PDA

Voir la version complète : Amri : «Je ne lâcherai pas l’affaire !»



kredence
11/04/2010, 20h17
Amri a joué hier contre Dortmund sans oublier l’incident avec les policiers français

Après la mésaventure qu’il avait connue la semaine passée à la frontière franco-allemande où il avait été brutalisé par des policiers français et placé en garde à vue dans un commissariat pour 24 heures, Chadli Amri s’est replongé hier dans l’ambiance des matchs de la Bundesliga en participant au match qui a opposé son club, Mayence, au Borussia Dortmund (1-0).

Il est rentré à un quart d’heure de la fin du match, ce qui démontre qu’il a psychologiquement dépassé ce qu’il a vécu, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il a oublié ou tourné la page.

«Je suis décidé à aller jusqu’au bout dans cette affaire, comme je vous l’ai dit. Là, il n’y a rien de nouveau, mais les choses avancent tout doucement», nous a-t-il affirmé hier soir.

«Je suis content d’avoir participé au succès de mon équipe. C’est le plus important.»

«Des responsables de la région m’ont manifesté leur soutien»

Il est vrai qu’en Europe, c’est le week-end et il ne faut pas s’attendre à ce qu’il y ait du nouveau avant demain au moins.

«Mon avocat a effectué les démarches nécessaires. J’attends la suite», se contente-t-il d’affirmer. Il ajoute qu’il a reçu des messages de soutien en provenance de France. «Des responsables de la région m’ont appelé pour me soutenir. Comme je ne suis pas en France, je ne sais pas exactement ce qui se dit ou se fait là-bas, mais je sais que mon affaire a fait parler d’elle», assure-t-il.

«Personne de la FAF ne m’a appelé»

Côté algérien, Amri a reçu des coups de fil de quelques coéquipiers en sélection. «Il y a Nadir Belhadj qui m’a appelé, ainsi que Abderraouf Zarabi et Madjid Bougherra. Ils ont demandé de mes nouvelles et m’ont manifesté leur soutien.

Des amis algériens m’ont également appelé.» Concernant les membres de la Fédération algérienne de football, il n’y a rien eu. «Pour l’instant, personne de la FAF ne m’a appelé», s’est-il contenté d’affirmer.
F. A-S.

Le Buteur