PDA

Voir la version complète : Solidarité avec Cuba



Jalal
20/07/2010, 23h55
Le secrétaire-général du PC Espagnol réaffirme sa solidarité sans failles avec Cuba face à un intellectuel d'Izquierda Unida qui dénonçait les « staliniens » qui défendent Cuba

Réponse à Luis Garcia Montero, de la part d'un défenseur sans failles de la Révolution cubaine

par José Luis Centella, secrétaire-général du Parti Communiste d'Espagne (PCE), le 16 juillet 2010

Permets-moi cher Luis, que je réponde à ton article dans lequel tu qualifies tout défenseur de la Révolution cubaine de stalinien ou de néo-colonialiste. Je veux que tu me permettes de t'expliquer pourquoi je défends Cuba sans failles, et pourquoi je ne me permets pas de critique publique envers sa Révolution.

En premier lieu, parce que nous ne sommes pas face à un débat théorique académique où on peut se situer au-delà du bien et du mal, et distribuer des brevets de démocrates depuis notre tour d'ivoire, mais nous sommes plutôt face à une réalité concrète, face à une situation où il y a des agressions et des agressés, et que l'on peut difficilement se permettre de les renvoyer dos à dos.

Tu sais que nous sommes face à un double blocuset que, d'une part, Cuba souffre du blocus économique, commercial et financier imposé par les Etats-Unis depuis plus de quarante ans, blocus sans légalité ni légitimité et délibérément conçu pour provoquer faim, maladies et désespoir parmi la population cubaine.Selon des estimations très prudentes, les dégâts directs pour Cuba en raison du blocus, jusqu'à décembre 2008, dépasse les 96 milliards de dollars, chiffre qui s'éléverait à 236 milliards de dollars si le calcul était réalisé selon la valeur actuelle du dollar nord-américain. Il n'est pas difficile d'imaginer les progrès que Cuba auraient réalisé, et dont on l'a privé, si pendant toutes ces années elle n'avait pas été soumise à cette brutale guerre économique.

Mais tu sais aussi qu'il existe un blocus médiatique qui manipule et déforme tout ce qui se dit sur Cuba et sa Révolution. Pour prendre un seul exemple entre mille, je te rappellerais les déclarations de Silvio Rodriguez détachées de leur contexte et qui ont été présentées comme une critique du chanteur envers la Révolution. Et quand Silvio Rodriguez a mis les choses au clair, précisant qu'il n'acceptait pas cette manipulation de ses propres déclarations... « curieusement » aucun média parmi ceux qui ont publié la nouvelle initialement ne se sont faits l'écho de ces mises au point.

Tu pourrais te demander pourquoi dans aucun média apparaissent des nouvelles sur les plus de 70 000 médecins et enseignants cubains, qui se consacrent à l'aide humanitaire dans plus de 90 pays. Pendant que d'autres pays envoyaient des soldats en Afghanistan, Cuba envoie des médecins au Pakistan, pour prendre un seul exemple. Les premiers médecins à arriver à Haïti furent les cubains, qui se sont ajoutés à ceux qui étaient déjà dans l'île bien avant le tremblement de terre aidant de façon désintéressée le peuple haïtien; ou que Cuba forme chaque année dans ses universités 1 500 élèves internationaux, y compris nord-américains, qui ne pourraient pas étudier dans des systèmes éducatifs dans lesquels les pauvres n'ont pas leur place. Tu sais que l'on ne publie pas le fait que Cuba opère dans ses hôpitaux des milliers de malades qui n'ont pas les ressources pour être opérés dans leurs pays d'origine et qu'elle maintient les niveaux les plus élevés de protection des droits sociaux, comme le démontre, par exemple, les statistiques de mortalité infantile qui sont équivalentes et même sont meilleures que celles du monde dit développé.

Mais, tu sais et nous savons que la Guerre de l'impérialisme contre Cuba utilise tous les médias comme une arme pour créer la confusion, manipuler, et essayer de miner la solidarité internationale avec l'Ile. Pour cette raison, je me refuse à réaliser des critiques publiques envers la Révolution cubaine et je lui apporte mon soutien sans failles parce que sachant que tout en sachant Cuba n'est pas le paradis, qu'il existe des difficultés et des problèmes, je préfère exprimer mes opinions dans le cadre constructif des rapports entre Camarades.

En ce sens, respectant le fait que pour toi il n'est pas important de savoir qui instrumentalise les opinions que tu exprimes et pourquoi, ce que je veux te demander c'est le même respect pour ceux qui refusent d'être instrumentalisés et, pour cela, je te demanderais que tu défendes tes idées sans nous disqualifier ni nous insulter. Je ne vais pas t'appeler laquais de l'impérialisme, parce que je sais que tu n'en es pas un. Ne nous appelles pas staliniens parce que tu sais que nous n'en sommes pas et, toi comme moi, savons qu'un des pires sectarismes est celui qu'exercent ceux qui se déclarent anti-sectaires et dans n'importe quel débat, faute d'autres arguments, ont recours au vieux truc de disqualifier ou de poser une étiquette sur celui avec qui on n'est pas d'accord.

Pour terminer, je te dis quelque chose que sûrement tu sais et c'est qu'à Cuba la critique prend une place relativement plus importante que dans des sociétés qui se proclament championnes de la démocratie. Tu sais qu'en quelques mois s'est développé à Cuba un processus de débat populaire avec des milliers d'assemblées et avec plus de 2 millions de contributions de citoyens qui ont élevé leurs critiques et leurs propositions aux plus hautes instances de l'État. Ses critiques, pour améliorer la révolution depuis la base, servent de guide à l'action du Gouvernement cubain.

Dans le même sens, je suis sûr que tu sais bien que dans n'importe quelle rencontre avec des dirigeants du Gouvernement cubain, la première chose qu'ils te demandent, c'est sincérité et clarté dans ce que tu veux critiquer chez eux, parce qu'ils sont conscients que la critique enrichit la Révolution. Oui, le peuple cubain est un peuple qui débat et critique sur des questions de sa vie quotidienne, mais il est disposé à défendre jusqu'à ces ultimes conséquences cette Révolution, parce qu'il sait ce qui est en jeu.

Enfin, je laisse une question en suspens. Après avoir vu comment sont tombés des régimes comme ceux de l'URSS, de la Yougoslavie ou de l'Albanie, crois-tu réellement que la Révolution cubaine aurait résisté un seul jour si elle n'avait pas compté sur le soutien majoritaire et actif du peuple cubain?

En somme, à partir du respect et de l'affection que tu sais que nous avons l'un pour l'autre, je te demanderais que ce respect, que je t'accorde, tu l'aies aussi pour ceux qui décident de soutenir sans failles la Révolution et qui refusent que leurs opinions soient mises au service de la contre-révolution. Et tu sais bien que nous ne sommes pas staliniens parce que tu dois admettre qu'il existe des communistes et des non-communistes, qui sans être staliniens ni néo-colonialistes, ont légitimement des opinions différentes des tiennes, et nous soutenons sans failles une Révolution qui est aujourd'hui une référence pour des millions d'êtres humains dans le monde entier, parce que dans le cas contraire, ce n'est pas nous qui aurions un problème.

Source : socialisme.be

http://www.socialismes.be/Le-secretaire-general-du-PC-Espagnol-reaffirme-sa-solidarite-sans-failles-avec-Cuba-face-a-un-intellectuel-d-Izquierda_a616.html