
13/03/2010, 17h56
A mon avis, l'économie capitaliste est au service de sa propre logique : la rentabilité financière, le gain rapide... tant pis pour les chômeurs, qu'ils crèvent!
L'État français est dominé par les gros capitalistes liés aux multinationales. Les entreprises ferment et se déplacent vers les pays sous-développés, là où le travailleur est très mal protégé par la législation injuste de son pays dominé par l'impérialisme, par le "monde libre"!!! Voir le cas de Madame Meryem Mehdi à Hassi Messaoud, licenciée abusivement par une multinationale installée dans notre pays!!! L'UGTA et la Justice algérienne ont gardé toujours le silence sur ce cas de Meryem Mehdi!!!

Il y a de ça mais surtout:
Le tissus économique français est composé à 90% de petites et moyennes entreprises, qui ont peu de trésorerie pour assumer des périodes de crise comme en 2009.
L'Allemagne a 5000 entreprises de + de 500 employés que la France: leur fond de roulement leur permet de surmonter plus facilement ce genre de période.

Ce que tu désignes par les multinationales représente moins de 10% des entreprises, mais c'est beaucoups plus impressionnant de voir 1000 personnes licenciées en un acte que 1000 licenciements d'une personne.

Et les médias l'ont trés bien compris...

Pour ce qui est du taux de chômage global, je préfère être en France qu'au Royaume Uni ou en Italie ou encore en Espagne -qui atteint les 18% pour cette dernière.