PDA

Voir la version complète : Les sidéens peuvent accéder « gratuitement et durablement » au traitement



miange-midemon
24/07/2010, 15h41
L’Algérie est le premier pays de la région à avoir permis à tous les sidéens d’accéder aux médicaments antirétroviraux et à la trithérapie « gratuitement » et « durablement », a indiqué jeudi, à Alger, le Pr. Mehdi Youcef, chef de service à l’hôpital Mustapha-Pacha et responsable des malades du sida au niveau du ministère de la Santé. « L »Algérie doit être fière de ce qu’elle a fait dans ce domaine avec en fer de lance le rôle primordial du ministère de la Santé », a-t-il dit soulignant qu’elle est le premier pays de la région à assurer aux sidéens les antirétroviraux et la trithérapie « gratuitement et durablement ».
Le Pr. Mehdi, qui s’exprimait en marge de la visite de travail et d’inspection à l’Institut Pasteur d’Algérie de Delly Brahim, effectuée par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès, a aussi indiqué que l’Algérie a doté tout le territoire national de centres de traitement spécifique contre le sida où tous les malades y peuvent accéder à ces traitements.

Il a relevé, cependant, une « certaine perturbation » constatée, depuis le mois de mai, dans l’utilisation de certains médicaments, ajoutant que le ministre les a assuré que ces médicaments étaient déjà « disponibles ». Il a également rappelé que l’Algérie a garanti la sécurité transfusionnelle pour éviter toute contamination au VIH.

APS
source http://www.algerie-focus.com/2010/07/24/les-sideens-peuvent-acceder-gratuitement-et-durablement-au-traitement/

c'est une bonne nouvelle pour les malades atteints du sida.

au_gré_du_vent
25/07/2010, 15h12
c'est une bonne chose à encourager mais c'est surtout la prévention qui doit être la plus à encourager

safia
28/07/2010, 09h45
Les malades du sida en Algérie veulent saisir la justice


En rupture de médicaments depuis plus de deux mois, des malades atteints du sida ont déposé plainte à l’association de protection contre le sida d’Oran, lui demandant de se constituer partie civile dans ce qui est devenu « l’affaire des sidéens ».

Ce problème a commencé à Oran, nous expliquent des associations de lutte contre le sida, mais s’est généralisé avec le temps à toutes les régions du pays. Alger, Oran et Annaba sont touchées et rien n’a été fait jusqu’à présent pour soulager les sidéens.

Devant la détresse de ces personnes, l’association compte déposer plainte devant la justice pour non assistance à personnes en danger, car considérant cette rupture de stocks de scandaleuse et d’inadmissible et qui prend en otages des malades fragiles et vulnérables qui n’ont même pas le droit de manifester ou d’exprimer leur colère, la maladie étant encore un tabou dans la société. Ils sont plus de 600 malades à Oran, privés de traitement au service infectieux d’Oran, pour manque très inquiétant des antiviraux.

Une situation qui met la vie de ces patients en danger, du fait que cette interruption de traitement augmente les risques de résistance du virus aux antiviraux. Certains d’entre eux dont l’état de santé s’est aggravé sont, depuis plusieurs jours, hospitalisés, a indiqué le président de l’association.

Nos interlocuteurs posent, de ce fait, le problème de dysfonctionnement et gestion des médicaments qui doit être bien étudié afin que cette situation ne se répète plus à l’avenir. Les malades ont peur d’aller dans les centres de référence pour se soigner. Donc sur le plan social et législatif, la situation n’est toujours pas claire et rend la vie de sidéens plus complexe.

Source : El Annabi
Dimanche 18 juillet

au_gré_du_vent
28/07/2010, 19h34
je comprends mieux la gratuité vu qu'il y a penurie... c t trop beau!
pauvres malades, déjà que c'est une maladie lourde à porter sur tous les plans si en plus il n'y a pas une bonne prise en charge autant mourir de suite!