PDA

Voir la version complète : Algérie 1 - Gabon 2 : Où vont les Verts ?



Toufik
12/08/2010, 11h51
Stade : 5-Juillet
Affluence : moyenne
Avertissements : Pierre Bamba (75’) et Apanga (86’) (Gabon)
Buts : Cousin (35’) et Aubameyang (55’) (Gabon) ; Djebbour (85’) (Algérie)
Algérie :M’bolhi, Kadir, Belhadj, Medjani, Bougherra (cap), Guedioura, Mesbah (Abdoun 56’), Yebda (Ziaya 46’), Ghezzal, Boudebouz, Djebbour
Entraîneur : Saâdane
Gabon :Ovono, Moundounga, Apanga, Mounga, Willy (Cédric Moubamba 82’), M’poko (Auzakouma (89’), Pierre Bamba, Cousin (cap) (Boité 75’), Mouloungui, Roguy (N’Guéma 66’), Aubameyang
Entraîneur : Gernot Rohr

Pour son retour à la compétition depuis le dernier Mondial sud-africain, l’Algérie, qui avait un affront à laver après la dernière débâcle essuyée ici même sur ce terrain du stade du 5-Juillet le mois de mars dernier face à la Serbie, a été logiquement battue par une équipe gabonaise bien organisée et visiblement plus prête physiquement.

Privée de son meneur de jeu Karim Ziani blessé, l’Equipe nationale a éprouvé toutes les peines du monde à construire des actions offensives claires dans ce match. Plus à l’aise en contres, les Panthères ont su comment se montrer patients pour prendre à défaut cette défense algérienne, un peu en perdition, en l’absence de Yahia et Halliche dans l’axe. Après une première période approximative, les capés de Saâdane vont rejoindre les vestiaires avec un retard d’un but au tableau d’affichage. Daniel Cousin, très opportuniste sur ce coup-là, profite d’une passe lumineuse de son camarade Willy Aubameyang, pour donner l’avantage à son équipe à la 35’.

Dès lors, la sélection algérienne verse dans un jeu décousu et manquant terriblement de précision. Ainsi, hormis quelques tentatives timides de la part de Ghezzal et ses camarades, le portier gabonais n’a pas été vraiment inquiété dans cette première période du match. En deuxième mi-temps, le sélectionneur national joue la carte de l’offensive, en incorporant Ziaya à la place de Yebda. Seulement, dominés dans l’entre jeu, les hommes du milieu de terrain algériens vont avoir du mal à alimenter Ghezzal, Djebbour et Ziaya.

Et sur un autre contre bien mené par les protégés de Gernot Rohr, Daniel Cousin, le buteur attiré de cette sélection du Gabon, va se transformer en passeur, et parvient à trouver la tête de son camarade Aubameyang qui a réussi à prendre le meilleur sur la capitaine Bougherra, avant de placer le cuir hors de portée de l’infortuné M’bolhi.

Abattus, les Fennecs se jettent dans des tentatives désespérées afin de revenir au score. Et c’est ainsi qu’ils arriveront à réduire la marque par l’entremise de Rafik Djebbour à la 85’. Bien placé au premier poteau, l’attaquant de l’AEK Athènes reprend victorieusement de la tête un centre parfait de Guedioura. En fin de match, Abdoun, Boudebouz et Kadir tentent quelques incursions individuelles, toutes vouées à l’échec en l’absence d’un chasseur de but à même d’apporter le dernier geste à l’approche du but du portier gabonais Ovono. Et c’est sur score de deus buts à un en faveur du Gabon que l’arbitre marocain sifflera la fin de ce duel qui n’aura pas été, certes, une réussite mais qui demeure tout de même riche en enseignements, tant Saâdane a dû certainement relever des imperfections dans la construction du jeu qui fait toujours défaut à notre sélection nationale.

Enfin, en dépit de ce but inscrit par Djebbour qui vient mettre fin à une stérilité offensive qui n’aura que trop duré, le problème offensif reste toujours posé. A un mois du premier match contre la Tanzanie, nos attaquants ne rassurent toujours pas en matière d’efficacité.
----------------------------------------------
Djebbour : «Il n’y a rien d’alarmant»
Voici la déclaration faite par Rafik Djebbour à nos confrères de l’ENTV : «C’est un match de début de saison, c’est-à-dire avec peu de préparation. Nos joueurs ont à peine repris les entrainements et beaucoup parmi eux n’ont même pas encore débuté les compétitions officielles avec leurs clubs, alors que le championnat du Gabon a commencé. De plus, il y a beaucoup de changements au sein de l’équipe, avec l’absence de plusieurs titulaires et la participation de sept nouveaux joueurs. Il ne s’agit que d’un match de préparation et ce n’est qu’un test d’évaluation. Il n’y a donc rien d’alarmant. Je suis convaincu que face à la Tanzanie en match officiel, ce sera une toute autre histoire.»

Les journalistes chassés comme du bétail
A leur grande surprise, les journalistes de la presse écrite dûment accrédités pour couvrir le match d’hier soir ont été empêchés d’accéder à la zone située à proximité des vestiaires afin de recueillir les impressions des joueurs et sélectionneurs des deux équipes. Les forces de l’ordre les ont enjoint d’un ton ferme, et parfois même avec rudesse, comme s’il s’agissait d’un bétail, de quitter la tribune de presse vers le parking pour des raisons inconnues. Pourtant, la FAF avait fait preuve d’un grand professionnalisme vis-à-vis des représentants des médias avant et durant la Coupe du monde en organisant des rencontres avec les joueurs et l’entraîneur à l’issue de chaque match des Verts, mais elle semble être retombée dans ses travers. Cette façon de procéder n’honore nullement la sélection nationale et l’envergure qu’elle prise. Ce n’est pas en éloignant les gens de la presse qu’on éloignera les critiques.
---------------------------------------------
Encore les vuvuzelas !
Si la Coupe du monde du monde est terminée depuis exactement un mois, ses bruits n’ont pas encore cessé. La preuve : la première mi-temps du match Algérie-Gabon a été «rythmée» par le son des vuvuzelas, ces cors africains en plastique qui font un boucan épouvantable et que les Algériens partis en Afrique du Sud ont ramenés avec eux. Ce n’est qu’en deuxième mi-temps, avec l’ascendant pris progressivement par les Gabonais, que le son des vuvuzelas a été remplacé par celui des… sifflets.

Le public réclame Abdoun
Au début de la deuxième mi-temps, le public du stade du 5-Juillet, lassé de voir l’Equipe nationale à la peine, a réclamé la rentrée de Djamel Abdoun, un joueur apprécié pour sa technique et son explosivité. Saâdane a fini par le faire rentrer vers le milieu de la seconde période.

Ghezzal essayé en milieu droit
nnAu début de la deuxième mi-temps, à la faveur de la rentrée de Abdelmalik Ziaya à la place de Hassan Yebda, Abdelkader Ghezzal a été placé au poste de milieu droit, celui qu’il occupait la saison passée à Sienne, tandis que Ziaya a pris sa place à la pointe de l’attaque et que Kadir s’est mué en milieu récupérateur. Rabah Saâdane a certainement voulu l’essayer à ce poste en prévision des prochains matches.

Même l’ENTV a eu pitié des Verts !
A croire que même l’ENTV éprouvait de la pitié pour les Verts. La preuve : bien que le deuxième but du Gabon ait été inscrit à la 55’, le score de 0-1 est resté affiché sur l’écran de la télévision algérienne jusqu’à la 73’, avant d’être rectifié. A croire que la piètre prestation des Verts a fait avaler, au préposé au synthétiseur, sa chorba de travers.

Djebbour, roi du mois d’août
Il faut croire que Rafik Djebbour est très inspiré durant l’été. En effet, c’est lui qui avait inscrit l’unique but de la rencontre disputée au mois d’août de l’année dernière sur ce même terrain du 5-Juillet contre l’Uruguay et il a récidivé hier en inscrivant le but algérien face au Gabon. Mieux : sa réalisation d’hier est la première sur action construite par l’Algérie depuis le quart de finale de la CAN joué face à la Côte d’Ivoire en Angola. Le hasard fait que le dernier but de ce match-là -celui de la victoire- avait été inscrit par Hameur Bouazza également de la tête, comme hier.

Hamza Rahmouni - Le Buteur

djamyl
13/08/2010, 13h04
bien le bonjour à tous et saha ramdankom ;

étant nouveau sur site je saisis l'opportunité de participer au forum pour débattre d'un sujet qui me tient à coeur et certainements beaucoup d'algériens (nes) en ce qui concerne l'équipe nationale de foot ball.
le récent match face au gabon a clairement démontré l'absence d'une organisation de tout point de vue (tactique, choix des joueurs et leurs positions, mis à part ceux qui participaient pour un test).
le selectionneur se retrouve avec un effectif trés étoffé pour ne pas dire riche mis à part les titulaires (l'ossature), ce dernier n'arrive pas à statuer sur la titularisation définitive des joueurs notamment en attaque. On ne peut esperer d'un joueur de donner un résultat (but) en 15 ou 20 mn à la fin d'un match (on le sait tactiquement que l'équipe adverse ferme le jeu surtout si elle mène au score). Alors pourquoi le selectionneur s'obstine à refaire le même scénario presque pour tout ces derniers matchs..........
Ghezzal (avec sa bonne volonté) a prouvé son incapacité, pire encore il le place en milieu de terrain alors que de ce côté il y'a plein de joueurs de talent
Conclusion :
A mon humble avis, il est judicieux et imperatif de renforcer le staff technique par un apport de techniciens et conseillers et ce malgrè le refus de saadane et ce n'est pas une propriété privée, l'équipe nationale est l'affaire de tous.
Si on refuse une assistance de professionnels, cela veut dire qu'il y'a un problème de maitrise en soi pour confronter ses thèses et donc s'enferme dans un cocon avec son adjoint djelloul que personne ne connait dans ce domaine.
L'effectif est riche et on peut construire une grande équipe mais avec les défaites successives à cause d'une mauvaise gestion caractérisée, il y'a risque de créer un complexe psychologique chez nos joueurs et leurs réactions ''involontaires'' sera d'éviter les défaites........
Le selectionneur a fait un grand travail que tous les algeriens (nes) reconnaissent et gratifient, mais seulement il faut la sagesse et l'intelligence pour reconnaitre ses limites qui sont trés satisfaisantes (qualification CAN et CDM) et accepter de laisser sa place.
L'équipe est constituée de joueurs professionnels évoluants et vivants à l'étranger donc un esprit et une culture différente, donc la logique nous impose un staff qui peut comprendre, répondre et encadrer ces joueurs. (conflit de culture)
merci